Dellamorte dellamore (Michele Soavi - 1994)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

mannhunter
Laspalès
Posts: 16280
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

Max Schreck wrote:la troublante Anna Falchi
magnifique... :)

Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 16280
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

cinephage wrote:En revanche, trouve-t-on des sous-titres français sur le dvd Medusa ??
sous-titres italien et anglais seulement. :wink:
Art Core
Paulie Pennino
Posts: 2254
Joined: 24 May 05, 14:20

Post by Art Core »

Où peut-on le trouver ce DVD ?
mannhunter
Laspalès
Posts: 16280
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

Art Core wrote:Où peut-on le trouver ce DVD ?
dvdland.it
internetbookshop.it
...
Art Core
Paulie Pennino
Posts: 2254
Joined: 24 May 05, 14:20

Post by Art Core »

Il est qu'à 9,99 € sur DVDLand par contre il est pas dispo que veux-dire ceci : "Attesa prodotto not now - availability date 18 lug 2006" ? C'est le 18 juillet, 18 août ? :oops: Parceque bon je suis pas pressé...
mannhunter
Laspalès
Posts: 16280
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

Art Core wrote:C'est le 18 juillet, 18 août ? :oops:
c'est le 18 Juillet. :wink:
kayman
Réalisateur
Posts: 6764
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

Personne n'a pris le Anchor Bay pour comparer ?
Seul contre tous.
top hebdo lastfm
Image
kayman
Réalisateur
Posts: 6764
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

un comparatif du Medusa et de l'AB :

http://www.dvdmaniacs.net/Reviews/A-D/c ... _comp.html

Bref Direction Medusa
Seul contre tous.
top hebdo lastfm
Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 16280
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Dellamorte Dellamore

Post by mannhunter »

Up pour ce bijou qui mériterait bien de sortir en Blu Ray... 8)
cinephage wrote:Jeudi 16 Décembre 2010, Dellamorte Dellamore (Michele Soavi, 1994)
Extrait choisi : The plot thickens (chapitre 11)

ATTENTION : PARLER DE CETTE SEQUENCE IMPLIQUE QUELQUES REVELATIONS ET SPOILERS.

J’ai découvert assez tardivement ce film de Michele Soavi, qui avait pourtant une excellente reputation auprès des amateurs de films d’horreur et de fantastique. Il faut dire que j’aime bien garder quelques films « de bonne réputation » sous le coude, pour les jours où l’âme moins aventureuse qu’à mon habitude, j’ai envie de voir un bon film, et non de découvrir un film dont j’ignore tout. C’est vrai qu’on peut toujours être déçu, se trouver en désaccord avec le plus grand nombre, voir un film est toujours une opération risquée, on n’est jamais assuré d’aimer. Néanmoins, avec un film comme Dellamorte Dellamore, j’avais toutes les chances de mon coté.

Michele Soavi s’est fait connaître sur de petits films d’horreur pas piqués des hannetons, notamment pour Bloody Bird, un giallo bien ficelé, et, beaucoup plus récemment, pour un polar talentueux, Arrivederci amore, ciao qui m’avait bien plu. De fait, j’ai beaucoup apprécié Dellamorte Dellamore, même si (ou parce que, sait-on jamais ?), il faut bien l’avoué, j’ai aussi été très surpris par ce film. En effet, le film désamorce la plupart des situations connues, joue sur les codes du genre avec saveur, sans pour autant les trahir, avant d’entamer un virage surréaliste négocié de main de maître. C’est justement ce virage que désigne notre flanerie du jour. Lorsque l’on passe d’un film de zombie « classique », même si filmé avec beaucoup de talent, à quelque chose d’assez différent.

Une fois n’est pas coutume, je vais tenter d’accoler quelques images tirées de la séquence pour illustrer notre flânerie. Ca sera plus parlant. En l’occurrence, Dellamorte Dellamore est particulièrement notable pour le travail de recherche formelle de son réalisateur : tout au long du film, on est surpris par des choix de plans, des compositions originales, des approches ludiques ou juste bien trouvées. Notre flânerie nous permettra de trouver quelques exemples. Enfin, notons aussi que le film, de par son coté un peu surréaliste, prête le flanc à toutes sortes d’interprétations. On ira voir par-là aussi, mais j’avoue qu’au final, je trouve que l’opacité du message du film (si tant est qu’il y en ait vraiment un) le rend d’autant plus appréciable.

