Bertrand Blier

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49056
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Bertrand Blier

Post by Boubakar »

Joshua Baskin wrote:Pour moi Blier c'est ça, un pitch de départ génial mais un truc qui soit m'épuise au bout de 40mn soit me laisse rapidement très froid. Je pense notamment à la douche froide qu'avait été notre histoire. Un pitch et un casting de ouf et puis au bout de 20mn j'ai senti que le film n'allait pas être pour moi.
Même chose, ça me rappelle la cata qu'a été Le bruit des glaçons : malgré son début formidable, le film part très vite en eau de boudin.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90417
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Blier

Post by Jeremy Fox »

Boubakar wrote:
Joshua Baskin wrote:Pour moi Blier c'est ça, un pitch de départ génial mais un truc qui soit m'épuise au bout de 40mn soit me laisse rapidement très froid. Je pense notamment à la douche froide qu'avait été notre histoire. Un pitch et un casting de ouf et puis au bout de 20mn j'ai senti que le film n'allait pas être pour moi.
Même chose, ça me rappelle la cata qu'a été Le bruit des glaçons : malgré son début formidable, le film part très vite en eau de boudin.
Je me retrouve assez là aussi. Le Bruit des glaçons fut une sacré douche froide après un postulat de départ effectivement intriguant.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Blier

Post by Kevin95 »

Idem pour Les Côtelettes. La première demi-heure est fulgurante, les deux comédiens sont au top de leurs formes et les dialogues percutants puis... plus rien, du pornawak faussement surréaliste au fond très ennuyeux.

Ceci dit, les premiers Blier sont tout de même de très haute tenue (Les Valseuses, Buffet froid ou Calmos par exemple).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Bertrand Blier

Post by bronski »

Kevin95 wrote:Ceci dit, les premiers Blier sont tout de même de très haute tenue (Les Valseuses, Buffet froid ou Calmos par exemple).
Oui et je n'hésite pas à les mettre face à ce qu'a fait Bunuel à la fin de sa vie (ça devait correspondre à la même période si je ne m'abuse).

Le même absurde, la folie qu'est la vie, les valeurs renversées etc.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Bertrand Blier

Post by Federico »

bronski wrote:
Kevin95 wrote:Ceci dit, les premiers Blier sont tout de même de très haute tenue (Les Valseuses, Buffet froid ou Calmos par exemple).
Oui et je n'hésite pas à les mettre face à ce qu'a fait Bunuel à la fin de sa vie (ça devait correspondre à la même période si je ne m'abuse).

Le même absurde, la folie qu'est la vie, les valeurs renversées etc.
Ayant revu récemment les derniers Bunuel, je dirai que Blier surpassa (largement) son maître à cette époque.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Amarcord
Assistant opérateur
Posts: 2827
Joined: 30 Oct 06, 16:51
Location: 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Bertrand Blier

Post by Amarcord »

J'avoue que je suis très étonné (sinon perplexe) à la lecture de certains rapprochements qui sont faits entre les premiers Blier et les derniers Buñuel... Que Blier courait (court) après Buñuel, je peux le concevoir. Mais, pour moi, le compte n'y est jamais. Notamment pour ce qui est de cette volonté, chez Blier, de choquer, avec des dialogues (et des images, parfois) assez crus, chose que jamais, ô grand jamais, on ne trouverait chez Buñuel ! (Franchement, vous imaginez Buñuel ouvrant un film façon Calmos, ou bien faisant dire à l'un de ses personnages qu'il veut toucher les poils de cul d'une fille parce que "ça porte bonheur de toucher quelque chose qui pue" ??? Sérieux, quoi... Il n'y a jamais de cul aussi frontalement, chez Buñuel : c'est quand même pas rien, comme différence, ça).
Pour moi, il n'y a pas photo : il n'y a rien de comparable à un type qui, vers la fin de sa vie, a été capable de faire un film aussi fulgurant que Le Charme discret de la bourgeoisie (qui tient toujours parfaitement la route, là où Blier, même avec Les Valseuses, me semble accuser péniblement le coup, vieillir assez mal, pour ne rester, au final, qu'une sorte de Lelouch dévergondé (au mieux), à l'exception de l'ouverture de Buffet froid (le seul moment, chez Blier, qui pourrait effectivement me faire dire que là, il se rapproche un peu de Don Luis, parce qu'il délaisse, dans ces moments-là le commentaire social au profit de l'absurde, voire d'un surréalisme effectivement digne de Buñuel).
Le cinéma de Blier se veut mal élevé, alors que ce n'est pas du tout le "problème" de Buñuel, ça.
[Dick Laurent is dead.]
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Bertrand Blier

