Bertrand Tavernier

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11510
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Bertrand Tavernier

Post by MJ »

Amarcord wrote:A contrario, je n'ai jamais compris la guerre stupide qui lui livre une certaine presse ("Les Inrocks" en tête), complètement subjective et stérile.
Ca a à mon avis à faire avec le fait que Tavernier est un cinéaste de causes, ce qui contredit une conception (bourgeoise) de la gratuité de l'art. Comme dit Bourdieu, "derrière tout art il y a un art de vivre"...
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Amarcord
Assistant opérateur
Posts: 2827
Joined: 30 Oct 06, 16:51
Location: 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Bertrand Tavernier

Post by Amarcord »

MJ wrote:
Amarcord wrote:A contrario, je n'ai jamais compris la guerre stupide qui lui livre une certaine presse ("Les Inrocks" en tête), complètement subjective et stérile.
Ca a à mon avis à faire avec le fait que Tavernier est un cinéaste de causes, ce qui contredit une conception (bourgeoise) de la gratuité de l'art. Comme dit Bourdieu, "derrière tout art il y a un art de vivre"...
Oui, il y a très vraisemblablement de ça. Il y a aussi un parti pris gratuit (mais en fait très lié à ce que tu relèves) : en gros (pour aller vite) "Les Cahiers du cinéma" VS. "Positif" (Les Inrocks "suivant" les Cahiers). Mais dans cette "guéguerre", quelqu'un comme Patrice Leconte (qui, lui, n'est pas, à proprement parler, un cinéaste "de causes") est mis dans le même sac que Tavernier. D'où le côté stérile (car artificiellement systématique) et très mauvaise foi (mais après tout, n'est-ce pas aussi ça, le plaisir de critiquer ?) de ces critiques. Les deux cinéastes avaient d'ailleurs pareillement réagi à une époque contre, finalement, "une certaine tendance de la critique" (si je puis dire...)
[Dick Laurent is dead.]
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11510
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Bertrand Tavernier

Post by MJ »

Amarcord wrote:Oui, il y a très vraisemblablement de ça. Il y a aussi un parti pris gratuit (mais en fait très lié à ce que tu relèves) : en gros (pour aller vite) "Les Cahiers du cinéma" VS. "Positif" (Les Inrocks "suivant" les Cahiers). Mais dans cette "guéguerre", quelqu'un comme Patrice Leconte (qui, lui, n'est pas, à proprement parler, un cinéaste "de causes") est mis dans le même sac que Tavernier.
Oui, il y a aussi le rapport à la Nouvelle Vague. Cela dit dauber sur Leconte me semble autrement plus légitime que de le faire sur Tavernier. :lol:
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Amarcord
Assistant opérateur
Posts: 2827
Joined: 30 Oct 06, 16:51
Location: 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Bertrand Tavernier

Post by Amarcord »

MJ wrote:Oui, il y a aussi le rapport à la Nouvelle Vague.
Evidemment... C'est de cela qu'il s'agit. D'où mon allusion directe à l'article de Truffaut ("une certaine tendance...") :wink: La Nouvelle vague, en matière de critique, c'est vraiment le péché originel ! :mrgreen: Et on le paye encore aujourd'hui...
MJ wrote: Cela dit dauber sur Leconte me semble autrement plus légitime que de le faire sur Tavernier. :lol:
Alors là, on aborde la question des goûts et des couleurs, qui est, par définition, sans fin... Mais de toi à moi, je suis bien d'accord avec toi ! :wink:
[Dick Laurent is dead.]
Akrocine
Régisseur
Posts: 3239
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Bertrand Tavernier

Post by Akrocine »

J'ai eu la chance de tomber pile au début de l'émission en sortant du parking pour rester bloqué dans les bouchons! J'éprouve toujours une certaine émotion quand je l'entend parler :oops: En tout cas je suis à 100% d'accord avec son opinion sur les jeunes qui vont au cinéma...

http://sites.radiofrance.fr/franceinter ... p?id=98870

Et demain c'est Moebius :D
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Bertrand Tavernier

