Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Pour parler de toute l'actualité des livres, de la musique et de l'art en général.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Nouvelle critique en ligne de ma bio de Maurice Tourneur sur le Blog Play it Again, Sam:
Maurice Tourneur a été l’un des cinéastes les plus importants d’Hollywood, au tournant de 1920. Maurice Tourneur est aussi l’un des grands cinéastes français les plus méconnus aujourd’hui. Un double-constat qui méritait bien une biographie, que signe avec passion et érudition Christine Leteux, déjà traductrice de La Parade est passée (le bel hommage de Kevin Brownlow au cinéma muet) et créatrice d’un blog passionnant consacré au muet et au début du parlant (Ann Harding’s treasures).

La forme est classique : de l’enfance parisienne de Maurice Tourneur à ses dernières années, le récit est strictement chronologique, et tourne majoritairement autour de la filmographie du cinéaste. Mais à travers ce parcours hors du commun, c’est tout un pan de l’histoire du cinéma qui revit au fil des pages (plus de 500, qui se dévorent avec passion et gourmandise).

La jeunesse de Maurice à Paris où, apprenti peintre, il pose pour Puvis de Chavanne. Ses débuts sur scène où il se fait un nom comme metteur en scène. Son départ pour Hollywood en 1914, les critiques qui ont suivi en France où certains lui ont violemment reproché de s’enrichir pendant que ses compatriotes se font tuer au front. Ses années de gloire où il dirige Mary Pickford et devient l’un des cinéastes les plus admirés d’Hollywood. Son retour en France au début du parlant, son parcours chaotique, son implication au sein de la firme Continental durant l’Occupation où il réalisera l’un des grands classiques du fantastique français (La Main du Diable)…

C’est l’homme aussi qui se dessine : ses comportement discutés durant les deux guerres, les femmes de sa vie, les frustrations du cinéaste privé de caméra à son retour en France puis dans ses dernières années, ou encore ses rapports tendres avec son fils Jacques. Devenu lui-même un grand cinéaste à Hollywood, sa réussite ravivera les regrets de Maurice, qui gardera jusqu’à la fin la nostalgie de ses années américaines, celles de la flamboyance et de la liberté.

* Maurice Tourneur, réalisateur sans frontières, de Christine Leteux, est publié dans la collection La Muse Celluloïd de La Tour Verte.
Zeldoune
Machino
Posts: 1138
Joined: 29 Dec 10, 12:24

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Zeldoune »

Dionnet parle du livre dans un des derniers Mauvais genres consacré à Rebatet :

http://www.franceculture.fr/player/reec ... ay=5106199 (vers 1h03).
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Merci pour l'info, Zeldoune! :)
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Mon interview sur Maurice Tourneur est maintenant disponible sur Yuzu Melodies.
User avatar
Stagger Lee
Assistant(e) machine à café
Posts: 284
Joined: 9 Oct 07, 22:18
Location: "Where the Sidewalk Ends"

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Stagger Lee »

"Voici une biographie de cinéaste qui se lit comme un roman (...)"
Dans le dernier numéro de Jeune Cinéma (n° 373, mai 2016), on trouvera un compte-rendu très élogieux du livre "Maurice Tourneur, réalisateur sans frontière", signé Philippe Roger.
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Merci de l'info, Stagger. Je vais chercher le numéro de mai.
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Et la voici (merci encore Stagger Lee! :) )

Image
Image
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Olivier Père parle de mon livre sur son Blog à l'occasion de la sortie en Blu-ray de Justin de Marseille:
Sur la carrière de Maurice Tourneur, cinéaste talentueux et encore méconnu, on lira avec intérêt l’essai sérieux et documenté que lui a consacré Christine Leteux aux Editions La Tour Verte l’année dernière : « Maurice Tourneur réalisateur sans frontières. »
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Image
La Filmoteca de Catalunya (Cinémathèque de Catalogne) de Barcelone organise une rétrospective Maurice Tourneur en avril-mai 2017. Je présenterai deux séances lors de cette rétrospective, LA MAIN DU DIABLE le 4 avril et THE BLUE BIRD le 6 avril.
User avatar
moonfleet
Régisseur
Posts: 3322
Joined: 13 Aug 09, 21:46
Location: fondue enchaînée

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by moonfleet »

Ann Harding wrote: La Filmoteca de Catalunya (Cinémathèque de Catalogne) de Barcelone organise une rétrospective Maurice Tourneur en avril-mai 2017. Je présenterai deux séances lors de cette rétrospective, LA MAIN DU DIABLE le 4 avril et THE BLUE BIRD le 6 avril.
Présenteras-tu en espagnol ??
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
Image
Image
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Non. De toutes façons, là-bas on parle le catalan et pas le castillan! Il y aura une traduction.
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Un excellent article dans le quotidien El País sur Maurice Tourneur. Si vous parlez espagnol, c'est ici.
Sinon voici la traduction:
Maurice Tourneur, cinéaste insoumis
La Filmoteca propose un cycle dédié au réalisateur français, ignoré dans son propre pays