Post by Federico »

Amarcord wrote:J'avoue que je suis très étonné (sinon perplexe) à la lecture de certains rapprochements qui sont faits entre les premiers Blier et les derniers Buñuel... Que Blier courait (court) après Buñuel, je peux le concevoir. Mais, pour moi, le compte n'y est jamais. Notamment pour ce qui est de cette volonté, chez Blier, de choquer, avec des dialogues (et des images, parfois) assez crus, chose que jamais, ô grand jamais, on ne trouverait chez Buñuel ! (Franchement, vous imaginez Buñuel ouvrant un film façon Calmos, ou bien faisant dire à l'un de ses personnages qu'il veut toucher les poils de cul d'une fille parce que "ça porte bonheur de toucher quelque chose qui pue" ??? Sérieux, quoi... Il n'y a jamais de cul aussi frontalement, chez Buñuel : c'est quand même pas rien, comme différence, ça).
Pour moi, il n'y a pas photo : il n'y a rien de comparable à un type qui, vers la fin de sa vie, a été capable de faire un film aussi fulgurant que Le Charme discret de la bourgeoisie (qui tient toujours parfaitement la route, là où Blier, même avec Les Valseuses, me semble accuser péniblement le coup, vieillir assez mal, pour ne rester, au final, qu'une sorte de Lelouch dévergondé (au mieux), à l'exception de l'ouverture de Buffet froid (le seul moment, chez Blier, qui pourrait effectivement me faire dire que là, il se rapproche un peu de Don Luis, parce qu'il délaisse, dans ces moments-là le commentaire social au profit de l'absurde, voire d'un surréalisme effectivement digne de Buñuel).
Le cinéma de Blier se veut mal élevé, alors que ce n'est pas du tout le "problème" de Buñuel, ça.
C'est vrai que l'on peut accuser Blier de complaisance, de maniement de l’équivoque, et de froideur figée...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...termes utilisés par Henry Chapier au moment de la sortie du... Journal d'une femme de chambre. :P
Pas le Bunuel que je préfère, ceci dit (et le roman de Mirbeau est bien plus puissant).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Amarcord
Assistant opérateur
Posts: 2827
Joined: 30 Oct 06, 16:51
Location: 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Bertrand Blier

Post by Amarcord »

Federico wrote:C'est vrai que l'on peut accuser Blier de complaisance, de maniement de l’équivoque, et de froideur figée...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...termes utilisés par Henry Chapier au moment de la sortie du... Journal d'une femme de chambre. :P
Pas le Bunuel que je préfère, ceci dit (et le roman de Mirbeau est bien plus puissant).
Spoiler (cliquez pour afficher)
Au contraire de Belle de Jour, film avec lequel Buñuel a largement surpassé le livre (il est vrai assez médiocre) dont il s'inspire.
[Dick Laurent is dead.]
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15791
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Bertrand Blier

Post by Père Jules »

Amarcord wrote: à l'exception de l'ouverture de Buffet froid (le seul moment, chez Blier, qui pourrait effectivement me faire dire que là, il se rapproche un peu de Don Luis, parce qu'il délaisse, dans ces moments-là le commentaire social au profit de l'absurde, voire d'un surréalisme effectivement digne de Buñuel).
C'est également le cas de toute la dernière partie en Isère.
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Bertrand Blier

Post by homerwell »

Amarcord wrote:
Federico wrote:C'est vrai que l'on peut accuser Blier de complaisance, de maniement de l’équivoque, et de froideur figée...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...termes utilisés par Henry Chapier au moment de la sortie du... Journal d'une femme de chambre. :P
Pas le Bunuel que je préfère, ceci dit (et le roman de Mirbeau est bien plus puissant).
Spoiler (cliquez pour afficher)
Au contraire de Belle de Jour, film avec lequel Buñuel a largement surpassé le livre (il est vrai assez médiocre) dont il s'inspire.
Jean Claude Carrière était scénariste sur les deux.
Etrange qu'il n'ait jamais travaillé avec Blier.
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Bertrand Blier

Post by julien »

A mon avis Blier à une personnalité d'écrivain trop forte pour pouvoir travailler avec un scénariste. Certains de ses films furent d'ailleurs initialement des nouvelles, et je crois qu'il est principalement le scénariste de tout ses films. Par contre aujourd'hui, il aurait effectivement bien besoin de collaborer avec un auteur.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
Cololi

Re: Bertrand Blier

Post by Cololi »

J'avoue être un fan des films de Blier.