La séquence s’ouvre sur le visage du héros, Francesco Dellamorte (Rupert Everett, magistral pendant tout le film, trouve sans doute ici l’un de ses meilleurs rôles) , sortant de chez lui. Les évènements précédents sont troublants : gardien du cimetière qui en tuait les zombies, Dellamorte a rêvé qu’il tuait cette fois-ci des vivants. Il a été tiré de son sommeil par l’inspecteur de police chargé de l’enquête, qui veut parler à Gnaghi (François Hadji-Lazarro, qui joue ici comme ailleurs de son physique de brute), l’associé muet et simplet du Dellamorte. « Le temps rafraichit », constate le gardien du cimetière, dans un gros plan sur son visage ébloui scrutant le ciel.

Il s’adresse alors à l’inspecteur de police Straniero (Mickey Knox, un acteur américain que Soavi avait déjà employé dans Bloody Bird. Pour la petite histoire, politiquement très à gauche, Knox s’est exilé en Italie après avoir été mis sur liste noire dans les années 50). « Laissez-moi lui parler d’abord, s’il-vous-plait ». Le policier ne fait pas preuve d’une grande compréhension : « faites-le juste sortir d’ici ». La caméra est passée du gros plan sur Everett à un plan large qui révèle l’entrée de la cave dans laquelle réside Gnaghi, devant laquelle a lieu la conversation. Dellamorte entre dans la cave (dont l’ouverture parait bien peu pratique). Tandis qu’on entend au loin le policier déclarer combien ça pue, on voit Dellamorte de la cave entrer en fronçant le nez, puis s’arrêter en écarquillant les yeux.

Image

En contrechamps, on voit Gnaghi chantonner un air avec Valentina, la fille du maire (morte précédemment, et sur laquelle Gnaghi fantasmait fortement. Elle est jouée par la jeune et autrefois jolie Fabiana Formica). Une boule à facettes posée devant Gnaghi tourne en renvoyant des petits points lumineux.

Image

Valentina bave une sorte de bile gluante et verdâtre répugnante, que Gnaghi essuie avec tendresse d’un petit mouchoir.

Image

Contrechamps sur Dellamorte, en gros plan, qui grimace de dégout.

Image

Contrechamps suivi d’un salut amical de Gnaghi et sa bien-aimée. L’idylle est parfaite. Noter le charmant pot de fleur posé sur la télévision, qui ajoute un élément de décoration féminin à l'antre de Gnaghi (et n'était pas là auparavant).

Image

Dellamorte, après avoir marqué un arrêt, se confie à Gnaghi : il a rêvé la nuit dernière avoir tué des gens vivants… Valentina tente d'attirer l'attention du fossoyeur, en le saluant, et en demandant s'il se souvient d'elle, mais il l'ignore totalement. Voila d'ailleurs qu'il est interrompu par un appel du dehors : « vous avez de la visite ».

Tout au long du film, à chaque fois qu'une explication sérieuse, qu'un début d'analyse de la situation est entamé, qu'un dialogue qui pourrait déboucher sur des informations commence, il est interrompu. Soavi nous maintient dans une ignorance quant aux tenants et aboutissants du film : les causes nous échappent, tout comme les conséquences possibles. Personne ne prend réellement le temps d'analyser les choses : les choses fonctionnent plus par association d'idée que par causalité réelle. D'ailleurs, puisqu'on parle d'association d'idée, la vue de la fille du Maire provoque l'arrivée de ce dernier. Le visiteur est effectivement le Maire de Buffalora (la ville dont Dellamorte garde le cimetière).

