Brian De Palma

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45115
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Brian De Palma

Post by Flol »

C'est dans celui-là qu'il y a toute une séquence sur une pièce de théâtre sous forme de happening un peu violent pour ses spectateurs ? C'est une séquence qui m'avait marqué, mais je ne me souviens jamais si elle est dans Hi Mom ! ou Greetings...
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7586
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Brian De Palma

Post by 7swans »

Ratatouille wrote:C'est dans celui-là qu'il y a toute une séquence sur une pièce de théâtre sous forme de happening un peu violent pour ses spectateurs ? C'est une séquence qui m'avait marqué, mais je ne me souviens jamais si elle est dans Hi Mom ! ou Greetings...
La fameuse séquence Be Black Baby, c'est dans Hi, Mom!
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45115
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Brian De Palma

Post by Flol »

Merci beaucoup 7swans pour ta sollicitude.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Brian De Palma

Post by Federico »

Je ne sais pas si ça a été déjà signalé mais c'est à voir sur l'excellent site Blow Up d'Arte...

Un recut des bandes-annonces de Brian de Palma : http://videos.arte.tv/fr/videos/trailer ... 97124.html

Sa thématique ascenseurs/escaliers : http://videos.arte.tv/fr/videos/blow_up ... 97128.html

Et de Palma en 4mn : http://videos.arte.tv/fr/videos/blow_up ... 00340.html

(il semble y avoir un petit problème de serveur chez Arte en ce moment donc retentez + tard...)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Brian De Palma

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

L'Esprit de Caïn (1992)

J'ai un peu plus apprécié le film que la dernière fois car je savais maintenant à quoi m'attendre, mais je reste toujours aussi partagé et circonspect à son égard. De Palma oblige, L'Esprit de Caïn présente quand même quelques atouts qui tirent l'ensemble vers le haut. Le réalisateur nous réserve notamment quelques idées de montage réjouissantes (comme ces fondus enchaînés en double travelling latéral, montés en alternance, lors de la scène d'amour dans le parc ; les jump cut sur les visages de victimes) ou une mise en scène alerte voire virtuose (cf. le plan-séquence du dialogue, des bureaux de police à la morgue au sous-sol, ou la séquence finale, morceau de bravoure typiquement depalmien, très chorégraphique).

Malgré tout, j'ai toujours autant de mal avec ce scénario offrant une variation sur Le Voyeur de Powell, qui, même s'il offre ponctuellement une construction intéressante, reste vraiment faible et inabouti, pour ne pas dire ridicule. A la limite, j'ai plus tendance à considérer L'Esprit de Caïn comme une petite comédie noire et cartoonesque que comme un thriller à suspense comme a su en livrer De Palma dans le passé. Il suffit par exemple de prendre cette rapide apparition d'un enfant à la voix d'adulte moralisateur, ou ce flash-back cocasse mis en scène et monté comme un film d'épouvante alors que la situation dont il est question (une femme sort du coma pour voir son mari enlacé avec son infirmière) est improbable voire méchamment drôle, pour s'en rendre compte. Certains cadrages, des situations volontairement clichées et outrées, l'interprétation en roue libre de John Lithgow et le casting limité, vont dans ce sens et rapprochent plus ce film du Bûcher des vanités que de Pulsions, dont on aurait pu attendre une certaine filiation. De Palma a reconnu ne pas être parvenu à avoir le résultat qu'il imaginait, et je ne peux qu'abonder dans son sens car en l'état, L'Esprit de Caïn a le cul entre deux chaises, entre d'une part les idées non conventionnelles de son auteur (comme de coutume pour ses thrillers à petit budget écrits par ses soins), et leur mise en œuvre, ici pour le moins chancelante et difficilement satisfaisante au regard des cimes auxquelles De Palma nous a habitué dans le genre.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Brian De Palma

Post by Père Jules »

BODY DOUBLE (1984)

Je ne sais pas comment le dire sans que ça fasse petit merdeux. Je crois que le mieux c'est d'y aller direct: j'ai détesté. Pour tout dire, je m'y attendais un peu vu que je ne porte pas du tout De Palma dans mon cœur. Ce Body Double concentre à lui seul tous les reproches que je fais au réalisateur depuis quelques temps déjà. Maniéré, vulgaire, clinquant voire franchement grotesque (cf. la scène d'embrassade plus qu'olé olé dans le souterrain après la course-poursuite sur une musique plus tarte que jamais), bref, tout ce que je ne supporte pas au cinéma. Les effets de caméra sont une nouvelle fois d'une indigence rare. Avec le cinéma de De Palma, j'ai l'impression de me retrouver dans l'appart' d'un nouveau riche qui comporte tout ce qu'il y a de plus mauvais goût pour peu que ça coûte cher et que ça se voit. Très récemment j'avais vu L'impasse et Blow Out. Avec celui-là, vous l'aurez compris, mon dégoût va crescendo.

