Bertrand Tavernier

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Bogus
Electro
Posts: 805
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Bertrand Tavernier

Post by Bogus »

Quai d'Orsay (2013)
Très bonne comédie où les répliques fusent sous la caméra toujours en mouvement de Tavernier avec des comédiens au diapason. Un vrai régal!
Avec le temps j'espère qu'il rejoindra la liste des petits classiques de la comédie française.
Je vais me jeter sur la BD.
User avatar
EuhBah
Stagiaire
Posts: 40
Joined: 14 Mar 16, 15:28

Re: Bertrand Tavernier

Post by EuhBah »

Bogus wrote:Quai d'Orsay (2013)
Très bonne comédie où les répliques fusent sous la caméra toujours en mouvement de Tavernier avec des comédiens au diapason. Un vrai régal!
Avec le temps j'espère qu'il rejoindra la liste des petits classiques de la comédie française.
Je vais me jeter sur la BD.
Je te souhaite de prendre autant de plaisir que j'en ai pris à leur lecture (2 Tômes). Je n'ai pas compris qu'on puisse l'adapter au cinéma tant l’intérêt du récit est porté par les effets graphiques de Blain dont je recommande par ailleurs toute l'oeuvre. Je m'étais ainsi refusé à voir le film malgré Tavernier à la manœuvre que je tiens en haute estime. Tombé dessus par hasard hier soir, je n'ai pas résisté à la tentation. Ces craintes se sont avérées. Et même si on sent une maîtrise du projet, j'ai surtout trouvé que malheureusement Thierry Lhermitte n'est pas du tout le personnage de la BD et qu'en plus il était trop sur son texte et trop appliqué. Un rôle vraiment difficile ceci dit à mon avis. Une certaine densité physique, un coffre important et sans doute plus de travail encore, auraient été requis pour emporter mon adhésion. J'aurais tellement aimé partager ton enthousiasme !
O'Malley
Cadreur
Posts: 4226
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Bertrand Tavernier

Post by O'Malley »

Ce Quai d'Orsay se laisse regarder très agréablement. L'ensemble est amusant, Tavernier enrobe le tout avec rythme (prenant le tempo de son personnage principal) Niels Arestup est impérial mais voilà, le film reste une sympathique récréation.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Tavernier

Post by Kevin95 »

QUAI D'ORSAY (2013) découverte

Bertrand Tavernier cherche les difficultés : adaptation d’une bande dessinée (problème n°1) + comédie (une première chez lui, problème n°2) + politique (problème n°3). Vu le risque de plantage, on peut largement soutenir Quai d'Orsay, amusante caricature des travers des ministères par le biais d'un jeune scout, venu prêter main forte à la communication d'un clone de Dominique de Villepin. Les dialogues fusent, les comédiens ont chaud et la vision de la politique française gratte le vernis sans état d'âme. Tavernier a beau évoluer en terrain miné, on sent le réalisateur à chaque pique, à chaque vanne ironique, pas dupe des jeux de pouvoir. Manquait juste une véritable intrigue pour faire du film une totale réussite. Passée une heure, le procédé se voit et l'on sent que le l'entreprise tourne légèrement en rond. Mais une œuvre agréable, bien faite, portée par d'excellents acteurs dont un Thierry Lhermitte on fire (une prestation passée complètement en dessous des radars critiques). Gloire à toi Titi !
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89573
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Post by Jeremy Fox »

Kevin95 wrote:QUAI D'ORSAY (2013) découverte

Bertrand Tavernier cherche les difficultés : comédie (une première chez lui, problème n°2)
Humoir certes très noir mais Coup de torchon quand même ! :wink:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Tavernier

Post by Kevin95 »

Jeremy Fox wrote:
Kevin95 wrote:QUAI D'ORSAY (2013) découverte

Bertrand Tavernier cherche les difficultés : comédie (une première chez lui, problème n°2)
Humoir certes très noir mais Coup de torchon quand même ! :wink:
Je n'arrive pas à cataloguer Coup de torchon comme une comédie, mais plus comme un film noir qui se trimbale une ironie mordante. En revanche, pas de doutes possibles pour Quai d'Orsay.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8637
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Bertrand Tavernier

Post by Alexandre Angel »

Kevin95 wrote: Je n'arrive pas à cataloguer Coup de torchon comme une comédie, mais plus comme un film noir qui se trimbale une ironie mordante.
Oui, c'est vrai mais on rigole bien quand même (Eddy Mitchell !!!).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89573
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Post by Jeremy Fox »