Certes tout n'est pas impérissable (la 2° partie de Calmos ... c'est du gâchis car le film débutait très bien).
Mais Les Valseuses, Préparez vos mouchoirs, Buffet froid, Trop belle pour toi, Tenue de soirée sont vraiment géniaux.
1,2,3 Soleil, le Bruit des glaçons, Combien tu m'aimes sont en dessous mais très bons quand même.

Je ne trouve pas du tout Blier vulgaire. C'est vrai que le sexe et l'amour sont le sujet quasi exclusif de son œuvre, mais à part sur la 2° partie de Calmos je n'y vois pas de vulgarité.

La jouissance féminine semble un grand sujet chez lui. Le pendant c'est la jouissance masculine (où il prend toujours le parti d'un romantique idéaliste mais sincère). Et j'ai envie de dire que le complexe d'Œdipe le travaille aussi beaucoup : il suffit de voir les nombreuses scènes où les hommes ont des relations intimes avec des femmes plus âgées (les Valseuses, Préparez vos mouchoirs, le Bruit des glaçons).
Bogus
Electro
Posts: 811
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Bertrand Blier

Post by Bogus »

J'aime beaucoup Blier mais dans la poignée de films que j'ai vu aucun ne me satisfait complètement, il y a toujours un (ou plusieurs) moment(s) où ça patine et où je ne vois pas vraiment où il veut en venir.

Tenue de Soirée qui est pour l'instant surement celui que je préfère n'échappe pas à la règle. Le personnage de Monique interprété par Miou-Miou illustre d'ailleurs bien ce que je ressent à la vision de ce film, parfois agaçant (le terme est un peu excessif) mais par moments aussi bouleversant.
Les dialogues truculents de Blier deviennent absolument magiques dans la bouche de Depardieu qui livre une performance stratosphérique et d'un formidable Michel Blanc qui trouve ici un pendant désespéré et tragique de ses habituels personnages de loser.
A la fois jubilatoire et d'une grande tristesse, le tout saupoudré d'un ton vaguement surréaliste, ces deux aspects sont à mon sens bien représentés dans la géniale scène d'intro (dont personnellement je ne ma lasse pas) et la conclusion assez noire.
Provocant, cru, le film l'est mais il y a surtout quelque chose d'assez beau je trouve dans la rencontre entre Bob et Antoine.

"Ton destin c'est moi, ton avenir il est tout tracé... Tu me rencontres, tu me suis, on se laisse emporter par le grand tourbillon. Et puis quand ça s'arrête..."
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90417
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Blier

Post by Jeremy Fox »

Bogus wrote:J'aime beaucoup Blier mais dans la poignée de films que j'ai vu aucun ne me satisfait complètement, il y a toujours un (ou plusieurs) moment(s) où ça patine
Je suis d'accord. Je trouve que la majorité des films de Blier partent souvent très bien et se mettent à patiner ou faire du sur-place à mi-parcours.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Bertrand Blier

Post by Federico »

Jeremy Fox wrote:
Bogus wrote:J'aime beaucoup Blier mais dans la poignée de films que j'ai vu aucun ne me satisfait complètement, il y a toujours un (ou plusieurs) moment(s) où ça patine
Je suis d'accord. Je trouve que la majorité des films de Blier partent souvent très bien et se mettent à patiner ou faire du sur-place à mi-parcours.
La majorité, je ne sais pas (faudrait que j'en revois pas mal pour vérifier) mais c'était clairement le cas du dernier que j'ai découvert : Le bruit des glaçons. Cela peut provenir du fait que Blier a le don de trouver des idées fondatrices si géniales pour ses scénarios que ce doit être limite impossible d'en étendre la substantifique moelle sur la durée.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz