La Ligne Rouge (Terrence Malick - 1998)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

kayman
Réalisateur
Posts: 6765
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

Pas de mot pour décrire la Ligne rouge, LE film des années 90 en ce qui me concerne. Je ressens un besoin physique et psychique de le voir régulièrement. La BO passe dans mon lecteur au moins une fois par semaine depuis sa sortie.
Le seul avec 2001 que je pourrais écouter sans voir, ou voir sans écouter. Mais qu'est ce que c'est bon de le voir et de l'écouter :D
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

Je fais partie du public qui est géné par l'omniprésence de la voix off qui ne pervient jamais à rehausser la narration et est donc inutile. Pour moi le plus faible des trois Malick même s'il est admirable à plusieurs égards (capacité à atteindre une richesse expressive inouïe au détour d'un seul plan, notamment), ce qui est dire la qualité de ce cinéaste rare.
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10713
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Post by -Kaonashi Yupa- »

J'adore j'adore j'adore !! :D

Mon film préféré des années 1990.
Il m'a permis également de découvrir le reste de l'oeuvre de Malick, cinéaste peu prolifique mais majeur.
Découvrir, peu après La Ligne rouge, Les Moissons du ciel et La Balade sauvage sur grand écran, c'est un régal.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11597
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Nouveau film: La Ligne Rouge de Terrence Malick.
Je passerai sur le casting totalement dingue (John Travolta et George Clooney pour une seule scène il fallait oser :shock:) et sur la mise en image simplement ahurissante pour trancher dans le vif: la profondeur de ce film qui se faisait attendre depuis 30 ans pour beaucoup, marquant le retour de ce virtuose plutôt pingre en projets...
Cette ligne rouge rappelle un certain cinéma de guerre un peu oublié par le grand public qui voyait un bataillon survivre en milieux hostile, films typiques d'un cinéma des années 40 à 60.
Alors que le Soldat Ryan de Spielberg sorti la même année visait les tripes, Mallick s'adresse plus à l'intelect du spectateur offrant un film hautement cérébral ce qui est presque choquant vu le sujet évoqué. Trés (voir trop) lent, le film s'intéresse à l'aspect relationel des personnes en périodes de conflit, à l'autorité dans l'armée mais va beaucoup plus loin posant des questions sur la nature du mal, le conditionnement de l'être humain, l'amour qu'on ne peut taire et sur le divin de par cette Nature omniprésente admirant des hommes s'autodétruisant et la détruisant aussi. A vrai dire le film devient presque théologique dans sa deuxième partie. Chaque personnage a l'occasion de s'exprimer par voix off devenant le "héros" du film le temps de quelques plans, il n'y a ni réel début ni réelle fin au film, bref La Ligne Rouge est aussi brillant qu'iconoclaste. Un peu difficile d'accès mais néanmoins l'un de meilleurs films de guerre de ces dernières années. 5/6
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49089
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: La ligne rouge de Terrence Malick

Post by Boubakar »

Je n'avais pas été séduit par Le nouveau monde, trop lyrique à mon goût, et j'ai trouvé l'avant-dernier de Mallick absolument magistral, malgré que ces deux-là se répondent pas mal (surtout dans le côté "viol de la nature").
D'une beauté plastique époustouflante, le film offre quand même de vraies audaces,comme cette voix-off permanente (mais jamais emmerdante), une musique paraissant organique, une approche littéralement "poétique" de la guerre... d'ailleurs, on ne voit quasiment jamais l'ennemi, Mallick évitant ainsi le manichéisme redouté.
Et il y a aussi son lot de scènes fortes, comme la première attaque dans la village, le personnage de Cazievel qui s'amuse avec les enfants, ou la grande scène où Elias Koteas s'oppose à Nick Nolte, sans oublier les derniers plans du film, tout ou presque y respire la perfection filmographique. Et que dire du casting, formidable de bout en bout (surtout Nick Nolte, qui sait être génial quand il le veut), et très impliqué ; contrairement à Roy, je n'y vois pas comme une espèce de "défilé de stars", surtout pour le peu dont certains jouent (Clonney et Travolta en particulier), le film est tel qu'on les oublie assez vite pour ne se concentrer que sur les personnages.

