Woody Allen

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Woody Allen

Post by AtCloseRange »

Play it Again, Sam (Herbert Ross - 1972)
Même s'il ne l'a pas réalisé, ce film est un peu l'annonciateur du Woody Allen post-Annie Hall.
Il n'en a pas encore la maturité (le début est laborieux, l'idée du faux Bogart un peu casse-pieds sur la longueur) mais ça définit déjà les gammes de sa future association avec Diane Keaton.
Image
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Woody Allen

Post by Blue »

T'as un peu ri, quand-même ?
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5607
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Woody Allen

Post by El Dadal »

BA du prochain Woody, Blue Jasmine:

Peut-être juste les effets de montage de cette BA, mais ça parait tout de même plus dynamique et bouillonnant que le dernier en Italie.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Woody Allen

Post by AtCloseRange »

Blue wrote:T'as un peu ri, quand-même ?
un peu mais ça se tient un peu trop sur les maladresses de Woody. Je ne suis pas hyper fan de ses débuts même si j'aime bien Guerre et Amour.
Il sera plus drôle à mon sens après Annie Hall.
Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Woody Allen

Post by Federico »

AtCloseRange wrote:
Blue wrote:T'as un peu ri, quand-même ?
un peu mais ça se tient un peu trop sur les maladresses de Woody. Je ne suis pas hyper fan de ses débuts même si j'aime bien Guerre et Amour.
Il sera plus drôle à mon sens après Annie Hall.
Et hilarant après Intérieurs... :mrgreen:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Woody Allen

Post by AtCloseRange »

Federico wrote:
AtCloseRange wrote: un peu mais ça se tient un peu trop sur les maladresses de Woody. Je ne suis pas hyper fan de ses débuts même si j'aime bien Guerre et Amour.
Il sera plus drôle à mon sens après Annie Hall.
Et hilarant après Intérieurs... :mrgreen:
Disons que le slapstick des débuts me semble un peu léger alors que ses films plus doux amers et hybrides qui suivront sont généralement plus drôles parce que mieux écrits.
Ce Play it Again Sam reste sympathique (ne serait-ce que pour y voir les débuts de Diane Keaton chez Woody) mais c'est plus un jalon avant de passer à la vitesse supérieure qu'autre chose.
Image
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Woody Allen

Post by ballantrae »

Entièrement d'accord avec toi, d'ailleurs Woody acteur sans Woody cinéaste ce ne sera jamais fameux: j'ai en tête Casino royale ou encore un Mazurski dont j'ai oublié le titre (peut-être Scènes de ménage ds un centre commercial avec Bette Midler).
L'équation Woody acteur/Woody cinéaste effectivement sera formidable surtout à partir de Annie Hall avec qqs sommets comme Manhattan,Zelig, Comédie érotique, Hannah,Crimes et délits, Husbands and wives ou Meurtre mystérieux..., Harry auxquels il convient d'ajouter des films méconnus tel Broadway Danny Rose
En revanche l'accomplissement de la veine Woody sans Woody est plus irrégulier avec des sommets plus distants ds le temps:La rose pourpre, Une autre femme,Radio days,Bullets over Broadway,Match point .
C'est incroyable de réaliser combien cette carrière certes inégale est riche en beaux films avec lesquels on a l'impression d'avoir grandi.Sûr qu'il nous manquera qd il s'éteindra,y compris qd on a joué les blasés face à tel crû fragile!!!Pareil pour Coppola,Scorsese, Eastwood...
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Woody Allen

Post by scottspeed »

ballantrae wrote:C'est incroyable de réaliser combien cette carrière certes inégale est riche en beaux films avec lesquels on a l'impression d'avoir grandi.Sûr qu'il nous manquera qd il s'éteindra,y compris qd on a joué les blasés face à tel crû fragile!!!Pareil pour Coppola,Scorsese, Eastwood...
Je plussoie !
Chrislynch
Doublure lumière
Posts: 705
Joined: 17 Dec 05, 09:05
Location: Inland Empire

Re: Woody Allen

Post by Chrislynch »

ballantrae wrote:d'ailleurs Woody acteur sans Woody cinéaste ce ne sera jamais fameux
Je l'ai quand même adoré dans "Fourmiz". :mrgreen:
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Woody Allen

Post by Federico »

ballantrae wrote:Entièrement d'accord avec toi, d'ailleurs Woody acteur sans Woody cinéaste ce ne sera jamais fameux: j'ai en tête Casino royale ou encore un Mazurski dont j'ai oublié le titre (peut-être Scènes de ménage ds un centre commercial avec Bette Midler).
Il fait un numéro assez marrant dans What's new pussycat ? et surtout dans Casino Royale mais je pense que si il ne faut retenir qu'une interprétation de Woody sous la direction d'un autre, c'est dans Le prête-nom de Martin Ritt.

Image
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Woody Allen

Post by Blue »

Federico wrote:je pense que si il ne faut retenir qu'une interprétation de Woody sous la direction d'un autre, c'est dans Le prête-nom de Martin Ritt.
Je viens de regarder le DVD à l'instant et effectivement c'est intéressant de voir Woody dans ce rôle dramatique, d'autant plus que le film est réalisé, scénarisé et en partie joué par des auteurs anciennement blacklistés. Par contre la mise en scène manque de punch.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14479
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Woody Allen

Post by Demi-Lune »

Alice (1990)

On évoque assez rarement ce film dans la carrière du réalisateur, alors qu'il suit pourtant son âge d'or. C'est un Allen mineur mais qui possède un charme (de fond comme de forme) typique de sa fin des 80's. On y retrouve cette veine un peu désenchantée, automnale et mordorée mais sur le mode plus comique du conte. Comme une version allégée des drames psychologiques féminins qui avaient précédé. Mia Farrow y est lumineuse et le cinéaste réserve quelques idées savoureuses (la potion d'invisibilité, le survol de New-York façon Superman, les avances de Farrow à Mantegna, le fantôme de Baldwin). Malheureusement, le film ne parvient pas à dépasser le caractère éphémère et plaisant de ces quelques séquences, émergeant de longues phases de creux, et on reste au final avec une petite fantaisie qui aurait mérité d'être plus approfondie. M'enfin ça reste agréable quand même.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16768
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Woody Allen

Post by Supfiction »

Télérama livre son Top Woody :

Image
Notre top des films de Woody Allen :

1 Crimes et délits
2 Manhattan
3 Annie Hall
4 Une autre femme
5 Match Point
6 Maris et femmes
7 Hannah et ses soeurs
8 Vicky Cristina Barcelona
9 Broadway Danny Rose
10 Intérieurs
11 Meurtre mystérieux à Manhattan
12 Radio Days

« On rit souvent mais le fond de l'air est cruel, criminel, même. Woody Allen passe en revue ses obsessions : la faute, le péché, l'amour impossible, le métier de cinéaste, la muflerie des gens arrivés, la bêtise des vedettes, l'aveuglement de tout un chacun, la pulsion meurtrière, la folie du monde » Le 24 février 1990, Woody Allen est en couverture de Télérama pour la sortie de Crimes et Délits.

Le titre qui accompagne la photo est d'une simplicité biblique : chef d'œuvre ! C'est un avis qui se propage, depuis la sortie américaine du film, dans tous les cercles d'admirateurs du cinéaste de Manhattan. Crimes et Délits, qui suit de près quelques films majeurs alignés sur un rythme frénétique (Broadway Danny Rose, La Rose pourpre du Caire, Hannah et ses sœurs, Radio days, September, Une autre femme, réalisés entre 1984 et 1989) couronne en beauté cette période faste. « Le plus complexe, le mieux construit des films de Woody Allen, écrit David Denby, critique du New Yorker qui le trouve « vif, riche et stimulant ».

Dans le canevas sophistiqué d'intrigues croisées, le cinéaste s'est réservé le rôle d'un documentariste raté et son interprétation est saluée comme l'une des plus fines, et nuancées de sa carrière. David Denby, encore : « Avec Cliff, Woody Allen offre le portrait d'un personnage très spirituel. Et aussi une des descriptions les plus amères de l'échec qu'on ait jamais vu sur un écran. Allen donne à son personnage le sarcasme sans le courage, l'intelligence sans la connaissance de soi. Est-il drôle? Oui mais de manière glaçante. Les blagues sont là pour faire ressortir la faiblesse du blagueur. »



Cliff n'est pas le seul personnage invité à la fête macabre de ce film longtemps intitulé « Frères » (mais le titre était pris par un téléfilm) comme un pendant à Hannah et ses sœurs. Pendant un voyage européen, Woody Allen a élaboré une intrigue particulièrement enchevêtrée : « Quelle complexité ! écrit Gérard Pangon dans Télérama. D'un côté Judah (joué par Martin Landau) est l'amant de Dolorès, le mari de Myriam, le père de Sharon, le frère de Jack. De l'autre, Clifford est l'amoureux de Halley, le mari de Wendy, le frère de Barbara, le beau-frère de Lester et de Ben ! Mais jamais Woody ne se perd ni ne nous égare, même si ses deux principaux personnages ne se rencontrent qu'à la fin. […]

Woody Allen passe de l'un à l'autre avec une virtuosité de génie, change de personnages et même de sujet avec une incroyable facilité. Les scènes s'enchaînent, se répondent et s'emmêlent sans qu'on les confonde. Les dialogues sont étincelants. Tout est naturel, admirable, mis en scène avec une extraordinaire limpidité. […] »

Au cœur de Crimes et Délits, Ben, le rabbin dont la vue baisse tout au long du film, devient aveugle. « Comme si les yeux de Dieu se fermaient. Eternelles obsessions de Woody Allen qui le rapprochent de Bergman qu'il admire tant : la culpabilité et la relation entre l'homme et un Dieu introuvable. Silencieux chez Bergman et maintenant aveugle chez Allen. »

« Est-ce un hasard ? demande Vincent Remy, toujours dans Télérama, dix ans après la sortie. Le plus juif, existentiellement juif, des films de Woody Allen est un chef-d’œuvre. Des abîmes de souffrance y côtoient des montagnes d’humanité. Bref, tout est affaire de regard, dans ce film comme dans la vie. Puisque l’œil ne semble être nulle part, même dans la tombe, seule importe la conscience que l’on a de soi, des autres, du monde. Derrière le triomphe des apparences, des faussetés, du mensonge, Woody Allen dessine modestement, comme à tâtons, ce qui s’annonce comme une morale de la vérité. »
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Woody Allen

Post by Federico »

Bon ben, sans surprise, ce top ne sera pas mien.
Voir dans la liste le très oubliable Vicky, Cristina, Barcelona (le seul raté du triptyque Scarlett) et non le bouleversant Accords et désaccords... Paglop. :cry:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16768
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Woody Allen

Post by Supfiction »

Federico wrote:Bon ben, sans surprise, ce top ne sera pas mien.
Voir dans la liste le très oubliable Vicky, Cristina, Barcelona (le seul raté du triptyque Scarlett) et non le bouleversant Accords et désaccords... Paglop. :cry:
Pas d'accord avec toi concernant le "triptyque Scarlett", moi c'est Scoop, au contraire, qui m'a déçu.