Citations

Pour parler de toute l'actualité des livres, de la musique et de l'art en général.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Beck
Mytho Boy sans spoiler
Posts: 5016
Joined: 23 Feb 07, 11:54
Location: alif-lam-mim

Re: Citations

Post by Beck »

Beck wrote:"Moi j'veux devenir c'que j'aurais dû être"
Booba sur le morceau "la lettre" sur l'album Mauvais oeil.

"Grandir sans père, c'est dur, même si la mère persévère
Ca sert, mais pas à trouver ses repères, c'est sûr
Grandir sans mère c'est pire, demande à pitt j't'assure,
T'as pas saisi enlève la mer de la côte d'Azur.
"
Oxmo Puccino sur le morceau "Mama Lova" sur l'album Sad Hill de Kheops.

"Mon père savait très bien ce qu'il faisait lorsqu'il m'a conçu"
Jay-Z sur le morceau "Can't knock the hustle" sur l'album Reasonable Doubt.



Bon c'est écouté avant d'être lu, mais c'est lu quand même.
Image
poet77
Assistant opérateur
Posts: 2195
Joined: 12 Aug 11, 13:31

Re: Citations

Post by poet77 »

"Je suis poëte lorsque j'admire, lorsque je méprise, lorsque je hais, non par des sentiments personnels, non pour ma propre cause, mais pour la dignité de l'espèce humaine et la gloire du monde." (Madame de Staël, "Corinne ou l'Italie", édition Folio page 85).
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17373
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Citations

Post by bronski »

"Et dans un recul infini, dis-moi, pourquoi la douleur de naître est-elle plus légère que la douleur de mourir ?"
Joanna Newsom - Divers (2015)

"Dans la vie, la mort n'est pas la plus grande perte. La plus grande perte dans la vie est ce qui meurt en nous alors que nous vivons." - Norma Cousin
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23483
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Citations

Post by Commissaire Juve »

poet77 wrote:L'usage, de nos jours, quand nous lisons, c'est de le faire lèvres closes, silencieusement, sans prononcer à voix haute les phrases que nos yeux parcourent. Mais il n'en fut pas toujours ainsi. Ce qui nous paraît aujourd'hui tout naturel ne l'était pas du tout pour saint Augustin comme le rapporte Simon Leys aux pages 40 et 41 de "L'ange et le cachalot": "Quand saint Augustin fit la connaissance de saint Ambroise, il fut frappé par la singulière capacité qu'avait ce dernier de lire silencieusement: quand il lisait ses lèvres ne remuaient pas et le message passait directement du livre à son esprit, sans emprunter l'intermédiaire de la voix. Pareil talent était si rare à l'époque qu'Augustin éprouva le besoin d'en faire une mention spéciale, où se trahit tout son étonnement".
N. B.: cette mention se trouve dans "Les Confessions" de saint Augustin VI, 3.
Oué ! ça me rappelle un vieil article des Annales sur la "scriptura continua". A une époque, les textes étaient écrits sans séparation entre les mots et sans ponctuation. Il fallait donc les lires à mi-voix ou à voix haute pour mieux les comprendre. Je crois même que l'auteur de l'article avait évoqué le "bruit" dans les bibliothèques. :mrgreen:

Enfin la lecture silencieuse pouvait paraître "louche" (le lecteur ayant peut-être quelque chose à cacher).
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
poet77
Assistant opérateur
Posts: 2195
Joined: 12 Aug 11, 13:31

Re: Citations

Post by poet77 »

"[Le] mauvais air fait pour ainsi dire le siège de Rome; il avance chaque année quelques pas de plus, et l'on est forcé d'abandonner les plus charmantes habitations à son empire: sans doute l'absence d'arbres dans la campagne autour de la ville est une des causes de l'insalubrité de l'air (...) ... des forêts sans nombre ont été abattues (...) Le mauvais air est le fléau des habitants de Rome..." (Madame de Staël, "Corinne ou l'Italie", édition Folio page 142).
Déjà en 1807, comme on vient de le lire, Madame de Staël déplorait la pollution de l'air à Rome et les déforestations autour de la ville. Qu'écrirait-elle aujourd'hui, non seulement à propos de Rome mais de bien d'autres lieux de notre terre? :?:
User avatar
horatio2012
Stagiaire
Posts: 2
Joined: 21 May 18, 11:47

Re: Citations

Post by horatio2012 »

"Les bœufs des Indiens, comme ceux de beaucoup d’entrepreneurs européens, travaillent tous les jours de leur vie sans jamais connaître de dimanche.
Nous avons de grands torts envers le bœuf ; on peut dire que le taureau est constamment furieux, qu’il roule les yeux, martèle le sol et fonce sur tout ce qu’il voit, mais du moins il vit, le feu jaillit de ses naseaux et la vie de ses reins.
Ses jours sont marqués par des exigences sans doute, mais quelquefois aussi par des satisfactions.
De tout cela nous avons privé les bœufs et en échange que leur avons-nous laissé ? Nous avons disposé de leur existence, les bœufs sont condamnés à nous suivre partout et à partager notre vie quotidienne, ils portent nos fardeaux et les tâches les plus lourdes leur sont réservées. Ce sont des êtres dépourvus d’existence propre.
Ils semblent créés pour nous subir.
Ils ont des yeux humides et francs, sous leurs cils touffus ; ils ont le mufle doux et les oreilles soyeuses ; ils sont patients et sûrs dans tout ce qu’ils accomplissent, parfois même on dirait qu’ils réfléchissent."

Karen Blixen (La ferme africaine)

"Il y a quelques jours, Albert Einstein s'est cru autorisé à donner son opinion sur la guerre civile espagnole et à prendre position à son sujet. Or, Albert Einstein peut se prévaloir d'une ignorance radicale sur ce qui se passe en Espagne depuis quelque temps, depuis des siècles, et même depuis toujours. L'esprit qui l'a poussé à cette intervention insolente est celui-là même qui depuis fort longtemps est à l'origine de la perte de prestige universelle de l'intellectuel, lequel, à son tour, participe au fait que le monde parte à la dérive, par manque de pouvoir spirituel. Notez bien que je parle de la guerre civile espagnole en tant qu'exemple parmi d'autres, l'exemple que je maîtrise le mieux, et que je me contente de faire en sorte que le lecteur anglais admette un instant la possibilité qu'il ne soit pas bien informé, en dépit de ses abondantes « informations ». Peut-être cela le poussera-t-il à corriger sa connaissance insuffisante des autres nations, qui est censée être la plus décisive pour que l'ordre règne à nouveau sur le monde."

José Ortega Y Grasset (La Révolte des masses)
"C’est une chose que de raconter une entrevue avec une gorgone ou un griffon, une créature qui n’existe pas. C’en est une autre de découvrir que le rhinocéros existe bel et bien et de réjouir de constater qu’il a l’air d’un animal qui n’existerait pas."
G.K. Chesterton - Orthodoxie