Le maire (joué par Stéphano Masciarelli) demande en effet à Dellamorte (qu’il appelle « ingénieur ») de venir déterrer sa fille. La conversation se fait accompagnée par la caméra (en travelling arrière, assez large), alors que le groupe traverse le cimetière, décor principal du film. Le maire marche aux cotés de Dellamorte, du policier et d’un photographe. En effet, la mort de sept personnes risque de lui faire perdre les élections. Le gardien de cimetière répond que ça fait 15 ans que les gens votent pour lui. Ce à quoi il réplique que justement, pour être élu une seizième fois il a eu une idée. Il va intégrer la mort de sa fille à sa campagne électorale.
Alors que Dellamorte se met à la tombe de la jeune fille, un plan sur celle-ci nous montre qu’elle allait avoir, justement, 15 ans à la fin de l’année (encore ce procédé de l’association d’idée, je ne vois pas d’enjeu logique à cela, peut-être ne s’agit-il que d’un hasard, d’ailleurs).

Image

Bref, tandis que Dellamorte creuse au premier plan, en arrière-plan, on voit le maire exposer à l’inspecteur de police ses projets politiques (des affiches indiquant « si vous aussi avez perdu un être cher »), et le photographe préparer son appareil sur pied.

On notera ici un effet qu’utilise beaucoup Soavi dans le film : mettre en scène conjointement une action au premier plan, et une autre derrière. C’est assez surprenant visuellement, mais ça marche bien.

Image

Puis un plan se fait sur le photographe, alors qu’on a vu que Dellamorte arrivait au cercueil… Un zoom sur l’objectif de l’appareil (un autre de ces effets déstabilisant qui ponctuent le film).

Image

Image

Contrechamps sur le cercueil qu’on ouvre en grand, et qui révèle un corps sans tête…

Image

« Mais, ingénieur, se désole le Maire, que signifie tout ceci ?? » Haussement d’épaule du fossoyeur, d’un air blasé et passablement indifférent à ce qui semble se jouer… Le photographe, en revanche, reste dans sa fonction, proposant de cadrer à partir de la taille. (le décalage de la situation est assez hilarant, il faut dire).

Image

Mais comme on demande à nouveau une explication, le Maire est interrompu par une voix feminine : sa fille l’appelle. Elle l’appelle par de petits noms tendres (Daddy-kin, soit un équivalent de Papounet, Daddy-o, soit un équivalent de Papinou). « Vous avez entendu ?? » Demande le Maire à l’inspecteur. « Ca dépend » répond celui-ci. « Quoi ? ». Mais le Maire court à la recherche de sa fille qui l’appelle, laissant le policier seul et perplexe. Le fossoyeur sort de son trou, et glisse un mot à l’oreille du policier : « The plot thickens » (l’intrigue s’épaissit, mais les allitérations de la phrase en anglais donne un surcroit d’ironie à la réplique).

Image

C’est surtout pour nous que cette phrase est dite : nous entrons dans la seconde phase du film. Jusque là, on pouvait encore accepter la situation surprenante d’un gardien de cimetière qui doit tuer les morts, parce qu’ils reviennent à la vie quelques heures après avoir été enterrés, même s’il paraissait étonnant qu’il n’appelle pas de secours, ne fuie pas les lieux, ou que son statut étrange ne trouble personne dans la ville (chaque fois que la problématique est évoquée, elle est évitée). Désormais, on entre dans une phase plus surréaliste, plus onirique encore du film, où la causalité reste minimale, où les situations surprennent, où l’on ne sait plus très bien où vont les choses… L’intrigue s’épaissit, parce qu’on ne la résoudra jamais…

On a suivi le maire courant en quête de sa fille, à nouveau à travers le cimetière, puis devant l’entrée de la cave de Gnaghi. Appelé par sa fille, qui le presse, il y pénètre.

Dans un plan reprenant celui de Dellamorte quelques minutes auparavant (cf plus haut), on le voit entrant dans la cave, pestant contre la puanteur qui y règne. La voix de Valentina, trainante, répond « c’est à cause de moi, Papa ». Voyant alors enfin sa fille (un contrechamps en gros plan nous montre sa tête dans la télé), il s’exclame :
« Valentina, ma petite chérie, mais… Qu’est-ce que tu fais à la télévision ? »
« Je me décompose, papa » (I’m rotting fast, daddy).

Prenant à parti Gnaghi, il s’énerve : « Créature imbécile, qu’as-tu fait à ma petite fille ??
- Il n’y est pour rien, papa…
En même temps, Gnaghi s’interpose entre le Maire et sa fille, l’empêchant de l’atteindre. Le dialogue qui suit alterne, en champs/contrechamps classique, selon les dialogues, des plans sur le Maire (point de vue de Valentina), des plans sur Gnaghi avec Valentina derrière (point de vue du Maire) et des gros plans sur la jeune fille.
- Pousse-toi, monstre infame ! Ton maire te l’ordonne !
Mais Gnaghi secoue la tête énergiquement : il ne laissera pas passer le Maire.

Image

- Gnaghi et moi allons nous marier, papa…
- Quoi ?? Toi et cet animal ?

Image

- Gna ! (Gnaghi ne s’exprime que par cette onomatopée. Ici, il sourit de toutes ses dents à l’évocation du mariage).
- Je ne suis plus une si belle prise moi non plus, papa… (I’m not such a great catch either, daddy)
- Jamais. Pas tant qu’il me restera un souffle de vie.
- Ca, ça peut s’arranger.
A cet instant, on est passé à un gros plan sur Valentina, dont, alors que la musique prend un air de féérie, la tête s’envole vers nous.

Image

On passe alors à un plan vu de l’intérieur de la bouche de Valentina, approchant à grande vitesse de son père… (noter le « détail qui fait vrai » : un filet de bave passe rapidement devant nos yeux).

Image

La « jeune fille » mord alors sauvagement son père au cou, dans un plan court où la caméra bouge beaucoup. Avec la musique et les cris du père, cela fait parfaitement passer l’effet sanglant : on voit une morsure, une gorge arrachée et beaucoup de sang…

Image

Image

Alors qu’il tournoie en essayant d’arracher de son cou la vorace tête zombie, entre dans la cave notre héros fossoyeur. « Aidez-moi, ingénieur !! » supplie le Maire au passage.
- Je ne suis pas ingénieur, répond Dellamorte, mais il brandit son pistolet pour abattre la tête. A noter un bel effet de changement de focale sur la pointe de son révolver (décidément, Soavi aime beaucoup les plans « originaux ».)

Image

Image

Un contrechamps de “réaction” nous montre la tête atteinte d’une balle. La tête s’effondre, Gnaghi gémit (un bref plan sur sa réaction), le Maire tombe à terre.

Image

Dellamorte s’accroupit près du Maire, en disant à Gnaghi combien il est désolé, mais elle « en faisait un peu trop à sa tête »… Gnaghi, lui, prend la tête bien-aimée dans ses mains, la berce avec tristesse…

Image

Survient l’inspecteur, étonné. « Mais… Est-il mort ? » S’approchant du Maire, il se penche sur lui : « Mais il est mort. Qui l’a mordu ? » Dellamorte de répondre : « ce n’est ni moi ni Gnaghi. Prenez une empreinte de nos dents, vous constaterez que nous sommes innocents. »
- Mais qu’est-ce qui s’est passé ??
- Disons que ce n’est pas la première fois que vous aurez une affaire non résolue, hein…
Image

Enfin, voice que le dernier protagonist de la sequence, le photographe, pénètre dans la cave à son tour. Voyant la scène, il brandit son appareil photo : « Attention, ne bougez plus »

Image

Et le plan associe au flash de la photo un fondu au blanc annonçant la fin de la séquence. Tout au plus aperçoit-on Dellamorte qui offre un large sourire pour la photo.

