Raging Bull (Martin Scorsese - 1980)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Raging Bull (Martin Scorsese - 1980)

Post by Jake Scully »

RAGING BULL

J'hésitais franchement à l'acheter, ce DVD collector. Je l'ai finalement fait il y a déjà deux ou trois mois... Je le vois, et là... Un coup de poing de LaMotta dans la gueule! Le choc. Celui qu'on ressent devant un grand film.

Le film retrace les moments forts de la carrière flamboyante de Jack La Motta, champion de boxe poids moyen. Issu d'un milieu modeste, il fut le héros de combats mythiques, notamment contre Ray Robinson et Marcel Cerdan. Autodestructeur, paranoïaque, déchiré entre le désir du salut personnel et la damnation, il termine son existence, bouffi, en tant que gérant de boîte de nuit...

Superbement mis en scène, belle partition musicale et d'incroyables prestations d'acteurs, RAGING BULL est considéré à juste titre comme un des meilleurs Scorsese et un des melleurs films du cinéma. Les scènes des combats de boxe sont ahurissantes.

La métamorphose de DeNiro: Le tournage débute en avril 1979. En août, les prises sont finies pour ce qui concerne la vie de La Motta en tant que boxeur. Il ne reste en fait qu'à filmer sa déchéance. Pour cela, De Niro va prendre 30 kilos en 4 mois :shock:: "Je me levais tôt le matin, explique t-il, puis je prenais un bon petit déjeuner, puis un grand déjeuner et un grand dîner. Puis, je suis allé en France et là j'ai mangé dans tous les trois étoiles. J'étais à l'agonie, mais en une semaine, j'avais pris cinq kilos"...

Le film... À voir à tous prix! :wink:

6/6
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

Scorsese film les scènes de combats comme personne auparavant, et puis Shoonmaker au montage et Chapman à la photo, putain ce que c'est beau !

Ce que j'aime c'est ça façon de ne pas faire un film sur la boxe, mais un film sur le succès, sur la désilusion, l'autodestruction... il ne montre que peut de moment de boxe et se passionne bien plus par la déchéance de LaMotta que sur ses instants glorieux (la période la plus belle de la vie de Lamotta est filmé en couleur et dure 3 minutes)

Un chef-d'oeuvre et un des tout meilleurs film que j'ai vu
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Je suis étonné que ce topic fasse un bide à chaque fois qu'on le propose ( ce n'est pas la première fois), d'autant plus étonnant que le film est d'une ampleur visuelle et dramatique hors du commun. A la sortie du film, je crois pourtant que les critiques ne l'avaient pas aimé, et c'est sans doute pour cette raison que Scorsese n'a pas eu l'oscar du meilleur réal en 80 ( oscar qui est revenu à la talentueuse Schoonmaker). Plus qu'un biopic, Raging Bull est un film sur l'ascension et la rédemption, la chute d'un grand qui se heurte à de violente pulsions autodestructrices. La composition de De Niro est assez admirable, c'est un film dans lequel il s'investit à fond. Le montage m'époustouffle en tout cas ainsi que le son qui est d'une rare intelligence (les scènes de boxe avec le souffle lent de La Motta, les montées d'adrenaline, etc..)
acidparadouze
Machino
Posts: 1210
Joined: 11 Jun 03, 22:24

Post by acidparadouze »

Moi j'ai beaucoup aimé ce film mais je préfere largement Taxi driver et Les affranchis. C'est vrai que la mise en scene du film est très belle, les scenes de combat incroyablent mais je ne suis jamais rentré dans le film. Disons que le personnage de Jake est beaucoup moins touchant que Travis C'est un film que j'ai aimé mais au bout d'un bout de temps j'avais un peu envie de ZzzZz. Pas passionnant mais d'un point de vue purement "technique", irreprochable.
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

acidparadouze wrote:C'est un film que j'ai aimé mais au bout d'un bout de temps...
"Au bout d'un bout de temps"? :?
Jordan White wrote:Je suis étonné que ce topic fasse un bide à chaque fois qu'on le propose
Via la recherche (si elle marche) je n'ai trouvé aucun sujet consacré à ce film...

Je viens de terminer de le revoir. Je l'aime beauoup...
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Mais c'est clair que le sujet-là marche beaucoup moins bien que celui de MAFIA SALAD! :shock: :D :wink:
De Niro
Assistant(e) machine à café
Posts: 278
Joined: 18 May 03, 22:20

Post by De Niro »

Je place Raging bull dans mon top 3 de mes films préférés (derrière the deer hunter), le meilleur film de Scrosese et la + belle prestation de Deniro (ou il obtenu son seul oscar du meilleur interprètre) comme le dit The rider c'est un coup de poing dans la gueule, aussi c'est le premier role au cinema pour pesci et quelle prestation INCROYABLE, les confrontations entre les frères sont de grands moments de cinema (notamment au début quand deniro demande à pesci de le frapper et biensur la cèlèbre scène "you fuck my wife")


10/10 8)
Image Image
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Jordan White wrote:Je suis étonné que ce topic fasse un bide à chaque fois qu'on le propose ( ce n'est pas la première fois)
'Faut croire que pas grand'monde ne l'ait vu... :roll: :wink:

J'y repense... une scène que j'adore: c'est celle où Jake rencontre à nouveau son frère dans la rue, en 64. Après ce qui s'est passé son frère le méprise, et il ne lui répond pas. Jake le suit, et finalement ils se serrent l'un contre l'autre... :cry: :wink: J'aime cette scène!
tommy de vito
Doublure lumière
Posts: 459
Joined: 14 Apr 03, 09:41

Post by tommy de vito »

Rien que pour la prestation de Bob ça vaut le coup ! sans oublier Joe Pesci bien sûr
le noir et blanc rend si bien
Un grand film :wink:
Metal Rider
Stagiaire
Posts: 34
Joined: 13 Aug 03, 15:31

RAGING BULL (Martin Scorsese, 1980)

Post by Metal Rider »

Premier post de l'année sous mon (multi)pseudo de Metal Rider. :wink:

Réalisé en 1980, Raging Bull raconte l’ascension et la déchéance d’un boxeur professionnel qui fut le héros de combats mythiques, mais autodestructeur et paranoïaque, il deviendra gérant d’une boîte, puis animateur de soirée dans les bars. Lorsque Scorsese découvre le projet Raging Bull, il est dans une chambre d’hôpital à demi-mort. Il vit la pire période de sa vie (échec cuisant de New York, New York, son dernier film, divorce d’avec sa seconde épouse et physiquement très usé par la consommation de drogues). Il reçoit un jour la visite de Robert de Niro venu le pousser à faire un nouveau film. L’acteur veut incarner le personnage de Jake La Motta au cinéma, et demande au cinéaste d’adapter la biographie de cet ancien champion du monde de boxe.
  • Image
La pemière fois que j'aie vu Raging Bull, je n'étais pas très enthousiaste. Je me demandais ce qu'il avait finalement de si extraordinaire à part ses combats superbement filmés et l'interprétation remarquable (dont évidemment celle de De Niro). L'état dans lequel je me trouvais contribuait à ça. Et puis, c'est en le revoyant que tout m'apparaissait plus clair. Le temps remet souvent les choses en ordre (on l'a vu avec plein d'autres films), et de mon côté il me permit d'apprécier ce film à sa juste valeur au fil des revisions...

Plusieurs choses font de ce film du grand cinéma moderne, notamment la créativité et la façon de filmer de Martin Scorsese: exceptionnelles! Le cinéaste a une façon incroyable et inégalée d’adapter une histoire à l’écran. Raging Bull est sans conteste un des films majeurs des années 80, peut-être bien le meilleur film de Scorsese avec After Hours et Taxi Driver, et on le cite souvent dans les tops 10 des meilleurs films du monde. Pourtant, il faut rappeler qu’à sa sortie, les critiques étaient mitigées. Personne à l’époque ne pensait que ce film deviendrait un classique.

Ce qui est surtout fascinant, c’est que Scorsese nous force à avoir de la sympathie pour le personnage principal, Jake La Motta, qui est quelqu’un en tous points méprisable. Cela va à l’encontre de tout ce que fait Hollywood, d’autant que ce n’est pas un film agréable. Les scènes de ménage entre La Motta et son épouse sont très réalistes, et la mise en scène est orchestrée entre instants calmes et scènes de violence insupportables. La Motta est incapable de prendre du recul entre son métier et sa vie personnelle.

Image

À l’exception du titre en lettres rouges, Scorsese a décidé de que seuls les films de famille de La Motta seraient en couleur. Il a tenu au réalisme de ces vidéos en les tournant avec du 16mm épurés de leurs couleurs pour donner un côté vieilli. Un film tourné en noir et blanc représente évidemment un risque, car cela grille les chances de réussite au box-office. Il est difficile aussi de tourner en noir et blanc, puisqu’il faut plus de profondeur de champ, et éclairer de manière différente pour créer des niveaux, alors qu’avec la couleur cela se fait automatiquement.

Un rôle en or

De Niro s’est battu pour le film parce qu’il y avait un rôle formidable mais très difficile, c’était un véritable défi. À ce stade de sa carrière, c’était exactement ce qu’il voulait. Le tournage débute en avril 1979. En août, les prises sont finies pour ce qui concerne la vie de La Motta en tant que boxeur, reste à filmer sa déchéance. De Niro refusant de porter une prothèse, va prendre trente kilos en quatre mois en s’empiffrant de nourriture. De cette prise de poids rapide il gardera des séquelles : un cou devenu plus gros qu’à l’origine. Plus tard, sur Les Incorruptibles de Brian de Palma, il demandera à porter une prothèse pour incarner Al Capone. Comme la santé de son acteur est assez compromise, Martin Scorsese réduit le planning de tournage et évite de faire trop de prises d’une même scène. Cette façon de s’investir totalement dans un rôle est devenu culte, au point que lorsque l’on parle de Raging Bull, on pense d’abord à de Niro et ses trente kilos supplémentaires. L’acteur Benicio Del Toro, à l’origine très mince, s’en est inspiré pour incarner un personnage corpulent dans Las Vegas Parano de Terry Gilliam.

Image Image

Les scènes les plus impressionnantes du film sont bien entendu les combats de boxe étonnamment bien filmés. Leur mise en scène est inouïe: jamais on avait vu ça auparavant. Les coups portés au visage sont montrés en gros plans, au ralenti, avec des projections de sang provenant du visage. La sueur, la salive et l’hémoglobine volent dans les airs, et la caméra virevolte autour des personnages, mélange entre opéra et documentaire. Le travail de la monteuse, Thelma Shoonmaker, est vraiment renversant.

Le troisième combat entre La Motta vs Robinson

Sugar Ray Robinson est un adversaire récurrent dans la carrière de Jake. Le troisième combat opposant Jake et Robinson est assez intéressant à analyser. D’abord parce qu’il s’agit de la deuxième défaite de La Motta face à son rival de toujours, ensuite parce qu’il ne ressemble visuellement pas aux autres combats du film. Scorsese a filmé la scène comme une descente aux enfers: La Motta est en plein cauchemar puisqu’il perd alors qu’il ne le mérite pas. On peut donc le voir dans chaque plan, tous sont tournés avec une caméra en-dessous de laquelle le cinéaste a mis des flammes, donnant ainsi à l’image une impression ondulante de mirage. Avec la fumée elles rendent la scène vague et floue, tel que doit être le souvenir de La Motta de ce combat.
Lorsque cette scène arrive dans l’histoire, c’est de manière tout à fait inattendue. La séquence qui la précède montre Jake dans une chambre en compagnie de sa future femme, Vickie.
Cela commence avec la caméra qui descend vers le ring enfumé.

Image

On entend la voix d’un journaliste sur la bande-son. Les personnages sont parfois mal cadrés, et on dirait que c’est filmé caméra à l’épaule, ce qui est aux antipodes de ce film dont la mise en image est en général très travaillée esthétiquement.

Image

Image

Image

Image

On s’interroge, on se demande ce qu’il se passe. Un arbitre apparaît flou ainsi que d’autres personnages, le caméraman de Scorsese faisant le point sur l’ondulation de l’air. À un moment Jake retourne s’asseoir dans son coin du ring et on ne distingue même pas son visage car il est caché par une corde du ring. Cela contribue à donner l’impression qu’il ne comprend pas ce qui lui arrive. Le spectateur est aussi perdu que lui.

Image

Image

Lorsque le gong retentit et qu’il repart se battre, au moment de porter un coup à son adversaire, on a l’impression qu’il est accompagné par un bruit de crissement de pneu, jusqu’au choc tonitruant du gant en cuir contre la tête de Robinson. Ce dernier s’écroule au bout de quelques coups. S’ensuit un silence presque total.

Image

Image

Image

La Motta reste debout, le poing en l’air, prêt à se défendre. L’arbitre commence à compter mais Robinson se relève, et ils se battent à nouveau jusqu’au coup de gong final.

Image

La Motta rejoint son frère Joey en attendant le verdict des arbitres. L’image ondule toujours autant. On annonce qu’il a perdu le match ; Joey se tourne vers son frère avec un air déchaîné. Il prend mal cette défaite.

Image

On retrouve un thème cher du film : l’autodestruction. Dans la première scène de combat du film, Jake perdait déjà face à un adversaire qu’il a pourtant mis K.O. mais trop peu avant la fin du match. Son frère Joey ne cessera de l’insulter et de lui rappeler qu’il a mis trop de temps avant de commencer vraiment à se battre. Ici, il se passe quasiment la même chose. Il commence le match en se laissant battre. On dirait que Jake La Motta va sur un ring pour se faire punir de ce qu’il fait dans la vie. Il se laisse longtemps mener par ses adversaires avant de les rouer de coups et de les mettre à terre. Dans la scène où il est en prison, il fait face à un mur où, pour la première fois, il est confronté à son véritable ennemi : lui-même.
Le choc des poings sur les visages, les flashs incessants des appareils photos, les commentaires du journaliste, les cris de l'assistance… absolument tout nous saisit, pour nous placer à notre tour sur le ring. On y subit la violence primaire d'un combat de boxe. Le parti pris de filmer les combats de l'intérieur du ring, de façon détaillée et très élaborée, est dû au refus de Scorsese de montrer l'aspect frontal et traditionnel de ce genre de spectacle. C'est aussi une évidence qu'il souhaite par ce biais responsabiliser le spectateur quant à l'atrocité dont il est le témoin impuissant. Nous pouvons alors comprendre et excuser l'attitude de La Motta dans la vie.

Image

Il ne faut pas oublier d’évoquer la magnifique musique revenant tout le long du film. Scorsese est le premier cinéaste à utiliser les musiques des autres (avec des paroles jamais en accord avec le thème de ses histoires) pour servir ses films. Ici, un seul thème revient tout au long du film, et il s'agit d'un air classique du compositeur italien Pietro Mascagni, Cavalleria Rusticana. C’est une des musiques les plus émouvantes utilisées au cinéma.
Le cinéaste n’avait d’abord pas comprit l’engouement que suscitait le sujet du film à Robert de Niro, d’autant qu’il ne comprenait rien à la boxe qu’il trouvait ennuyeux. Un jour, sur son lit d’hôpital, Scorsese voit en Jake La Motta sa propre autodestruction, et il peut enfin établir des liens personnels avec le personnage. Raging Bull est un film sur la déchéance qui, paradoxalement, l’a fait remonter la pente.

Ma note: 6/6

Le film n’a reçu que deux oscars : meilleur montage (Thelma Shoonmaker) et du meilleur premier rôle masculin (Robert de Niro) sur six nominations. Scorsese n’en a pas reçu, ce qui peut paraïtre vraiment étonnant, mais de toutes façons, s’il devait recevoir un oscar un jour, ce devra être pour l’ensemble de sa carrière.

Image
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Posts: 10337
Joined: 4 Jun 03, 20:30
Location: Bolivie

Post by John Constantine »

Raging Bull est-il un film Hors Sujet? :shock:
Harry Hausen
Solidarité avec les cheminots !
Solidarité avec les cheminots !
Posts: 17893
Joined: 13 Apr 03, 10:43
Last.fm
Liste DVD
Location: Au seul véritable endroit branché de Classik: Le Guinness Pub des Amis.

Post by Harry Hausen »

John Constantine wrote:Raging Bull est-il un film Hors Sujet? :shock:
:lol: :lol: :lol:

Ah ces lendemain de fetes !!! :mrgreen:
" Hey I'm on my way, on a journey outta this world ... " - Lux Interior 10.21.46 - 02.04.09
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

Tu commence l'année en trombe toi, très très beau post ! :)
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Posts: 10337
Joined: 4 Jun 03, 20:30
Location: Bolivie

Post by John Constantine »

Harry Hausen wrote:Ah ces lendemain de fetes !!! :mrgreen:
surtout qu'il est sympa et bien foutu son post! :? :lol:
Harry Hausen
Solidarité avec les cheminots !
Solidarité avec les cheminots !
Posts: 17893
Joined: 13 Apr 03, 10:43
Last.fm
Liste DVD
Location: Au seul véritable endroit branché de Classik: Le Guinness Pub des Amis.

Post by Harry Hausen »

John Constantine wrote:
Harry Hausen wrote:Ah ces lendemain de fetes !!! :mrgreen:
surtout qu'il est sympa et bien foutu son post! :? :lol:
Entièrement d'accord !!! :wink:

C'est pour cela qu'il est bien dommage de tout gaché en se plantant de forum :lol:
" Hey I'm on my way, on a journey outta this world ... " - Lux Interior 10.21.46 - 02.04.09