Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick - 1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15525
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

julien wrote:
Watkinssien wrote:C'est un film qui montre également la supériorité de la femme sur l'homme en général !

Oui il y a un sens, à la fois esthétique et symbolique, qui est une des plus grandes qualités du film.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Dans la fameuse séquence où le personnage de Kidman avoue son "presque adultère" au personnage de Tom Cruise, la femme est souvent "attachée" à la couleur bleue, qui semble "émaner" d'elle.
Dès lors, cette couleur va apparaître pour symboliser cette présence, très perturbante, d'une abstraction spectrale, dans les pérégrinations nocturnes du Docteur Harford. Quand le médecin s'imagine sa femme avec le marin, le flash est imprégné de cette couleur.
C'est la supériorité de la femme que Kubrick montre dans ce merveilleux film, d'une beauté sidérante, fascinante, impressionnante.
Eyes wide shut est le film qui montre de la manière la plus brillante jamais tournée les causes d'une castration morale, où la perte d'identité se fait sans emphase et avec un talent et une maîtrise inégalables.
Une oeuvre majeure !!!
En tout cas, Watkinssien ferait un fameux décrypteur de film pour la revue "Psychologie". Je suis sûr qu'ils l'embaucherait. :D
Moi par contre, j'ai toujours pensé que ce film était une grosse daube. Le film de trop de Kubrick.
Non cela s'appelle analyser l'utilisation de la couleur dans un film ! Par contre, Eyes Wide Shut une grosse daube, c'est vraiment n'importe quoi !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Brody
Indices : bateau - requin
Posts: 4869
Joined: 21 Feb 06, 18:42
Location: à la flotte !

Post by Brody »

kyle reese wrote:L'endroit idéal pour mon 1000 post ! (même s'il est affiché 9992, celui-ci est vraiment le millième) Ce sera donc la toute dernière intervention de Kyle Reese.

A vous les studios.
Lapin compris...


Kyle nous quitte ? :(
Helward
rat d'auteur
Posts: 5566
Joined: 17 Aug 06, 10:25
Location: Rech. Optimum désesp.

Post by Helward »

Max Schreck wrote:
AtCloseRange wrote:En fait, c'est au contraire une pratique très ancienne (notamment pour les artciles de journaux) et qui s'était raréfiée.
En effet, on en trouve dans pratiquement toutes les VF des films d'Hitchcock, avec souvent des mains ou des bouts de doigts en caoutchouc tenant le livre/journal/lettre pour assurer la fixité du plan (ça pourrait donner lieu à un topic).
A ce point là! Je ne pensais vraiment pas que c'était une pratique aussi ancienne.
Petite question: le dvd français de Eyes wide shut contient-il cette modification ou faut-il que je me tourne vers le zone 1 (qui ressortira prochainement sans la censure) ?
Bugsy Siegel wrote:Shining (le manuscrit de Jack Torrance, "All work and no play makes Jack a dull boy"devenant "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras").
Ah oui c'est vrai. :?
Banane
Doublure lumière
Posts: 328
Joined: 17 Dec 04, 22:07

Post by Banane »

Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un mauvais film, mais c'est un Kubrick décevant, même après revisionnage en DVD. Effectivement l'ambiance est assez prenante, mais j'ai senti un vide, et que ce film n'allait pas au bout (je ne sais pas comment expliquer autrement ce sentiment d'inachevé).
J'avais parfaitement compris que Kubrick n'a jamais cherché à choquer, d'où la déception de certains qui s'attendaient à du Verhoeven puissance 10000. Au contraire, le postulat de base de la banalité quotidienne conjugale était pour moi intéressant.
Cronenberg avec une histoire en apparence convenue pour "History of violence" m'a beaucoup passionnée que Kubrick et son "EWS".
Mais j'ai vraiment trouvé l'interprétation de Tom Cruise catastrophique, c'est ce qui m'a le plus gênée. Je veux bien admettre l'interprétation faite dans les pages précédentes des amoureux du film qui voient un quidam qui a réussit "revivre vraiment", ce cheminement vers le retour à la sensualité, mais l'acteur n'arrive jamais à me passionner, à me faire partager dans ses doutes. Par contre, Kidman en une sorte de guide qui ramène son époux à la sensualité, est impec'. Que beaucoup se demandent si de nos jours, un homme se mettrait autant en pétard pour le simple aveu d'un fantasme d'adultère de sa femme n'est pas anodin, ça vient bien de l'acteur qui n'arrive pas à le rendre proche de nous et vulnéable.
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13634
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Post by hansolo »

Banane wrote:Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un mauvais film, mais c'est un Kubrick décevant, même après revisionnage en DVD.

Mais j'ai vraiment trouvé l'interprétation de Tom Cruise catastrophique, c'est ce qui m'a le plus gênée.
franchement j'ai la drole d'impression que si ce film n'etait pas signé Kubrick; il aurait sombré dans l'indifférence générale ...
on est a mille lieux du Kubrick qui a réalisé Barry Lyndon ou Dr Strangelove ...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92399
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

hansolo wrote:
franchement j'ai la drole d'impression que si ce film n'etait pas signé Kubrick; il aurait sombré dans l'indifférence générale ...
.

Non puisque la patte et le style de Kubrick se sentent et se retrouvent présents à chaque seconde.

Décidément on est loin d'en avoir fini avec cette rengaine et que ce soit avec n'importe quel cinéaste un tant soi peut réputé.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15525
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Jeremy Fox wrote:
hansolo wrote:
franchement j'ai la drole d'impression que si ce film n'etait pas signé Kubrick; il aurait sombré dans l'indifférence générale ...
.

Non puisque la patte et le style de Kubrick se sentent et se retrouvent présents à chaque seconde.


Décidément on est loin d'en avoir fini avec cette rengaine et que ce soit avec n'importe quel cinéaste un tant soi peut réputé.
+1, j'en ai par-dessus la tête de cet argument qui ne veut rien dire !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92399
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Watkinssien wrote:
Jeremy Fox wrote:

Non puisque la patte et le style de Kubrick se sentent et se retrouvent présents à chaque seconde.


Décidément on est loin d'en avoir fini avec cette rengaine et que ce soit avec n'importe quel cinéaste un tant soi peut réputé.
+1, j'en ai par-dessus la tête de cet argument qui ne veut rien dire !
A croire, pour ne prendre l'exemple que de ce seul film, que les fans de Kubrick se sont forcés à adorer son testament. Et bien non, m'attendant au contraire à être déçu, j'en suis ressorti bouleversé et non seulement parce qu'il était signé Kubrick. Depuis sa sortie (en 8 ans donc), je n'ai été à nouveau ému à ce point que deux fois en tout et pour tout. Ne pourrions nous plus, s'agissant d'un film d'un réalisateur célébré, trouver sincèrement géniale un des ses oeuvres sans que certains y voit une quelconque arrière pensée ?
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15525
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Respect pour Mr Fox !
Image

Mother, I miss you :(
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Post by Nomorereasons »

Jeremy Fox wrote: Et bien non, m'attendant au contraire à être déçu, j'en suis ressorti bouleversé et non seulement parce qu'il était signé Kubrick
"...mais aussi -(suite de la phrase?)" :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92399
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

yaplusdsaisons wrote:
Jeremy Fox wrote: Et bien non, m'attendant au contraire à être déçu, j'en suis ressorti bouleversé et non seulement parce qu'il était signé Kubrick
"...mais aussi -(suite de la phrase?)" :mrgreen:
:mrgreen:

Et hop, je ressors un de mes anciens conseils TV, ça ira plus vite :oops:

mais aussi ...
Que ce soit chez les fans ou les détracteurs de Stanley Kubrick, ce n’est aucunement de l’aveuglement de part et d’autre mais c’est très sincèrement qu’ils ont soit adoré soit détesté le testament du réalisateur mythique. Ce n’était d’ailleurs pas nouveau car quasiment tous les films du cinéaste ont inspiré de tels rejets ou adorations, ont divisé pour la plupart du temps sans juste milieu. Faisant partie des louangeurs de la première heure, je dois avouer que, après l’avoir vu réaliser des œuvres phares et ultimes dans chacun des grands genres abordés (SF, film de guerre, film historique, péplum, film d’horreur, film noir…), l’angoisse de le voir se lancer dans un projet plus ‘européen’ dans l’âme était réelle, l’intention semblant être moins ‘Bigger than Life’ qu’habituellement. La déception redoutée n’avait pas lieu d’être surtout en repensant après coup à Lolita ! Adaptant avec Frederic Raphaël une nouvelle de l’écrivain autrichien Arthur Schnitzler, Kubrick nous livrait en fait, en guise d’adieu, non moins que l’un des films les plus fascinants de l’histoire du cinéma, clôturant on ne peut mieux une filmographie magistrale. Il nous offre dans ce film inclassable, esthétiquement somptueux, une plongée hallucinante, émouvante et envoutante dans les affres des chimères, marivaudages et jalousies d’un couple heureux et aisé d’un New York fantasmé et génialement intemporel. Toujours aussi doué quant il s’agit de choisir la musique à coller sur ses images (saluons au passage la partition étrange et captivante de Jocelyn Pook qui côtoie aussi bien Chostakovitch, Ligeti ou Chris Isaak), toujours aussi pointilleux dans ses choix de mise en scène qui se révèle parfaite de bout en bout, toujours aussi avisé dans le choix de ses collaborateurs artistiques (la photo, les décors, les costumes sont beaux à pleurer), Kubrick nous émerveille aussi par la splendeur de ses mouvements de caméra et nous lâche au bout de deux heures et demi jamais ennuyeuses en nous laissant complètement retourné devant un final qui ne nous aura pas dévoilé quelle était la part de rêve ou de réalité dans cette affaire d’adultère. Le 07 mars 1999, juste avant la sortie en salles de son film, Kubrick décédait en nous offrant cette dernière preuve de son génie : savourons ce chef-d’œuvre aux multiples richesses jusqu’à plus soif ! J'assume le côté sincèrement dithyrambique de ce conseil et vous invite instamment à aller vérifier s'il ne pourrait pas en être de même pour vous au niveau du ressenti, à savoir une expérience inoubliable !
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11789
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Banane wrote:Effectivement l'ambiance est assez prenante, mais j'ai senti un vide, et que ce film n'allait pas au bout (je ne sais pas comment expliquer autrement ce sentiment d'inachevé).
Le vide fait partie intégrante du film. Il est en grande partie volontairement déceptif et c'est peut-être ce qui le rend aussi fascinant.
hansolo wrote:franchement j'ai la drole d'impression que si ce film n'etait pas signé Kubrick; il aurait sombré dans l'indifférence générale
Argument irrecevable pour la simple et bonne raison qu'il EST signé Kubrick.
Ps Jeremy: Respect.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Post by Nomorereasons »

Jeremy Fox wrote:Faisant partie des louangeurs de la première heure,
Fear and Desire: 1953 - :o zarma le ieuv!

Bon, il serait séant de ma part de dire enfin quelque chose de ressenti par rapport à ce film très aimé donc suspect.
Mais (cela a été très bien dit quelque part dans ce topic -à moins que je ne confonde avec l'un de ceux consacrés à Lynch? :mrgreen: ) la part du subjectif est essentielle pour apprécier Kubrick dans la mesure où celui-ci mieux qu'un autre, non seulement pose des questions (c'est à la portée de n'importe qui) mais en plus de cela donne très envie d'y répondre. Comme par miracle, chaque film de Kubrick correspond à ma préoccupation du moment lorsque j'en vois un.
A l'époque où j'ai vu Eyes Wide Shut, je tentais de lire un bouquin imbitable de Pierre Boutang qui s'appelait "Ontologie du secret"; et alors devant le Kubrick, le "secret" s'est mis à briller fugitivement de mille feux même si j'ai cru un temps être à côté de la plaque, sous le coup d'une espèce d'alcool de la pensée.

Par contre je ne me gaverais pas de ses films: je trouve ça parfois trop intellectuel et géométrique, et il y a en effet des scènes ridicules chez Kubrick comme dans "Les Sentiers de la gloire" où sa femme chante devant un parterre de soldats adverses et ébahis, comme si la compassion ou la spontaneité le mettent mal à l'aise. Pour terminer sur une image un peu hardie: un Ford ou un Renoir vous convient à une pêche à la grenouille; Kubrick est aussi amical mais à condition que vous aimiez comme lui les parties d'échecs et l'humour pète-sec.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92399
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

yaplusdsaisons wrote:
Jeremy Fox wrote:Faisant partie des louangeurs de la première heure,
Fear and Desire: 1953 - :o zarma le ieuv!
De Eyes Wide Shut, pas de Kubrick :lol: (le premier film de Kubrick que j'aurais pu voir nourrisson étant 2001). La phrase était certes mal tournée :oops:
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15525
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

yaplusdsaisons wrote:
Par contre je ne me gaverais pas de ses films: je trouve ça parfois trop intellectuel et géométrique, et il y a en effet des scènes ridicules chez Kubrick comme dans "Les Sentiers de la gloire" où sa femme chante devant un parterre de soldats adverses et ébahis, comme si la compassion ou la spontaneité le mettent mal à l'aise.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Ah bon, je la trouve splendide cette séquence, surtout quand on suit le point de vue du colonel Dax, qui s'en va, exaspéré par ses "sentimentalistes" qui n'ont rien fait pour sauver des camarades !
Image

Mother, I miss you :(