Votre film du mois d'Aout 2021

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

C2302t
Electro
Posts: 894
Joined: 30 Nov 13, 17:40

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by C2302t »

Découvertes

Wonder de stephen Chbosky : 8,5/10

La source des femmes de Radu Mihaileanu : 8/10
Les amoureux sont seuls au monde d'Henri Decoin : 8/10
Seuls les anges ont des ailes d'Howard Hawks : 8/10
Justice League snyder's cut : 8/10
Le lion et le vent de John Milius : 8/10
Bravados d'Henry King : 8/10

Extrême préjudice de Walter Hill : 7,5/10
Kiba le loup enragé d'hidéo Gosha : 7,5/10
La danse du lion de Jackie Chan : 7,5/10
Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été : 7,5/10
Free Guy de Shawn Levy : 7,5/10
Agent X27 de Joseph Von Sternberg : 7,5/10

Jungle cruise : 7/10
Un prince à New York : 7/10
The suicide squad de James Gunn : 7/10
Baby boss 2 : 7/10

Fast and Furious 9 : 5,5/10
Kaamelott : 5,5/10

Redécouvertes

Chantons sous la pluie : 10/10

Batman vs Superman vl : 8,5/10

Man of Steel de Zack Snyder : 8/10
Sherlock Holmes 2de Guy Ritchie : 8/10
Kill bill 2 : 8/10

Avengers endgame : 7,5/10
Sherlock Holmes de Guy Ritchie : 7,5/10

Captain Marvel : 7/10
Destination finale 2 : 7/10

Séries

Film de janvier : les misérables de Ladj Ly
Film de février : coup de tête de Jean Jacques Annaud
Film de mars : the miracle fighter de Yuen Woo ping
Film d'avril : la petite boutique des horreurs de Franck Oz
Film de mai : la grande parade de Michael Curtiz
Film de juin : la lame diabolique de Kenji Mizumi
Film de juillet : Rio grande de John Ford
Last edited by C2302t on 31 Aug 21, 20:46, edited 21 times in total.
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6408
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by El Dadal »

AOÛT 2021

FILM DU MOIS
Image

  • Films découverts:
    _ Le mandat (Ousmane Sembène - 1968) Image
    _ La complainte de Jimmie Blacksmith (Fred Schepisi - 1978) Image
    _ Le verdict (Sidney Lumet - 1982) Image
    _ Frances (Graeme Clifford - 1982) Image
    _ Le monstre est vivant (Larry Cohen - 1974) Image
    _ La pendaison (Nagisa Ōshima - 1968) Image
    _ Antoine et Antoinette (Jacques Becker - 1947) Image
    _ À chaque aube je meurs (William Keighley - 1939) Image
    _ Les coulisses de l'exploit (John Sayles - 1988) Image
    _ Le cheik blanc (Federico Fellini - 1952) Image
    _ Meurtre à haute tension (Sidney Hayers - 1971) Image
    _ Le conseiller (Alberto De Martino - 1973) Image
    _ Le fleuve (Jean Renoir - 1951) Image
    _ Les chiens (Alain Jessua - 1979) Image
    _ OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire (Nicolas Bedos - 2021) Image
    _ Don't Breathe (Fede Alvarez - 2016) Image
    _ Brigade anti-gangster (Bruno Corbucci - 1979) Image
  • Films revus:
    _ Predator (John McTiernan - 1987) Image
    _ Hannah et ses sœurs (Woody Allen - 1986) Image
    _ Predator 2 (Stephen Hopkins - 1990) Image
    _ Suspiria (Dario Argento - 1977) Image
    _ L'enfer des zombies (Lucio Fulci - 1979) Image
    _ Flirter avec les embrouilles (David O. Russell - 1996) Image
    _ Predators (Nimród Antal - 2010) Image
Last edited by El Dadal on 26 Aug 21, 10:59, edited 8 times in total.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22693
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by cinephage »

AOUT 2021

FILM DU MOIS:

Kladivo na carodejnice / Witchhammer, de Otakar Vávra (1970) 10/10 - Terrifiant film tchèque sur une chasse aux sorcières, sorti la même année que l'aveu. La photo est superbe, la musique terrifiante, les dialogues ciselés, voici un très grand film que je me réjouis d'avoir découvert.