Post by Jericho »

Akrocine wrote:J'ai eu la chance de tomber pile au début de l'émission en sortant du parking pour rester bloqué dans les bouchons! J'éprouve toujours une certaine émotion quand je l'entend parler :oops: En tout cas je suis à 100% d'accord avec son opinion sur les jeunes qui vont au cinéma...

http://sites.radiofrance.fr/franceinter ... p?id=98870
Merci pour le lien, c'était passionnant comme d'habitude. Seul inconvénient: l'émission est trop courte.
Image
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Bertrand Tavernier

Post by Anorya »

Le juge et l'assassin (1976).

Image
Elle avait une poitrine... Comme ça.


On ne peut pas forcément réussir partout.
Si j'avais adoré Coup de Torchon, je suis resté un peu froid par ce Juge et l'assassin.
Non pas que la confrontation entre ces deux grands que sont Galabru et Noiret ne soit pas passionnante au contraire, mais leurs interprétations me semblent tellement parfaites, tellement contrôlées et écrites comme du papier à musique que j'ai presque manqué de me désintéresser d'eux pour préférer l'ambiguïté fabuleusement déployée d'un Brialy qui observe ce duel et remet constamment les pendules à l'heure. Avec Isabelle Huppert, aussi belle que mystérieuse, en retrait et fascinante, ces deux là aèrent brillamment un combat froid entre deux tueurs, deux malades (Ils sont aussi méticuleux l'un que l'autre, en arrivent même à s'estimer, s'admirer presque. Sauf que l'un utilise la loi pour arriver à ses fins tout en affichant un retranchement de façade --qui craque forcément quand une situation dangereuse finit par éclater-- là où l'autre ne connait pas de loi et ne se réfrène pas. Le personnage qu'interprète Noiret en outre, malgré son intelligence reste d'une certaine petitesse engoncée d'hypocrisie et d'égoïsme --il ne vise que la légion d'honneur et le regain que l'affaire pourrait lui apporter (mention de l'affaire Dreyfuss toute aussi importante à côté). Un personnage finalement aussi antipathique que celui de l'assassin joué par Galabru. Avec ces deux là, la mise à distance à un peu trop marché avec moi. Aucune sorte d'identification possible.

L'autre chose qui m'a fait un peu rester de marbre, c'est l'immersion complète et parfois forcée à travers la période. Avec tous les détails, j'ai eu la désagréable impression d'assister au film d'un historien certes brillant mais qui en a oublié aussi qu'il faisait un film avant tout (donc qu'il pouvait donner des infos non négligeables au spectateur). Au début du film par exemple, on ne fait aucunement mention des dates exactes à l'époque où se débrouille le film (heureusement la jaquette du dvd donne quelques infos, merci bien le studio canal). Les costumes en eux-mêmes notamment des soldats sont parfois trop propres pour être complètement justes (une ceinture normalement ça porte des traces d'usure, le pantalon de Galabru dans la neige au début : même pas trempé ? Ah bon, la toile à l'époque était aussi épaisse qu'une tenu de ski ? Et j'en passe... Evidemment je pinaille mais quand on voit comment Noiret s'intéresse au détail --cf le baton taillé venant de Lourdes que porte Bouvier/Galabru--, quoi penser du reste alors ?). Et cette mention à la fin du film qui indique que l'assassin Bouvier n'a tué que 12 enfants là où les mines en ont tués des milliers. Attends Bertrand, tu te fous pas un peu de notre gueule ? C'est un affrontement psychologique et moral que tu veux témoigner, un drame sur un homme qui veut défier la Foi en prônant la folie et le meurtre ou un portrait d'Histoire engoncé dans son flot, ne dévoilant que quelques remous d'une époque contrariée ? Je pencherais là-dessus malgré cette phrase finale que je considère comme relevant d'une pure inconscience (ou d'une posture de rebellion) après tout ce qu'on a vu.

