Woody Allen

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

Annie Hall

Toujours pas le Woody Allen qui a ma préférence mais il est clair que c'est la matrice de tout ce qui va suivre. En tout cas même si je lui trouve des problèmes de rythme, un choix de musiques pas aussi génial que par la suite, ainsi qu'une esthétique finalement assez banale (car je continue sinon à penser que beaucoup de films de Woody Allen sont plastiquement sublimes), Annie Hall reste toujours aussi réjouissant, aussi amusant qu'intelligent.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46015
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Woody Allen

Post by Flol »

Son chef-d'oeuvre, pour moi. Loin devant Manhattan.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

Manhattan

"Crois un peu plus en l'homme" conseille Mariel Hemingway à Woody Allen dans les dernières secondes de ce superbe opus. Un grand moment de grâce comme en sera parsemé ce film sublimement photographié. Qui n'a pas rêvé après ça de visiter New York en noir et blanc avec venant d'on ne sait où la chaude musique de Gershwin ? Plus sérieux dans sa mise en scène (plus de plans séquences, moins de fantaisie), plus maitrisé (je trouve) dans son rythme, un parfait pendant (plus grave) à Annie Hall, qui prouve qu'avec du génie l'on peut faire plusieurs fois le même film sans jamais lasser le spectateur.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Woody Allen

Post by Kevin95 »

Ratatouille wrote:Son chef-d'oeuvre, pour moi. Loin devant Manhattan.
Un bon gros +1 des familles.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Hitchcock
Electro
Posts: 967
Joined: 9 Dec 13, 13:34
Location: Londres

Re: Woody Allen

Post by Hitchcock »

Jeremy Fox wrote:Manhattan

"Crois un peu plus en l'homme" conseille Mariel Hemingway à Woody Allen dans les dernières secondes de ce superbe opus. Un grand moment de grâce comme en sera parsemé ce film sublimement photographié. Qui n'a pas rêvé après ça de visiter New York en noir et blanc avec venant d'on ne sait où la chaude musique de Gershwin ? Plus sérieux dans sa mise en scène (plus de plans séquences, moins de fantaisie), plus maitrisé (je trouve) dans son rythme, un parfait pendant (plus grave) à Annie Hall, qui prouve qu'avec du génie l'on peut faire plusieurs fois le même film sans jamais lasser le spectateur.
Mon Allen favori 8)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

La Rose pourpre du Caire

Ce fut l'un de mes films fétiches, le premier que j'ai été voir deux fois de suite au cinéma. Revu aujourd'hui avec une certaine déception. Non pas qu'il soit mauvais ni ennuyeux, loin de là ! L'idée demeure toujours aussi géniale, la mise en scène toujours aussi subtile, quelques séquences toujours aussi magiques (celle de la maison-close par exemple) ; mais je ne sais pas trop, ce ton nostalgique a cette fois moins bien fonctionné chez moi, m'a moins fait vibrer qu'à 20 ans. Peut-être car à cette époque le film me parlait plus, moi qui me retrouvais assez dans le personnage de Celia, seul et allant également oublier la réalité le temps de quelques heures dans les salles de cinéma. Aujourd'hui, je peux regarder la scène finale de Top Hat quand je le souhaite ; il suffit que j'aille piocher le DVD dans mon étagère. Bref, le côté magique s'est un peu évaporé et je préfère désormais la poésie d'un Manhattan, le ton plus contemporain d'un Hannah et ses soeurs, la noirceur d'un Crimes et délits. Néanmoins un beau film et un magnifique hommage au cinéma (superbe reconstitution des films de la RKO des années 30).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

Comédie érotique d'une nuit d'été

Un opus léger qui me réjouit de plus en plus au fur et à mesure des visions. Une magnifique lumière estivale, la musique légère de Mendelssohn qui colle parfaitement à l'ambiance d'ensemble, six comédiens parfaits pour un marivaudage au rythme soutenu entrecoupé d'interludes champêtres enchanteurs ou de passages burlesques parfaitement cocasses. Une ode à l'amour et au plaisir des sens qui fait le plus grand bien. Aussi génialement futile qu'intelligent, et surtout très amusant et d'une grande fraîcheur.