Un très grand film de guerre, dans la lignée des Sentiers de la gloire ou Le Soldat Ryan, entre autres.
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: La ligne rouge de Terrence Malick

Post by Gounou »

Boubakar wrote:je n'y vois pas comme une espèce de "défilé de stars", surtout pour le peu dont certains jouent (Clonney et Travolta en particulier), le film est tel qu'on les oublie assez vite pour ne se concentrer que sur les personnages.
Je suis d'accord avec toi. :wink:

Il me semble que c'est AtCloseRange qui est également gêné par ces choix de casting......... mais bon, lui il aime The Brave One, alors bon... ! :mrgreen:
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by Watkinssien »

Film sublime sur la nature violentée, Malick signe de bout en bout un poème élégiaque et d'une beauté époustouflante.

Jouant pour accentuer son propos avec les codes du film de guerre, il retrace l'inéluctable gâchis d'un conflit culturel avec des séquences totalement harmonieuses, entre brutalité et contemplation, métaphore et évidence, tendresse et cruauté.

La voix-off, clamée par des comédiens différents, se mélange pour obtenir une seule et même voix et présente donc un intérêt autre que narratif mais bien universel, qu'elle soit distanciée, imaginée ou directement personnelle.

La grande force du film est de combiner tous les éléments de la réflexion du cinéaste pour aboutir à une oeuvre délicate, envoûtante et magnifique, unique et troublante.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4342
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: La ligne rouge de Terrence Malick

Post by G.T.O »

Boubakar wrote:Je n'avais pas été séduit par Le nouveau monde, trop lyrique à mon goût, et j'ai trouvé l'avant-dernier de Mallick absolument magistral, malgré que ces deux-là se répondent pas mal (surtout dans le côté "viol de la nature").
D'une beauté plastique époustouflante, le film offre quand même de vraies audaces,comme cette voix-off permanente (mais jamais emmerdante), une musique paraissant organique, une approche littéralement "poétique" de la guerre... d'ailleurs, on ne voit quasiment jamais l'ennemi, Mallick évitant ainsi le manichéisme redouté.
Et il y a aussi son lot de scènes fortes, comme la première attaque dans la village, le personnage de Cazievel qui s'amuse avec les enfants, ou la grande scène où Elias Koteas s'oppose à Nick Nolte, sans oublier les derniers plans du film, tout ou presque y respire la perfection filmographique. Et que dire du casting, formidable de bout en bout (surtout Nick Nolte, qui sait être génial quand il le veut), et très impliqué ; contrairement à Roy, je n'y vois pas comme une espèce de "défilé de stars", surtout pour le peu dont certains jouent (Clonney et Travolta en particulier), le film est tel qu'on les oublie assez vite pour ne se concentrer que sur les personnages.

Un très grand film de guerre, dans la lignée des Sentiers de la gloire ou Le Soldat Ryan, entre autres.
Malgré toute l'admiration que j'ai pour les Sentiers et beaucoup moins pour ce banal film de patrouille qu'est Le Soldat Ryan pour reprendre expression de Tavernier, je ne comprend pas trop le rapprochement. Le film de Malick excède largement le cadre du film de guerre; d'ailleurs, il y répond de manière tout fait atypique, les conventions sans cesse brouillées. Sans vouloir faire de jeu de mots foireux c'est un film sur des hommes en guerre, sur la lutte de l'humanité...
Last edited by G.T.O on 8 Apr 08, 23:37, edited 1 time in total.
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by Gounou »

Egalement, et contrairement à ce que j'ai déjà lu pas mal de fois, je ne parlerais pas d'une nature violée ou violentée... ce n'est pas ce que l'on voit. On assiste à une rencontre et à ce qu'elle peut susciter comme décalages, comme incompréhension et donc comme questionnement réciproque. Une cohabitation d'un temps éphémère... la Nature n'y imprime pas de marque sur les soldats (comme dans un film de Boorman) et elle demeure un témoin inchangé à leur départ. Une rencontre, un échange momentané,un témoignage... et voilà.
Last edited by Gounou on 8 Apr 08, 23:54, edited 2 times in total.
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by AtCloseRange »

