It's a Free World... (Ken Loach, 2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49113
Joined: 14 Apr 03, 11:21

It's a Free World... (Ken Loach, 2008)

Post by Flol »

Eh bien alors, tout le monde se fout du dernier Ken Loach ?
On a beaucoup parlé l'an dernier de son précédent opus primé à Cannes, The Wind That Shakes the Barley, qui pourtant s'apparentait selon moi à une forte baisse de régime de la part du réalisateur anglais...tandis qu'ici, son dernier film est venu me rappeler pour quelles raisons j'aimais son cinéma : retour au cinéma social, plein de rage, de fureur et de justesse (3 éléments qui manquaient singulièrement à son précédent film...toujours selon moi, hein !), porté par des comédiens étonnants, avec en premier lieu Kierston Wareing qui ne manque pas d'énergie.
En plus de cela, Loach nous offre un très beau portrait de femme, tout en ambiguïté : d'habitude, chez Loach, les personnages principaux sont vus comme des victimes du système et de la lutte des classes...ici, on assiste en quelque sorte à une inversion de tout cela, et certains comportements de son "héroïne" sont loin d'être glorifiés . Vraiment marquant.

Bref ceux qui aiment Loach mais qui avait été quelque peu refroidi par sa Palme d'Or, devraient largement préférer ce It's a Free World....
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49113
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: It's a Free World... (Ken Loach)

Post by Flol »

Ratatouille wrote:Eh bien alors, tout le monde se fout du dernier Ken Loach ?
Bon...ben je crois que j'ai ma réponse ! :D
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Post by Cosmo Vitelli »

Non, non, non...je m'en fout pas. Pas eu le temps d'aller le voir encore, mais ça me tente bien.
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 42379
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Post by Rockatansky »

Moi je ne l'ai pas vu, et je suis d'accord, j'avais trouvé son précédent film bien décevant, content que ce film ne suive pas cette voie visiblement.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Karras
David O. Selznick
Posts: 12853
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Post by Karras »

Vu aujourd'hui, c'est un bon Ken Loach. Il n'y a peut être pas l'intensité émotionnelle d'un Ladybird mais la peinture sociale est juste et l'actrice principale fait une grosse performance. En fait on dirait presque une sorte de documentaire animalier, une "panthère" dans la jungle ultra-libérale prête à tout pour sa propre subsistance, qui évite notamment tout manichéisme. Un bon cru.
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16921
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Après avoir tant de fois adopté le point de vue des opprimés Ken Loach se place maintenant de celui des oppresseurs, sans manicheisme et avec la justesse qui lui est coutumière (après tout l'héroïne de "Ladybird était loin d'être irréprochable). Angie le personnage principal est ainsi tour à tour attachant par sa volonté, sa rage de réussir et ses bonnes intentions puis vraiment detestable lorsqu'elle cède au plus bas instinct libéraliste qu'elle dénonçait une fois installée. Kierston Wareing est une vraie révélation, très grande interprétation d'un personnage particulièrement ambigu. Un aperçu glaçant également de la situation des immigrés clandestins en Angleterre qui semble encore plus sinistre que celle pourtant pas bien réjouissante des même en France. Hormis un rebondissement thriller pas bien convaincant sur la fin encore un très grand Ken Loach. 5/6
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22175
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

Bien vu, Karras, avec ce résumé fort pertinent de la "panthère", auquel je souscris. Un bon Loach, pas aussi réussi que certains autres, mais un bon cru quand même, et un certain soulagement après la déconvenue Palmesque (count me in, donc).
Fahrenheit
Doublure lumière
Posts: 702
Joined: 31 Aug 07, 00:10

Post by Fahrenheit »

Mon premier Loach au ciné.
Très bon film et sans doute juste qui fait mal.
En fait je n'ai pas grand chose à dire tant la démonstration est claire que le système actuel est de plus en plus dur pour tout le monde et que le chacun pour soit risque de s'amplifier dans les années à venir.