FILMS DECOUVERTS:
Le roman de Renard, de Ladislas Starewicz (1937) 8/10 - Une merveilleuse adaptation du roman, matinée d'idées ludiques et de personnages charmants.
The Falls, de Peter Greenaway (1980) 7,5/10 - Sans doute un peu trop long, mais ce film construit un univers de pure fiction par la seule forme du documentaire, ce qui force l'admiration.
Taken, de Pierre Morel (2008) 7/10 - Mise en scène grossière (les hilarants plans d'installation précédant chaque séquence), intrigue en une ligne, mais le jeu de Liam Neeson n'en finit pas de me charmer, il rend tout crédible.
Warriors two / Zan xian sheng yu zhao qian Hua, de Sammo Hung (1978) 8/10 - Une intrigue simplette, mais la beauté inspirée des chorégraphies et le charme des séquences d'humour rendent le film hautement estimable.
Dangal, de Nitesh Tiwari (2016) 7,5/10 - Un de ces films grand public que le cinéma indien sait si bien faire, tiré de faits réel. Amir Khan est un père qui entraine ses deux filles dans le but de leur faire gagner une médaille d'or en lutte. Très réussi et poignant, à défaut d'être surprenant.
Shogun Assassin, de Robert Houston (?) (1980) 3/10 - Remontage honteux des deux premiers films de la saga Baby Kart, réécrits et simplifiés pour le public américain. Je ne note pas les images d'origine, fabuleuses, mais l'apport américain est assez honteux, à l'exception peut-être d'une BO électronique assez curieuse.
Så vit som en snö / Blanche comme neige, de Jan Troell (2001) 7,5/10 - Joli biopic de la première aviatrice suédoise, à l'image léchée et bien conté. Merci encore Netflix pour ces films suédois !!
American Nightmare 5 / The Forever Purge, de Everardo Gout (2021) 7/10 - Après un début calamiteux, cette suite, assez réussie, entre dans la logique du cinéma d'exploitation, et son récit fait étrangement écho à l'attaque du Capitole d'il y a quelques mois.
ADN, de Maiwenn (2020) 7/10 - Joli film de Maiwenn, réussi par moments, notamment les séquences avec le grand-père, mais qui vire un peu, dans sa seconde moitié à la réflexion autocentrée de l'actrice réalisatrice. Attachant mais imparfait.
Malasaña 32, d'Albert Pinto (2020) 6/10 - Classique film d'horreur, Pas mal mené mais qui sent quand même beaucoup le déja vu...
Jungle Cruise, de Jaume Collet-Serra (2021) 7/10 - Le cahier des charges est ici parfaitement rempli, le film est drole et rythmé, totalement invraisemblable, mais nourri de belles références et d'idées qui fonctionnent bien (les conquistadors notamment).
OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire, de Nicolas Bedos (2021) 6/10 - On sent que Bedos aspirait à un vrai James Bond plutôt qu'à sa ringarde déclinaison française, et de cette faille le film semble ne jamais sortir, malgré les talents réunis. Au final, une comédie sympathique, avec pas mal de ventre mou et un humour qui fonctionne une fois sur deux.
Visages d'enfants, de Jacques Feyder (1925) 8/10 - En filmant sur place, Feyder donne à son film une approche documentaire qui rend les séquences centrées sur les enfants plus intenses, justes et touchantes. Jean Forest donne ici une performance remarquable.
The Suicide Squad, de James Gunn (2021) 9/10 - Jubilatoire, bourré d'idées ludiques et loufoques, de personnages mémorables et de séquences marquantes, un excellent film de super-héros, et un très, très, bon moment en salle.
La gueule ouverte, de Maurice Pialat (1974) 8/10 - Dans un naturalisme pesant, Pialat filme l'agonie d'une mère, et sa pesanteur sur une famille auvergnate. La qualité de l'interprétation est sans faille, les plans durent jusqu'à l'épuisement, un film âpre et difficile.
Niki Larson / Sing si lip yan, de Wong Jing (1993) 7/10 - C'est très curieux de voir les codes de l'animé déclinés en film réel, grimaces, bruitages, absurdité des situations... Mais lorsque les cascades prennent le devant de la scène, le film se révèle spectaculaire et plutôt ambitieux.
Free Guy, de Shawn Levy (2021) 7,5/10 - Variation GTA du personnage de fiction qui parvient à la conscience, ce film de Levy est peut-être son meilleur, à la fois divertissant et charmant, sur un fond plutôt intéressant, même s'il n'est que brossé à gros traits.
Shiri, de Kang Je-Kyu (1999) 7,5/10 - Un bon film d'action qui allie espionnage et terrorisme, sur fond de Corée bipartite. Le casting fonctionne très bien.
La grande aventure / Det Stora äventyret, de Arne Sucksdorff (1953) 8,5/10 - Le haut du gratin des films suédois visibles sur Netflix, dans une superbe copie restaurée. Cette chronique campagnarde, recommandée aux enfants (avec accompagnement parental, le fermier tue le renard) est aussi réussie que la photo en est magnifique. Merci Netflix !!!
Escape Game 2 - Le monde est un piège, d'Adam Robitel (2021) 6,5/10 - Les chambres et jeux de pistes restent très amusants à suivre, et plutôt inventifs. Dommage qu'il faille s'encombrer d'une métaplot pesante et bien médiocre...
Shadow in the Cloud, de Roseanne Liang (2020) 5,5/10 - Un film dont le pitch est meilleur que le résultat final. L'invraisemblable et le politiquement correct envahissent le film qui perd vite tout intérêt...
