Peter Watkins

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Nutella

Peter Watkins

Post by Nutella »

un réalisateur qui m'intrigue depuis toujours.je vais enfin pouvoir regarder un de ses film,en effet je viens d'acheter Punishment Park 8)
j'aimerais savoir si vous connaissez,si vous avez vu une de ses oeuvres,particuliérement le film(l'experience je devrais dire)La commune qui me tente beaucoup :)


voici une notice biographique reprise d'un site d'internet,c'est très interessant et ca vous donnera une idée de son oeuvre,et vous aurez peut-etre comme moi envie d'en savoir plus 8)

Peter Watkins est né en Angleterre en 1935. Dans les années 1950 il a fait des études de théâtre à la Royal Academy of Dramatic Art ; ensuite il a décidé de devenir cinéaste. Travaillant avec des acteurs non-professionnels, il a fait plusieurs films pacifistes, dont The Diary of an Unknown Soldier (1959) et The Forgotten Faces (1960) ; ce dernier est une reconstruction, tournée en Angleterre, de la révolte hongroise de 1956. Certains de ces premiers films ont remporté des prix nationaux du cinéma amateur, et ont été télévisés sur la BBC au début des années 1960.

Watkins a été engagé par la BBC en 1963 comme assistant de production ; dix-huit mois plus tard, il avait réalisé son premier téléfilm professionnel, une reconstruction de la bataille sanglante livrée en écosse en 1746 entre les forces du gouvernement et les clans rebelles des Highlands, menés par "Bonnie Prince Charlie". Par la suite, Culloden (1964) a gagné de nombreux prix, et a été projeté partout dans le monde. Ce film, tourné lui aussi avec des acteurs non-professionnels, représentait une nouvelle manière de montrer des événements historiques, basée sur un mélange stylistique novateur du documentaire et du dramatique.

Le film suivant de Watkins, The War Game (1965), montre les horreurs d'une attaque nucléaire contre la Grande-Bretagne. La suppression de ce film par la BBC a provoqué un scandale important, et une polémique au Parlement britannique. La BBC a nié avoir cédé à des pressions extérieures visant à faire supprimer le film, et le gouvernement a nié lui avoir fait pression. Malgré tous ces démentis, et bien que le film ait remporté l'Oscar américain du meilleur documentaire en 1966, la BBC a empêché The War Game de passer à la télévision, dans quelque pays que ce soit, pendant 20 ans. Elle prétendait, entre autres, que le film était une expérience télévisuelle ratée.

En 1966, Watkins a fait son premier long métrage, Privilege, une allégorie sur la manière dont les mass-médias, l'industrie de la musique pop et l'establishment britannique concourent à détourner l'énergie politique des jeunes. La presse britannique a vertement critiqué ce film, à un moment où Watkins subissait des pressions de plus en plus fortes de la part des professionnels britanniques de la communication, à cause de The War Game. Watkins a quitté la Grande-Bretagne en 1968, d'abord pour s'installer en Suède avec sa famille. Il y a fait son deuxième long métrage, The Gladiators ; c'est lui aussi un film pacifiste, tourné cette fois-ci avec des acteurs de divers pays. Ce film a été attaqué en Suède, et Watkins a repris la route. La quête d'une base pour son travail durerait 20 ans.


En 1970 il a tourné Punishment Park aux Etats-Unis ; une allégorie politique, ce film dénonce la politique intérieure répressive du président Richard Nixon. Encore une fois, la presse s'est déchaînée contre le film, et celui-ci a été retiré des cinémas quatre jours après sa première à New York. Depuis lors, malgré des projections internationales un peu partout, ce film n'est jamais passé aux états-Unis, que ce soit à la télévision ou au cinéma.

« Punishment Park - 1970 VO Anglais - 90 mn 1970. Le conflit au Vietnam s'aggrave. Nixon a décidé le bombardement du Cambodge. Aux Etats-Unis et partout dans le monde, la protestation est unanime. Nixon décrète l'état d'urgence et, c'est le pré-supposé du film, met en application une loi de 1950, "le McCarran Act", autorisant le gouvernement fédéral à placer en détention toute personne "susceptible de mettre en péril la sécurité intérieure". Dans une zone désertique de la Californie, non loin des tentes où siège le tribunal civil chargé d'instruire le procès du groupe 638, les membres du groupe 637 se retrouvent dans le Bear Mountain National Punishment Park et découvrent les règles du "jeu" auquel ils vont devoir participer pour avoir choisi cette alternative plutôt que d'être incarcérés dans un pénitencier. Ils s'entendent promettre la liberté s'ils parviennent à échapper aux forces de police lancées à leur poursuite, et à atteindre dans les trois jours un drapeau américain planté dans les montagnes, 80 km plus loin. A la différence de beaucoup de films politiques populaires, "Punishment Park" ne propose pas de spécimens élégants de héros ou d'héroïnes avec lesquels le public pourrait confortablement s'identifier. Pire, Watkins se refuse à trouver une quelconque issue aux tragiques événements décrits dans le film, susceptible de "remettre un peu d'ordre" avant que l'assistance ne quitte la salle. La distribution, comme d'habitude, se compose majoritairement d'acteurs non-professionnels et de quelques jeunes comédiens. Quant aux membres du tribunal, ils sont tous interprétés par des citoyens ordinaires de la ville ... "Punishment Park" fut retiré de l'affiche après seulement 4 jours d'exploitation. De fait, sa sortie suscita un flot de critiques féroces. Depuis lors, il a très rarement été projeté aux USA, et jamais à la télévision. » (source : article paru in Nova Bioscoop Cinéma n°44, avril-mai 2001)

Ensuite, Watkins s'est installé en Norvège, où il a fait un film biographique de trois heures sur Edvard Munch, peintre expressionniste norvégien. Edvard Munch (1973) est un des films les plus connus de Watkins, et il est passé à l'écran dans de nombreux pays. Il a été suivi par The Seventies People (1974) et Evening Land (1976), deux longs métrages produits au Danemark. Chacun a un argument social : le premier traite du nombre élevé de suicides parmi les jeunes danois ; dans le second, il s'agit de grèves, de terrorisme et des tactiques répressives de la police danoise. La presse scandinave a attaqué les deux films, et ni l'un ni l'autre n'a été projeté depuis.

Pendant les premières années qui ont suivi la suppression de The War Game, Peter Watkins a beaucoup voyagé, en organisant des discussions publiques sur la manière dont les mass-médias contribuaient à laisser le public dans l'ignorance sur effets des armes nucléaires et sur l'ampleur de la course aux armements. Il a donné des conférences sur ce sujet dans beaucoup de lycées et d'universités en Europe, en Amérique du Nord, en Scandinavie, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Au cours de ces discussions publiques, les auditeurs se montraient inquiets du rôle de la télévision, des rapports de celle-ci avec la violence, du fait que le public participe de moins en moins à la prise de décisions concernant l'audiovisuel, de la fragmentation des informations télévisées, et ainsi de suite. Watkins a commencé à organiser des séminaires et des ateliers sur la critique des médias, dans lesquels les élèves analysaient les informations télévisées, et participaient à la création de formes plus ouvertes de communication, ainsi que d'autres manières d'utiliser les mass-médias de l'audiovisuel pour établir un dialogue avec le public.

En 1978 et 1979, avec des amis en Australie, Watkins a participé à la création d'une association à Sydney. "The People's Commission" contestait le rôle centralisé de la presse et de l'audiovisuel, montait des expositions d'analyses des médias, et a organisé, en collaboration avec d'autres associations, un grand débat public à la mairie de Sydney.

En 1979, l'Institut Suédois du Cinéma et la télévision suédoise ont passé commande à Watkins pour un long métrage sur la vie et l'oeuvre de l'auteur dramatique August Strindberg. Après avoir passé deux ans et demi à faire des recherches et à écrire, Watkins leur a présenté un scénario, mais le film a été annulé. En 1983, Watkins a reçu le soutien d'un important mouvement suédois pour la paix, pour le financement international d'un film pacifiste international. The Journey (1983-86) a été tourné en douze pays, et financé entièrement par le public. Ce film, qui dure 14 heures et demie, critique le rôle des mass-médias dans la course aux armements mondiale. Toutes les organisations télévisuelles publiques auxquelles le cinéaste s'est adressé ont refusé de le téléviser.

En 1992, Watkins a enfin tourné son film sur August Strindberg, dans le cadre d'un cours de production vidéo qu'il donnait au lycée Folk, près de Stockholm. The Freethinker (4h35, divisée en trois parties) a été refusé par toutes les principales chaînes de télévision nordiques, et a pratiquement été boycotté en Suède, y compris par le système éducatif.

La marginalisation des oeuvres de Watkins par les institutions médiatiques centrales continue encore. Il constate, par exemple, que l'Institut Britannique du Cinéma ne l'a pas mentionné, pas plus que ses oeuvres, dans son History of the Cinema, publié en 1985, ni dans son récent History of the European Cinema, et que la BBC justifie toujours le fait qu'elle ne télévise plus aucune de ses oeuvres en disant : "Les films de Watkins n'ont pas résisté au passage du temps." En même temps, beaucoup d'institutions et de systèmes éducatifs refusent de discuter du besoin d'analyses critiques des médias dans les programmes d'études de communication. L'enseignement est plutôt envahi par des formations techniques et professionnelles à la Hollywood, et par des programmes qui enseignent les "plaisirs esthétiques" de la culture de masse. Watkins observe que l'opposition à l'analyse critique des médias dans l'enseignement est aussi forte que l'opposition, dans les mass-médias, à l'idée de méthodes cinématographiques alternatives.

En 1994, à cause de la marginalisation de plus en plus marquée de ses travaux de cinéaste et de critique des médias, Watkins s'est retiré du cinéma et de la télévision, et s'est installé à Vilnius en Lithuanie, avec sa femme canadienne-lithuanienne Vida Urbonavièius.

En 1999, Watkins a temporairement repris ses activités de cinéaste pour faire La Commune, film qui traite des événements de la Commune de Paris de 1871. Ce film a été marginalisé lui aussi par la télévision française, qui a accusé Watkins d'avoir créé un fiasco. Ainsi, observe-t-il, la forme et les méthodes de marginalisation pratiquées par les médias n'ont pas changé depuis l'époque de The War Game. Mais plus généralement, il y a eu des changements profonds, car les mass-médias de l'audiovisuel (MMA) ont acquis une position dominante dans la société, ce qui n'aurait pas été possible, ou accepté, dans les années 1960. Watkins souligne les effets du rapport direct qui existe entre le rôle des MMA et le développement de la mondialisation.

En 2000, Watkins a créé un site Web qui explique dans le détail la crise mentionnée dans cette notice biographique. Pour en savoir plus sur Peter Watkins : http://www.peterwatkins.lt
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Post by Lord Henry »

Punishment Park est une oeuvre extraordinaire, intransigeante quant à la forme.

Sa découverte - il y a longtemps - a constitué pour moi un véritable choc et je souhaite qu'il en soit autant pour toi.

Le film politique le plus fort de ces années où l'on fermait le ban des utopies fleuries. Force dont je doute qu'elle ait été atténuée par le passage du temps.

Culloden utilise la technique du reportage - interviews à l'appui - pour relater une bataille du 18ème siècle. Le procédé est digne d'intérêt, mais dans mon souvenir il tournait court.

De tous ses films, le plus connu - et le plus accessible - est sans doute Privilège.
Image
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Punishment Park est pour moi sa pièce maîtresse; un film d'une force absolue, politiquement dévastateur... je l'ai prêté à un copain la semaine dernière qui en est sorti vraiment traumatisé.
J'ai beaucoup aimé également Culloden. Le traitement documentaire de cette bataille du XVIème (si je me souviens bien) fonctionne à merveille, et Peter Watkins livre ici une fabuleuse étude d'une guerre et de la logique d'extermination qui en ressort. Bien entendu le film a de nombreux échos avec l'actualité (notamment j'imagine avec la guerre du vietnam, mais je n'ai pas regardé la date de réalisation).
La Bombe est assez insoutenable. Là encore Watkins trouve un traitement original et totalement en accord avec son sujet.
La commune m'a également totalement emballé. Vu sur arte il y a quelques années, après un petit temps d'adaptation, je me suis laissé totalement entraîné par cette longue évocation d'une page d'histoire passionnante.
Bref un grand grand réalisateur, iconoclaste, inventif, enragé, livrant des films radicaux à la forme toujours renouvellée.
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Bob Harris

Post by Bob Harris »

Il existe un coffret comprenant 4 films de Peter Watkins!

Ca me tente pas mal... :)
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Le coffret comprend "Punishment Park", "Culloden", "la Bombe" et "la Commune". Il est très bien.
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 41084
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Post by Rockatansky »

Je n'ai vu que Punishment park que je trouve précurseur sur le fond et la forme, j'avoue que je meurt d'envie de voir ses opus suivant, mais que leurs prix me bride un peu :?
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
Tybalt
Doublure lumière
Posts: 577
Joined: 12 Jul 03, 12:36
Location: Paris

Post by Tybalt »

En tout cas la carrière de Peter Watkins est la preuve définitive qu'on attendait que nous vivons bien en démocratie :?
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

Punishement Park c'est un brûlot qui frappe là ou ça fait mal. L'idée du faux docu ultra-réaliste qui accuse est génial, si en plus on atteint un tel niveau de réussite !
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
Troma
Régisseur
Posts: 3409
Joined: 13 Apr 03, 10:25
Location: Moulès (13)

Post by Troma »

Rockatansky wrote:Je n'ai vu que Punishment park que je trouve précurseur sur le fond et la forme, j'avoue que je meurt d'envie de voir ses opus suivant, mais que leurs prix me bride un peu :?
Ah oui, même en occase, c'est la ruine assurée !
Image
NUTELLA

Post by NUTELLA »

TROMA wrote:
Rockatansky wrote:Je n'ai vu que Punishment park que je trouve précurseur sur le fond et la forme, j'avoue que je meurt d'envie de voir ses opus suivant, mais que leurs prix me bride un peu :?
Ah oui, même en occase, c'est la ruine assurée !
le coffret est à 50 euros sur Alapage,ca semble correct.
Niron
Bayrou d'honneur
Posts: 3577
Joined: 14 Apr 03, 09:40

Post by Niron »

Un texte extrèmement Nut! Merci beaucoup ;)
Si la beauté est un pêché alors j'en serais bien le diable.
Image
takezo
Réalisateur
Posts: 6140
Joined: 16 May 03, 15:23
Location: East Coast

Post by takezo »

Punishment Park m'a fortement marqué. Decouvert par hasard sur Arte il ya quelques années. La demonstration etait efficace et agissait comme un electrochoc... :shock:
Content de savoir qu'on peut le trouver en DVD.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22420
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Ayant vu hier La bombe et Culloden, je dois me joindre à ceux qui s'avouent respectueux du bonhomme.

J'ai rarement vu des films à visée informative (peut-on encore dire qu'il s'agit de documentaires ?) aussi efficaces, aussi inventifs sur le plan formel, aussi forts quant au fonds...

J'avoue avoir été soufflé par le rendu de Culloden : cette bataille, par le rôle majeur qu'elle joue dans l'histoire de l'Ecosse, est un moment historique essentiel. Watkins nous la décrit de façon bien plus parlante et mémorable qu'aucun livre d'histoire que j'aurais pu lire (j'aime bien les livres d'histoire).

La bombe, de son coté, est un film que tout dirigeant politique ou chef d'état devrait avoir vu avant de prendre les responsabilités qui sont les siennes. Là aussi, les faits sont bien plus parlants lorsque montrés, plutôt que décrits.

Comment a-t-il eu l'idée de réaliser ces films ainsi ?? Quelle originalité ! Quelle réussite.
Je m'en vais de ce pas tenter de voir ses autres films.
Derniers visionnages...
ImageImageImageImageImage
Ubik
Ennemi d'état et du grand cinéma
Posts: 2165
Joined: 31 Dec 05, 02:47

Post by Ubik »

Je viens de voir son film sur Munch qui vient tout juste de sortir en DVD chez nous dans une édition correcte. Absolument génial ! Pourtant pas mon rayon... Et je pensais lui préférer largement Punishment Park ou La Bombe. Sur le cul. :shock:
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Ubik wrote:Je viens de voir son film sur Munch qui vient tout juste de sortir en DVD chez nous dans une édition correcte. Absolument génial ! Pourtant pas mon rayon... Et je pensais lui préférer largement Punishment Park ou La Bombe. Sur le cul. :shock:
Pour moi, son chef d'oeuvre. On y revient bientôt sur le site :wink:
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)