Hannah et ses soeurs

Je viens de le revoir et je pense qu'il s'agit définitivement de mon Woody Allen préféré, celui qui me parle et me touche le plus par sa profonde mélancolie, celui que je trouve le plus équilibré et harmonieux dans son mélange des tons, son rythme et sa construction, le choix des extraits musicaux, les vues de New York... Et puis, à l'instar du personnage joué par Woody Allen, trouver le sens (ou non-sens) de la vie en allant voir un film des Marx Brothers, se décider d'un coup, au lieu de perpétuellement s'interroger, à en profiter un maximum avant le 'on ne sait quoi' qui pourrait s'avérer être le néant, j'adhère totalement. Et puis Michael Caine et Barbara Hershey chez Woody Allen, c'est quand même un sacré plaisir !
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

Radio Days

Une très belle réussite de la veine nostalgique de Woody Allen ; en quelque sorte son Amarcord rythmé par des chansons des années 40 prétextes à de multiples anecdotes et saynètes tour à tour cocasses ou tendres. Pas de trame linéaire contrairement à La Rose pourpre du Caire mais, paradoxalement, au final un opus peut-être plus équilibré. Et puis un film qui, au travers d'une de ses séquences les plus réussies, rend hommage à Carmen Miranda, ne pouvait qu'avoir mon aval. Et bien évidemment, une magnifique photographie et un choix de musiques enchanteur.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Woody Allen

Post by Anorya »

Jeremy Fox wrote:Radio Days

Une très belle réussite de la veine nostalgique de Woody Allen ; en quelque sorte son Amarcord rythmé par des chansons des années 40 prétextes à de multiples anecdotes et saynètes tour à tour cocasses ou tendres. Pas de trame linéaire contrairement à La Rose pourpre du Caire mais, paradoxalement, au final un opus peut-être plus équilibré. Et puis un film qui, au travers d'une de ses séquences les plus réussies, rend hommage à Carmen Miranda, ne pouvait qu'avoir mon aval. Et bien évidemment, une magnifique photographie et un choix de musiques enchanteur.
Un Woody que je me revois fréquement avec beaucoup de bonheur. :D
D'ailleurs tu me redonnes envie là...
Image
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10370
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Woody Allen

Post by odelay »

Jeremy Fox wrote:Radio Days

Une très belle réussite de la veine nostalgique de Woody Allen ; en quelque sorte son Amarcord rythmé par des chansons des années 40 prétextes à de multiples anecdotes et saynètes tour à tour cocasses ou tendres. Pas de trame linéaire contrairement à La Rose pourpre du Caire mais, paradoxalement, au final un opus peut-être plus équilibré. Et puis un film qui, au travers d'une de ses séquences les plus réussies, rend hommage à Carmen Miranda, ne pouvait qu'avoir mon aval. Et bien évidemment, une magnifique photographie et un choix de musiques enchanteur.
Il est dans mon top five. Et puis l'apparition de Diane Keaton est juste magique.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

odelay wrote: Et puis l'apparition de Diane Keaton est juste magique.
Ah oui : si c'est elle qui chante, elle le fait sacrément bien.
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10370
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Woody Allen

Post by odelay »

Oui c'est elle, comme dans Annie Hall avec It Had to be you. Jolie petit filet de voix en effet.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