Kandisha, d'Alexandre Bustillo & Julien Maury (2020) 4/10 - Quelques points pour quelques fous rires, le film est assez raté, il faut dire que les ados ne jouent malheureusement pas très bien non plus.
Take Care of my Cat / Go-yang-i-leul boo-tak-hae, de Jae-eun Jeong (2001) 7,5/10 - Film qui suit un groupe d'amie de lycée dont les parcours s'éloignent alors qu'elles rentrent dans la vie active. Assez nostalgique et pertinent, porté par une chouette BO tristounette.
As I Was Moving Ahead Occasionally I Saw Brief Glimpses of Beauty, de Jonas Mekas (2000) 6/10 - J'ai vraiment du mal avec Jonas Mekas, mais ici, il commente ses films plus personnels, et certains moments sont assez émouvants. Dommage que le film soit aussi long...
Le dernier samaritain, de Tony Scott (1991) 8/10 - Une lacune comblée, pour un film d'action échevelée, qui vaut pour des dialogues parmi les plus inspirés de Shane Black, un vrai festival. On rit beaucoup, on danse la gigue, les méchants sont idiots, que du bonheur...
Confession d'une épouse / Tsuma wa kokuhaku suru , de Yasuzô Masumura (1961) 8/10 - Un film de procès intéressant, qui interroge les motivations d'une femme malheureuse en amour.
The Fast & the Furious : Tokyo Drift, de Justin Lin (2006) 7,5/10 - Plus de lien avec la franchise, sinon un épilogue foireux, mais on trouve ici un véritable metteur en scène, et certaines séquences sont très réussies. La restitution de Tokyo est aussi très sympathique.
BAC Nord, de Cedric Jimenez (2020) 8/10 - Drolement efficace, porté par des comédiens au meilleur de leur forme (le toujours talentueux François Civil est ici un gros atout pour le film), et une intrigue certes fictive, mais suffisamment tirée de faits réels pour inspirer la réflexion et la discussion.
La vie nouvelle, de Philippe Grandrieux (2002) 5/10 - Je reste peu friand de ce cinéma tellement expérimental qu'il en néglige toute narration, personnages, cadre, récit... Du coup le résultat est complètement désincarné à mes yeux, malgré quelques séquences réussies.
Hyènes, de Djibril Diop Mambéty (1992) 8/10 - Adaptation très réussie, et drôlement cruelle, d'une nouvelle de Friedrich Durrenmatt. Il en ressort un film mordant, de ceux qu'on n'oublie pas. Fortement recommandé...
Freejack, de Geoff Murphy (1992) 6/10 - Film d'action et de SF assez bancal, mais plutôt rigolo et divertissant, dans lequel Mick Jagger joue un chasseur de primes et Emilio Estevez un coureur de F1 transporté dans le futur : 2009 !!!
Treeless Mountain / Na-moo-eobs-neun san, de Kim So Yong (2008) 6/10 - Triste récit centré sur des enfants ballottés par l'abandon de leur parents. Si on accepte les gros plans et l'absence de musique, la longueur de certains plans vides (le ciel, notamment est scruté à 6 reprises) m'a profondément pesé et rendu le film pénible, surtout que je ne vois aucune pertinence à ce choix de mise en scène.
Drive my Car, de Ryusuke Hamaguchi (2021) 9/10 - Jouant sur un double tableau, l'axe travail théatral/vie personnelle, et un autre axe sur la vie amoureuse de son protagoniste, le film allie une solide mise en scène, un onirisme délicieux et des dialogues percutants. On reste sous le charme.
Amour 65, de Bo Widerberg (1965) 6/10 - Widerberg se la joue nouvelle vague en contant les troubles d'un réalisateur infidèle... On s'ennuie un peu, on compte les références pour se distraire, la restauration diffusée par Netflix est magnifique, les actrices aussi, et les personnages féminins finissent d'ailleurs par vampiriser le film.
Les fantasmes, de David Foenkinos & Stéphane Foenkinos (2021) 5,5/10 - Film à sketches inégal, riche d'un casting impressionnant qui s'amuse. La faiblesse de presque tous les sketches, sans surprise et souvent longuets réside dans le rythme.
Don't breathe 2, de Rodo Sayagues (2021) 7/10 - Suite si l'on veut, qui se concentre sur le "méchant" du premier épisode, dans un thriller assez bien ficelé et souvent spectaculaire, avec quelques belles idées de plans.
Les sorcières d'Akelarre, de Pablo Agüero (2020) 4,5/10 - Jolie photo, mais on peine à croire aux souffrances de ces jeunes filles qui dominent l'écran, l'oppression ressemble à un camp de vacance dont le mono serait trop sévère. Trop de metoo tue le metoo...
France, de Bruno Dumont (2021) 8,5/10 - Dumont modère ses excès pour un film bouleversant, par moment superbe, porté par une musicalité qui scande et recompose le récit. Lea Seydoux rayonne dans ce film, que j'ai déja envie de revoir.
The Raid, de Hugo Fregonese (1954) 8,5/10 - Un film intense, à l'économie narrative magistrale, qui ancre autour d'un fait historique une reflexion morale en s'aidant pour cela d'une belle interprétation.
The Monster Squad, de Fred Dekker (1987) 7,5/10 - Découverte tardive, mais ô combien heureuse, de cette comédie horrifique des années 80, aux dialogues de Shane Black et qui compte Peter Hyams et Rob Cohen parmi ses producteurs... La déclinaison Amblin m'aurait agacé à l'époque, aujourd'hui je la trouve charmante et plutôt réussie.
Rurouni Kenshin: Final Chapter Part II - The Beginning, de Keishi Ohtomo (2021) 7/10 - On est vraiment devant un honnête divertissement, même si c'est un chouia moins bon que les films précédents...