Très belle performance de l'actrice principale.
Fahrenheit: ex tueur de cyborg ...
Let's put a smile on that face !
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4555
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Post by G.T.O »

Une oeuvre anti-didactique, subtile, compréhensive et sèche qui contraste agréablement avec l'académisme et la lourdeur de son précedent film porté par une superbe actrice principale, Kierston Wareing. Un Loach plus complexe que d'habitude, sans doute parce que le cinéaste a fait taire ici ses habitudes dénonciatrices. Très belle fin...
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49113
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Tu fais zizir.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15699
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

C'est clairement le plus beau film de Loach que j'ai vu depuis des lustres !

Une oeuvre subtile, sans concessions, sans fioritures, ni esprit de dénonciation primaire !

Ce remarquable film réussit en tous points à nous faire comprendre le propos du cinéaste, celui de l'inexorabilité d'un système tranchant amenant à l'immoralité pour s'en sortir !

Les comédiens sont formidables et on en ressort avec un désespérant enthousiasme, comme si les solutions vitales, dans le monde d'aujourd'hui, sont dénuées de normalité !

Un très grand film !
Image

Mother, I miss you :(
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Post by Joe Wilson »

Contrairement aux avis précedents, ce nouveau Loach m'a déçu. J'ai surtout été gêné par une mécanique dramatique inutilement alambiquée et tortueuse, à l'image d'un final bâclé et assez manipulateur.
Si le sujet est particulièrement intense, le personnage d'Angie manque sérieusement de nuances : à la fois manipulatrice, séductrice, arriviste, revancharde, dépassée par rapport à son enfant...c'est trop à la fois pour être crédible. Loach ne se repose que sur elle et cela finit par étouffer son propos. Les manifestations de sécheresse et d'agressivité sont intéressantes mais c'est au détriment de perspectives de réflexion. Il n'y a pas de recul face à la ténacité brutale d'Angie et trop de scènes privilégient la facilité à la finesse. Loach se débarasse beaucoup trop facilement de ces seconds rôles (notamment le Polonais amoureux d'Angie) et son film s'achève dans la confusion. S'il montre une situation dramatique et inextricable, son portrait est vite fragile et caricatural car il ne parvient pas à réunir les aspirations sociales d'Angie et ses difficultés familiales. Dans ses conditions, ses choix restent illisibles et le personnage reste distant et finalement peu convaincant.
Image
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4555
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Post by G.T.O »

Joe Wilson wrote:Contrairement aux avis précedents, ce nouveau Loach m'a déçu. J'ai surtout été gêné par une mécanique dramatique inutilement alambiquée et tortueuse, à l'image d'un final bâclé et assez manipulateur.

Euhhhh, je ne vois absolument pas ce que tu veux dire: manipulateur ?!
Et quant à l'aspect dramatique non-linéaire, j'aime assez: ça change de la saucisse en croùte qu'était le Vent se lève !

Joe Wilson wrote: Si le sujet est particulièrement intense, le personnage d'Angie manque sérieusement de nuances : à la fois manipulatrice, séductrice, arriviste, revancharde, dépassée par rapport à son enfant...c'est trop à la fois pour être crédible.

Tu reproches au personnage de manquer de nuance et pourtant tu énonces un certains nombres d'attributs de sa personnalité qui permettent de dire le contraire. Elle n'est pas toujours très sympathique et recommandable, Loach est neutre; voilà ce qui choque. Tu aurais préféré que le film comme le personnage principal soit plus simple à appréhender et à réduire.
Joe Wilson wrote: Loach ne se repose que sur elle et cela finit par étouffer son propos. Les manifestations de sécheresse et d'agressivité sont intéressantes mais c'est au détriment de perspectives de réflexion. Il n'y a pas de recul face à la ténacité brutale d'Angie et trop de scènes privilégient la facilité à la finesse. Loach se débarasse beaucoup trop facilement de ces seconds rôles (notamment le Polonais amoureux d'Angie) et son film s'achève dans la confusion. S'il montre une situation dramatique et inextricable, son portrait est vite illisible et caricatural car il ne parvient pas à réunir les aspirations sociales d'Angie et ses difficultés familiales. Dans ses conditions, ses choix restent illisibles et le personnage reste distant et finalement peu convaincant.
Nullement. Mais c'est un film assez terrible qui laisse assez peu de choix à l'individu. Loach priviliégie une réponse systémique. Là aussi c'est surprenant. Les lois du marché, la réalité du niveau de vie, sa vie affective, ses dettes, son licenciement, son âge, sont tels que, dans l'urgence, elle décide de se faire du pognon rapidement mais elle se laisse dépasser... jusqu'à imiter ces même lois discriminantes. C'est parfaitement compréhensible et humain.
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 23753
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

G.T.O wrote:Et quant à l'aspect dramatique non-linéaire, j'aime assez: ça change de la saucisse en croùte qu'était le Vent se lève !
Je sais que je vais pisser sur un violoniste, mais en quoi une saucisse en croûte a-t-elle a voir avec la dramaturgie ?
Quitte à demander aux autres d'expliquer ce qu'ils veulent dire, autant utiliser soi-même des images parlantes... :P
Ou peut-être était-ce juste pour faire une formule, un bon mot ayant autant d'esprit qu'une - essayons - salade niçoise...
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Post by Joe Wilson »

G.T.O wrote:

Euhhhh, je ne vois absolument pas ce que tu veux dire: manipulateur ?!
Et quant à l'aspect dramatique non-linéaire, j'aime assez: ça change de la saucisse en croùte qu'était le Vent se lève !
Je détaille donc sur le final :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Tout le faux suspense autour du sort du gamin, l'irruption des individus cagoulés...cela ressemble à un film policier bas de gamme et surtout ces élements n'apportent rien au récit.
Et je peux rajouter la scène précédente, lorsque Angie et son fils regardent un film ultra-violent. La caméra insiste, insiste encore sur les images de la télévision. Cette séquence me parait facile et sans nuances, assez indigne d'un Loach, plus que maladroite s'il s'agit de condamner l'éducation du gamin.
G.T.O wrote: Tu reproches au personnage de manquer de nuance et pourtant tu énonces un certains nombres d'attributs de sa personnalité qui permettent de dire le contraire. Elle n'est pas toujours très sympathique et recommandable, Loach est neutre; voilà ce qui choque. Tu aurais préféré que le film comme le personnage principal soit plus simple à appréhender et à réduire.
Tu me prêtes un avis que je n'ai absolument pas exprimé. Je ne suis vraiment pas du genre à privilégier ce qui est simple, lisible, facile à réduire, en tout cas ce n'est pas ma vision du cinéma...
Le personnage manque de nuances à mon goût car Loach lui prête des traits trop contradictoires à force d'être brutalement affirmés. Et je vais revenir à la césure que j'ai ressenti entre vie familiale et vie sociale. Son côté manipulatrice et séductrice est ambigu et vite mis à l'écart. Sa relation à ses parents est elle-aussi expédiée.
Et tu parles de neutralité, c'est là que le bas blesse...Loach s'abrite derrière Angie, expédie ces actes et cède plusieurs fois à la facilité.
Cela n'a rien à voir avec un caractère sympathique ou recommandable...je ne vais pas au cinéma contempler des bénis oui-oui (et cette césure positif/négatif me parait toujours caricaturale).
G.T.O wrote: Nullement. Mais c'est un film assez terrible qui laisse assez peu de choix à l'individu. Loach priviliégie une réponse systémique. Là aussi c'est surprenant. Les lois du marché, la réalité du niveau de vie, sa vie affective, ses dettes, son licenciement, son âge, sont tels que, dans l'urgence, elle décide de se faire du pognon rapidement mais elle se laisse dépasser... jusqu'à imiter ces même lois discriminantes. C'est parfaitement compréhensible et humain.
Ce Loach me parait justement assez faible car il laisse l'individu de côté, et reste dans une démonstration généralisante et fragile. Tous les facteurs que tu évoques, on les connaît...et Loach, à force de tout superposer tous les soucis, en fait trop et son film reste à mes yeux une note d'intention.
Mais tant mieux si tu as apprécié, les avis contradictoires sont toujours intéressants même si j'aime assez peu expliciter à tout prix. Et il n'y a certainement pas d'opinion toute faite.
En tout cas, sur la filmographie récente d'un Loach, It's a Free World... me parait assez loin de Sweet Sixteen ou à un degré moindre de Just a Kiss.
Last edited by cinephage on 9 Mar 08, 18:51, edited 1 time in total.
Image