Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick - 1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

frédéric
1st Degree
Posts: 13245
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Post by frédéric »

Jeremy Fox wrote:Moi je ne vais pas t'aider beaucoup car j'aurais beaucoup de mal à t'en parler, la seule chose que je puisse te dire est que ce film je l'ai adoré dès ma première vision. Revu depuis en DVD et le plaisir que j'ai éprouvé était exactement le même. Des expériences de cette force, j'aimerais en avoir plus souvent ;-)

Et impossible de ne pas craquer pour Nicole Kidman effectivement et Tom Cruise est tout simplement génial je trouve..........

Entièrement + 1. Je comprends tout à fait qu'on adhère pas à ce film, mais j'ai adoré aussi.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

MJ wrote:
Truffaut Chocolat wrote:En fait, je ne vois guère de poésie dans EWS (même si j'adore le film) ni la tendresse, la tristesse et la dimension plaintive (souvenirs des cours de lettres) propres à l'élégie.

Je le trouve même dénué de toute mélancolie, de tout "regard en arrière", mais plutôt ironique - cf la dernière réplique. Pour moi EWS c'est le film d'un homme qui, sentant que ce sera le dernier, fait une pirouette géniale en riant "je vous ai bien eu, ha !". Et hop, rideau.
Mais l'un empêche-t-il l'autre? Pour moi les deux se confondent et même si je saisis l'ironie de cette réplique finale, elle me fait quand même monter les larmes aux yeux.
EWS est un film d'atmosphère élégiaque, ce qui n'implique pas le fond. Même si je trouve de toute façon ce dernier d'une mélancolie totale.
C'est vrai, l'un n'empêche pas l'autre, mais, mais...

EWS raconte l'histoire d'un type qui se met dans la tête de tromper sa femme parce qu'elle a eu l'audace de lui avouer qu'elle avait désiré un autre homme, un beau jour. Quelque part, n'y a-t-il pas quelque chose d'absurde surtout au vu de la dernière réplique et au fait qu'il se dégonfle à chaque fois qu'il a l'occasion de se "venger" ?

Je veux dire, ce film, pour moi, c'est un pur prétexte de mise en scène, tout le côté artificiel y est même souligné "Lucky To Be Alive", sans parler de la scène du billard où Sydney Pollack lui explique tout...

En quelque sorte, oui, EWS constitue la blague ultime. Mais alors quelle blague !

Enfin, je comprends ton opinion sur ce film malgré tout... même si je crois qu'on ne trouvera pas de terrain d'entente.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11839
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Truffaut Chocolat wrote: C'est vrai, l'un n'empêche pas l'autre, mais, mais...

EWS raconte l'histoire d'un type qui se met dans la tête de tromper sa femme parce qu'elle a eu l'audace de lui avouer qu'elle avait désiré un autre homme, un beau jour. Quelque part, n'y a-t-il pas quelque chose d'absurde surtout au vu de la dernière réplique et au fait qu'il se dégonfle à chaque fois qu'il a l'occasion de se "venger" ?
Le problème est que cette absurdité est, selon moi, partagée par la totalité du commun des mortels!
Enfin, je comprends ton opinion sur ce film malgré tout... même si je crois qu'on ne trouvera pas de terrain d'entente.
Là on est d'accord. Je crois que continuer reviendrait à entamer un dialogue de sourds.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13457
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Petit apparté sur ce chef-d'oeuvre revu hier soir. J'ai le DVD, mais je me suis laissé prendre après 5 mn, comme ça m'arrive parfois avec les très grands films (impossible de décoller de l'écran).
Par ailleurs, cela m'a permis de le découvrir en VF, et constaté encore une fois que les versions françaises des Kubrick sont particulièrement soignées. Petit détail qui en dit long sur la méticulosité du maître : les segments "écrits" du film (la lettre que lit Cruise devant le portail du chateau, l'article de journal qu'il lit dans le café) ne sont pas simplement sous-titrés comme c'est le cas dans 99% des films, mais littéralement traduits, tournés, et intégrés au montage. Je me demande dans combien de langues il l'a fait, quitte à retourner la scène 10 fois dans toutes les langues du DVD (?).
Chapeau.
Helward
rat d'auteur
Posts: 5566
Joined: 17 Aug 06, 10:25
Location: Rech. Optimum désesp.

Post by Helward »

Memento wrote:Petit détail qui en dit long sur la méticulosité du maître : les segments "écrits" du film (la lettre que lit Cruise devant le portail du chateau, l'article de journal qu'il lit dans le café) ne sont pas simplement sous-titrés comme c'est le cas dans 99% des films, mais littéralement traduits, tournés, et intégrés au montage.
Alors çà, c'est un procédé que je n'aime pas du tout. je l'ai déjà constaté sur plusieurs film: le dernier Wallace et Gromit (à la rigueur compréhensible, mais quand même) ou bien Closer, entre adultes consentants lors de la scène de chat sur internet intégralement retranscrite en français.
Mais je me demande quand même si c'est de l'initiative du réalisateur ou si c'est une modification imposée par la distribution dans chaque pays. Le phénomène m'a tout de même l'air assez récent et je pense plutôt à du bidouillage numérique plutôt qu'à un procédé de remontage. (?)
angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4641
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Post by angel with dirty face »

AtCloseRange wrote:Je trouve que c'est son plus mauvais film, mal joué (même l'extraordinaire Kidman y est mauvaise) et, dans l'ensemble, plutôt ridicule (la scène de l'orgie notamment).
+ 1...
Juste un bémol au sujet que Nicole Kidman que je trouve excellente.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15630
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

C'est un film qui montre également la supériorité de la femme sur l'homme en général !

Oui il y a un sens, à la fois esthétique et symbolique, qui est une des plus grandes qualités du film.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Dans la fameuse séquence où le personnage de Kidman avoue son "presque adultère" au personnage de Tom Cruise, la femme est souvent "attachée" à la couleur bleue, qui semble "émaner" d'elle.
Dès lors, cette couleur va apparaître pour symboliser cette présence, très perturbante, d'une abstraction spectrale, dans les pérégrinations nocturnes du Docteur Harford. Quand le médecin s'imagine sa femme avec le marin, le flash est imprégné de cette couleur.
C'est la supériorité de la femme que Kubrick montre dans ce merveilleux film, d'une beauté sidérante, fascinante, impressionnante.
Eyes wide shut est le film qui montre de la manière la plus brillante jamais tournée les causes d'une castration morale, où la perte d'identité se fait sans emphase et avec un talent et une maîtrise inégalables.
Une oeuvre majeure !!!
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23393
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Helward wrote:
Memento wrote:Petit détail qui en dit long sur la méticulosité du maître : les segments "écrits" du film (la lettre que lit Cruise devant le portail du chateau, l'article de journal qu'il lit dans le café) ne sont pas simplement sous-titrés comme c'est le cas dans 99% des films, mais littéralement traduits, tournés, et intégrés au montage.
Alors çà, c'est un procédé que je n'aime pas du tout. je l'ai déjà constaté sur plusieurs film: le dernier Wallace et Gromit (à la rigueur compréhensible, mais quand même) ou bien Closer, entre adultes consentants lors de la scène de chat sur internet intégralement retranscrite en français.
Mais je me demande quand même si c'est de l'initiative du réalisateur ou si c'est une modification imposée par la distribution dans chaque pays. Le phénomène m'a tout de même l'air assez récent et je pense plutôt à du bidouillage numérique plutôt qu'à un procédé de remontage. (?)
Ah oui, dans Closer, cette scène était horrible (enfin, s'il n'y avait que ça dans le film...).
En fait, c'est au contraire une pratique très ancienne (notamment pour les artciles de journaux) et qui s'était raréfiée.

Bon, sinon, il faudrait quand même que j'eesaie de redonner une chance au Kubrick même si je n'avais vraiment pas aimé.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

AtCloseRange wrote:
Helward wrote: Alors çà, c'est un procédé que je n'aime pas du tout. je l'ai déjà constaté sur plusieurs film: le dernier Wallace et Gromit (à la rigueur compréhensible, mais quand même) ou bien Closer, entre adultes consentants lors de la scène de chat sur internet intégralement retranscrite en français.
Mais je me demande quand même si c'est de l'initiative du réalisateur ou si c'est une modification imposée par la distribution dans chaque pays. Le phénomène m'a tout de même l'air assez récent et je pense plutôt à du bidouillage numérique plutôt qu'à un procédé de remontage. (?)
Ah oui, dans Closer, cette scène était horrible (enfin, s'il n'y avait que ça dans le film...).
En fait, c'est au contraire une pratique très ancienne (notamment pour les artciles de journaux) et qui s'était raréfiée.
En effet, on en trouve dans pratiquement toutes les VF des films d'Hitchcock, avec souvent des mains ou des bouts de doigts en caoutchouc tenant le livre/journal/lettre pour assurer la fixité du plan (ça pourrait donner lieu à un topic). Je n'aime pas du tout, ça a tendance à me faire sortir du film.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13457
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Max Schreck wrote:
AtCloseRange wrote:Ah oui, dans Closer, cette scène était horrible (enfin, s'il n'y avait que ça dans le film...).
En fait, c'est au contraire une pratique très ancienne (notamment pour les artciles de journaux) et qui s'était raréfiée.
En effet, on en trouve dans pratiquement toutes les VF des films d'Hitchcock, avec souvent des mains ou des bouts de doigts en caoutchouc tenant le livre/journal/lettre pour assurer la fixité du plan (ça pourrait donner lieu à un topic). Je n'aime pas du tout, ça a tendance à me faire sortir du film.
Ah ben dans le Kubrick, c'est très bien fait, ça passe tout seul en ce qui me concerne.
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