FILMS REVUS:

Films des mois précédent
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2021 = Tian mi mi / Comrades: Almost a Love Story, de Peter Chan (1996)
Février 2021 = Une famille syrienne, de Philippe Van Leeuw (2017)
Mars 2021 = Peking Opera Blues, de Tsui Hark (1986)
Avril 2021 = Den Enfaldigen Morderen, de Hans Aldredsson (1982)
Mai 2021 = La loi de Téhéran, de Saeed Roustayi (2019)
Juin 2021 = Les enfants nous regardent, de Vittorio de Sica (1944)
Juillet 2021 = Titane, de Julia Ducornau (2021)
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
Arn
Assistant opérateur
Posts: 2836
Joined: 19 Oct 17, 16:32

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by Arn »

AOÛT 2021

Film du mois :

Image
IN THE MOOD FOR LOVE, de Hong Kar Wai (2000)

Découvertes & revisionnages :

La grande illusion (Jean Renoir - 1937) : une histoire de prisonniers aux mains des allemands durant la seconde guerre mondiale. Sorti en 1937, alors qu'un nouveau parfum guerrier envahissait l'air de l'Europe, le film résonne comme une grande ôde à l'humanisme et au pacifisme. Tout le sel de ce film tiens en la différence sociale des différents protagonistes français, un ouvrier, un aristocrate, un bourgeois, et en les relations de chacun avec les autres, avec les allemands et notamment avec le capitaine Von Rauffenstein magnifiquement interprété par Erich Von Stroheim. Je ne l'aurais pas cru mais c'est finalement lui qui me tire les larmes. Renoir joue ainsi avec les frontières entre les pays et entre les classes sociales de manière très habile, touchante et pertinente. 9/10

Silverado (Lawrence Kasdan - 1985) : on est dans un western d'aventure grand public, avec un plot assez classique d'un groupe de marginaux qui se forme dans le premier tiers du film, le tout interprété par un sympathique casting de jeune tête : Kevin Kline, Scott Glenn, Kevin Costner, Danny Glover, auxquels ont peut rajouter Jeff Goldblum dans un rôle plus secondaire. C'est du classique, les ficelles sont connus, tout n'est pas réussi et c'est parfois un peu facile, mais ça fonctionne très bien, et bien aidé par le superbe score de Bruce Broughton (toujours une sensation particulière, comme familière, de découvrir un film dont on connait par coeur la musique). 7/10