La Filmoteca a prévu un cycle de 12 films de Maurice Tourneur (1876-1961) et l’a intitulé "un classique inconnu". Bien sûr, il l’est ici, mais aussi en France, où on ne lui a pas pardonné de ne pas avoir répondu à la mobilisation en 1914 et d’être resté aux Etats-Unis, évitant ainsi la Première Guerre mondiale. Tourneur était allé cette même année aux États-Unis pour travailler dans une filiale de la société Eclair. Bientôt, le succès de ses films dans ce pays lui a permis de réaliser et de produire ses propres films. Naturalisé américain, il a reçu l'admiration de ses collègues. Cependant, l’émergence des grands studios avec un système de travail où le réalisateur, perdant son autonomie, était un rouage sous contrôle ennuya Tourneur. En 1926, il quitta un tournage à la Metro n’acceptant pas la supervision par le producteur. Il se sentait épié. Et il est rentré en France. Mais dans son pays natal, on n'avait pas oublié qu'il était un déserteur.

Christine Leteux a publié en France une biographie documentée du personnage et a été chargée de présenter le cycle de la Filmoteca. Pour Leteux, il y a une dernière image à propos de la notoriété française de son cinéaste. Les nécrologies dans la presse française étaient sans intérêt et mal informées. « Par contre, le New York Times a dit que son talent avait influencé le développement du cinéma. » De plus, à Los Angeles, il a son étoile sur le Walk of Fame. En fait, dans ses dernières années, il vivaient de traductions de romans policiers américains. Clarence Brown, qui avait été formé en tant que cinéaste grâce à Tourneur et était devenu un des réalisateurs préférés de Greta Garbo, lui envoya un chèque tous les mois jusqu'à sa mort. Et il arriva de Suisse pour assister à l'enterrement de son ami. Contrairement à Jacques, le fils de Maurice, qui avait été formé à côté de son père et qui, comme lui, travaillait maintenant aux Etats-Unis, ne se présenta pas à ses funérailles. La relation entre les deux était polie, mais distante étant donné que Jacques avait pris comme femme la maîtresse de Maurice. « Maurice suivait la carrière de son fils aux Etats-Unis en lisant la presse américaine», dit Leteux.

En 1928, déjà installé en France, mais avec la presse rappelant son passé d’insoumis et anti-patriotique, il est expulsé de son pays. Leteux considère que dans cette campagne de certains de ses collègues, il y a un facteur non négligeable « de jalousie professionnelle ». Il va vivre une année à Berlin où il va tourner un film avec une jeune comédienne, Marlene Dietrich. Après 16 mois en Allemagne, il est autorisé à rentrer en France où il a le statut d’étranger expulsable qui doit renouveler son permis de séjour tous les trois mois. L’arrivée du cinéma parlant qui, pendant un certain temps, jusqu'à l'arrivée du doublage, freina l'importation de films, permet la résurrection de l'industrie locale où Tourneur aura sa part .

Plus de complications

L'invasion allemande de la France et la Seconde Guerre mondiale apportera de nouvelles complications pour Tourneur ; en tant que citoyen américain résidant en France, il est doublement suspect. Ses comptes en banque sont bloqués en 1941 et il doit se présenter chaque semaine aux autorités de son quartier. Bizarrement, à ce moment-là, il travaille pour la Continental, une société de production fondée par les Allemands en France. Comme Leteux l’explique, la Continental n’était pas un appareil de propagande allemande. Elle essaie d'être une société viable commercialement et de maintenir l'industrie cinématographique française en vie tout en bénéficiant à une Allemagne qui avait gagné la guerre. En fait, à la Continental on trouvait aussi bien des collaborateurs déclarés que d’autres professionels actifs dans la Résistance. Le film qui a ouvert le cycle de la Filmoteca (La Main du diable) a été tourné par Tourneur durant cette période.

Pour Leteux, les films artistiques réalisés par Tourneur n'ont pas été reconnus. A l’époque muette, il rompt avec l'inertie du théâtre filmé (« Dans The Whip en 1917, il a filmé le déraillement d'un train »). Comme cinéaste, il s’est intéressé à la mise en scène, à l'éclairage et à la construction narrative et Leteux souligne que dans un film comme The Blue Bird (1918) « il y a une stylisation du décor qui anticipe l'expressionnisme introduit par Caligari en 1920. Dans le film, il y a beaucoup d'idées qui furent ensuite développées par les Allemands ».

Certains documents consultés par Leteux pour écrire sa biographie sont issus d’archives françaises que les Allemands avaient emmenées à Berlin pendant l'occupation avant de terminer à Moscou après l'entrée des Soviétiques dans la capitale allemande. « Et il a fallu attendre la Glasnost de Gorbatchev, pour que les autorités françaises puissent revendiquer avec succès leur restitution. » En ce moment, elle travaille sur l'histoire singulière de la Continental.

Tomàs Delclós
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8670
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Tommy Udo »

Ann Harding wrote:En ce moment, elle travaille sur l'histoire singulière de la Continental.
Ah ? Tu écris un livre sur la Continental-Films ? :D
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Ann Harding »

Oui. Il devrait sortir à l'automne. :wink:
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8670
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Maurice Tourneur - Réalisateur sans frontières

Post by Tommy Udo »

Ann Harding wrote:Oui. Il devrait sortir à l'automne. :wink:
Excellente nouvelle ! :D