Après, bon film mais comme je le redis, un poil déçu. Le travail du directeur photo est à ranger dans les plus par contre, ces couleurs chaudes et qui parfois, en intérieur, font ressortir de nombreuses teintes font tout de suite penser (et je pense que c'est voulu) au travail des impressionnistes de l'époque. Toujours dans l'esthétique du film, les nombreux paysages magnifiques de l'Ardèche (et Tavernier dans les bonus évoque en rigolant qu'a chaque fois qu'ils trouvaient un paysage intéressant, ils s'arrêtaient et faisaient marcher Galabru. Et comme la région s'avère assez riche... :mrgreen: ) ainsi que la musique de Sarde, notamment ce passage fabuleux d'une chanson au milieu du film, commençant à la harpe et au chant, sur laquelle, lentement, Sarde appose ses instruments. Une sorte d'intimisme déployé musicalement, qui enfle doucement... Dommage qu'on doive se taper des passages à l'accordéon assez pénibles durant le film (c'est un des rares instruments que, grâce à la variété des talents qu'on peut observer dans le métro parisien, j'ai grandement appris à détester, sauf dans le jazz ou le tango et encore). :mrgreen: :|
3,5/6.


Après, il n'est pas dit que je retenterais ce film une autre fois. J'en espérais sans doute trop. Je ne pense pas que je serais déçu avec les prochains Tavernier que je m'apprête à voir par contre (L.627, Capitaine Conan...)...
Last edited by Anorya on 25 Jan 11, 10:08, edited 1 time in total.
Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Bertrand Tavernier

Post by Federico »

Je vais sortir un truc idiot mais Le juge et l'assassin est le type même du film qui a les défauts de ses qualités et inversement. C'est un trait assez souvent propre au cinéma de Tavernier, cinéaste talentueux, excellent directeur d'acteurs (sans doute un des meilleurs avec Sautet qu'il admirait je crois beaucoup), cinéphile boulimique et passionné (son DVDblog est une mine !) mais qui parfois emporté par son élan et sa saine vitalité vindicative pèche par des démonstrations un peu appuyées (j'écris ça d'autant plus facilement que je suis souvent d'accord avec ce qu'il veut faire passer). Le juge campé avec la fausse bonhommie de Noiret devient l'archétype du notable retors, malin et sans scrupules. Le serial killer celui du déclassé né sous une mauvaise étoile autant victime de la société que coupable de faits abominables.
Bon, maintenant que c'est dit, j'ai revu le film récemment et Galabru m'a de nouveau époustouflé. Quel gâchis qu'un acteur de sa trempe ne se soit pas plus souvent vu offrir des rôles à sa (forte) taille même si quelques cinéastes actuels ont eut le bon goût de faire appel à lui. C'est d'ailleurs Tavernier qui fut un des premiers à le faire en son temps et il le reprendra pour Une semaine de vacances où il est tout aussi remarquable dans un rôle peut-être plus difficile encore.
Grande prestation de Brialy également.
Le juge et l'assassin est donc un grand film, par moment gâté par des séquences un peu trop démonstrativement lourdes. Je pense à celle de la soupe populaire qui a le même défaut que le final pré-révolutionnaire de Que la fête commence. On les dirait sortie d'un film soviétique des années 20.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15054
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Bertrand Tavernier

Post by Watkinssien »

Pour moi, Le Juge et l'Assassin est le chef-d'oeuvre de Tavernier. Car non content d'y voir une reconstitution parfaite (comme dans tous les films à caractère historique de Tavernier), je trouve que la construction du film est d'une grande intelligence, d'une grande force dramatique et même d'une perfection qui amène l'évidence à la fois du propos et de la forme. Et pour cette dernière, je trouve la mise en scène de Tavernier absolument somptueuse. Son classicisme dans la composition des plans et son utilisation magistrale du Scope sont constamment éblouissants.