Mystic River (Clint Eastwood - 2003) : La vie de trois anciens amis d'enfance basculent le jour où une de leur fille est retrouvé morte. C'est sympa, après c'est pas le genre pitch qui me passionne le plus et si j'ai trouvé le film assez efficace je l'ai aussi trouvé assez balisé. On sait où on va, on y va, avec pas mal d'intensité (peut être parfois trop dans certaines interprétations ?) et quelques belles séquences, mais on ne sort jamais trop des clous, ni en terme narratif ni en terme de personnages. L'impact aurait peut être (probablement) été un peu plus fort si je l'avais vu il y a 18 ans. 6/10

Le Prestige (The Prestige, Christopher Nolan - 2006) : Une histoire de gamineries entre deux magiciens. J'ai trouvé cela affligeant. Alors certes je ne porte pas en très haute estime le cinéma de Nolan que je trouve souvent trop froid (le pire étant Dunkerque, qui me semble être un démo pour sytème home cinema) et faussement malin. Comme Inception ou celui ci, on dirait que c'est écrit par un ado sauf que lui à l'air totalement premier degré et semble penser faire un film super malin, en nous expliquant bien tout, au cas où on soit un peu bébête, histoire de bien nous achever. Et c'est souvent un peu des deux (genre TDKR, froid et terriblement stupide mais si premier degré...). Ici on est dans un récit que j'ai trouvé immature, avec une subtilité 0, et c'est pas le casting avec Bale, Johansson ou pire Jackman qui va aider sur ce point... Ni la musique insipide qui vient tout surligner lourdement. Et puis comment rentrer dans un film où les enjeux ne sont vraiment mis en place qu'au bout d'1h30 de film ? Je n'ai rien contre les films à twist, j'en ai déjà plus avec les films à multiples twists, et encore plus quand tu l'attends dès le début. Bref je ne m'explique vraiment pas le succès critique de ce film comme souvent avec Nolan, mais ici peut être encore moins que sur les autres. 3/10

People's Hero (Yan man ying hung, Derek Yee - 1987) : Une braquage de banque qui tourne mal. J'avais lu que c'était un remake hong-kongais d'Un après midi de chien, il est finalement assez différent, que ce soit dans son scénario ou ses thématiques. On garde malgré tout l'approche assez social, cette vue d'ensemble de la société, ce regard trouble voir parfois bienveillant sur les braqueurs. On reste bien sûr assez loin du chef d'oeuvre de Lumet (un de ses chefs d'oeuvre), mais on y retrouve malgré tout toute l'énergie et l'intensité propre au cinéma HK de l'époque qui personnellement me fascine et en font un très bon film. 7/10

In the Mood for Love (Fa yeung nin wah, Wong Kar-Wai - 2000) : Un homme et une femme, voisins, découvrent que leurs conjoints ont une liaison. Je suis aller le voir avec curiosité, sans trop d'attente, ou plutôt sachant que ça serait quitte ou double comme beaucoup avec ce film, soit on reste extérieur à ce formalisme et cette beauté esthétique, soit on est happé par celle ci. Content de faire partie de cette seconde catégorie. Je m'attendais à un film plus lent et je me suis retrouvé en pleine séquence de double emménagement, avec un montage et des dialogues ciselé, des ellipses... Alors quand vient la première séquence où le temps se ralentit rythmé par le thème musicale si iconique, l'impact n'en est que plus fort. Et le film continue ainsi tout du long, obsédant, hypnotisant. De ses films dont on ressort de la séance encore un peu stone, où les sentiments nous accompagne encore un moment après (ici une certaine mélancolie romantique). Et la forme ne m'a jamais paru déconnecté du reste, mais au contraire servant toujours son histoire, ses émotions, rien que par le fait de ne jamais voir le visage des trompeurs ou bien le jeu sur l'espace des appartements, du couloir, sur la distorsion du temps, sur la musique, ça donne le vertige, on se perds dans une sorte de tourbillon de sentiments comme le sont les personnages. 9/10