Kevin95 wrote:
Jeremy Fox wrote: Humoir certes très noir mais Coup de torchon quand même ! :wink:
Je n'arrive pas à cataloguer Coup de torchon comme une comédie, mais plus comme un film noir qui se trimbale une ironie mordante. En revanche, pas de doutes possibles pour Quai d'Orsay.
Certes pour le très amusant Quai d'Orsay que j'aime beaucoup. Mais Coup de torchon étant l'un des films qui me fait le plus rire (Eddy Mitchell, Guy Marchand ou Stéphane Audran sont inénarrables), j'ai du mal à ne pas le considérer comme une comédie :wink:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Tavernier

Post by Kevin95 »

Jeremy Fox wrote:
Kevin95 wrote: Je n'arrive pas à cataloguer Coup de torchon comme une comédie, mais plus comme un film noir qui se trimbale une ironie mordante. En revanche, pas de doutes possibles pour Quai d'Orsay.
Certes pour le très amusant Quai d'Orsay que j'aime beaucoup. Mais Coup de torchon étant l'un des films qui me fait le plus rire (Eddy Mitchell, Guy Marchand ou Stéphane Audran sont inénarrables), j'ai du mal à ne pas le considérer comme une comédie :wink:
On chipote les mecs. Série noire me fait marrer mais ce n'est pas une comédie.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8637
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Bertrand Tavernier

Post by Alexandre Angel »

Moi je chipote pas : je suis de ton avis....mais je me marre bien (et de plus en plus jaune sur la fin).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89573
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Post by Jeremy Fox »

Les dialogues de Coup de torchon sont quand même à mon humble avis parmi les plus drôles du cinéma français.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Tavernier

Post by Kevin95 »

Bon, alors je précise... "Une comédie pure jus". :wink:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15047
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Bertrand Tavernier

Post by Watkinssien »

Jeremy Fox wrote:Les dialogues de Coup de torchon sont quand même à mon humble avis parmi les plus drôles du cinéma français.
"Pourquoi il s'appelle Fête Nat'?"
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8637
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Bertrand Tavernier

Post by Alexandre Angel »

"Là, t'es en train de m'ombrager."
User avatar
Roilo Pintu
Electro
Posts: 980
Joined: 7 Oct 17, 15:13

Re: Bertrand Tavernier

Post by Roilo Pintu »

La mort en direct (1980)
Le film raconte l'histoire d'un homme à qui on implante une caméra dans le cerveau. En face de lui une femme qui veut mourir seule, en voulant échapper à l'émission de TV qui souhaite filmer sa mort en direct.

La mort en direct est une des rares tentatives du cinema français a s'essayer à la science fiction. Schéma classique du miroir déformant qui pour mieux nous parler du présent évoque un futur possible et de ses dérives. Elles peuvent être technologiques, la rédaction des livres est désormais confié à un ordinateur, mais le sujet principal du film c'est la dérive morale, la société décrite est désormais tombée dans un excès de voyeurisme, le monde de demain souhaitant suivre des individus jusqu'à leur mort, en les suivant dans une émission de TV. La télé-réalité avec 20 ans d'avance!

Les films d'anticipation peuvent à la fois être fascinant avec le recul quand on constate leur approche visionnaire d de certains sujets, mais ils peuvent également avoir un côté désuet, lorsque la réalité du monde contemporain les dépasse. Ici le cynisme et le morbide n'ont rien à envier au monde actuel. La photo très grise, amplifiée par cette immense masse qu'est la ville en ruine, peut rebuter plus d'un spectateur, ou au contraire contenter ceux qui aiment ces approches minimaliste, économes, l'efficacité du discours n'en n'est pas amoindri.

Le film est porté par le jeune Harvey Keitel et surtout la sublime Romy Schneider sans maquillage, âgée, perdue, fragile mais toujours aussi belle. Certains seconds rôles sont un peu faible, un peu inconsistant (le mari). Le film est quand même parfois lent, parfois un peu rapide (la découverte par Katerine de la vrai raison de la présence de Roddy).

Tavernier aurait bien eu raison de continuer à aller dans l'anticipation, l'expérience ne l'a peut être pas suffisamment convaincu. Son film continue de parler au présent, aussi bien sûr le voyeurisme que sur la mort, sujet qui fascine autant qu'il repousse. Cela donne une fois de plus à la SF la possibilité de lancer un signal d'alarme