Claude Faraldo (1936-2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

lecoinducinéphage
Electro
Posts: 983
Joined: 12 Aug 05, 21:42

Claude Faraldo (1936-2008)

Post by lecoinducinéphage »

Image


Annonce de la mort de Claude Faraldo, auteur du libertaire et culte "Themroc" (1972), avec Michel Piccoli. Un parcours assez inhabituel et original dans le cinéma français, "Bof, anatomie d'un livreur" (1971), "Les fleurs du miel" (1976), "Deux lions au soleil" (1979), "Flagrant désir" (1986), "Merci pour le geste" (1999)...

AFP /
Décès de Claude Faraldo, cinéaste contestataire, à l'âge de 71 ans
Cinéaste autodidacte et contestataire, auteur d'une douzaine de films joyeusement provocateurs, d'inspiration anarchiste tels que "Bof", "Themroc" ou "Deux lions au soleil", le réalisateur Claude Faraldo est décédé mardi à l'âge de 71 ans, a-t-on appris jeudi auprès de son agent.
Né à Paris le 23 mars 1936, Claude Faraldo avait exercé divers petits métiers avant de venir au cinéma dans les années 60 et 70, où s'était épanoui son esprit radicalement contestataire.
Il a été inhumé ce jeudi "dans le Midi, en toute intimité", a indiqué à l'AFP son agent, Pierrette Panou.
L'un des rares cinéastes français à revendiquer une origine prolétarienne, Claude Faraldo a signé entre 1965 et 2000 une douzaine de titres ("La jeune morte", "Tabarnac", "Deux lions au soleil", "Flagrant désir"..) qui forment une oeuvre placée sous le signe de la rébellion et du refus des conformismes.
Parmi les plus connus figurent "Bof ou l'anatomie d'un livreur", une truculente pochade avec Marie Dubois et Paul Crauchet, jugée très provocante à sa sortie en 1971 : l'histoire d'un ouvrier décidant, au nom du droit à la paresse, de changer de vie.
L'année suivante, il clouait au pilori la société de consommation dans un autre film controversé, "Themroc", joyeuse farce montrant la révolte radicale d'un peintre en bâtiment, vieux garçon, incarné par Michel Piccoli.
Après un incident avec son patron, celui-ci s'enfuyait en rugissant et poussait les habitants de son quartier à retourner à l'âge des cavernes - grognements, borborygmes et rugissements remplacent les dialogues dans ce film, où les rapports mère-fils, frère-soeur, employeur-salarié sont mis en pièces.
Après l'échec de son long-métrage "Tabarnac" en 1974, il avait travaillé pour la télévision, signant notamment "le Serpent vert" et "Tête de pioche" dans les quartiers populaires de Marseille.
Le Festival de cinéma d'Alès, Itinérances, qui lui avait rendu hommage en 2006, regrette jeudi dans un communiqué la disparition d'un "cinéaste autodidacte, qui s'était emparé de cet art avec une énergie farouche, donnant à intervalles réguliers des nouvelles de la famille, du monde ouvrier, de la société française".
Claude Faraldo s'était "imposé dans les années 70 comme un des principaux représentants d'un cinéma contestataire, un cinéma de la rebellion et du refus des conformismes", dit le festival.
"Jamais je ne voudrais faire partie d'un club qui accepterait de m'avoir pour membre." (Groucho Marx)
Randolph Carter
Accessoiriste
Posts: 1520
Joined: 26 Feb 06, 08:53
Liste DVD
Location: Kadath

Post by Randolph Carter »

Adieu Claude,tu as sans doute trouvé la liberté que tu as cherchée toute ta vie.RIP.
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15092
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

RIP ! :oops:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24546
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

Je n'avais vu de lui que son dernier long-métrage pour le cinéma, Merci pour le geste, inégal mais qui suffisait pour mesurer à quel point ce cinéma, social, sincère mais désabusé, était avant tout mû par l'indignation. Il me tarde de découvrir le film souvent considéré comme l'oeuvre majeure de ce cinéaste de convictions, Themroc... Quoiqu'il en soit, comme le dit si bien Randolph Carter ci-dessus, puisse-t-il désormais trouver un peu plus de liberté qu'en ce bas monde.
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
Art Core
Paulie Pennino
Posts: 2254
Joined: 24 May 05, 14:20

Post by Art Core »

Je ne conaissais pas mais les quelques descriptions de ses films donnent fichtrement envie !
User avatar
Major Dundee
Réalisateur
Posts: 6133
Joined: 15 May 06, 13:32
Location: Bord de la piscine de "Private Property"

Post by Major Dundee »

Ah ! Que cela me rend triste :cry:
Il avait vraiment commencé très fort avec "Bof" et "Themroc".
Un souffle de contestation et de liberté très rarement atteint dans le cinéma français, sauf peut-être dans le premier Séria "Ne nous délivrez pas du mal"
RIP :cry: :cry: :cry:
Charles Boyer (faisant la cour) à Michèle Morgan dans Maxime.

- Ah, si j'avais trente ans de moins !
- J'aurais cinq ans... Ce serait du joli !


Henri Jeanson
Aladdin Sane
Assistant(e) machine à café
Posts: 109
Joined: 25 Aug 07, 15:42

Post by Aladdin Sane »

Tiens, tiens, tiens, l'annonce de son décès coïncide avec le jour où j'ai acheté l'édition allemande de Themroc chez Potemkine...Bizarre !
Ce petit mot "Pourquoi" est répandu dans tout l'univers depuis le premier jour de la création, Madame, et toute la nature crie à chaque instant à son créateur : "Pourquoi ?"
Dostoïevski (Les Possédés)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89914
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Claude Faraldo (1936-2008)

Post by Jeremy Fox »

Chronique par Olivier Bitoun de Themroc qui vient de sortir en DVD chez Tamasa.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45483
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Claude Faraldo (1936-2008)

Post by Flol »

Petit problème de lien dans ton message, il y a un "Themroc" en trop. ;)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89914
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Claude Faraldo (1936-2008)

Post by Jeremy Fox »

Thanks :wink:
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15733
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Claude Faraldo (1936-2008)

Post by Père Jules »

Un film que j'avais trouvé totalement abscons à sa découverte, très symptomatique de l'incapacité du gauchisme à cohabiter dans le fond et dans la forme avec le cinéma (et l'art en général).
C'est original certes, mais le discours est totalement imbitable. Ce n'est pas ce que j'appelle de la subversion.
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7621
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Claude Faraldo (1936-2008)

Post by 7swans »

Je viens de m'acheter l'affiche de Deux Lions au Soleil, parce que je la trouvais jolie :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Je ne connaissais pas du tout le film. Maintenant très envie de le voir.
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.