Gounou wrote:Egalement, et contrairement à ce que j'ai déjà lu pas mal de fois, je ne parlerais pas d'une nature violée ou violentée... ce n'est pas ce que l'on voit. On assiste à une rencontre et à ce qu'elle peut susciter comme décalages, comme incompréhension et donc comme questionnement réciproque. Une cohabitation d'un temps éphémère... la Nature n'y imprime pas de marque sur les soldats (comme dans un film de Boorman) et elle demeure un témoin inchangé à leur départ. Une rencontre, un échange momentané,un témoignage... et voilà.
Sans vouloir être méchant (je trouve le film admirable par bien des aspects et notamment sa sublimement esthétique première heure), son habitude de filmer un animal toutes les 10 minutes (c'était déjà le cas dans Badlands), je trouve que c'est parfois un peu bizarre et insistant sans trop savoir où il veut en venir.
Comme si on se retrouvait soudainement en plein dans Les Animaux du Monde.
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by Watkinssien »

Mais lorsque Malick filme des animaux, on sait où il veut en venir ! 8)
Pareil lorsqu'il filme des plantes ou des minéraux !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by AtCloseRange »

Watkinssien wrote:Mais lorsque Malick filme des animaux, on sait où il veut en venir ! 8)
Pareil lorsqu'il filme des plantes ou des minéraux !
Excuse-moi de trouver ça généralement un peu gratuit.
Image
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4342
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by G.T.O »

AtCloseRange wrote:
Gounou wrote:Egalement, et contrairement à ce que j'ai déjà lu pas mal de fois, je ne parlerais pas d'une nature violée ou violentée... ce n'est pas ce que l'on voit. On assiste à une rencontre et à ce qu'elle peut susciter comme décalages, comme incompréhension et donc comme questionnement réciproque. Une cohabitation d'un temps éphémère... la Nature n'y imprime pas de marque sur les soldats (comme dans un film de Boorman) et elle demeure un témoin inchangé à leur départ. Une rencontre, un échange momentané,un témoignage... et voilà.
Sans vouloir être méchant (je trouve le film admirable par bien des aspects et notamment sa sublimement esthétique première heure), son habitude de filmer un animal toutes les 10 minutes (c'était déjà le cas dans Badlands), je trouve que c'est parfois un peu bizarre et insistant sans trop savoir où il veut en venir.
Comme si on se retrouvait soudainement en plein dans Les Animaux du Monde.
Parce que chez Malick, il n y a pas d'un côté l'homme ou le petit moi clos sur lui-même et le Monde. Celui-ce ne s'offre pas au regard de l'homme comme un objet posé là, devant, en vis-à-vis. Malick fait un cinéma perceptif. Il n y a pas de hierarchie entre les êtres; aussi une chenille colorée peut interrompre le fil d'une conversation comme dans le Nouveau Monde. C'est pourquoi dans La ligne rouge et Le Nouveau Monde les voix-off se confondent, se font questionnantes, se dispersent, s'évaporent en murmures, prières, conplaintes...etc L'assignation d'une voix à un sujet précis, localisé n'a plus lieu d'être: elle est expression et effet de cette explosion. Autrement dit, Malick n'est ni un cartésien ni un Freudien.
Last edited by G.T.O on 9 Apr 08, 15:56, edited 2 times in total.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by Watkinssien »

AtCloseRange wrote:
Watkinssien wrote:Mais lorsque Malick filme des animaux, on sait où il veut en venir ! 8)
Pareil lorsqu'il filme des plantes ou des minéraux !
Excuse-moi de trouver ça généralement un peu gratuit.
Excuse-moi de ne pas être d'accord ! :wink:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: La ligne rouge (Terrence Malick)

Post by AtCloseRange »

G.T.O wrote:Autrement dit, Malick n'est ni un cartésien ni un Freudien.
Mais il aime bien filmer les animaux...
Image