My Heat Is That Eternal Rose (Sha shou hu die meng, Patrick Tam - 1989) : Deux jeunes gens amoureux vont se retrouver séparer par une affaire de meurtre. Ils se croisent à nouveau 6 ans plus tard. J'ai un vrai faible pour ces films d'action hong kongais teinté d'un romantisme (voir de "bromantisme" dans certains) que certains pourraient qualifier de kitsch ou de "guimauve". Les changements de ton entre une énergie et une violence assez radicale d'un côté et une forme de sentimentalisme de l'autre donne à mes yeux un réel charme, si tant est que ce soit correctement fait comme c'est le cas ici avec une très bonne mise en scène. 7/10

Onoda, 10 000 nuits dans la jungle (Arthur HArari - 2021) : L'histoire d'un groupe de soldats oubliés sur une île des Philippines durant la guerre du Pacifique. C'est fou comme la perception du temps peut varier. Là où j'ai cru passer une journée entière devant les 2h10 de Le prestige je n'ai pas vu passer les 2h45 d'Onoda. Et pourtant celui ci suit une trame assez linéaire, avec son personnage principal s'enfonçant de plus en plus dans l'obsession, la paranoïa et la solitude. Alors qu'il pense être le maître de l'île il est assez clair qu'il en est en réalité prisonnier, de l'île, de cette guerre, de cette formation militaire secrète qu'il a reçu. J'ai aussi pensé à une sorte de Rambo décalé. J'ai en revanche été un peu perturbé par le changement d'acteur. J'ai trouvé Yuya Endo excellent en jeune (puis plus si jeune) Onoda et j'ai mis un peu de temps à me faire à Kanji Tsuda pour la dernière partie, pas qu'il soit mauvais du tout, je pense juste que ça m'a un peu peiné de ne plus voir Endo, comme si le personnage n'était plus le même. Je comprends le choix des 2 acteurs mais je ne sais pas si c'était le meilleur et je pense que ça a un peu réduit l'émotion de la fin du film. Il faudra en tout cas je découvre le premier film de Harari, Diamant noir. 7/10

OSS 117: Rio ne répond plus (Michel Hazanavicius - 2009) : Je pensais préférer le premier, malgré quelques dialogues peut être encore plus culte dans celui-ci. Finalement j'ai un peu revu mon opinion, les deux ont leurs atouts et leurs défauts. Globalement je trouve le début de celui ci moins bon mais je le trouve un peu plus régulier (quoi qu'il y a la lourdeur du running gag chinois), le cast féminin est toujours assez faible, je n'aime toujours pas la fin des films qui pour moi annule une grosse partie de son intérêt et fait d'OSS un idiot qu'on devrait accepter et apprécier. A côté de cela je ris toujours beaucoup, Dujardin est toujours aussi convainquant (qui d'autre pourrait incarné ce rôle). 6/10

OSS 117: Le Caire, nid d'espions (Michel Hazanavicius - 2006) : Si il possède une meilleure intro que le second opus, des souvenirs plus amusant, les passages avec Laure Atika sont vraiment lourdingues, et Bérénice Bejo semble n'en avoir rien à faire. 6/10

The Terrorizers (Kong bu fen zi, Edward Yang - 1986) : Assez partagé face à ce film où on suit la vie entrecroisé de plusieurs protagoniste. Le visionnage est à la fois un peu captivant de par la belle mise en scène et les bouts de puzzle qu'on voit s'assembler peu à peu, mais je vais pas cacher que je m'y suis aussi un peu ennuyé. En revanche c'est clairement le genre de film qui doit gagner à être revu pour être apprécier dans son ensemble comme un tout. La trajectoire de certains personnages, tous très seuls, est touchante. Pour d'autres c'est justement des petits fragments que je n'ai pas forcément réussi à raccrocher à l'ensemble. 6/10

La loi de Téhéran (Metri Shesh Va Nim, Saeed Roustayi) : Pas très emballé par ce polar que certains présentent comme le French Connection iranien. C'est pas mauvais, mais j'ai trouvé que tout était un peu forcé, poussif, de la mise en scène aux dialogues. Il y a des choses sympa, mais au final ça m'a plus gonflé que bousculé ou ému. 5/10

Wanda (Barbara Loden - 1970) : la femme d'un minier de Pennsylvanie quitte mari et enfant et va rencontrer un malfrat. Ennui ferme devant ce film qui ne m'a jamais atteint, voir même plutôt agacé. 4/10