September

Décidément, les années 80 auront été fructueuses pour Woody Allen qui enchaine les excellents films, passant même de la comédie au drame avec une déconcertante facilité. Ce huis clos à 6 protagonistes est une nouvelle réussite, le cinéaste accomplissant même l'exploit de nous rendre touchant le personnage d'Elaine Stritch qui au départ semblait devoir être agaçant jusqu'au bout. C'est au contraire au final l'un des plus attachants, et à travers elle et grâce au talent de la comédienne, le thème de la vieillesse a pu être abordée avec une extrême délicatesse. Chacun des 6 comédiens aura droit à sa scène même les moins présents comme Jack Warden qui nous bouleverse avec sa conception scientifique et déprimante de l'univers. Mia Farrow est un poil en deçà je trouve alors que Dianne Wiest est prodigieuse : les séquences où elle a du mal à réfréner son désir sont d'une force prodigieuse. Dommage sinon que Denholm Elliott n'ai pas eu plus de scènes et que les 20 dernières minutes soient un peu moins intenses que le reste. Un très beau drame automnal sur la vieillesse, le désir et la difficulté dans les relations humaines. Et puis, quelle belle mélodie que On a Slow Boat to China de Frank Loesser joué au piano, le thème du générique de début qui reviendra longuement et avec entêtement lors de la plus belle et plus longue partie du film, celle au cours de laquelle l'électricité est coupée une partie de la soirée.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Woody Allen

Post by Jeremy Fox »

Une autre femme

Une femme de 50 ans qui avait décidé jusqu'à présent de faire comme si tout allait bien dans sa vie (et qui y réussissait), se remet en question et découvre une nouvelle facette d'elle-même (une autre femme). Ce déclic dont elle se serait bien passé, elle l'a eu en surprenant des conversations d'une future mère de famille dépressive lors de ses visites chez son psychologue. En fait, si Mia Farrow est le déclencheur de cette introspection tardive, son rôle est finalement assez anecdotique. C'est bien Geena Rowlands qui est quasiment de tous les plans et qui rayonne devant la caméra de Woody Allen. Rien que pour elle, il faut voir ce bel opus du cinéaste new-yorkais (qui filme une fois de plus sa ville avec amour) ; les quelques séquences qu'elle partage avec Gene Hackman sont d'ailleurs bouleversantes. Mais si nous aurions pu penser tomber sur un film sombre et triste, il n'en est finalement rien ; il s'agit plutôt d'une œuvre délicate et mélancolique qui finit d'ailleurs sur une note très positive. L'utilisation de la musique est toujours aussi parfaite, les dialogues toujours aussi intelligents et le casting parfaitement bien choisi. Mais ce que j'ai surtout aimé ici, c'est la construction du film non dénuée de fantaisie, passant du rêve à la réalité, du passé au présent avec une belle fluidité.


Crimes et délits

L'un des sommets de la filmographie de Woody Allen qui a décidément fait très fort durant la décennie 80. Un film vertigineux de par les réflexions qu'il provoque. J'ai rarement vu film plus passionnant à propos des thématiques de la moralité et de la culpabilité ; j'ai rarement vu cadavre plus horrifiant que celui de Angelica Huston devant lequel pour une des premières fois au cinéma (et encore plus dans une comédie) on se pose la question de savoir comment il est possible ne serait-ce que de commanditer le meurtre d'un être humain. Alors évidement le ton est plus grave que d'habitude chez Woody Allen ; cependant le film n'est pas dépourvu de fantaisie ni d'humour. Les dialogues, l'interprétation, la construction et la mise en scène sont brillants et le film nous fait également réfléchir sur l'amour, la mort et le sens de la vie : décrit comme cela, ça pourrait sembler banal, mais toutes ces réflexions sont d'une grande profondeur sous le vernis de la légèreté. Quant au final, il est d'une noirceur assez étonnante (la non-prise de conscience de Martin Landau, la tristesse de Woody Allen devant "la perte" de son grand amour, le suicide du philosophe aux pensées positives) seulement contrebalancé par la tendre complicité qui existe toujours entre Woody et sa nièce : les séquences au cinéma ainsi que les extraits de films correspondant aux états d'âme du personnage à ce moment là sont jubilatoires. Excellente utilisation de la musique et notamment du quatuor 'La jeune fille et la mort' de Schubert. Très grand film !
wontolla
mon curé chez les forumistes
Posts: 6922
Joined: 14 Mar 10, 14:28
Liste DVD
Location: Bruxelles

Re: Woody Allen

Post by wontolla »

Supfiction wrote:Première image de Magic in the Moonlight, son quarante-septième film.

Image
Sortie en Belgique le 6 août.

Affiche officielle pour le Benelux:

Image


Le trailer officiel en VO (non ST):