1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Super Seb le Bat Coco
Artist from Outer Space
Posts: 36125
Joined: 13 Apr 03, 18:41
Location: Sous la fontaine de Genève...

Post by Super Seb le Bat Coco »

kyle reese wrote:
Art Core wrote:J'aime tout particulièrement la fin
tout à fait d'accord avec ça.
moi ce que j'ai beaucoup aimé, c'est le moment où on voit les bateaux sortir de la tempete, et que là, paf, la musique qui prends tout son volume...

surement le meilleur morceau de musique avec le generique de fin de conan le barbare et le generique de debut de Total Recall.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15569
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Je ne vais pas être d'une grande originalité.

Le terme lourd convient bien à ce film décevant, où Scott n'empêche pas le pachydermisme du grand spectacle historique.

Néanmoins, le film est doté d'une mise en scène formaliste assez maîtrisée et est porté par quelques fulgurances inoubliables.

La musique de Vangelis est superbe.
Image

Mother, I miss you :(
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4686
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Post by Tuesday »

J'ai regardé, hier soir, 1492
Par curiosité, dans la mesure où je n'avais jamais vu ce film. Pas inoubliable, cependant, deux ou trois aspects du film m'ont largement enthousiasmé.

D'abord, tout betement, le sujet, j'aime vraiment beaucoup les films d'explorateurs, de bateaux, de précolombiens etc...
D'autre part, je suis toujours enthousiasmé quand je revois une grosse production de l'ere prénumerique, de vrais decors, de vrais bateaux etc...

Depardiou, as usual, j'aime. Et puis ça m'a fait plaisir de revoir certains acteurs comme Michael Wincott, avec sa gueule de vampire un peu has-been assez marrant dans son delire, et Frank Langella, toujours impecable.

Pour le reste, je l'ai presque vu comme un dvd musical, rapporty à l'excellente partition de Vangelis, qui, malgré un usage jusqu'à la corde dans l'inconscient collectif, reste tout a fait efficace dans le trip "musique de synthé sur de l'epique". J'adhere.

Certaines scenes remplissent bien leur role: la levée de la cloche, le depart du port de la premiere expedition, la rencontre avec Isabelle la Catholique, dans les palais de l'Alhambra, la retrouvaille d'avec ses fils, le passage devant la comission universitaire de Salamanque...

Le reste, beaucoup trop noyé dans - pour le coup - un coté hollywood, et quelques miscasts (je pense notement au personnage d'Armand Assante, Tcheky Karyo et Mark Margolis) qui font qu'on a plus l'impression d'un grand Docufiction de pros qu'un truc fait pour faire rever...

M'enfin, je regrette pas.
Image
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13772
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by hansolo »

Je viens de découvrir 1492 ; le film est assez fabuleux et nous présente des facettes de la vie de Christophe Colomb que j'ignorais (si tant est que la vérité historique ait été respectée).
Par contre a certains moments j'ai l'impression que Depardieu surjoue mais sa prestation reste fabuleuse!
Et bien sûr on ne présente plus les qualités de la partition de Vangelis que je connais depuis tout petit et sur laquelle je peux à présent mettre des images!

Un film malheureusement difficile à trouver en Dvd :(
Last edited by hansolo on 15 Sep 08, 15:55, edited 2 times in total.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Jericho »

Image
Image
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Colqhoun »

Tiens je suis justement en train d'écouter la musique.
Les 2 derniers morceaux de l'albums sont parfaits avant d'aller se coucher.
"Give me all the bacon and eggs you have."
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by someone1600 »

Lointain souvenir j'avais vu le film en cours d'histoire il y a 15 ans. J'avais bien aimé.
Droudrou
Doublure lumière
Posts: 411
Joined: 19 Feb 08, 16:57
Location: Rouvray

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Droudrou »

J'avoue une très grosse déception devant ce film de Ridley Scott ! Quand j'en avais vu la présentation, il y avait eu un détail qui m'avait beaucoup plu et que, malheureusement, je n'ai pas retrouvé en voyant le film :
Pour tout un chacun, je rappellerai que 1492 a été tourné après Alien, le 8ème passager. Dans certaines scènes de ce film, nous avons droit à des effets "numériques" liés aux appareils en fonction lorsque les vaisseaux se posent sur l'astéroïde ou dans d'autres moments du film.
Dans la présentation qui avait été faite de Christophe Colomb débarquant en "Amérique" chez les "Indiens", il y avait ces effets "numériques"qui donnaient plus de profondeur à cette découverte d'un nouveau continent. Je pense que le film apparaît trop sage quand l'évènement avait un rare retentissement dans l'Histoire de notre Civilisation et qu'en conséquence, j'acceptais une rare modernité dans la présentation des images et de cet instant crucial au même titre qu'à l'instant où un engin envoyé de la planète Terre s'est posé sur la Lune et que deux individus ont posé pour la première fois le pied sur notre satellite !
Le parallèle n'a pas été exploité quand la présentation l'utilisait et c'est bien dommage.
John Wayne : "la plus grande histoire jamais contée" - It was true ! This man was really the son of God !...
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14662
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Demi-Lune »

