Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21071
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Major Tom »

Jeremy Fox wrote:Pour Kill Bill, c'est pareil ; je ne connais aucun des films auquels Tarantino fait référence (et je ne tiens pas à les connaître). Et malgré tout, j'adore de bout en bout, ce qui ne pourrait se faire s'il ne s'agissait que d'un cinéma de citations, s'in ne s'agissait que de photocopie comme on le dit un peu trop souvent.
Ah non, pour moi il ne s'agit pas de photocopie, jamais je ne critiquerai un cinéaste de s'être plus ou moins influencé sinon je ne serais pas un fan de De Palma. ;)

Je redis ce que j'avais déjà dit :oops: ; d'abord il est vrai que je ne vois plus que de l'auto-citation ou de l'auto-parodie dans les films de Tarantino dès Kill Bill. Toujours depuis Kill Bill, ses dialogues m'apparaissent totalement gratuits (comme sa violence et ses bandes originales façon "pots-pourris" sans cohérence). Il y a pourtant des points de comparaison énormes: les discussions de White, Blonde et Pink autour d'une table pour parler du job des serveuses, ou de Pumpkin et Honey Bunny sur les casses, ou de Max Cherry et de Jackie Brown sur leur entrée dans l'âge mûr et j'en passe... il est clair pour moi qu'il y a une perte évidente en qualité (le monologue de Superman raconté avec la même gestuelle de geek hyperactif de Tarantino par David Carradine, franchement c'est quoi ça?) et qu'ils s'avèrent parfois chiants (Kill Bill 2, Boulevard de la mort, monuments d'ennui dont je ne garde pour le second que l'accident et la poursuite finale). Et sans parler de la prétention (je le soupçonne d'avoir choppé la grosse tête, dans le genre "tout me réussit, je fais ce qui me plaît", et ce genre de dialogue: "Je crois que c'est mon chef-d'œuvre", c'est une honte, à la poubelle)... Et je regrette aussi que le côté sale gosse et provoc' gratuite soient devenus sa marque de publicité: la plupart des gens aujourd'hui vont au cinéma pour voir, entre autres certes, son traitement de la violence. C'est devenu un vrai spectacle et ça me pose encore plus problème quand il s'agit d'un film sur la Seconde Guerre mondiale avec des juifs qui massacrent des nazis. :? Quand je vois Jackie Brown, je vois un film mature, le film d'un type capable de montrer à l'écran seulement ce qu'il y a à montrer. Les personnages ne parlent pas pour ne rien dire, la violence graphique est inexistante car inutile, et la mise en scène sert son histoire, bref, je vois un beau film intelligent. Pareil avec Reservoir Dogs ou Pulp Fiction. ;)
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12240
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Jack Griffin »

Il y a un côté un peu girouette dans les films de tarantino, qui peuvent passer du clin d'oeil (c'est pas ce que j'apprécie le plus d'ailleurs) à un traitement et une émotion très premier degré. Et c'est lié au fait de pouvoir jouer avec le récit, de retrouver une liberté sur le terrain de l'imagination. En tant que cinéaste il nous fait constamment (et volontairement) rentrer et sortir de ses films (et quand c'est raté on sort totalement). Du coup, c'est pris par certains comme de la seule parodie mais y'a une volonté de jouer avec l'implication du spectateur, de le prendre par surprise dans des émotions contradictoires.

Ce qui compte pour Tarantino c'est de montrer le côté non fataliste et non déterministe de ses films et du parcours de ses personnages. Uma thurmann ne fait que ressusciter dans Kill Bill, Jackie Brown décide de prendre une autre voie et s'en sort par un miraculeux concours de circonstances, la structure de Pulp fiction fait réapparaitre des personnages morts la séquence d'avant, dans Inglorious Basterd les persos changent le cours de l'histoire et Boulevard de la mort est une sorte de film concept sur la deuxième chance.
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12965
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by hellrick »

Ca me donne envie de le revoir, de tous les QT c'est celui dont je vois le moins les références (la blaxploitation ne m'a jamais vraiment intéressé même si j'ai bien sûr vu les classiques comme Foxy Brown, Blacula ou Abby the black exorcist :mrgreen: ), ça fait un bout de temps que je ne l'ai plus vu (depuis pratiquement sa sortie en fait)...je me programme ça prochainement :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Akrocine
Régisseur
Posts: 3283
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Akrocine »

Je me suis justement fais une rétro des 3 premiers Tarantino ce mois-ci! Ils font parties des films que je regarde chaque année sans m'en lasser.

J'avais toujours un petit quelque chose qui fesait que je n'arrivais pas à totalement apprécier Jackie Brown mais cette fois j'ai vraiment pris mon pied zavé vu la référence!) de bout en bout. Cependant il reste quand même derrière Pulp Fiction qui reste pour moi le sommet de son auteur.

L'effet inverse avec Kill Bill! A chaque fois que je découvre un nouveau réal japonnais je peux être sur qu'une idée a été piqué par Tarantino. Avec Kill Bill il ne fait plus de l'hommage-référence mais un film somme des choses qu'il préfère tel un ado :|
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
Filiba
Doublure lumière
Posts: 413
Joined: 5 May 12, 18:51

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Filiba »

Major Tom wrote:Quand je vois Jackie Brown, je vois un film mature, (...............) je vois un beau film intelligent.
Tout à fait d'accord
Major Tom wrote:Pareil avec Reservoir Dogs ou Pulp Fiction.
D'accord, mais Jackie Brown me semble un cran au dessus, plus mûr encore
J'aimerai qu'il revienne à ce cinéma
et qu'il fasse un bond (james Bond)
User avatar
locktal
Assistant opérateur
Posts: 2288
Joined: 19 Mar 11, 01:03
Liste DVD
Location: Dijon

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by locktal »

Je considère également Jackie Brown comme le meilleur film à ce jour de Tarantino, qui est un cinéaste que j'apprécie beaucoup (le seul film de lui que je trouve un peu décevant est Pulp fiction : même si j'aime bien ce film, je trouve qu'il fait trop exercice de style).

Il se dégage de Jackie Brown une mélancolie profonde qui le rend très précieux. D'ailleurs, une petite question : le Blu-ray édité par TF1 video mérite-t-il le rachat (sachant que je possède l'édition collector DVD du film, que je trouve pas mal du tout) ?
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"
User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5608
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by El Dadal »

Filiba wrote: et qu'il fasse un bond (james Bond)
Là je ne crois pas que ce soit une très bonne idée, oh non... :? Ce serait comme de donner une grenade dégoupillée à un bambin. J'aime toujours Tarantino malgré Kill Bill et les excès suivants, mais je ne lui fais plus aveuglément confiance, loin s'en faut.

Concernant Jackie Brown, je ne suis pas sûr qu'on retrouve Tarantino sur ce même terrain avant quelques temps. Dans les suppléments du blu (le réussi TF1 donc, pour répondre à locktal: la compression pourrait être à mon sens un peu plus optimale, mais le rendu global me semble bien respecté, avec ses teintes 70's un peu passées et son faible contraste d'origine qui n'entachent en rien un beau piqué HD), QT s'enorgueillit de réaliser son film de la maturité avec 10 ou 15 ans d'avance, pour pouvoir prouver qu'il peut le faire et passer à autre chose. Ça ne l'entache pas, car le film est bien sûr réussi, mais il devient alors presque un exercice d'orgueil. On sent parfois qu'il se force et se réfrène dans la référence. Il admet par ailleurs que sa partie préférée du film est l'intro (le cas Beaumont, le petit film dans le film donc, que je signalais dans mon post précédent). Si l'on regarde les films auxquels il a participé, en tant que réalisateur, scénariste, acteur voire script docteur, on s'aperçoit bien vite que Jackie Brown est une sorte d'anomalie thématique et stylistique. Ce n'est pas son univers et il est beaucoup plus à l'aise et complaisant dans la citation ouverte, ce qui ne change rien à ses qualités de dialoguiste ou de conteur, j'en conviens :wink:
User avatar
locktal
Assistant opérateur
Posts: 2288
Joined: 19 Mar 11, 01:03
Liste DVD
Location: Dijon

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by locktal »

Merci, El Dadal :wink: !

Je vais donc peut-être tenter le rachat ! Surtout que le blu est souvent dans les offres spéciales...
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"
Filiba
Doublure lumière
Posts: 413
Joined: 5 May 12, 18:51

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Filiba »

El Dadal wrote:
Filiba wrote: et qu'il fasse un bond (james Bond)
Là je ne crois pas que ce soit une très bonne idée, oh non... :?
Je ne crois pas que ce soit un trés bon jeu de mot, d'ailleurs
Bogus
Electro
Posts: 812
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Bogus »

Image


Comme d'autres c'est le Tarantino que je préfère. Moins jouissif qu'un Pulp Fiction, plus lent mais aussi plus beau, on est ici moins dans l'esbroufe, on accompagne les différents protagonistes d'une histoire simple qu'on prend le temps de raconter.
L'intrigue policière est sympa à suivre (je suis assez fan du duo de flics campé par Michael Keaton et Michael Bowen), offrant de jolis moments de mise en scène même si j'ai toujours trouvé que ce coup monté était trop chanceux pour être honnête.
Le coeur du film reste cette histoire d'amour platonique entre Jackie et Max (la scène de leur rencontre est une de mes scènes préférées tout film confondu je crois). Derrière le polar fun et maîtrisé Tarantino parle également du temps qui passe, de la peur de vieillir. L'avenir semble bouché et puis vient l'étincelle qui donne un second souffle dans une existence qu'on décide de reprendre en main.
Du reste les personnages secondaires existent aussi grâce au talent d'écriture du cinéaste et à leurs interprètes, ils nous deviennent familiers au fur et à mesure des nouvelles visions.

Image

Par exemple il y a cette scène entre Mélanie et Louis qui se conclue de manière coquine et humoristique mais pendant 5 min à travers une discussion anodine (où la tension sexuelle est omniprésente) on en apprend un peu plus sur la jeune femme, on lève légèrement le voile sur une partie de sa vie.
Bons ou méchants c'est un peu une bande de copains avec qui j'ai plaisir à me balader dans la banlieue de Los Angeles ou prendre un verre dans un bar à l'ambiance feutrée.
C'est un film attachant vers lequel j'aime revenir de temps en temps et dans lequel je me sens bien.
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21071
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Major Tom »

Jackie Brown / Ultime violence :

C'est amusant d'ailleurs de constater que Tarantino n'a pas gardé la continuité du film transalpin dans sa version 4/3 diffusée chez Bridget Fonda (donc recadrée et charcutée, dis-donc).
Je le soupçonne d'avoir refait, dans son coin, les montages de certains films déjà très jeune, avec des magnétoscopes. Ça peut être un bon entraînement. C'est le sentiment que j'ai en lisant certains de ses interviews, quand il expliquait qu'au moment d'aller voir Les Diamants sont éternels, il avait déjà imaginé sa propre histoire de James Bond avant de s'asseoir dans la salle, et d'être déçu ou non (même si j'adore Les Diamants sont éternels, je me doute de la réponse). Ces images mélangées d'Ultime violence seraient peut-être un extrait de son propre remontage...
Last edited by Major Tom on 9 Sep 16, 15:10, edited 1 time in total.
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4366
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Mosin-Nagant »

Et moi, je te soupçonne d'avoir refait, dans ton coin, les montages de certains films déjà très jeune, avec des magnétoscopes.
:mrgreen:
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21071
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Major Tom »

Mosin-Nagant wrote:Et moi, je te soupçonne d'avoir refait, dans ton coin, les montages de certains films déjà très jeune, avec des magnétoscopes.
:mrgreen:
Ah non, ce n'était pas du tout mon truc. :) En revanche, avec deux magnétoscopes, je copiais pour moi les films empruntés à la bibliothèque ou loués au vidéoclub, même les VHS soi-disant "protégées". :oops:
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4366
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Mosin-Nagant »

Ah. Autant pour moi, alors... :) Moi, j'ai fait les deux.

Repiquer une VHS de location, mon père m'a un jour expliqué comment faire. La première fois, c'était avec "Robocop".
J'étais fou de joie de pouvoir le revoir autant de fois que je voulais, sans avoir à attendre la diffusion télé.

Putain, "Robocop" a l'âge 7 ans. Il est cool mon Papa. 8)


C'est vrai, s'amuser à monter des séquences entre elles via deux magnétoscopes, c'était un bon entrainement.
Enfin, avant l'arrivé du numérique.
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17927
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Jackie Brown (Quentin Tarantino - 1997)

Post by Kevin95 »

Note personnelle : voir les polars de Grieco très prochainement.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Musique superbe d'Umberto Smaila.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)