Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Frank Einstein
Régisseur
Posts: 3158
Joined: 18 Jan 07, 23:28
Location: Dans la lune

Re: Le Loup Garou de Londres de John Landis

Post by Frank Einstein »

Je me permets d'intervenir car il me semble bien que le but de Landis n'est pas vraiment de faire sursauter, d'où le peu d'effet des scènes de cauchemar, mais plutôt d'intriguer puisque son film jongle superbement entre l'humour et l'horreur.
Nous ne sommes pas dans un film d'épouvante basique où chaque scène "doit" faire de l'effet pour continuer à intéresser le spectateur et c'est ce qui fait tout le charme du film de Landis. :D
Miss Nobody wrote:
hellrick wrote: La scène de cauchemar du héros avec les nazi-garous et le double réveil est quand même sacrément efficace pour faire sursauter :wink:
Etrangement, je n'ai eu qu'un micro-sursaut à ce moment là (ce qui m'a moi-même surprise, parce que j'ai tendance à être un public très réceptif à ce genre de scène)... tandis que les images un peu gores du film ne me sont pas du tout restées en tête après le film.
M'enfin c'est très bien comme ça: je ne vais pas non plus me plaindre parce que je n'ai pas eu de cauchemars abominables! :o
Image

"Il est toujours préférable d'être un faux-méchant que d'être un faux-gentil. (Le faux-gentil est souvent un vrai méchant)". J.-L. Fournier
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14681
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis)

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

SPOILERS. Toujours aussi génial, ce Loup-garou de Londres... C'est à mes yeux l'un des tous meilleurs films fantastiques des années 1980. La bonne idée de Landis, c'est de ne pas avoir sacrifié sa verve humoristique sur l'autel du film d'horreur. Les producteurs du film trouvaient d'ailleurs le scénario (écrit au début des années 1970) trop effrayant pour être une comédie et trop drôle pour être un film d'horreur, signe que le matériau de Landis était inventif et culotté. Le résultat, hybride, fonctionne totalement sans que l'une ou l'autre facette ne tire la couverture vers elle. On ne sait jamais vraiment sur quel pied danser, ce que va nous réserver la suite, ce qui ménage une attente angoissée tout à fait délectable. Landis se montre à la hauteur de cette tension lancinante en délivrant des idées insolites et particulièrement efficaces : après une première partie lugubre dans une lande nocturne qui renvoie à Conan Doyle, Le Loup-garou de Londres baigne dans une "inquiétante étrangeté" générant un léger malaise renforcé par les trouées d'humour noir. L'absurdité décalée des rêves (les loups-garous nazis), qui se double d'une violence graphique dérangeante, les visites du meilleur ami déchiqueté et qui pourrit un peu plus à chaque fois, mais reste assez indifférent à son apparence et chambre son pote (Griffin Dunne très drôle, bien avant After Hours), plongent le film dans un trouble inquiétant - l'impression d'être dans un cauchemar, mais de ne pas ne être tout à fait sûr.

Le cinéaste prend son temps sans jamais ennuyer, trace une histoire d'amour assez émouvante et convaincante, mais qui dans le même temps ne permet pas au spectateur de baisser sa garde, puisqu'il sait que ces moments apaisés ne sont que le préalable d'un destin inéluctable et épouvantable. Aussi, les scènes d'intimité entre David et Alex, le côté victorieux et complice du "Moondance" de Van Morrison lors de la scène d'amour, revêtent un caractère assez tragique, car cette amorce de romance sincère est inévitablement condamnée. Landis creuse d'ailleurs ce décalage iconoclaste en superposant les voix langoureuses et douces de crooners en fond sonore, sur des choses atroces à l'image (le tendre Blue Moon de Sam Cooke pendant la transformation physique) ou des paysages sur lesquels pèsent une indicible menace (le Blue Moon de Bobby Vinton durant l'ouverture - à croire que Vinton est un bon vecteur d'étrangeté, cf. Blue Velvet). Réussite du scénario, donc, réussite du mariage des genres, idées appropriées et percutantes, et bien sûr, réussite des trucages, que l'on doit au grand Rick Baker. Les maquillages sont excellents (difficile de ne pas avoir les yeux rivés sur les bouts de barbaque pendouillant du cou de Griffin Dunne). Toujours dans cette démarche iconoclaste, Landis et Baker filment la transformation lycanthrope toutes lumières allumées, conférant à la scène un réalisme terrifiant, une plausibilité magnifiée par la qualité des effets mécaniques, et douloureuse pour le spectateur, la souffrance du personnage étant totale. Moins longue que celle de Hurlements, cette scène est un des grands moments du ciné fantastique des années 1980. Grand moment aussi que cette séquence dans un cinéma érotique, où le côté halluciné de la situation se dispute à une drôlerie noire irrésistible. Et grand moment que ce grand carambolage sur Piccadilly Circus.