ImageImageImage

Vous vous souvenez de Calimero, l'adorable poussin malchanceux qui maugréait perpétuellement que "c'est vraiment trop injuste" ? Eh bien, 1492 me donne un peu l'impression d'être le Calimero de Ridley Scott. Un film maudit, payant encore chèrement l'injustice d'un dénigrement certes pas totalement immérité - sur la base de facteurs sur lesquels nous reviendrons -, mais surtout très excessif (la plupart des interventions sur ce topic le confirme encore d'ailleurs). Un film qui ne demande qu'à être apprécié, et qui dispose de nombreux arguments pour le permettre. D'abord, comme dans tout bon film de Ridley Scott qui se respecte, le sens de l'esthétique atteint des cimes de magnificence qui chatoient la rétine et laissent pantois d'admiration. Pourtant, j'y suis habitué avec le gaillard, mais il m'a encore eu. Imparable orfèvre du cadre et des atmosphères visuelles, Scott, épaulé par le directeur photo Adrian Biddle, donne une ampleur phénoménale à chaque plan de foule, chaque plan de monument, chaque plan de mer, chaque plan de jungle. Maître de la fresque épique (bien qu'il ne le montrera définitivement, et avec plus de succès populaire, qu'avec Gladiator en 2000), le cinéaste rend palpable à l'image chaque dollar des 47 millions de budget alloués à ce projet aussi fou que le visionnaire qui en est l'objet. Reconstitution historique de Renaissance ibérique sublime (allant jusqu'à investir le palais de l'Alhambra) côtoie donc les splendeurs naturelles d'une végétation luxuriante inviolée, dans un émerveillement comparable à celui ressenti par Colomb dans ce Paradis qu'il tente de se bâtir. Il y a d'ailleurs, chez Colomb, cette espèce de dimension bigger-than-life, quasi messianique (ne le laisse-t-il pas lui-même entendre face aux membres de l'Université de Salamanque ?) qui n'est pas sans évoquer un autre grand personnage maudit de l'œuvre scottienne : Roy Batty. Il n'est pas tellement malaisé d'imaginer ce qui a pu motiver Scott à filmer le scénario de Roselyne Bosch tant la conclusion de 1492, nous présentant un Colomb âgé, méditant sur les souvenirs d'une vie qu'aucun du commun des mortels ne peut se targuer de posséder et qu'il ne peut de fait complètement partager ("Je me souviens..."), fonctionne comme le prolongement de l'agonie confessionnelle de Batty dans Blade Runner. On serait alors tenté de voir 1492 comme l'épopée de l'impossible : donner chair aux émotions qu'a pu ressentir Roy Batty dans les voyages qu'il a effectués. Nous faire pénétrer le cœur d'un homme illuminé, habité par une soif de vie et de découverte, désirant aller plus loin que tous ceux qui l'ont précédé.

ImageImageImage

La filiation avec Blade Runner ne doit pas masquer l'intérêt intrinsèque du film. La page d'Histoire que Scott nous narre est suffisamment captivante. D'autant que le bougre sait prendre l'Histoire à bras le corps (et que la période médiévale est une de ses marottes), et que le scénario de Bosch a été scrupuleusement passé au crible par les historiens espagnols, pointilleux à ce sujet. Au final, la fresque est imposante, miraculeuse dans son absence d'artifices (point d'effets numériques : les bateaux sont réels, les décors sont réels), louable dans ses intentions. Dans le rôle-titre, Gérard Depardieu se montre véritablement habité, ce qui n'exclue une forme d'outrance passagère qu'on lui pardonnera volontiers. Pourtant, le choix du comédien ne fait toujours pas consensus à l'heure actuelle. Il est vrai que son accent français parasite quelque peu le film, surtout en ce que celui-ci souhaite se coller à une forme d'authenticité historique. La VF arrange les choses à mon sens, mais il est fort à parier qu'une partie du ressentiment envers 1492 se cristallise assez injustement autour de l'acteur. Depardieu délivre pourtant une prestation à la hauteur du gigantisme de l'entreprise (il est d'ailleurs significatif que le projet ait été, un temps, proposé à Coppola), une prestation pleine de charisme, d'emphase et de sincérité. Il est solidement entouré par un casting méritant dont on dégagera en premier lieu Sigourney Weaver, pleine de dignité et de classe dans le rôle, pourtant secondaire, d'Isabelle de Castille. Pourtant, malgré toutes ces qualités sur lesquelles je me suis épanché, malgré la superbe de l'ensemble, 1492 ne convainc pas intégralement. Pourquoi ? Difficile à dire. Depuis hier, je cherche où le bât blesse. Est-ce à cause de la grandiloquence des synthés de Vangelis ? Peut-être ; en-dehors du film, elle s'écoute bien mais par moments, la juxtaposition à l'image est franchement lourdingue. Est-ce à cause de cette suresthétisation ? Le visuel est en effet époustouflant mais certains plans filtrés évoquent plus Top Gun que la finesse d'un Legend ou d'un Duellistes. Le recours plus important aux ralentis (comme dans cette scène ratée où l'indigène fonce sur Colomb, qui voit par flashs sa famille), qui deviendront bientôt une véritable marque de fabrique chez le cinéaste, ferait presque de 1492 un moment charnière, un tournant, dans le style visuel de Ridley Scott, pas forcément dans le bons sens d'ailleurs. Est-ce à cause du scénario de Roselyne Bosch ? Il est bien bâti, mais relativement classique, même s'il exploite bien la figure de Colomb. Est-ce tout simplement à cause de Scott ? Le réalisateur a, à mon sens, effectivement du mal à donner un souffle épique continu à sa fresque, qui s'embourbe parfois dans des séquences limite (la scène de l'ouragan). Les fulgurances côtoient ainsi des moments assez caricaturaux, via le personnage de Michael Wincott (quelle belle tête de méchant que voici). En résulte un film boiteux mais aussi puissant, ambitieux, fiévreux... pas un chef-d'œuvre, mais un grand film malade selon moi, méritant bien mieux que le dédain dont il souffre encore aujourd'hui. Scott du temps de sa splendeur.

Réhabilitation ?
Last edited by Demi-Lune on 19 Oct 10, 15:31, edited 1 time in total.
Akrocine
Régisseur
Posts: 3415
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Akrocine »

Très beau texte! Mais qu'est ce que tu a contre la musique de Vangelis?!



A chaque fois elle me donne des frissons :oops:

J'ai hâte de le redécouvrir en Blu-Ray, c'était l'un de mes films préféré quand j'étais petit, je me souvient encore l'avoir découvert en LaserDisc :D
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14662
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Demi-Lune »

Akrocine wrote:Mais qu'est ce que tu a contre la musique de Vangelis?!
Je n'ai rien contre. :lol: Conquest of paradise est quand même un morceau fantastique. Et il y a des morceaux très biens. Mais je trouve que sur certaines scènes, les synthés ou les chœurs de Vangelis surlignent un peu trop des images qui étaient déjà puissantes pour elles-mêmes. Mais d'un autre côté, cela participe aussi du gigantisme de la chose... Il paraît que Depardieu voulait Jordi Savall pour la B.O. Je me demande bien ce que cela aurait donné.
De l'association Scott/Vangelis, je préfère retenir la mythique bande originale de Blade Runner, dont le futurisme accompagne de façon symbiotique la vision de Scott. Des synthés pour un film se déroulant en 1492, cela interpelle déjà plus.
seb
Stagiaire
Posts: 72
Joined: 29 Sep 05, 20:46

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by seb »

Très intéressante étude. Je partage ton point de vue.
Loin d'être un chef d'œuvre mais absolument fascinant à bien des égards.
Je crois bien que c'était le premier film où j'ai retenu le nom d'un réalisateur...
Et la vision de Blade Runner par la suite a hanté toute mon adolescence...

Ridley Scott a fait 4 films parfaits, mais vraiment parfaits où le traitement cinématographique est à son apogée :
-Les Duellistes (à revoir prochainement en salles... quel bonheur)
-Alien
-Blade Runner
-Gladiator

Au plaisir de te relire,
Crldt
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48297
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Flol »

seb wrote:-Les Duellistes (à revoir prochainement en salles... quel bonheur)
-Alien
-Blade Runner
-Gladiator
Alors me concernant, je retire Gladiator, et je le remplace par Legend.

Chaleureusement vôtre,

Rata
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by julien »

Demi-Lune wrote:Il paraît que Depardieu voulait Jordi Savall pour la B.O. Je me demande bien ce que cela aurait donné.
Je t'invite à écouter ce disque qui te renseignera probablement sur la tournure musicale qu'aurait alors pris le film, s'il avait été dirigé par Jordi savall.

Image

http://www.amazon.com/Christophorus-Col ... B000GCG8Z8

Et là tu te rendras compte qu'il aurait certainement fallut virer Ridley Scott et le remplacer par Manoel de Oliveira.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
Akrocine
Régisseur
Posts: 3415
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: 1492, Christophe Colomb (Ridley Scott - 1992)

Post by Akrocine »

seb wrote:-Les Duellistes (à revoir prochainement en salles... quel bonheur)
Effectivement une copie neuve vient de sortir! Malheureusement il passe seulement à Toulouse pour le moment :cry: Il faut que je demande à mon cinéma.
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange