Wolfman (Joe Johnston - 2010)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Jericho »

Un director's cut pour Wolfman

C'est le 1er juin que sortiront chez Universal aux USA le DVD et le Blu-Ray de Wolfman. Chaque édition contiendra deux versions du film (celle sortie en salles et le director's cut, plus long de 17 minutes) ainsi que des scènes coupées ou étendues. Seul le Blu-Ray proposera deux fins alternatives, cinq featurettes et la possibilité de voir en streaming le film original de 1941, sans oublier les options Take Control, (commentées par les responsables des effets spéciaux, Rick Baker et le directeur de la photo) U-Control et une copie digitale. Pour la France, il faudra attendre le 20 juillet..

http://www.mad-movies.com/Articles_Un_d ... ur_Wolfman
Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Jericho »

Vu le version allongée de 15 min (appelée "unrated"). Alors ayant vu la version cinéma, je vais citer de mémoire les ajouts:

- quelques plans en plus pour la scène d'introduction, celle qui précède le titre du film.

- ça enchaine de suite sur une séquence inédite où l'on voit Benicio Del Toro jouer dans une pièce de théâtre. Après on le voit dans les coulisses et 1ère rencontre entre lui et la femme de son frère (Emily Blunt). Cette dernière lui annonce de vive voix que son mari a disparu.

- en partance pour Blackmoor, Benicio discute dans un train avec Max Von Sydow (les salauds ils ont coupé sa présence au montage), assez mystérieux comme échange.

- scène de repas qui tourne au vinaigre avec Benicio, Anthony Hopkins et Emily Blunt.

- bien plus tard, vers la fin du métrage, Hugo Weaving donne des directives à ses hommes au bar de Blackmoor.


Et je crois que c'est à peu près tout, j'ai peut être oublié 2 ou 3 trucs, mais rien qui saute aux yeux. Si ce n'est pleins de plans inédits disséminées un peu partout dans le film et aussi quelques répliques en plus, qui apportent un peu plus de cohérence à l'oeuvre (on a moins cette impression de voir des personnages disparaitre et apparaitre comme par magie).
Ce montage ne change pas radicalement le film (juste le début en fait), ça pourrait même passé inaperçu, car le rythme est toujours aussi effréné, mais cette version longue permet d'aérer le récit et de poser un peu plus les personnages, chose que j'ai trouvé très appréciable.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14348
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Demi-Lune »

Vu en director's cut, dans un doublage français qui figure parmi les plus calamiteux que j'ai jamais entendus (d'ailleurs, c'est peut-être bien une version québécoise) et qui m'a sans doute partiellement gâché la séance. Bref, j'ai trouvé ce Wolfman cuvée 2010 assez moyen. Ne connaissant pas la version originale, je me garderai d'établir des comparaisons quant à la fidélité ou non de Joe Johnston à l'ancien matériau. Dans les intentions comme dans le produit fini, nous sommes face à un film honnête et artisanal dans le sens où Johnston évite manifestement le plus possible de céder aux sirènes de la facilité visuelle et des tics à la mode : il soigne amoureusement sa photographie ténébreuse (cependant trop désaturée à mon goût), ses éclairages à la bougie et sa direction artistique, propose un rendu qui a de la gueule et qui n'est pas sans évoquer le travail de Tim Burton sur Sleepy Hollow. Si certains effets ne sont guère convaincants (accélérés...), la volonté du réalisateur de renouer avec de la série B gothique, "à l'ancienne" dans la forme, demeure appréciable et bienvenue. Le film surprend aussi agréablement par ses morts graphiques et violentes, qui tranchent dans le vif.

Seulement voilà, ça s'arrête un peu là. Comme je le disais, le doublage était catastrophique et je ne peux pas vraiment me prononcer sur la qualité du jeu actoral (quoique Del Toro fait du Del Toro, avec tête légèrement baissée et regard en coin, tandis qu'Anthony Hopkins hérite de son 113e rôle de zinzin inquiétant). Le scénario est malheureusement cousu de fil blanc et les situations se devinent à quinze lieues à la ronde, quand elles ne frappent pas par leur incongruité (le combat too much entre les deux loups-garous à la fin ; l'inspecteur ripperologue Francis Abberline, de Scotland Yard, dont on se demande bien le pourquoi de sa présence scénaristique - le vrai inspecteur Abberline se prénomme en plus Frederick !) ou leur inutilité (l'apparition éclair et sans réel apport de l'incontournable Max Von Sydow, qui vient cachetonner entre un Scorsese et un Ridley Scott). Si le director's cut tend apparemment à gommer les aspérités d'un montage salles rugueux, le scénario, lui, laisse l'impression que l'écriture fut tout autant chaotique que la post-production. La plus grosse déception que procure Wolfman est que le résultat à l'écran des transformations ne laisse guère deviner la contribution prestigieuse de Rick Baker : celles-ci ne se hissent jamais au niveau des classiques que sont Le Loup-Garou de Londres ou Hurlements. Les transformations, CGI-sées à mort, n'impressionnent pas et sont d'ailleurs rapidement évacuées, là où Landis et Dante filmaient pendant de longues minutes les prouesses de Baker et Bottin. A ces CGI affreusement laids et envahissants (les plans du Londres victorien ressemblent à des cinématiques de jeu vidéo), ajoutez une partition décevante de Danny Elfman et une romance insuffisamment exploitée pour captiver dans les moments-clés de la fin. Wolfman est donc un produit en demi-teinte, plaisant mais absolument pas mémorable, proposant un gore étonnant et un visuel léché, mais au service d'un scénario prévisible au possible et de trucages numériques qui, décidément, ne vaudront jamais de bons vieux animatronics des 80's.

