Christine (John Carpenter - 1983)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22965
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Ratatouille wrote:
Akira wrote:Mais un Carpenter mineur reste toujours un film sympa. :wink:
Adage plutôt vrai....sauf avec l'ignoble Ghosts of Mars, en ce qui me concerne. ;)
J'espère que tu as changé d'avis là-dessus :cry:
Malgré ses côtés très cheap, j'aime beaucoup.
Image
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23247
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

Ben, perso, c'est le seul film de Carpenter que je possède... et j'aime beaucoup.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10772
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Post by odelay »

AtCloseRange wrote:
Ratatouille wrote: Adage plutôt vrai....sauf avec l'ignoble Ghosts of Mars, en ce qui me concerne. ;)
J'espère que tu as changé d'avis là-dessus :cry:
Malgré ses côtés très cheap, j'aime beaucoup.
Me too. J'aime bpc le coté décor assez stylisé.

Sinon, Christine est un bon Carpenter (meilleur que L'homme invisible que j'ai commencé à regarder cet aprèm sur RTL 9 et qui ne m'a pas franchement convaincu; à aucun moment j'ai eu l'impression d'être devant un Carpenter).
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Post by julien »

Je trouve que c'est l'un de ses meilleurs films. C'est du fantastique sociologique. Ses adolescents qui ne peuvent exister et se créer une identité que par la voiture. Et la métamorphose progressive du jeune Arnie est spectaculaire. Sur ce point de vu c'est même plus intéressant (ou en tout cas plus noir) qu'American Graffiti qui explorait un peu la même thématique.
Ubik
Ennemi d'état et du grand cinéma
Posts: 2165
Joined: 31 Dec 05, 02:47

Post by Ubik »

julien wrote:Je trouve que c'est l'un de ses meilleurs films. C'est du fantastique sociologique. Ses adolescents qui ne peuvent exister et se créer une identité que par la voiture. Et la métamorphose progressive du jeune Arnie est spectaculaire. Sur ce point de vu c'est même plus intéressant (ou en tout cas plus noir) qu'American Graffiti qui explorait un peu la même thématique.
J'aurai plutôt rapproché le film de Carrie. :wink:
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Post by julien »

Oui Carrie y fait un peu penser aussi c'est vrai. Je citais American Graffiti car c'est un film où la voiture est au centre de tous les évènements. Un peu comme dans Christine. Et on y retrouve aussi la même utilisation de la musique rock'n' roll dans la bande son.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 47488
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

AtCloseRange wrote:
Ratatouille wrote: Adage plutôt vrai....sauf avec l'ignoble Ghosts of Mars, en ce qui me concerne. ;)
J'espère que tu as changé d'avis là-dessus :cry:
Malgré ses côtés très cheap, j'aime beaucoup.
Je ne l'ai pas revu depuis, en fait. Mais j'aimerais bien, finalement...
Alcatel
fétichiste du collant
Posts: 4912
Joined: 10 Jan 05, 17:45
Location: Lyon

Post by Alcatel »

julien wrote:Oui Carrie y fait un peu penser aussi c'est vrai. Je citais American Graffiti car c'est un film où la voiture est au centre de tous les évènements. Un peu comme dans Christine. Et on y retrouve aussi la même utilisation de la musique rock'n' roll dans la bande son.
Je ne vois pas le rapport :| . American Graffiti est une chronique ethnologique proche de I Vitelloni.
Image Image
1970-2005: un artiste à la recherche de l'équilibre dans sa Force...
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4481
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Post by G.T.O »

Alcatel wrote:Je ne vois pas le rapport :| . American Graffiti est une chronique ethnologique proche de I Vitelloni.
Voyons, voyons pas de gros mot Mr ! :mrgreen: :wink:

Et moi qui croyait que c'était le pilote de Happy Days :arrow:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18123
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Post by Kevin95 »

Alcatel wrote:American Graffiti est une chronique ethnologique proche de I Vitelloni.
Lucas et Fellini dans une même phrase, chapeau bas mon bon Alcatel ! :lol:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5720
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Germanie

Re: Notez les films d'août 2008

Post by Truffaut Chocolat »

Christine

Révision d'un maillon fort dont on ne parle pas souvent dans la filmo de Carpenter. La vraie star ici, pour moi, c'est Keith Gordon, impressionnant dans un personnage d'adolescent niais devenant peu à peu terrifiant et "possédé" par sa passion. Sa transformation physique au fil du récit participe largement à l'intensité dramatique qui monte crescendo... C'est souvent un point faible chez Carpenter, mais ici les acteurs sont tous parfaits, malgré les stéréotypes obligés (le meilleur pote parfait, la copine jalouse, les parents bornés, etc).