Image

Comme on le constate, on est passé du ton d’un film de zombie avec enquête policière (au début de la séquence, on se demande encore est-ce lui qui a tué ces gens ?? Va-t-il se faire pincer ?) à quelque chose de drolatique, d’absurde, de comique… C’est d’ailleurs toute la force de ce film que de nous amener à accepter toutes ces transformations de l’intrigue, que font sans doute passer les jeux formel dont nous avons pu trouver quelques exemples en une séquence de 5 minutes (le jeu sur la profondeur de champ, le zoom sur l’appareil photo, la vue subjective de la bouche de Valentina, le changement de focale sur l’arme de Dellamorte, le fondu au blanc). Cette multiplicité des effets porte un rythme soutenu et une fantaisie formelle qui fait écho à la fantaisie du récit.

La séquence que nous avons évoquée est, à mon sens, précisément celle qui marque le basculement du film de genre à quelque chose d’inédit et d’assez inattendu, absurde d’une certaine façon. L’intrigue s’épaissit, en effet, c’est le moins que l’on puisse dire…

Mais surtout, la séquence est l’une des plus droles du film. Par son décalage, son ironie de tous les instants, une ironie appuyée par un Rupert Everett qui aborde toutes les situations sous l’angle de celui à qui on ne la fait pas, son humour formel et narratif (le personnage du photographe est assez bien trouvé, au vu de la situation), le film fait rire, ou, à tout le moins, sourire.

Au final, Dellamorte Dellamore est un film assez unique, qui charme et décontenance à la fois. Tiré d’un roman de Tiziano Sclavi, le créateur de Dylan Dog (BD culte italienne), le film connaitre un relatif succès, notamment en décrochant le grand prix au festival de Gerardmer en 1995. Ayant également apprécié son plus récent film criminel (Arrivederci amore, ciao), je ne peux qu’espérer que son dernier film, I sangue dei vinti, parvienne un jour sur les écrans français. En attendant… Gna !
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14661
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Dellamorte dellamore (Michele Soavi, 1994)

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

Francesco Dellamorte, jeune homme solitaire et dépressif, est le gardien d'un cimetière bien spécial : au bout de 7 jours, les cadavres se réveillent et quittent leur tombe en quête de chair fraiche. Accompagné du fidèle Gnaghi, un simplet ne s'exprimant que par l'onomatopée "gna", Francesco se charge de les remettre en terre…

SPOILERS. Excellente découverte que ce Dellamorte dellamore ! Véritable objet filmique inclassable, à la croisée des prouesses techniques improbables d'un Dario Argento, de l'imagination visuelle poétique et débordante d'un Terry Gilliam, et de l'humour noir et loufoque d'un Peter Jackson époque Braindead, ce film fantastique (dans tous les sens du terme) égrène, durant 1h40, une succession de visions fulgurantes et de saynètes abracadabrantesques toutes entières placées sous le signe d'une constante imprévisibilité. N'y cherchez pas de la vraisemblance, n'y cherchez pas de la logique, laissez-vous porter dans cet univers déroutant et envoûtant, capable de vous faire rire aux éclats puis dans la minute suivante, de vous décontenancer totalement. Dans une ambiance unique et fascinante, mais aussi lourdement érotique et poétique, quelque part entre le rêve fellinien et le cauchemar fulcien, Michele Soavi amène le spectateur dans un cimetière-monde* paradoxalement rassurant et étrangement insaisissable : il est très difficile d'établir une géographie de ce lieu, tant les décors semblent changer, comme animés de leur propre vie. Dans ce terrain de jeu, il donne libre cours à son inspiration formelle, ici incontestablement dans ses grands jours. Magnifiant une direction artistique funèbre et expressionniste, le réalisateur enchaîne toutes les trente secondes les idées de mise en scène stupéfiantes, au fil d'un récit complètement barré, invraisemblable et jouissif.

Image Image Image

Le pitch : extrêmement simple. Digne d'un Sam Raimi. Chaque soir, un gardien de cimetière désabusé et son assistant empoté trucident du revenant qui ne se plaît plus dans son cercueil. A partir de là, ça devient la fête au grand nawak, avec des lucioles, des veuves sculpturales, la Mort, des pelles dans la tête, des ados écrabouillés par un bus, des nonnes trucidées, des seringues dans l'urètre, ou un cousin éloigné de Farrugia, qui vomit quand il est content. Revisitant avec fraîcheur et grande inventivité le genre usé du film de zombies, Soavi injecte dans son Dellamorte dellamore une recette magique, qui transcende la simple entreprise horrifique pour offrir un conte très étrange, d'une poésie macabre somptueuse, laissant franchement épaté au sortir du film. Ça évoque de nombreuses influences mais ça ne ressemble à rien de connu. C'est très drôle et dans le même temps très grave. C'est très sanglant et dans le même temps furieusement bandant (Anna Falchiiii !!!!). C'est très divertissant et dans le même temps régulièrement malaisant. Ça raconte peu de choses et plein de choses à la fois - en creux du syndrome Vertigo** dont souffre le personnage d'Everett (excellent, au passage, dont l'association comique avec Hadji-Lazaro fonctionne à merveille), se lit un sous-texte très mélancolique, très fataliste, sur l'amour et sur notre unique but ici-bas : mourir, tout simplement. Quand Federico Fellini rencontre Re-Animator, cela donne l'envoûtant Dellamorte dellamore, qui donne envie de se pencher sur le reste de la filmographie de Soavi.
"Je donnerais ma vie pour mourir"... Gna !


* Ce cimetière (et son village mitoyen) est un endroit isolé au-delà duquel, comme la fin nous le montre durement, il n'existe plus rien. Ironiquement, le cimetière est donc un îlot où survivent les rares humains. Que Soavi cite matériellement, au détour d'un plan, L'Île des morts de Böcklin n'est pas étonnant. C'est en outre l'une des influences picturales majeures du film. Un travelling arrière nous montre en effet que cette représentation est en fait une sculpture de fontaine. L'eau joue un rôle important puisque "Elle" apparaît souvent en s'y miroitant. Cette onde symbolise, comme dans le tableau de Böcklin, le passage entre la vie et la mort.

** Hanté par une femme obsédante, dont il se sent responsable de sa mort, Everett croit la revoir bien en vie à deux autres reprises, au travers d'autres rencontres. Mais comme chez Hitchcock, la femme perdue l'est définitivement. Du moins dans ce monde. Cela se jouera en trois actes de répétition : la veuve, l'assistante et l'étudiante. Trois facettes vouant un rapport différent au sexe. Chaque fois, Everett en fait les frais.
Last edited by Demi-Lune on 21 Feb 11, 17:22, edited 2 times in total.
La Rédac
Dream Team
Posts: 458
Joined: 5 Nov 03, 15:33
Location: Dvdclassik Plaza

Re: Dellamorte dellamore (Michele Soavi, 1994)

Post by La Rédac »

Petit focus Michele Soavi sur TVClassik

ImageImageImageImage
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14661
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Dellamorte dellamore (Michele Soavi, 1994)

Post by Demi-Lune »

Je sens que je vais bientôt me prendre en dvd Arrivederci amore ciao, qui a reçu par ici de très bonnes critiques.

Bien envie de voir le rarissime Sanctuaire (The Church) aussi.
Akrocine
Régisseur
Posts: 3409
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Dellamorte dellamore (Michele Soavi, 1994)

Post by Akrocine »

Très, très beau texte (comme d'habitude)!

Je suis d'accord sur l'ésprit du film même si j'ai trouvé la 2ème partie un peu moins réussi.

Je t'invite à découvrir l'excellent Bloody Bird :wink:
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14661
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Dellamorte dellamore (Michele Soavi, 1994)

Post by Demi-Lune »

Akrocine wrote:Je t'invite à découvrir l'excellent Bloody Bird :wink:
Il paraît qu'il est pas mal boiteux, celui-là. Mais manny le défendra très certainement.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48274
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Dellamorte dellamore (Michele Soavi - 1994)

Post by Flol »

J'aurais également pu le défendre avec brio !...sauf que je n'en ai quasi zéro souvenir aujourd'hui. Je me souviens juste avoir plutôt bien apprécié, même s'il était quand même un peu bancal.
Rooohhh mais quelle belle défense...:o