Ken Russell (1927-2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92627
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by Jeremy Fox »

mannhunter
Laspalès
Posts: 16273
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re:

Post by mannhunter »

Sergius Karamzin wrote:Il confirme avec "Music lovers", qui offre son plus beau rôle à Rochard Chamberlain dans le rôle de Tchaikovski. Ken Russell y allie sa passion de la biographie des grands compositeurs à un choix encore plus poussé de montrer l'inmontrable à l'image, la perversion, le désir, l'homosexualité, les déviances, etc. Passionnant, foisonnant et baroque à souhait.
Je viens de le découvrir et j'ai bien aimé, visuellement c'est superbe (à ce titre, dommage pour l'absence de Blu Ray :( ) et les acteurs sont très bons notamment Chamberlain...et quel final! :)
Je suis curieux du coup de voir ses autres biopics..
Telmo
Accessoiriste
Posts: 1865
Joined: 4 Mar 15, 02:40
Location: Lutetia

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by Telmo »

hellrick wrote:
Kevin95 wrote: Perso, je suis tombé sur la BA de The Lair of the White Worm... j'ai perdu un œil.
Le dvd se trouve souvent pour un euro dans les Cash mais c'est déjà cher payé...je sais je l'ai acheté :evil:
Un tel film mérite le blu-ray voyons! Sorti au R.U et E.U chez Vestron. :)
Il a les honneurs de Nanarland quand même !

http://www.nanarland.com/Chroniques/chr ... blanc.html
mannhunter
Laspalès
Posts: 16273
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by mannhunter »

Pas de blu ray ou dvd de l'affaire Dreyfus avec Richard...Dreyfuss :mrgreen: et Oliver Reed, vue par Ken Russell en 1991?:

Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92627
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22148
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by Major Tom »

J'avais eu beaucoup de mal à arriver au bout de ce film-là. :oops: J'adore Russell et son style provocateur so seventies et improbable aujourd'hui, mais en effet comme le rappelle Justin (et pas n'importe lequel, LE Justin de DVDClassik), Russell s'est plutôt assagi et est moins investi dans les "expérimentations" visuelles qu'on lui connaissait (je me souviens quand même de quelques scènes assez fortes). Noureev est magnifique, Michelle Phillips -- des Mamas & the Papas :o -- aussi (et n'a pas froid), mais le film est assez inégal et par moments, franchement chiant. :oops:
User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by Ikebukuro »

Vu le film il y a peu ; j'ai beaucoup apprécié la reconstitution historique des costumes, armes, vêtements; il y a un vrai souci de reconstitution historique.
Pour le reste... film hystérique et outrancier mais qui se regarde avec grand plaisir, notamment pour certains numéros de cabotinage (les deux médecins par exemple).

Quelques captures écrans.

Louis XIII
Image

Loudun et ses murailles; la source du problème.
Image

L'abbé Grandier, l'ennemi de Richelieu.
Image

Image

Ah oui, un joli choix d'acteurs
Image

Un vrai travail a été fait aussi sur l'architecture et l'esthétique
Image

Les soeurs hystériques
Image

Image

Image

Image

Image
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6171
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Ken Russell (1927-2011)

Post by El Dadal »

Bonne pioche que ce Mahler, qui entérine le principe d'un bon film sur deux avec Russell.
Ici, le provocateur anglais utilise ingénieusement les flashbacks enchâssés, associés à une imagerie symboliste, dans le cadre d'une exploration de la psyché du compositeur autrichien. Il s'agit donc de favoriser une approche psychanalytique au détriment de tout réalisme. Mais ça tombe plutôt bien car le style Russell et la musique de Mahler sont en symbiose, comme prédestinés à se rencontrer. Toutefois, le film a le bon goût de ne pas se vautrer dans l'hystérie et fait même régulièrement montre de pas mal de retenue. Bon point donc.
Et puis Russell prouve qu'il est à l'aise dans les belles déclarations d'amour biaisées et heurtées (celle d'Au-delà du réel restant ma préférée) : ici, le compositeur donne la clé de compréhension qui manquait à sa femme, à savoir que sa musique est sa déclaration, et que sans elle point de musique. Un juste retour des choses après les traitements injustes qu'il lui inflige pendant une grande partie du film. En outre, Russell place la scène dans le couloir vitré d'un wagon de train et le défilement des arbres en arrière-plan se fait alternativement plus lent et plus rapide, au rythme de l'œuvre du compositeur qui habille les images. L'effet est subtil et magnifique.