A noter un sympathique générique final.
Last edited by Demi-Lune on 3 Jan 11, 15:40, edited 3 times in total.
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4641
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by nobody smith »

Demi-Lune wrote:Le scénario est malheureusement cousu de fil blanc et les situations se devinent à quinze lieues à la ronde, quand elles ne frappent pas par leur incongruité (le combat too much entre les deux loups-garous à la fin ; l'inspecteur ripperologue Francis Abberline, de Scotland Yard, dont on se demande bien le pourquoi de sa présence scénaristique - le vrai inspecteur Abberline se prénomme en plus Frederick !) ou leur inutilité (l'apparition éclair et sans réel apport de l'incontournable Max Von Sydow, qui vient cachetonner entre un Scorsese et un Ridley Scott).
Je l'avais déjà noté précédemment mais je trouve que l'emploi d'Abberline est un choix assez pertinent du scénario. Plus que le clin d'oeil, c'est un moyen de resituer la thématique de la limite entre l'homme et le sauvage. L'enquête d'Abberline sur l'éventreur l'a convaincu qu'il n'y a pas besoin de créatures fantastiques pour que des meurtres abominables soit commis. L'homme peut se montrer monstrueux sans avoir besoin d'improbable folklore. Bref, l'homme est un loup pour l'homme et patati :wink:
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
Evènementiel mon Chablis !
Posts: 11479
Joined: 23 Jan 04, 22:36
Location: Dans un fût de chêne

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by »

Jericho wrote:Vu le version allongée de 15 min (appelée "unrated"). Alors ayant vu la version cinéma, je vais citer de mémoire les ajouts:

- quelques plans en plus pour la scène d'introduction, celle qui précède le titre du film.

- ça enchaine de suite sur une séquence inédite où l'on voit Benicio Del Toro jouer dans une pièce de théâtre. Après on le voit dans les coulisses et 1ère rencontre entre lui et la femme de son frère (Emily Blunt). Cette dernière lui annonce de vive voix que son mari a disparu.

- en partance pour Blackmoor, Benicio discute dans un train avec Max Von Sydow (les salauds ils ont coupé sa présence au montage), assez mystérieux comme échange.

- scène de repas qui tourne au vinaigre avec Benicio, Anthony Hopkins et Emily Blunt.

- bien plus tard, vers la fin du métrage, Hugo Weaving donne des directives à ses hommes au bar de Blackmoor.


Et je crois que c'est à peu près tout, j'ai peut être oublié 2 ou 3 trucs, mais rien qui saute aux yeux. Si ce n'est pleins de plans inédits disséminées un peu partout dans le film et aussi quelques répliques en plus, qui apportent un peu plus de cohérence à l'oeuvre (on a moins cette impression de voir des personnages disparaitre et apparaitre comme par magie).
Ce montage ne change pas radicalement le film (juste le début en fait), ça pourrait même passé inaperçu, car le rythme est toujours aussi effréné, mais cette version longue permet d'aérer le récit et de poser un peu plus les personnages, chose que j'ai trouvé très appréciable.
Vu cette version longue aujourd'hui.
Je ne connaissais pas la version ciné, mais au vu de ton post, j'ai du mal à imaginer le film sans les scènes que tu décris. Pas étonnant donc que beaucoup aient trouvé l'exposition des personnages et le montage abrupts.
J'ai globalement beaucoup aimé pour les mêmes raisons que pas mal d'entre vous : ambiance et photo réussies, acteurs convaincants, violence graphique assez prononcée... En revanche, je ne suis pas d'accord concernant l'utilisation des cgi pas si pourrie que ça, il ne faut quand même pas déconner. Par ailleurs, on retrouve pas mal de similitudes entre la métamorphose de Del Toro et celle de David Naughton dans Le Loup Garou de Londres (mouvements convulsifs de la tête et du cou, allongement du buste, déformation des pieds et des chevilles, etc).
Le combat final, passage le moins réussi en ce qui me concerne, m'a fait penser à celui de Nichlolson et James Spader dans Wolf : et on se saute dessus à trois mètres du sol, et on s'envoit valser contre les murs... Dans la vraie vie, des loups garous ne se battent pas comme ça. :roll:
Quant à la BO... Effectivement, elle lorgne pas mal du côté de chez Kilar dans le Dracula de Coppola (soupoudrée d'un soupçon de Spider Man je trouve... :mrgreen: ).

Concernant la thématique du lycanthrope, abordée ici de manière très intéressante, je ne saurais (une fois de plus) que conseiller l'approche de Paco Plaza dans le remarquable Romasanta, l'Enfer des Loups. A ce titre, l'idée de faire intervenir l'inspecteur Abberline pour développer l'aspect psychologique de la chose est une très bonne idée.

Bref, un film très sympa.

Je note que l'indispensable Max Von Sydow n'est même pas crédité dans la fiche IMDB du film.
Last edited by on 2 Aug 10, 13:23, edited 1 time in total.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 44838
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Flol »

Mµ wrote:Quant à la BO... Effectivement, elle lorgne pas mal du côté de chez Kilar dans le Dracula de Coppola
Elle est encore plus proche du Dracula de Badham (composé par Williams).
Evènementiel mon Chablis !
Posts: 11479
Joined: 23 Jan 04, 22:36
Location: Dans un fût de chêne

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by »

Ratatouille wrote:
Mµ wrote:Quant à la BO... Effectivement, elle lorgne pas mal du côté de chez Kilar dans le Dracula de Coppola
Elle est encore plus proche du Dracula de Badham (composé par Williams).
Oui, j'ai vu que tu l'avais écrit un peu plus haut, mais bien qu'ayant vu le film (il y a longtemps), je ne la connais pas.
frédéric
1st Degree
Posts: 12960
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by frédéric »

Mµ wrote:... Dans la vraie vie, des loups garous ne se battent pas comme ça. :roll:
Ah bon, parce que les loups garous existent ? (Je blague bien sûr).
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 20666
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Nestor Almendros »

Merci Demi-Lune pour cet avis qui me convient bien. Je n'ai rien à ajouter, sinon que j'ai vu la version salle diffusée sur Canal+ (donc pas de Max Von Sydow) et que le film m'a fait penser au DRACULA de Coppola, pas seulement pour la reconstitution d'époque et l'ambiance sombre et gothique, mais peut-être parce que le score de Danny Elfman reprend quelques notes de celui de Kilar (beaucoup plus réussi).
Visionnage paresseux, sans surprises. Très étonné également des sursauts "gores" plutôt bienvenus - mais rares.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 44838
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Flol »

Nestor Almendros wrote:Merci Demi-Lune pour cet avis qui me convient bien. Je n'ai rien à ajouter, sinon que j'ai vu la version salle diffusée sur Canal+ (donc pas de Max Von Sydow) et que le film m'a fait penser au DRACULA de Coppola, pas seulement pour la reconstitution d'époque et l'ambiance sombre et gothique, mais peut-être parce que le score de Danny Elfman reprend quelques notes de celui de Kilar (beaucoup plus réussi).
Quitte à me répéter...mais le thème d'Elfman lorgne davantage du côté du Dracula de Williams, plutôt que celui de Kilar. Et c'est une excellente BO au demeurant. :o
Et je rapprocherais plus le film de Sleepy Hollow, pour ma part.
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by Jericho »

Ouais, dans les films récents, le rapprochement avec Sleepy Hollow serait plus pertinent. Puisque ce dernier s'inspirait déjà des productions de la Hammer.
Image
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12753
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Wolfman (Joe Johnston-2010)

Post by hellrick »

Révision en HD et largement à la hausse...J'avais moyennement apprécié la première fois, là j'ai redécouvert un hommage respectueux et très classe au fantastique classique avec des images souvent sublimes et un côté tragique dénué de tout cynisme franchement bienvenu dans le cinéma d'horreur actuel. Quelques regrets (certains sfx) mais des broutilles, le film est un vrai plaisir et un des meilleurs remakes de ces dernières années

(j'aime beaucoup l'original pour ma part et plus encore sa suite, le Frankenstein contre le loup garou qui est un de mes "films cultes mineurs"...et je le reverrais bien d'ailleurs)
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Wolfman (Joe Johnston - 2010)

Post by Jericho »

Pour ceux qui veulent connaitre en détails les diffèrences entre la version cinéma et la "director's cut":

http://www.movie-censorship.com/report.php?ID=739906
Image
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Wolfman (Joe Johnston - 2010)

Post by jacques 2 »

La remontée du topic me donne envie de revoir ce beau fleuron d'un fantastique classique qui respecte son public ...

Un exemple de "remake" (même si le scénario s'en éloigne pas mal ...) à mon avis bien supérieur à l'original avec Lon Chaney Junior : Benicio Del Toro est vraiment l'homme du rôle ... :)
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12753
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Wolfman (Joe Johnston - 2010)

Post by hellrick »

jacques 2 wrote:La remontée du topic me donne envie de revoir ce beau fleuron d'un fantastique classique qui respecte son public ...
Tu l'as raté sur RTL jeudi dernier, c'est là que je l'ai revu :fiou:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image