Culte.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48596
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis)

Post by Flol »

Demi-Lune wrote:Toujours dans cette démarche iconoclaste, Landis et Baker filment la transformation lycanthrope toutes lumières allumées, conférant à la scène un réalisme terrifiant, une plausibilité magnifiée par la qualité des effets mécaniques, et douloureuse pour le spectateur, la souffrance du personnage étant totale. Moins longue que celle de Hurlements, cette scène est un des grands moments du ciné fantastique des années 1980.
Entièrement d'accord. Alors que la lycanthropie est quelque chose de totalement irréaliste (si si, je vous jure), Landis parvient ici à nous la rendre réelle, à rendre la douleur du personnage palpable : ses cris de douleur font vrai, et les maquillages complètement hallucinants de Rick Baker sont...eh bien hallucinants (le tout sur fond du "Blue Moon" de Sam Cooke...un délice, que ce contraste son/images).
Comme tu l'as dit, on tient ici une des séquences les plus cultes de toute l'histoire du ciné fantastique...et tout simplement un immense film (cette fin :o).
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22010
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by Nestor Almendros »

Ton avis, Demi-Lune, m'a sacrément envie de tenter l'achat (il existe en blu-ray mais je ne sais pas de quelle qualité). C'est un film que j'ai eu en VHS (assez mauvaise) pendant mes années d'adolescence, mais c'est un film que je n'ai jamais vraiment regardé: j'allais directement à la fameuse scène pour me délecter des effets spéciaux. Je faisais souvent cela (avec les VENDREDI 13 par exemple) mais j'était jeune, probablement encore au collège, et par encore intéressé par le cinéma de manière "adulte".
En tout cas je suis curieux de le revoir.
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23419
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by AtCloseRange »

Nestor Almendros wrote:Ton avis, Demi-Lune, m'a sacrément envie de tenter l'achat (il existe en blu-ray mais je en sais pas de quelle qualité). C'est un film que j'ai eu en VHS (assez mauvaise) pendant mes années d'adolescence, mais c'est un film que je n'ai jamais vraiment regardé: j'allais directement à la fameuse scène pour me délecter des effets spéciaux. Je faisais souvent cela (avec les VENDREDI 13 par exemple) mais j'était jeune, probablement encore au collège, et par encore intéressé par le cinéma de manière "adulte".
En tout cas je suis curieux de le revoir.
Il faut pourtant raison garder.
A part cette fameuse scène (qui doit tant à Rick Baker), je ne vois absolument rien de "génial" dans ce film. Le mix horreur-comédie fonctionne assez partiellement.

Vu la pauvre filmo de Landis, ça reste néanmoins parmi ce qu'il a fait de plus réussi.
Last edited by AtCloseRange on 3 Mar 11, 11:36, edited 1 time in total.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14681
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by Demi-Lune »

Nestor Almendros wrote:En tout cas je suis curieux de le revoir.
Je ne peux que t'y encourager. :wink:
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22010
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by Nestor Almendros »

Demi-Lune wrote:
Nestor Almendros wrote:En tout cas je suis curieux de le revoir.
Je ne peux que t'y encourager. :wink:
Mais j'écoute aussi l'intervention d'Atcloserange: je suis un peu comme lui, moins indulgent avec les films de genre (contrairement à toi qui semble être plus passionné par ce cinéma, j'ai l'impression). Tu as raison d'être enthousiaste mais je ne suis pas sûr d'avoir les mêmes ressentis... :|
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14681
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by Demi-Lune »

Nestor Almendros wrote:
Demi-Lune wrote: Je ne peux que t'y encourager. :wink:
Mais j'écoute aussi l'intervention d'Atcloserange: je suis un peu comme lui, moins indulgent avec les films de genre (contrairement à toi qui semble être plus passionné par ce cinéma, j'ai l'impression). Tu as raison d'être enthousiaste mais je ne suis pas sûr d'avoir les mêmes ressentis... :|
En même temps, si tu lis tous les avis sur ce topic, tu verras qu'ils sont pratiquement tous positifs. Et même de la part de cinéphiles dont je ne crois pas qu'ils soient des férus de cinéma de genre (Miss Nobody, par exemple). Je ne sais pas si je suis un fan du cinéma de genre, mais je sais que j'apprécie vraiment quand c'est bien fait. Et c'est particulièrement le cas sur ce film.
Et si AtCloseRange ne voit rien de génial dans le Landis, il sera en revanche capable de dire tout le bien qu'il pense du film de Joe Dante Hurlements, qui a à mon avis ses propres faiblesses et est plus bancal que Le Loup-garou de Londres, comme il le laisse entendre.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23419
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by AtCloseRange »

Demi-Lune wrote:Et si AtCloseRange ne voit rien de génial dans le Landis, il sera en revanche capable de dire tout le bien qu'il pense du film de Joe Dante Hurlements, qui a à mon avis ses propres faiblesses et est plus bancal que Le Loup-garou de Londres, comme il le laisse entendre.
Tout simplement parce que Joe Dante est un bien meilleur cinéaste que Landis.
Le mix d'humour et d'effroi (et d'émotion - voir la fin respective des 2 films) est mieux réussi dans le Dante (film non exempt de défauts, je le reconnais). Les 2 films ne me semblent par ailleurs pas concourir dans la même division budgétairement parlant.
Et la fin du Landis est typique. Alors qu'il a tout pour en faire une belle fin, il s'en sort par une pirouette idiote pour dédramatiser tout ça.
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 13828
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis)

Post by hellrick »

Demi-Lune wrote: Toujours aussi génial, ce Loup-garou de Londres... C'est à mes yeux l'un des tous meilleurs films fantastiques des années 1980.
Culte.
Je ne vais pas trop développer ce que je disais ici http://bis.cinemaland.net/html/movies/a ... london.htm mais ce film est absolument parfait, un pur chef d'oeuvre...je ne changerais qu'une chose à ta phrase, je supprimerais quelques mots...
C'est à mes yeux l'un des tous meilleurs films fantastiques des années 1980.
:wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Brody
Indices : bateau - requin
Posts: 4884
Joined: 21 Feb 06, 18:42
Location: à la flotte !

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by Brody »

AtCloseRange wrote:Et la fin du Landis est typique. Alors qu'il a tout pour en faire une belle fin, il s'en sort par une pirouette idiote pour dédramatiser tout ça.
Elle est très bien la fin du Landis ! Je ne vois pas ce qu'il y a de dédramatisé, et on ne peut pas dire qu'il y ait de scène ou de plans en trop : plan sur le héros mort, pleurs de l'héroine restée hors champ, noir. ça me semble plutôt épuré... (ou alors j'ai un souvenir partiel).

Très grand film pour moi aussi, par son mélange humour/horreur parfaitement dosé, et son inscription dans un cadre urbain naturaliste (décor mais aussi romance) qui renforce le décalage entre les scènes de comédie et de terreur.
Mais toutes ces discussions m'ont donné envie de redécouvrir Hurlements, vu à l'époque sur La Cinq dans une qualité, disons,... herzienne.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22010
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by Nestor Almendros »

Je n'aurai finalement pas tardé à visionner le blu-ray acquis à vil prix. Il me restait de nombreux souvenirs du film (dûs aux visionnages de cette fameuse VHS) mais je l'ai certainement vu pour la première fois normalement.

Sans être totalement irréprochable, je trouve l'ensemble assez réussi. L'angle de l'histoire privilégie l'approche humaine de la malédiction et les personnages (David Naughton a des faux airs de Sylvester Stallone). Cela fonctionne très bien notamment par un aspect très décontracté et assez crédible dans les comportements (l'amitié des deux randonneurs, la drague vers l'infirmière). Beaucoup l'ont noté: il y a un humour très présent qui évite en permanence de casser l'ambiance de terreur pour donner un contrepoint ponctuel plaisant mais qui sonne surtout très juste. Il n'y a pas de gag voyant, d'humour factice: il fait partie du tableau général et s'y fait une place logique sans jurer dans le paysage. D'autres points du scénario me paraissent plus bancals: la fin dans la rue, peut-être un peu trop expédiée (mais c'est aussi voulu, dans un genre d'épure comme on l'a déjà souligné), ou l'enquête du médecin (développement logique à l'histoire mais qui fait peut-être un peu trop "attendu"). La mise en scène de Landis est parfois en mode automatique quand il fait surgir le monstre dans des plans brefs succédant à des moments de silence, avec décharge sonore adéquat. Un systématisme qui finit par se voir à la longue.
Il y a ensuite une réutilisation intéressante de la mythologie avec cette lande mystérieuse, le village qui cache son secret, le réveil dans le zoo (très bien vu), etc. Si la légende date de plusieurs siècles, la remise au goût du jour est plutôt habile et jamais ridicule. C'est aidé notamment par des effets spéciaux assez réussis et qui n'ont, pour la plupart, pas vieilli. Il y a évidemment la transformation décrite avec précision, des marionnettes qui sentent parfois le plastique mais dont le sens du détail impressionnent tellement que les défauts sont rapidement oubliés. Je noterai aussi les images furtives de la bête dans Londres, dans le métro ou dans la rue, où les déplacements sont vraiment bien exécutés.

Finalement j'ai eu raison d"écouter Demi-Lune, je ne regrette pas le voyage. Ce n'est pas un film qui m'aura autant transporté que certains ici mais il a quelque chose, il touche à un mystère de façon très prenante, et c'est bien là le principal.

Le master du blu-ray est correct mais il m'a paru un peu trafiqué (EE?). En même temps la photo n'est pas super chiadée donc les miracles sont limités. Je vais bientôt m'attaquer au making of qui semble être aussi long que le film...
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
mannhunter
Laspalès
Posts: 16316
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by mannhunter »

Max Schreck wrote:Une relecture virtuose et moderne du film de loup-garou, se permettant de verser tantôt dans l'humour noir (Griffin Dunne en décomposition), la violence la plus crue (les métamorphoses, les meurtres), la romance et le tragique (la charmante infirmière, le final particulièrement abrupt). Mais le film sait aussi être un véritable festival d'effets spéciaux (Rick Baker — et Rob Bottin en face — posait là de nouveaux jalons en matière de maquillage) et de cascades (la panique sur Piccadily Circus prouve qu'on a bien là affaire à l'auteur de The Blues Brothers). Intelligent et rondement mené. Il faut louer l'excellente performance de David Naughton qui joue avec beaucoup de crédibilité, ainsi que la somptueuse musique d'Elmer Bernstein qui accompagne ses courses rêvées dans les bois.

Voilà ce que j'avais rédigé à propos de ce film il y a quelques temps. Incontestablement l'un des meilleurs films de son auteur.
Revu en Blu Ray et je suis toujours aussi bluffé par son équilibre rare entre humour bizarre et désespéré, angoisse et tragique... et évidemment cette scène de transformation qui n'a jamais été égalée depuis... du tout bon.
leatherface
Assistant(e) machine à café
Posts: 108
Joined: 24 Apr 12, 13:04

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by leatherface »

35th Anniversary Blu-ray Edition
http://www.blu-ray.com/news/?id=19455
Quelqu'un sait si ce sera un region free ?
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23419
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Le Loup Garou de Londres (John Landis - 1981)

Post by AtCloseRange »

Un peu de musique