Pendant ce temps-là, Carpenter enquille tranquillement les scènes avec une science de la narration qui fait passer les deux heures en un instant.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14601
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Christine (John Carpenter - 1983)

Post by Demi-Lune »

ImageImageImage

SPOILERS. Allez, et que j'profite au maximum de mon week-end et que j'continue sur ma petite lancée carpenterienne. Christine a toujours été un de mes Carpenter favoris. Une voiture qui est douée d'une personnalité, voilà pourtant un pitch qui en laisserait plus d'un sceptique, à moins que cela ne soit produit par Disney. Il s'agit pourtant d'un grand film, selon moi, un film que je revois chaque fois avec grand plaisir et qui me semble souvent omis lorsque l'on cite les grandes réussites du cinéaste. D'ailleurs, lui-même affirme ne l'avoir tourné que parce que c'était le seul projet qu'on était venu lui offrir après l'échec de The Thing. Limite s'il ne le trouve pas raté. Pourtant, à mes yeux Christine est très loin d'être un Carpenter mineur. Pourquoi ? Pour la qualité de la mise en scène, d'abord. Avec The Thing, je trouve que ce film est peut-être celui où Big John maîtrise le mieux son art, dans lequel remarquable fluidité, économie judicieuse, discrète virtuosité et sens imparable du Scope font bon ménage. Dès la clinquante ouverture et ses mouvements d'appareil et angles soigneusement étudiés, l'efficacité technique de la réalisation saute aux yeux et trouve une forme d'accomplissement total que, malheureusement, Carpenter perdra pour moi peu à peu. Il bénéficie en outre d'un directeur photo (Donald M. Morgan, qu'il retrouvera sur Starman) succédant temporairement au fidèle Dean Cundey et ce, avec un certain brio formel : comme l'indiquait Simone Choule au début du topic, Christine est, assez logiquement d'ailleurs, un film aussi rutilant que sa voiture éponyme dès lors que celle-ci est au centre de toutes les attentions. Brillante de couleurs tapageuses, aguichant ses propriétaires masculins au gré des chansons rétro qu'elle diffuse sur ses ondes, capricieuse, jalouse, possessive et méchante, Christine, voiture métaphore de la femme-objet qui rêve de prendre sa revanche sur la gent masculine, est également un prisme au travers duquel se lit une description subtile de l'adolescence, illustrée via le personnage d'Arnie Cunningham dans son excessivité, ses contradictions auto-destructrices. L'union symbiotique entre Arnie et sa voiture (qu'il désire certainement plus encore charnellement que sa petite amie Leigh) n'est pas sans procurer un certain malaise au spectateur qui ne manquera pas d'être troublé par un sous-texte sexuel aussi dérangeant et inhabituel (on est quand même plus de dix ans avant Crash de Cronenberg). Il faut tout le talent d'un Keith Gordon (vu également dans le Pulsions de De Palma, où il jouait déjà un geek mal dans sa peau), jeune acteur prometteur hélas trop tôt disparu des écrans, pour donner une profondeur tourmentée et hallucinée à un personnage de looser assez casse-gueule sur le papier. Il est d'ailleurs bien épaulé par John Stockwell et la jolie Alexandra Paul (bien avant Alerte à Malibu). Il faut le souligner car les films de Carpenter ne brillent pas toujours par leurs performances d'acteurs.

ImageImageImage

Maladivement renfermé derrière ses grosses lunettes et sa trouille du contact féminin qu'il tente de prendre avec philosophie (cf. le dialogue avec son ami Dennis dans la voiture), Arnie est le pendant masculin de Carrie White, jeune vierge tétanisée évoluant dans un monde lycéen impitoyable dès lors que l'on ne rentre pas dans les canons de réussite américains. Comme pour Carrie, l'intrusion du fantastique est alors moins prétexte à une intrigue horrifique qu'à une régénération vengeresse où s'exprime toute la détresse d'une jeunesse tourmentée. Certes nuancées ici (le footballer américain n'est pas, cette fois, un grand nigaud ; la plus belle fille du lycée n'est pas la splendide potiche habituelle...), les sacro-saintes images du petit monde adolescent n'en prennent pas moins pour leur grade : l'ado souffre et il le fait radicalement savoir, que cela soit à ses parents castrateurs (qui n'ont finalement plus aucune emprise sur lui et se font copieusement insulter) ou à ses ennemis, que Christine se charge d'éliminer. Christine, le déclic (et déclin) mental, la voiture plus fidèle et plus désirable encore que la femme. Ceux qui pensent toujours être dans un Carpenter assagi sont définitivement irrécupérables ! :mrgreen: C'est, au contraire, un Carpenter remarquablement vicelard, que ce Christine. Très proche de Carrie pour des raisons évidentes, je trouve personnellement Christine encore plus approfondi, abouti et dérangeant dans sa vision sombre de l'adolescence, et le préfère au De Palma. Christine, c'est d'ailleurs un peu le complément et l'envers d'Halloween dans la mesure où la menace plane sur les jeunes des banlieues propres mais qu'elle provient de quelqu'un de semblable, d'un vilain petit canard mal dans sa peau qui ne trouvera rien d'autre de mieux, pour se faire respecter et intégrer (du moins le pense-t-il), que d'expulser toute sa violence par le biais de son monstre chromé, véritable miroir de lui-même. Une extension mécanique de son esprit qui annoncerait presque, décidément, du Cronenberg (filiation d'autant plus étrange à la lumière des déclarations de Carpenter selon lesquelles il voit dans la destruction de Christine par le bulldozer une scène de baise sauvage). Sauf que cette extension dispose aussi de sa propre personnalité et que le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle dissimule celle d'une belle garce. Cependant, l'une des grandes forces du film est de conserver, un peu à la manière des Oiseaux d'Hitchcock, un mystère fascinant autour de cette Plymouth Fury 1957. Ainsi, il faut tout le talent d'un cinéaste chevronné au fantastique pour parvenir à donner "corps" à cette histoire inventive de Stephen King sans tomber dans le grand-guignolesque. Car ce qui est le plus remarquable dans Christine, c'est la fluidité immédiate d'une narration qui permet à Carpenter de captiver de suite son auditoire et de faire passer comme une lettre à la poste tous les ressorts scénaristiques à venir. Nanti d'un budget relativement confortable de 10 millions de dollars, studio oblige, il bénéficie également de trucages qui restent toujours aussi impressionnants car délivrés avec parcimonie et fondés sur des effets mécaniques qui supplanteront toujours, en terme de texture et de réalisme, tous les CGI de la terre. La restructuration de Christine reste magnifique, 27 ans plus tard. Le film ne fait pas peur mais il n'en reste pas moins admirable avec son scénario d'une rigueur à toute épreuve et, sous son enrobage rock'n'roll chromé et rutilant (conforté par une très belle gamme de standards des années 1950), plutôt malsain et souvent dérangeant (l'agonie d'Arnie qui touche une dernière fois le "corps" de sa Christine). Encore un grand film de Carpenter !

J'adore les plans au Scope où les phares s'allument au son du petit jingle au synthé.
Last edited by Demi-Lune on 25 Oct 10, 10:40, edited 1 time in total.
mannhunter
Laspalès
Posts: 16194
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Christine (John Carpenter - 1983)

Post by mannhunter »

Demi-Lune wrote:Christine a toujours été un de mes Carpenter favoris. Une voiture qui est douée d'une personnalité, voilà pourtant un pitch qui en laisserait plus d'un sceptique, à moins que cela ne soit produit par Disney. Il s'agit pourtant d'un grand film, selon moi, un film que je revois chaque fois avec grand plaisir et qui me semble souvent omis lorsque l'on cite les grandes réussites du cinéaste. D'ailleurs, lui-même affirme ne l'avoir tourné que parce que c'était le seul projet qu'on était venu lui offrir après l'échec de The Thing. Limite s'il ne le trouve pas raté. Pourtant, à mes yeux Christine est très loin d'être un Carpenter mineur.
Il faut écouter le commentaire audio du dvd où Carpenter réévalue un peu "Christine" (notamment sa direction d'acteurs et sa réalisation) grâce notamment à l'enthousiasme débordant de Keith Gordon pour le film :D :wink:
Demi-Lune wrote:Il bénéficie en outre d'un directeur photo (Donald M. Morgan, qu'il retrouvera sur Starman) succédant temporairement au fidèle Dean Cundey et ce, avec un certain brio formel
oui,et dommage que Carpenter n'aie pas poursuivi sa collaboration avec Morgan,son travail sur "Christine" est brillant...
Demi-Lune wrote:[Il faut tout le talent d'un Keith Gordon (vu également dans le Pulsions de De Palma, où il jouait déjà un geek mal dans sa peau), jeune acteur prometteur hélas trop tôt disparu des écrans
acteur devenu depuis un réalisateur de talent (contrairement à John Stockwell?? :lol: ) même si un peu rare,hélas... :(

sinon belle critique Demi-Lune,je plussoie à 100% pour ce qui reste probablement mon Carpenter préféré... :oops: :wink:
mannhunter
Laspalès
Posts: 16194
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Christine (John Carpenter - 1983)

Post by mannhunter »

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 47488
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Christine (John Carpenter - 1983)

Post by Flol »

Comme prévu, Alexandra Paul est devenue MILF et Keith Gordon est toujours aussi moche (quelqu'un aurait pu lui dire de se raser ces 2 petites touffes de cheveux au sommet du crâne).