Des histoires de manipulation, filmées avec grand soin et sans effets artificiels et pompeux, David Mamet en a fait des belles (comme House of Games ou The Spanish Prisonner). J'aurais mieux fait de me contenter de ça. En espérant que Major Tom ne m'en tiendra pas rigueur... :oops:
Last edited by Père Jules on 23 Jun 11, 08:47, edited 1 time in total.
Shin Cyberlapinou
Machino
Posts: 1454
Joined: 1 Feb 09, 09:51

Re: Brian De Palma

Post by Shin Cyberlapinou »

D'accord avec toi Père Jules, je trouve moi aussi le cynisme de Body Double particulièrement facile et vulgaire. J'aime pourtant De Palma, en particulier quand il s'adonne à son penchant pour le romantisme désespéré (Blow Out notamment) mais là non, on ne fait pas un film juste pour faire chier, que ce soit le public, la critique ou la censure.

A noter toutefois que si j'aime bien David Mamet, je trouve ses films de manipulations justement un peu trop ascétiques sorti de la pure mécanique scénaristique...
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Brian De Palma

Post by Père Jules »

A la différence de toi, je n'avais pas aimé non plus Blow Out dont la fin tirait elle aussi vers le grotesque. Je dois pourtant reconnaitre un envoutement très éphémère au moment des prises de sons de Travolta (juste avant l'accident quoi). Cette scène est la preuve que De Palma n'est pas dénué de talent mais qu'il sombre quasi-systématiquement dans une facilité insupportable. Concernant ce film, je préfère mille fois revoir le Blow Up d'Antonioni ou Conversation secrète, bien plus fascinants et maîtrisés.

Pour Mamet, c'est sans doute en raison de cet ascétisme dont tu parles (et donc par le fait qu'en ce domaine il tranche littéralement avec De Palma) que j'apprécie autant ses films.
Last edited by Père Jules on 23 Jun 11, 10:47, edited 1 time in total.
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9497
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Brian De Palma

Post by Miss Nobody »

Père Jules wrote: (cf. la scène d'embrassade plus qu'olé olé dans le souterrain après la course-poursuite sur une musique plus tarte que jamais)
J'ai beau être très indulgente avec De Palma, cette scène est une de celle qui m'a le plus horripilée dans sa filmographie! Elle a vraiment mal vieilli... mais je ne suis même pas sûre qu'à l'époque, elle n'était pas déjà totalement déplacée! :uhuh:
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Brian De Palma

Post by hellrick »

Père Jules wrote:BODY DOUBLE (1984)
Ce Body Double concentre à lui seul tous les reproches que je fais au réalisateur depuis quelques temps déjà. Maniéré, vulgaire, clinquant voire franchement grotesque
A vrai dire c'est pour ma part ce qui me plait chez lui et qui fait que Body Double est sans doute mon De Palma préféré...Sinon si tu ne l'as pas vu il te faut voir (ou pas :mrgreen: ) Femme Fatale, là c'est du lourd :D
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Brian De Palma

Post by Colqhoun »

Avec hellrick.
Body Double est mon de Palma préféré précisément pour les mêmes raisons (reproches).
C'est clinquant, gratuit, grotesque, kitsch, vulgaire, violent et surtout parfaitement jubilatoire.
J'adore.
Dressed to Kill et Blow Out suivent pas loin derrière.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Brian De Palma

Post by Père Jules »

Je l'ai vu... je ne te cache pas que j'ai trouvé ça consternant... :roll:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Brian De Palma

Post by Demi-Lune »

Père Jules wrote:Blow Out dont la fin tirait elle aussi vers le grotesque
:shock:
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Brian De Palma

Post by riqueuniee »

Sans trouver que c'est un cehf d'oeuvre (il ne faut pas pousser non plus), j'aime bien Body double (que je ne trouve pas si vulgaire. Clinquant, un peu).
Mais , dans le style "hommage à Hitchcock", mon préféré est quand même Obsession (il y a même une musique de Bernard Herrmann).
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Brian De Palma

Post by Père Jules »

Demi-Lune wrote:
Père Jules wrote:Blow Out dont la fin tirait elle aussi vers le grotesque
:shock:
Oui tu as bien lu.
Les ralentis, le feu d'artifices, les ultimes images dans un paysage enneigé... Y'a rien qui passe. On (enfin je) est en pleine indigestion.