Et les comédiens parachèvent la superbe de l'ensemble.
Image

Mother, I miss you :(
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Bertrand Tavernier

Post by Anorya »

Federico wrote:...par moment gâté par des séquences un peu trop démonstrativement lourdes. Je pense à celle de la soupe populaire qui a le même défaut que le final pré-révolutionnaire de Que la fête commence. On les dirait sortie d'un film soviétique des années 20.
Voilà. C'est tout à fait ça. Pour moi une incursion de l'Histoire qui en fait trop (ou plutôt, le fait mal). Logiquement la scène peut se relier à de nombreuses autres (comme la fin par exemple), mais ça a le fallacieux mérite de me sortir du film un instant tellement c'est plein de gros sabots incompréhensible venant d'un cinéaste comme Tavernier. :|
Image
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19643
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Bertrand Tavernier

Post by Rick Blaine »

On peut effectivement reprocher à Tavernier certains plans exagérément démonstratifs dans Le Juge et l'Assassin, je pense notamment à la scène finale, que regrette d'ailleurs Tavernier lui même dans le commentaire audio.

Mais ça reste tout à fait mineur devant les immenses qualités du film, je souscris globalement à l'avis de Watkinssien, notamment dans l'utilisation du scope, Tavernier est certainement le réalisateur français qui sait le mieux utiliser ce format.

Un film majeur dans une filmo qui comporte de toute façon tant de grands films qu'il me serait bien difficile d'y établir une hiérarchie.
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1859
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Bertrand Tavernier

Post by ballantrae »

Entièrement d'accord avec toi car tout de même l'horloger..., que la fête commence, coup de torchon, un dimanche à la campagne,Round midnight, La vie et rien d'autre, L'appât, Conan, ça commence aujourd'hui, Laissez passer, Electric mist... ce n'est pas rien!!!
Quant aux inrocks, leurs rétrospectives et top ten se passent de commentaires: ces dernières années, ont été plébiscités pour ne retenir que le pire, twilight, Le dalhia noir, le "film" de Ph Katerine, L'esquive, Tropical malady, Brown bunny... et oui, cela ne ressemble en rien au cinéma défendu par BT!
Et les cahiers ne font guère mieux...
J'aime être déstabilisé par un film entre autres expériences (j'adore Gerry, Bella Tarr, Japon de Reygadas,Sombre de Grandrieux...) mais contrairement à ces professionnels, je fuis les postures car elles ne me sont pas nécessaires professionnellement parlant.Détester BT, dire qu'il fait des téléfilms ORTF(j'ai crû lire cela pour la princesse dans les inrocks...)ne fait que discréditer les poseurs qui profèrent de telles âneries.
Et par ailleurs, BT est un vrai cinéphile lui qui possède une vraie culture cinéphilique, livresque et historique...et j'ai des doutes sur la solidité d'un Kaganski ou d'un Lalanne... ou plutôt , je n'en ai pas !
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Bertrand Tavernier

Post by Federico »

Rick Blaine wrote: je souscris globalement à l'avis de Watkinssien, notamment dans l'utilisation du scope, Tavernier est certainement le réalisateur français qui sait le mieux utiliser ce format.
Avec Verneuil, de Broca, Truffaut, Godard et quelques autres peut-être aussi. :wink:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Bertrand Tavernier

Post by Federico »

ballantrae wrote:Détester BT, dire qu'il fait des téléfilms ORTF(j'ai crû lire cela pour la princesse dans les inrocks...)ne fait que discréditer les poseurs qui profèrent de telles âneries.
C'est d'autant plus gratuitement méchant que c'est idiot quand on sait qu'il y eut d'immenses téléfilms ORTF qui surpassent largement des cohortes de films de cinéma d'aujourd'hui (prenez simplement ceux de Marcel Bluwal).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89606
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Post by Jeremy Fox »

Federico wrote:
Rick Blaine wrote: je souscris globalement à l'avis de Watkinssien, notamment dans l'utilisation du scope, Tavernier est certainement le réalisateur français qui sait le mieux utiliser ce format.
Avec Verneuil, de Broca, Truffaut, Godard et quelques autres peut-être aussi. :wink:
Sans oublier en France, le plus doué à mon avis dans l'utilisation du scope, Bruno Dumont.