Jim Jarmusch

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
shubby
Machino
Posts: 1159
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: Jim Jarmusch

Post by shubby »

J'aime bien bienvenue à Zombieland
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9044
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jim Jarmusch

Post by Alexandre Angel »

Alexandre Angel wrote:C'est raisonnablement pas possible. Je pense sincèrement que Jarmusch a le potentiel pour réaliser un grand film d'horreur, qui fera date.

Il ne peut pas se louper avec un casting pareil et le ton fun (c'est pas Only lovers de toute évidence) perceptible dans la BA. Après, si je tombe de haut, je serais le premier à le reconnaître.

En tout cas, je serais fixé dès Mercredi soir.
Dès mardi soir en fait.
Bon bah ce n'est pas l'emballement. Je me suis quelque peu monté le bourrichon. Malgré le beau sursaut de Paterson, le cinéma de Jim Jarmusch semble s'enrouler sur lui-même sans indiquer au spectateur le sens de son avenir.
Only lovers left alive nous avait prévenu : l'humain contemporain est un zombie. The Dead don't die crève l'abcès et c'est (à peu près ) tout. Alors Jarmusch le fait avec élégance et quelques idées pas mal mais, dans l'ensemble, son cinéma file un coton patraque et ce n'est pas le giron de Universal qui va changer la donne. Car on sent que Jarmusch cherche à résister au mainstream mais
il le fait sans fureur.
En effet, il ne me semble jamais aussi à l'aise que lorsque la noirceur de son univers se fait l'écrin de sa fantaisie, de son invention, d'un syncrétisme généreux et réjouissant.
Or, depuis quelques films, quelque chose s'est inversé : la noirceur devient le sujet principal et la fantaisie n'est qu'une invitée périphérique. Ce qui, comme avec ce dernier opus, diffuse une impression de cul entre deux chaises, d'indécision stylistique, d'ennui poli...
Last edited by Alexandre Angel on 14 May 19, 23:53, edited 1 time in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90459
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jim Jarmusch

Post by Jeremy Fox »

Avis à peu près similaire dans Télérama.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9044
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jim Jarmusch

Post by Alexandre Angel »

Jeremy Fox wrote:Avis à peu près similaire dans Télérama.
Je préfère nettement quelque chose comme Vampires , de John Carpenter.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4341
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Jim Jarmusch

Post by G.T.O »

Pas la peine de convoquer le Vampires de Carpenter même à titre de préférence personnelle, tant le Jarmusch renonce à tout désir de cinéma, se contente d’aussi peu, faisant montre d’un je-me-foutisme désolant troussé en nostalgie de petit malin. Ça flirte entre le foutage de gueule, la blague pas drôle, le court-métrage hyper allongé ou la faignasserie pseudo réflexive méta/citationnelle. Y a rien à sauver de ce naufrage. C’est un film invertébré qui carbure exclusivement à la posture et aux clichés dévitalisés que Jarmusch étale de manière réactionnelle, de quoi remplir ces petites scènettes sinistres et creuses, avec sa distance ironique habituelle. Évidemment, de cela, rien ne se crée. Aucune étincelle pour allumer le brasier d’un film. Et effectivement, comme prévu, pas la moindre trace d’un film. Juste des signes de reconnaissance bidons, ou disons un discours réac et désabusé sur l’ère trump, identifiée ici à la victoire zombie sur les humains. Pathétique. :?
User avatar
reuno
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 8 Oct 04, 10:25

Re: Jim Jarmusch

Post by reuno »

Je pensais aller le voir. Le trailer n'était pas trop engageant. Mais Paterson reste un de mes film favoris de ces dernières années, les autres pas vraiment (faut remonter à Ghost Dog pour trouver un Jarmusch qui m'ait vraiment emballé).
Et là du coup vous m'avez complètement coupé l'envie. :(
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9044
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jim Jarmusch

Post by Alexandre Angel »

Je serais moins sévère que G.T.O., mais mollement.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4341
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Jim Jarmusch

Post by G.T.O »

reuno wrote:Je pensais aller le voir. Le trailer n'était pas trop engageant. Mais Paterson reste un de mes film favoris de ces dernières années, les autres pas vraiment (faut remonter à Ghost Dog pour trouver un Jarmusch qui m'ait vraiment emballé).
Et là du coup vous m'avez complètement coupé l'envie. :(
En plus d'être d'un chiant ! C'est un film au final assez dédaigneux, qui répugne au genre; n'y voyant qu'un ressort pour alimenter un discours référentiel (oh les jolies citations à Romero, pauvre hère :| ) et un commentaire sur soi vaniteux, toute la pseudo-dimension "funeste" du cinéma jarmuschien, venant rétro-éclairer son aspect délibérément répétitif, détaché et statique. Hélas, pas grand chose à se mettre sous la dent. Il est loin le temps de Ghost Dog ou de Dead Man.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9044
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jim Jarmusch

Post by Alexandre Angel »

Ce qui me surprend est que ce film très mineur fasse partie de la compétition.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90459
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jim Jarmusch

Post by Jeremy Fox »

Alexandre Angel wrote:Ce qui me surprend est que ce film très mineur fasse partie de la compétition.
Le film d'ouverture ne concourt pas il me semble.
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12237
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Jim Jarmusch

Post by Jack Griffin »

Si il est bien en compèt
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90459
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jim Jarmusch

Post by Jeremy Fox »

Ah ok ; autant pour moi.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4341
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Jim Jarmusch

Post by G.T.O »

Alexandre Angel wrote:Ce qui me surprend est que ce film très mineur fasse partie de la compétition.
Oui, effectivement. J'ai quand même du mal à croire qu'il n y ait rien d'autre à sélectionner...Qu'on se le dise, cet attachement aveugle aux auteurs est la partie la plus discutable, moisie, de la politique des auteurs; laquelle est respectée par la croisette. Et c'est d'autant plus problématique que cette idée induit parfois chez les auteurs en question des effets pervers, des signes de reconnaissance destinés à répondre aux attentes de la critique et qui aboutit à la création d'oeuvres fermées sur elles-mêmes.
User avatar
Farnaby
Doublure lumière
Posts: 516
Joined: 5 Aug 17, 22:14

Re: Jim Jarmusch

Post by Farnaby »

G.T.O wrote:Pas la peine de convoquer le Vampires de Carpenter même à titre de préférence personnelle, tant le Jarmusch renonce à tout désir de cinéma, se contente d’aussi peu, faisant montre d’un je-me-foutisme désolant troussé en nostalgie de petit malin. Ça flirte entre le foutage de gueule, la blague pas drôle, le court-métrage hyper allongé ou la faignasserie pseudo réflexive méta/citationnelle. Y a rien à sauver de ce naufrage. C’est un film invertébré qui carbure exclusivement à la posture et aux clichés dévitalisés que Jarmusch étale de manière réactionnelle, de quoi remplir ces petites scènettes sinistres et creuses, avec sa distance ironique habituelle. Évidemment, de cela, rien ne se crée. Aucune étincelle pour allumer le brasier d’un film. Et effectivement, comme prévu, pas la moindre trace d’un film. Juste des signes de reconnaissance bidons, ou disons un discours réac et désabusé sur l’ère trump, identifiée ici à la victoire zombie sur les humains. Pathétique. :?
Tout à fait d’accord (bien que deux ou trois séquences du début m’aient un peu séduit).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90459
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jim Jarmusch

Post by Jeremy Fox »

Alors que The Dead Don't Die, sorti il y a deux mois, a déçu les aficionados de Jim Jarmusch, la ressortie en salle ce mercredi de ses six premiers longs métrages par Les Acacias est l'occasion de se réconcilier avec le cinéaste ! Ce retour en arrière est signé Olivier Bitoun.