Bertrand Tavernier

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

poet77
Accessoiriste
Posts: 1974
Joined: 12 Aug 11, 13:31

Re: Bertrand Tavernier

Post by poet77 »

Je ne sais pas si cela a déjà été signalé quelque part sur le forum, mais voici l'annonce que je viens de découvrir sur la lettre des Editions Actes Sud que je reçois régulièrement par mail:

"Bertrand Tavernier va adapter la nouvelle *Oiseaux des neiges*, issue du recueil de nouvelles *Un Membre permanent de la famille* de Russell Banks, paru en janvier 2015."

Quelqu'un a-t-il lu cette nouvelle? Pas moi, mais du coup je suis curieux de la lire...
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Tavernier

Post by Kevin95 »

LA FILLE DE D'ARTAGNAN - Bertrand Tavernier (1994) révision

Bertrand Tavernier reprend le projet des mains de Riccardo Freda - qui se brouilla avec Sophie Marceau au bout de quelques jours - et essaya tant bien que mal de se le réapproprier. On connait la citation d'Alexandre Dumas père : "Il est permis de violer l'histoire, à condition de lui faire un enfant" et le problème ici, c'est que Tatav lui offre des chocolats, un restau et tout le bazar avant de conclure. Rattrapé par son coté prof, le réalisateur n'ose pas passer à la moulinette le récit d'origine, juste s'amuse-t-il de quelques bons mots et de références historiques. Mais si Freda s'en aurait foutu royalement de coller à une réalité, Tavernier prend soin de ne pas la trahir. C'est gentil, mais le rythme et le panache sont des cancres en Histoire Géo et préfèrent parfois le grand n'importe quoi à la leçon du maitre. La Fille de d'Artagnan paye ses deux heures de stationnement, passe à la vitesse supérieur à partir de la deuxième partie (en gros quand Marceau est mise au second plan) mais doit parfois se dépêtrer avec une mise en scène trop sobre, pas assez gamine. Ça reste bien au-dessus de la production de l'époque, les combats sont bien foutus, les comédiens au taquet et la scène d'intro en impose sévèrement, mais l'entre-deux déséquilibre le film, entre une mélancolie jamais franche (l'idéal aurait été un ton proche de celui du Robin and Marian (1976) de Richard Lester) et un humour timide (même si Claude Rich est on fire ou que Sami Frey a retiré le balais). Longuet mais sympa.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8637
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Bertrand Tavernier

Post by Alexandre Angel »

Kevin95 wrote:Sami Frey a retiré le balais
:mrgreen:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Bertrand Tavernier

Post by Demi-Lune »

Kevin95 wrote:La Fille de d'Artagnan paye ses deux heures de stationnement, passe à la vitesse supérieur à partir de la deuxième partie (en gros quand Marceau est mise au second plan)
Je trouve au contraire que le film devient définitivement mauvais et embarrassant lorsqu'il met au second plan sa seule étincelle de vie et de jeunesse. Le casting est globalement épouvantable - la palme à l'acteur choisi pour faire Mazarin. Voir ces quatre vieillards cabotiner ensemble sans conviction, annôner des pseudos traits d'esprit affligeants ou essayer de tenir des chorégraphies d'épéistes entre deux raccords coiffure, c'est rude (les combats sur la galère à la fin...).
Pour l'avoir revu pendant les fêtes sur Arte (pour la première fois depuis au moins une quinzaine d'années), la première partie n'est pas totalement déplaisante justement grâce à la gouaille de Sophie Marceau et quelques traits d'humour inattendus dans leur caractère grivois (c'est un festival Claude Rich, au risque de devenir pénible). Je me souvenais encore de pas mal de trucs, comme d'Artagnan qui vient déranger le jeune Louis XIV en pleine action au lit. J'avais oublié le générique de fin, avec les acteurs qui défilent et font la révérence en récitant leur nom de scène (et Claude Rich sur son brancard qui bredouille et ne se souvient plus). Le reste me semble relever assez nettement du ratage, reconnu par le réalisateur lui-même, et s'ajoute à la liste des films de Tavernier qui confirment mon peu d'accointance général pour son cinéma.
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 50748
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Bertrand Tavernier

Post by Roy Neary »

Quand on compare avec Le Bossu de Philippe de Broca, ce film de Tavernier peine à rester à flot.
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8637
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Bertrand Tavernier

Post by Alexandre Angel »

Roy Neary wrote:Quand on compare avec Le Bossu de Philippe de Broca,
que Tavernier aime vraiment bien, en plus..
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Bertrand Tavernier

Post by Kevin95 »

Roy Neary wrote:Quand on compare avec Le Bossu de Philippe de Broca, ce film de Tavernier peine à rester à flot.
Clairement. J'ai sucré au dernier moment une phrase mettant en rapport les deux films, justement pour ne pas être injuste envers Tavernier qui se prend les bâches le premier, quelques années avant de Broca (qui en tirera les leçons en se focalisant sur une ligne plus premier degré).

Mais pour répondre à Demi-Lune, j'aime bien la deuxième partie justement parce qu'elle ne court plus derrière l'épique (que Tavernier ne maitrise pas sur le coup) mais préfère prendre le temps de se marrer avec ses acteurs cabots pas (ou plus) vraiment taillés pour le rôle. Les Vieux de la vieille meets Le Capitan en somme.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Bogus
Electro
Posts: 805
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Bertrand Tavernier

Post by Bogus »

J'ai découvert La fille de D'Artagnan pendant les fêtes sur arte et effectivement c'est assez plan-plan, hormis la fin sur les toits au petit matin les combats qui émaille le film font souvent peine à voir et si Tavernier arrive plus ou moins à capter l'humour et l'entrain de Dumas et livre une amusante variation sur les intrigues à rebondissements du célèbre auteur (on tourne autour d'un complot imaginaire pendant 1h pour finalement en déjouer un vrai presque par hasard) l'ensemble manque quand même vachement de ce souffle épique propre aux aventures des mousquetaires.
Sans parler du casting de ces derniers qui me semble raté (hormis Philippe Noiret en d'Artagnan vieillissant), la palme revenant au personnage d'Athos:
Spoiler (cliquez pour afficher)
grave et sombre dans le roman, débonnaire et limite gaffeur sous les traits de Jean-Luc Bideau et qui plus est au service du Mazarin (très bon acteur au passage)!!!
En ce qui me concerne le film a aussi souffert de la comparaison avec Vingt ans après, suite des Trois Mousquetaires, que j'ai lu l'été dernier et où l'on retrouvait également nos héros vingt ans après le premier roman donc, fatigués, blasés et s'étant perdus de vue depuis longtemps. C'est avec bonheur qu'on les voit se retrouver (même si ces retrouvailles sont loin d'être un long fleuve tranquille) et reprendre vie grâce à de nouvelles aventures. Mais cette nouvelle histoire est aussi hantée par les fantômes du passé et il y a par moment une profonde mélancolie qui traverse les pages jusque dans la conclusion, superbe, qui m'avait laissé le regard perdu dans le vague pendant plusieurs minutes.

Dans le film de Tavernier il y a aussi ces allusions au passé et aux intrigues du cardinal mais là encore tout est sagement évoqué, pas ou peu d'émotion.
Au final on a l'impression qu'on a pris l'héritage mythique de Dumas pour n'en faire pas grand chose. Un film gentillet, pépère mais aussi avec un arrière goût désagréable sans trop que je sache pourquoi.
Roy Neary wrote:Quand on compare avec Le Bossu de Philippe de Broca, ce film de Tavernier peine à rester à flot.
Quand je vois son Bossu, je me prends à rêver d'une adaptation de Dumas avec la même générosité et le même lyrisme.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Bertrand Tavernier

Post by Demi-Lune »

Bogus wrote:En ce qui me concerne le film a aussi souffert de la comparaison avec Vingt ans après, suite des Trois Mousquetaires, que j'ai lu l'été dernier et où l'on retrouvait également nos héros vingt ans après le premier roman donc, fatigués, blasés et s'étant perdus de vue depuis longtemps. C'est avec bonheur qu'on les voit se retrouver (même si ces retrouvailles sont loin d'être un long fleuve tranquille) et reprendre vie grâce à de nouvelles aventures. Mais cette nouvelle histoire est aussi hantée par les fantômes du passé et il y a par moment une profonde mélancolie qui traverse les pages jusque dans la conclusion, superbe, qui m'avait laissé le regard perdu dans le vague pendant plusieurs minutes.
Il faut impérativement que tu lises l'énorme pavé et conclusion qu'est Le vicomte de Bragelonne. Ses différentes fins sont déchirantes.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89573
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Post by Jeremy Fox »

Demi-Lune wrote:
Bogus wrote:En ce qui me concerne le film a aussi souffert de la comparaison avec Vingt ans après, suite des Trois Mousquetaires, que j'ai lu l'été dernier et où l'on retrouvait également nos héros vingt ans après le premier roman donc, fatigués, blasés et s'étant perdus de vue depuis longtemps. C'est avec bonheur qu'on les voit se retrouver (même si ces retrouvailles sont loin d'être un long fleuve tranquille) et reprendre vie grâce à de nouvelles aventures. Mais cette nouvelle histoire est aussi hantée par les fantômes du passé et il y a par moment une profonde mélancolie qui traverse les pages jusque dans la conclusion, superbe, qui m'avait laissé le regard perdu dans le vague pendant plusieurs minutes.
Il faut impérativement que tu lises l'énorme pavé et conclusion qu'est Le vicomte de Bragelonne. Ses différentes fins sont déchirantes.
Pareil ; pour moi le chef-d’œuvre de Dumas avec La Dame de Monsoreau.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Bertrand Tavernier

Post by Demi-Lune »

J'adorerai jusqu'à mon dernier souffle Les trois mousquetaires et Vingt ans après, mais Le vicomte de Bragelonne est le chef-d’œuvre absolu (de la trilogie, et peut-être bien de Dumas aussi).
Si la fortune m'avait fait travailler dans le cinéma et donné les moyens de faire des films, adapter cette trilogie aurait été mon rêve et mon dessein inarrêtable.
Bogus
Electro
Posts: 805
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Bertrand Tavernier

Post by Bogus »

Demi-Lune wrote:Il faut impérativement que tu lises l'énorme pavé et conclusion qu'est Le vicomte de Bragelonne. Ses différentes fins sont déchirantes.
Ah mais c'est prévu! Pas tout de suite, dans quelques années pour mieux savourer les retrouvailles avec les personnages de Dumas, mais en tout cas ton message et celui de Jeremy me rassurent car j'ai tellement aimé les deux premiers romans que j'avais une appréhension concernant sa conclusion avec cette trilogie (notamment à cause de la préface de Vingt ans après où l'on évoquait Bragelone en disant en gros que c'était bien mais que bon ça partait un peu en vrille...).
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10175
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Bertrand Tavernier

Post by odelay »

Si quelqu'un a pris l'édition FNAC du BR de Voyage, pourra-t-il me dire si il y a 2 cd pour la BO (comme l'album vendu à part) ou un seul et dans ce cas s'il s'agit de celui de Coulais ou de la compile. Merci
User avatar
Marcus
Jamais trop Tarr
Posts: 5079
Joined: 5 Feb 04, 16:05
Location: En train de prendre le thé avec Bela Tarr

Re: Bertrand Tavernier

Post by Marcus »

odelay wrote:Si quelqu'un a pris l'édition FNAC du BR de Voyage, pourra-t-il me dire si il y a 2 cd pour la BO (comme l'album vendu à part) ou un seul et dans ce cas s'il s'agit de celui de Coulais ou de la compile. Merci
Je viens de vérifier mon exemplaire : 1 seul cd, Bruno Coulais.
Elle était belle comme le jour, mais j'aimais les femmes belles comme la nuit.
Jean Eustache, La Maman et la Putain
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10175
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Bertrand Tavernier

Post by odelay »

Merci!