Les Affranchis / Casino (Martin Scorsese)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9055
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Les Affranchis / Casino (Martin Scorsese)

Post by Alexandre Angel »

Carlito Brigante wrote: Casino est l'exemple le plus archétypique de ce que l'on peut appeler un chant du cygne : il donne l'impression que Scorsese a tout mis, tout son cœur, tout son âme, tout son génie, avec la certitude que plus rien dès lors ne saurait approcher de tels sommets.
Il y a aussi quelque chose qui, à ma connaissance, n'a jamais été super commenté ou expliqué.
On connaît bien maintenant l'histoire effarante de la fin de l'esprit des années 70 avec l'échec monstrueux de LA PORTE DU PARADIS (ou de NEW YORK, NEW YORK aussi d'ailleurs) comme si cette page était définitivement tournée avec l'avènement d'Indiana Jones et des Goonies. Je pense que cette histoire, de façon plus méconnue, s'est répétée avec CASINO qui jouit d'une liberté d'écriture (en plein milieu des années 90) que son échec (dont j'ignore exactement la mesure) n'a pas vraiment permis de réitérer. Martin Scorsese s'en est bien sûr infiniment mieux tiré que Michael Cimino mais un truc s'est perdu par la suite. Je me souviens avoir attendu GANGS OF NEW YORK comme le digne troisième volet (plus historique) d'une fabuleuse trilogie sur le gangstérisme et malgré de réelles beautés, j'ai du déchanter devant cette chose impressionnante mais boursouflée. Je sais gré au LOUP DE WALL STREET d'avoir, alors que je ne l'attendais plus, rendu ce fantasme trilogique presque assouvi.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90468
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Affranchis / Casino (Martin Scorsese)

Post by Jeremy Fox »

Alexandre Angel wrote:Je me souviens avoir attendu GANGS OF NEW YORK comme le digne troisième volet (plus historique) d'une fabuleuse trilogie sur le gangstérisme et malgré de réelles beautés, j'ai du déchanter devant cette chose impressionnante mais boursouflée. Je sais gré au LOUP DE WALL STREET d'avoir, alors que je ne l'attendais plus, rendu ce fantasme trilogique presque assouvi.
Je suis passé par les mêmes attentes/déceptions à propos de Gangs of New York sauf qu'ensuite le dernier m'est apparu comme un des plus grands sommets de sa filmographie (alors que je n'en attendais plus grand chose) avec aussi les deux films du topics ainsi que Le temps de l'innocence et King of Comedy. Pour le reste, je reste bien plus nuancé concernant Scorsese.