Watkinssien wrote:C'est un film qui montre également la supériorité de la femme sur l'homme en général !
Ah zut alors ! Jusqu'ici, je pensais que Eyes Wide Shut était un grand film... :?
Image
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Post by julien »

Watkinssien wrote:C'est un film qui montre également la supériorité de la femme sur l'homme en général !

Oui il y a un sens, à la fois esthétique et symbolique, qui est une des plus grandes qualités du film.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Dans la fameuse séquence où le personnage de Kidman avoue son "presque adultère" au personnage de Tom Cruise, la femme est souvent "attachée" à la couleur bleue, qui semble "émaner" d'elle.
Dès lors, cette couleur va apparaître pour symboliser cette présence, très perturbante, d'une abstraction spectrale, dans les pérégrinations nocturnes du Docteur Harford. Quand le médecin s'imagine sa femme avec le marin, le flash est imprégné de cette couleur.
C'est la supériorité de la femme que Kubrick montre dans ce merveilleux film, d'une beauté sidérante, fascinante, impressionnante.
Eyes wide shut est le film qui montre de la manière la plus brillante jamais tournée les causes d'une castration morale, où la perte d'identité se fait sans emphase et avec un talent et une maîtrise inégalables.
Une oeuvre majeure !!!
En tout cas, Watkinssien ferait un fameux décrypteur de film pour la revue "Psychologie". Je suis sûr qu'ils l'embaucherait. :D
Moi par contre, j'ai toujours pensé que ce film était une grosse daube. Le film de trop de Kubrick.
kyle reese
3D Maximal
Posts: 9791
Joined: 13 Apr 03, 13:53
Location: Back to real life !

Post by kyle reese »

Roy Neary wrote:
Watkinssien wrote:C'est un film qui montre également la supériorité de la femme sur l'homme en général !
Ah zut alors ! Jusqu'ici, je pensais que Eyes Wide Shut était un grand film... :?
Grand film oui.

Watkinssien a bien fait de préciser "en général" !
Ne reste plus qu'à se dépasser pour arriver à s'élever au dessus du lot.

L'endroit idéal pour mon 1000 post ! (même s'il est affiché 9992, celui-ci est vraiment le millième) Ce sera donc la toute dernière intervention de Kyle Reese.

A vous les studios.
There is something very important that we need to do as soon as possible.
What's that?
Fuck !
Bugsy Siegel
Accessoiriste
Posts: 1675
Joined: 1 Sep 07, 17:42
Location: Flamingo Hotel

Post by Bugsy Siegel »

Memento wrote:Petit détail qui en dit long sur la méticulosité du maître : les segments "écrits" du film (la lettre que lit Cruise devant le portail du chateau, l'article de journal qu'il lit dans le café) ne sont pas simplement sous-titrés comme c'est le cas dans 99% des films, mais littéralement traduits, tournés, et intégrés au montage. Je me demande dans combien de langues il l'a fait, quitte à retourner la scène 10 fois dans toutes les langues du DVD (?).
On retrouve ça dans Lolita (la lettre qu'elle tape à la machine), Shining (le manuscrit de Jack Torrance, "All work and no play makes Jack a dull boy"devenant "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras").
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25643
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

Memento wrote:
Max Schreck wrote: En effet, on en trouve dans pratiquement toutes les VF des films d'Hitchcock, avec souvent des mains ou des bouts de doigts en caoutchouc tenant le livre/journal/lettre pour assurer la fixité du plan (ça pourrait donner lieu à un topic). Je n'aime pas du tout, ça a tendance à me faire sortir du film.
Ah ben dans le Kubrick, c'est très bien fait, ça passe tout seul en ce qui me concerne.
Dans mes bras, frérot.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide