Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick - 1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Peut-être que si pour cette scène on démattait, on risquait d'en voir trop et il aurait fallu des caches :fiou:
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11839
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

John Anderton wrote:
Boubakar wrote:ça me semble trop propre, comme si tout était millimétré.
Réflexion loin d'être aberrante quand on parle du cinéma de Kubrick... :wink:
L'argument type des détracteurs de Kubrick qui n'ont en fait pas grand chose à dire.
Comme si la perfection maniaque de Kubrick l'empêchait d'avoir une âme. Eyes Wide Shut, tout comme le cinéma de Kubrick, me bouleverse bien plus que le 95% de ce que j'ai pu voir au cinéma. Oui la forme est clinique, mais sur le fond c'est d'une profondeur et d'une émotion absolument unique.
Enfin, je ne comprends à vrai dire pas vraiment ce reproche. C'est bien à son sens du détail, et par là même sa capacité à créer une atmosphère, que l'on reconnaît un grand cinéaste, non? Et l'ambiance élégiaque de EWS me semble tout sauf "distante".
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

MJ wrote:
John Anderton wrote:
Réflexion loin d'être aberrante quand on parle du cinéma de Kubrick... :wink:
L'argument type des détracteurs de Kubrick qui n'ont en fait pas grand chose à dire.
Comme si la perfection maniaque de Kubrick l'empêchait d'avoir une âme. Eyes Wide Shut, tout comme le cinéma de Kubrick, me bouleverse bien plus que le 95% de ce que j'ai pu voir au cinéma. Oui la forme est clinique, mais sur le fond c'est d'une profondeur et d'une émotion absolument unique.
Bah écoute MJ, tu ne fais que répondre à un argument émotionnel par un autre argument émotionnel: quand tu n'es pas d'accord avec quelqu'un, c'est qu'il n'a rien à dire ? J'ai du mal à te suivre par moments. :|

MJ wrote:Enfin, je ne comprends à vrai dire pas vraiment ce reproche. C'est bien à son sens du détail, et par là même sa capacité à créer une atmosphère, que l'on reconnaît un grand cinéaste, non?
Sans doute, mais je ne sais pas si c'est suffisant, la direction d'acteurs y est aussi pour beaucoup - Kubrick est le premier à le reconnaître d'ailleurs.
MJ wrote:Et l'ambiance élégiaque de EWS me semble tout sauf "distante".
"élégiaque" ???
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10886
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Post by -Kaonashi Yupa- »

Je viens de lire, sur un autre forum, une remarque complètement à côté de la plaque (je trouve) à propos de cette scène qui servit de teaser au film : selon le forumeur, elle apparaît sans aucune cohérence dans le film...
Pas sûr qu'il ait bien vu le film, ou qu'il l'ait vraiment compris. :roll:
EDIT : Qu'en pensez-vous ? Cette scène, en l'état, vous choque-t-elle ?
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15630
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Une oeuvre fondamentale.

L'utilisation des couleurs, les comédiens prodigieux, le discours labyrinthique et emphatique font de ce film une oeuvre splendide et l'un des films ultimes sur la castration mentale.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48559
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

MJ wrote:
John Anderton wrote:
Réflexion loin d'être aberrante quand on parle du cinéma de Kubrick... :wink:
L'argument type des détracteurs de Kubrick qui n'ont en fait pas grand chose à dire.
Euhhhh...pardon ?
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11839
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Ratatouille wrote:Euhhhh...pardon ?
Je persiste et je signe. Qu'on y reste extérieur, d'accord. Qu'on n'y adhère pas parce que "c'est trop millimétré", je comprends pas.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23393
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

MJ wrote:
John Anderton wrote:
Réflexion loin d'être aberrante quand on parle du cinéma de Kubrick... :wink:
L'argument type des détracteurs de Kubrick qui n'ont en fait pas grand chose à dire.
Je trouve que c'est son plus mauvais film, mal joué (même l'extraordinaire Kidman y est mauvaise) et, dans l'ensemble, plutôt ridicule (la scène de l'orgie notamment).
Et Kubrick s'il est un grand metteur en scène, est aussi souvent lourd dans son propos, assez froid et il a une facheuse tendance à terminer laborieusement ses films (je trouve "Folamour" sinistre, "Lolita" ou "Orange Mécanique" ont vraiment du mal à se terminer).
Finalement, à l'exception de "2001" que je trouve fascinant de bout en bout, seul un film plus humble comme "L'Ultime Razzia" me semble réussi de bout en bout.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15630
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

AtCloseRange wrote:
MJ wrote:L'argument type des détracteurs de Kubrick qui n'ont en fait pas grand chose à dire.
Je trouve que c'est son plus mauvais film, mal joué (même l'extraordinaire Kidman y est mauvaise) et, dans l'ensemble, plutôt ridicule (la scène de l'orgie notamment).
Et Kubrick s'il est un grand metteur en scène, est aussi souvent lourd dans son propos, assez froid et il a une facheuse tendance à terminer laborieusement ses films (je trouve "Folamour" sinistre, "Lolita" ou "Orange Mécanique" ont vraiment du mal à se terminer).
Finalement, à l'exception de "2001" que je trouve fascinant de bout en bout, seul un film plus humble comme "L'Ultime Razzia" me semble réussi de bout en bout.
Ouhlà !

Je trouve que c'est l'un de ses meilleurs films, que les acteurs sont merveilleux, que l'ensemble est constamment fascinant (la séquence de l'orgie notamment), que Kubrick est très subtil tout en étant accessible et qu'il termine ses films de manière très convaincante.

Point de vue divergent, non ?
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23393
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Watkinssien wrote:
AtCloseRange wrote:Je trouve que c'est son plus mauvais film, mal joué (même l'extraordinaire Kidman y est mauvaise) et, dans l'ensemble, plutôt ridicule (la scène de l'orgie notamment).
Et Kubrick s'il est un grand metteur en scène, est aussi souvent lourd dans son propos, assez froid et il a une facheuse tendance à terminer laborieusement ses films (je trouve "Folamour" sinistre, "Lolita" ou "Orange Mécanique" ont vraiment du mal à se terminer).
Finalement, à l'exception de "2001" que je trouve fascinant de bout en bout, seul un film plus humble comme "L'Ultime Razzia" me semble réussi de bout en bout.
Ouhlà !

Je trouve que c'est l'un de ses meilleurs films, que les acteurs sont merveilleux, que l'ensemble est constamment fascinant (la séquence de l'orgie notamment), que Kubrick est très subtil tout en étant accessible et qu'il termine ses films de manière très convaincante.

Point de vue divergent, non ?
Je crois qu'on peut dire ça mais ça arrive souvent :wink:
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11839
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Truffaut Chocolat wrote:J'ai du mal à te suivre par moments. :|
C'est parce que tu n'es pas assez incohérent.
Sans doute, mais je ne sais pas si c'est suffisant, la direction d'acteurs y est aussi pour beaucoup - Kubrick est le premier à le reconnaître d'ailleurs.
Entièrement d'accord avec ça. Ma phrase ne le contredisait pas du tout, qu'on se comprenne bien. :wink:
D'ailleurs la prestation d'un acteur est pour moi en grande partie dépendante du cinéaste avec qui il travaille. Tom Cruise dans ce film en est un bon exemple.
Truffaut Chocolat wrote:
MJ wrote:Et l'ambiance élégiaque de EWS me semble tout sauf "distante".
"élégiaque" ???
Petit Larousse illustré 1985:
Elégie n. f. (gr. elegeia, chant de deuil).
Chez les Grecs et les Latins, pièces de vers formées d'hexamètres et de pentamètres alternées // Poème lyrique dont le ton est le plus souvent tendre et triste: les élégies de Chénier
Je trouve l'adjectif tout à fait adapté à EWS.
En quoi est-ce qu'il ne l'est pas pour toi?


AtCloseRange wrote:Je trouve que c'est son plus mauvais film, mal joué (même l'extraordinaire Kidman y est mauvaise) et, dans l'ensemble, plutôt ridicule (la scène de l'orgie notamment).
Et Kubrick s'il est un grand metteur en scène, est aussi souvent lourd dans son propos, assez froid et il a une facheuse tendance à terminer laborieusement ses films (je trouve "Folamour" sinistre, "Lolita" ou "Orange Mécanique" ont vraiment du mal à se terminer).
Yep, je comprends tout à fait ton avis Close. Par ailleurs, la scène d'orgie n'est de loin pas ma préférée (encore que visuellement splendide).
Par contre là où je ne te suis carrément pas c'est concernant les fins de ses films. Folamour, sinistre? Hem... oui, et alors? Lolita ou Orange Mécanique ont du mal à se terminer? Pour le premier je la trouve fantastique, terminant le film en point d'orgue alors que ce dernier se perdait justement un peu sur sa dernière partie, et quand à A Clockwork Orange.... ce plan final me fascine complétement. Et j'ai du mal à avaler qu'une personne ayant livré une fin telle que celle de The Shining termine ses films laborieusement...

Mais encore une fois (et même si j'adore ce film), ce n'est pas tant le fait de critiquer Eyes Wide Shut qui m'a fait réagir au début mais ce reproche de la froideur de Kubrick par ce que "trop précis, mathématique"... qui m'échappe à vrai dire complétement.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

MJ wrote:
Ratatouille wrote:Euhhhh...pardon ?
Je persiste et je signe. Qu'on y reste extérieur, d'accord. Qu'on n'y adhère pas parce que "c'est trop millimétré", je comprends pas.
Pour un fondu de nouvelle vague par exemple, la conception Kubrickienne du cinéma est diamétralement opposée à la liberté de ton, aux recherches formelles proches du documentaire, à toutes les approximations et incertitudes qui peuvent en résulter.

Par ailleurs, j'en connais qui n'aiment pas le cinéma de Kubrick parce qu'ils ne croient pas une seconde à ce qu'ils voient à l'écran: paradoxalement, la recherche de perfection esthétique chez K (souvent motivée dans une recherche de vérité) produit l'effet inverse. Comme quoi...
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23393
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Je ne parlais pas des fins proprement dites mais plutôt de ce qu'on pourrait appeler le dernier "acte" (jusqu'à un bon tiers du film) pour "Lolita" et "Orange Mécanique".
Quant à "Folamour", le citer avec les autres pouvait prêter à confusion, c'est surtout que je trouve ce film très peu réussi en tant que comédie.
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

MJ wrote:
Truffaut Chocolat wrote:"élégiaque" ???
Petit Larousse illustré 1985:
Elégie n. f. (gr. elegeia, chant de deuil).
Chez les Grecs et les Latins, pièces de vers formées d'hexamètres et de pentamètres alternées // Poème lyrique dont le ton est le plus souvent tendre et triste: les élégies de Chénier
Je trouve l'adjectif tout à fait adapté à EWS.
En quoi est-ce qu'il ne l'est pas pour toi?
En fait, je ne vois guère de poésie dans EWS (même si j'adore le film) ni la tendresse, la tristesse et la dimension plaintive (souvenirs des cours de lettres) propres à l'élégie.

Je le trouve même dénué de toute mélancolie, de tout "regard en arrière", mais plutôt ironique - cf la dernière réplique. Pour moi EWS c'est le film d'un homme qui, sentant que ce sera le dernier, fait une pirouette géniale en riant "je vous ai bien eu, ha !". Et hop, rideau.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11839
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Truffaut Chocolat wrote:En fait, je ne vois guère de poésie dans EWS (même si j'adore le film) ni la tendresse, la tristesse et la dimension plaintive (souvenirs des cours de lettres) propres à l'élégie.

Je le trouve même dénué de toute mélancolie, de tout "regard en arrière", mais plutôt ironique - cf la dernière réplique. Pour moi EWS c'est le film d'un homme qui, sentant que ce sera le dernier, fait une pirouette géniale en riant "je vous ai bien eu, ha !". Et hop, rideau.
Mais l'un empêche-t-il l'autre? Pour moi les deux se confondent et même si je saisis l'ironie de cette réplique finale, elle me fait quand même monter les larmes aux yeux.
EWS est un film d'atmosphère élégiaque, ce qui n'implique pas le fond. Même si je trouve de toute façon ce dernier d'une mélancolie totale.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum