Le Convoyeur (Nicolas Boukhrief - 2004)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50922
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

Ouf, j'ai raté l'ourse wrote:Boukrief est mon père.
:shock:
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12102
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Boubakar wrote:
Ouf, j'ai raté l'ourse wrote:Boukrief est mon père.
:shock:
Boukrief bosse dans la fonderie?
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 23915
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

Enfin vu !
Voilà une tentative fort convaincante de redonner de la noblesse à un film de genre français un peu moribond. Sans être totalement dénué de défauts (sous-intrigues dispensables et dialogues parfois sur-écrits), ce film coriace mais attachant propose un vrai univers, avec des qualités d’écriture, de mise en scène et d’interprétation très appréciables. On attend désormais impatiemment Boukhrief au détour !
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 16284
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

ed wrote:Enfin vu !
Voilà une tentative fort convaincante de redonner de la noblesse à un film de genre français un peu moribond. Sans être totalement dénué de défauts (sous-intrigues dispensables et dialogues parfois sur-écrits), ce film coriace mais attachant propose un vrai univers, avec des qualités d’écriture, de mise en scène et d’interprétation très appréciables. On attend désormais impatiemment Boukhrief au détour !
+1. Un polar solide et doté d'une étrange peinture d'une vengeance compréhensible.
Ce qui est remarquable, c'est que tout le monde se fait plaisir et cela se sent ; Boukhrief dans sa mise en scène, classieuse et sèche et les comédiens, tous parfaits.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La scène où Dupontel vomit dans les toilettes après avoir tué un jeune voyou est d'un réalisme terrifiant.
Image

Mother, I miss you :(
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15433
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

De bonnes choses et d'autres moins bonnes. A porter à l'actif du film une mise en scène discrète qui explose dans le dernier tiers. La figure tutélaire de Taxi Driver plane au dessus du film mais ne l'handicape pas tant que cela, le film de Boukhrief ayant une identité très française, de la description du milieu des convoyeurs jusqu'à l'approche psychologique de personnages tous plus ou moins dévorés par le métier qu'ils font et qui les amènent soit à s'extérioriser de façon décompléxée (Boisselier en fumeur de pétards invétéré) soit en énergie brute tombant dans le racisme de bas étage et l'exutoire par l'arme (Berléand juste après le premier braquage mené par des djeun'z). C'est par son traitement des seconds roles que le film m'a paru plus en retrait, en esquissant certains qui n'apparaissent que le temps d'une scène (le garagiste) et n'allant pas plus loin que les bonjour au revoir avec Isabelle, la femme de chambre (toujours aussi belle Aure Attika, j'affectionne cette actrice). Une description d'un milieu tendu par la force des choses contrecarré par des blagues incluses dans la narration qui m'ont paru parfois faire mouche parfois tomber à plat.

Le film se veut un hommage affiché aux séries B qu'affectionne tant le réal, nourrir de cette culture des productions indépendantes des 70's-80's qui ont marqué leur époque, en premier lieu celle du genre du vigilante. La référence est aussi claire et visible que le nez au milieu du visage, cité littéralement dans le texte et à l'image. Le film de William Lustig est un remarquable film, poisseux, malaisant et posant de bonnes questions sur la légitime défense (dans le Convoyeur le psychologue en parle aussi au personnage interprété par Dupontel en lui disant qu'il a été "courageux"). et l'autojustice qui sont deux choses différentes. Dupontel broie ici du noir, avec un visage d'une minéralité inédite, la moitié du temps en sueur, perdu dans ses pensées, sentiment décuplé pendant le réveillon de Noel, où il s'enfonce dans un état quasi second. Le long-métrage de Boukhrief prend aussi le temps pour faire monter la sauce, mais j'ai senti aussi cette progression comme obligatoire pour tendre, resserrer encore davantage une narration vouée à son climax. C'était attendu et c'est bien amené, meme si les roles secondaires encore une fois m'ont paru crouler sous celui de Dupontel qui bouffe l'écran.

Le film se défend pas son absence de musique envahissante, son sens de l'image ( des plans qui paraissent gratuits mais se justifient comme la caméra descendant vers la flaque d'essence qui menace de faire péter le fourgon). L'idée de la luminosité poussée à son maximum dans la scène de braquage finale est aussi bien vue. Bref, Nicolas Boukrief a un sens de la mise en scène évident. Au détriment de dialogues parfois trop appuyés, de vannes qui passent assez mal ("encore un nom de tarlouze" ! en parlant du code pour rentrer). Je préfère très nettement Nid de Guepes.

6/10
Image

Je vote pour Victoria Romanova
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Le Convoyeur (Nicolas Boukhrief , 2004)

Post by jacques 2 »

Découvert par cette après midi de couleur aussi grise que le plomb ... ce qui correspond parfaitement à l'ambiance et au ton du film ...

Qui est une très grande réussite à mes yeux ... :D

Parfaitement interprété (Dupontel notamment est magnifique) et un scénario intelligent qui a la grande qualité de laisser de la place à l'imagination du spectateur (ce qui est toujours plus plaisant que de surligner tout à l'excès comme c'est trop souvent le cas) : j'ai pour ma part apprécié la piste avec Attika, laissée en jachère ...

Ce n'est donc pas du "bourrin" (et ce n'est pas ce que je cherchais en l'occurrence) campe bien ses personnages et les scènes d'action en sont d'autant plus percutantes ce sans verser dans la complaisance ou la surenchère ...

Le propos va aussi jusqu'au bout de sa noirceur ce qui me plait toujours ...

je conserve : 9/10 :D

PS : j'avais déjà apprécié "gardiens de l'ordre" de Boukhrief mais je lui préfère assez largement celui-ci ...
Cet ex-Starfixien est un bon mais il faudrait confirmer car ce "Convoyeur" commence à dater, sur le plan chronologique uniquement ...