Wild Search (Ban wo chuang tian ya, Ringo Lam - 1989) : Après le "remake" d'Un après midi de chien avec People's Hero vu plus tôt dans le mois, au tour de Witness de Peter Weir (que je n'ai pas vu) ici. Et c'est une très belle réussite. Le film commence avec une bonne grosse fusillade, sur les bases d'un polar assez énervé avant de prendre un gros virage vers une romance qui occupe une bonne partie du film, ponctué ça et là d'éclat de violence. L'équilibre et savamment trouvé et le couple Chow Yun-Fat / Cherie Chung fonctionne à merveille. 8/10

Fiston (Pascal Bourdiaux - 2014) : Comédie française qui "met en scène" Kev Adams allant prendre des cours de drague auprès de Franck Dubosc. Sans surprise c'est très mauvais. Kev Adams dans le rôle de l'ado réservé boutonneux n'est évidemment pas crédible mais surtout il ne s'est absolument pas jouer, c'est gênant. Et Dubosc est employé à contre emploi les 3/4 du films donc ce n'est pas mieux. Et ce n'est pas le scénario ou la mise en scène qui va sauver quoi que ce soit. 1/10

Made in Hong Kong (Heung Gong jai jo, Fruit Chan - 1997) : Romance entre deux jeunes dans un HK pauvre et violent à l'heure de la rétrocession. J'ai adoré ce portrait désespéré, assez cru, de la jeunesse hong kongaise qui se débat dans un monde ultra violent où elle tente tant bien que mal de faire survivre les sentiments (familiaux, d'amitié, d'amour). La mise en scène fourmille d'idée (peut être trop ? perso ça ne m'a pas gêné). Je sais que certains trouvent le final un peu exagéré, mais ça a très bien fonctionné sur moi, j'ai été bouleversé avec la lecture de la lettre. 8/10

Man on the Brink (Bin yuen yan, Alex Cheung - 1981) : Très bonne exploitation du récit de flic infiltré (un des premiers à vraiment faire usage des enjeux que cela entraine dans le cinéma HK, avant les City on Fire et Infernal Affaires), où le protagoniste principal tente désespérément de conserver sa vie d'avant, mais aussi ses valeurs, alors qu'il est entrainé dans une spirale de violence. Le combo action - romance - bromance fonctionne bien notamment de part la très bonne mise en scène de Alex Cheung. 7/10

Expect the Unexpected (Fai seung dat yin, Patrick Yau - 1998) : Si c'est Patrick Yau qui est crédité à la réalisation il est aujourd'hui plutôt admis que le film est surtout l'oeuvre de Johnnie To. On suit ici une double enquête au sein d'une unité de la police anti-criminalité. Le ton y est assez particulier avec une scène d'action très violente au début, un coeur de film clairement orienté soap opéra et comédie romantique avant de replonger dans un immense bain de sang. En soi ça pourrait fonctionner, c'est pas si inédit à HK, mais ici ça sonne à la fois un peu too much (les actionners des 80/90s étant déjà souvent à la limite) et trop mécanique voir calculé pour provoquer de l'émotion. Et la musique du film est bien souvent insupportable, surtout dans certains moment léger/soap. 5/10

A Hero Never Dies (Chan sam ying hung, Johnnie To - 1998) : Autre film des débuts de la Milkyway où cette fois ci To s'attaque au genre de l'heroïc bloodshell avec deux frères ennemis qui vont se retrouver brisé avant de renaître de leur cendre. Autant le côté quasi christique de John Woo, ses ralentis, son bullet porn, ses colombes et autres roulades dans la farine fonctionne bien sûr moi, autant ici j'ai trouvé cela ridicule. Une nouvelle fois avec To tout semble bien trop calculé et manqué de sincérité, ça sent l'ironie et le cynisme dans cette entreprise très froide de déconstruction du genre. Alors c'est marrant à voir pour le côté codes du genre poussé au delà de la limite du raisonnable, mais ça n'en fait pas un bon film pour autant. 4/10

Drive My Car (Doraibu mai kâ, Ryûsuke Hamaguchi - 2021) : 3h qui passe toute seule, la mise en scène est une belle réussite, il y a quelques très jolies scènes, de superbes idées, mais... Sensation bizarre quant à l'écriture du film. Je pense qu'en fait l'adaptation est réussie, exploite très bien le rapport avec la pièce de Tchekhov, mais que le matériel de base (le roman) est un peu limité (et je comprend un peu mieux les craintes de certains quant aux qualités littéraire de Haruki Murakami). Pour un film qui se veut quand même assez psychologique, limite spirituel, ça vole pas toujours super haut et ca manque un peu de profondeur à mon sens, en tout cas ça contraste par rapport à l'ambition du film. Ce qui donne la sensation un peu frustrante qu'on ne passe pas loin d'un très grand film. 6/10

L'échiquier du vent (Shatranj-e baad, Mohammad Reza Aslani - 1976) : Disparu de la circulation depuis plus de 40 ans, ce film qui n'avait été projeté qu'une fois ressort miraculeusement dans une version restaurée. D'après les informations en début de film il existait tout de même une version VHS qui tournait de main en main parmi les cinéphiles, mais la HD rend vraiment honneur à ce film à la beauté visuelle à couper le souffle, avec une photo qui à elle seule mérite le visionnage. Et pourtant ce ne sont pas les seules qualités du film qui se montre très audacieux dans cet espèce de comte aux accents gothiques, aux scènes particulièrement osé pour un film iranien de cette époque, aux retournements de situation, à la musique dissonante. J'ai déjà hâte de me procurer le bluray Carlotta en espérant y trouver de bons bonus pour en apprendre plus sur le film et sa genèse. 8/10

Buffet froid (Bertrand Blier - 1979) : malgré le joli casting j'ai toujours autant de mal avec Blier, ça m'amuse 5 minutes puis ça me gonfle. 4/10

Le vent se lève (Kaze tachinu, Hayao Miyazaki - 2013) : Depuis sa sortie en salle il trône tout en haut de mon top du maître (et très haut dans mes films favoris tout court). Je ne l’avais pas revu depuis quelques années contrairement à d’autres, je me demandais donc si ça bougerais. Mais non, je reste fasciné par cette rêverie qui vire à l’obsession, ces trois histoires qui s’imbrique parfaitement : l’histoire d’un rêve de gosse, l’histoire d’amour touchante et cruelle et la grande histoire de la première moitié du XXème siècle. Trois histoires qu’on sait par avance condamnée à un funeste destin. C’est beau et terrible à la fois. 10/10

Nomads (John McTiernan - 1985) : Premier long métrage de McT et c'est quand même bien raté. Pour sa part pas si mal. Certes ça a pas super bien vieillis, y'a pas mal d'effet assez daté (comme le score de Conti), mais ça m'arroche quand même un peu par l'ambiance. Mais au bout de 20/30 minutes ces défauts ne font que s'empirer, la narration avec les souvenirs qui aurait pu relever un peu l'ensemble est sans saveur, et Brosnan est aussi crédible en français que moi en philippin. 3/10

Police contre syndicat du crime (Kenkei tai soshiki boryoku, Kenji Fukasaku - 1975) : une guerre des gangs entre yakuza et police mené tambour battant par Fukasaku avec son style très nerveux (voir chaotique, mais je suppose que c'est voulu), ses personnages tous plus détestable les uns que les autres. C'est autant de qualité que de limite à mon appréciation du film. Mais ça reste très efficace. 6/10

Zu, les guerriers de la montagne magique (Shu Shan - Xin Shu shan jian ke, Tsui Hark - 1983) : Pas tout à fait sûr de ce que j'ai :mrgreen: C'est un sacré délire, comme souvent avec Tsui Hark on peine parfois à suivre le récit, tout va très très vite. On est dans la pleine période câbles à gogo ça saute et ça vol à tout va. Visuellement faut pas être allergique au kitsch et au 80s, ce qui n'est pas mon cas donc j'ai pu apprécier toute la richesse du production design. On sent clairement l'influence du film sur le Jack Burton de Carpenter, ou sur des films comme The Bride with White Hair. 7/10

Précédemment...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet 2021 - YAKUZA, de Sidney Pollack (1974)
Juin 2021 - OÙ EST LA MAISON DE MON AMI, de Abbas Kiarostami (1987)
MAI 2021 - TERREUR AVEUGLE, de Richard Fleischer (1971)
AVRIL 2021 - FULL ALERT, de Ringo Lam (1997)
MARS 2021 - UN AIR DE FAMILLE, de Cédric Klapisch (1996)
FÉVRIER 2021 - RÈGLEMENT DE COMPTES, de Fritz Lang (1953)
JANVIER 2021 - SOCIÉTÉ ANONYME ANTI-CRIME, de Steno (1972)
Décembre 2020 - MECREDI APRÈs, de Waris Hussein (1961)
Novembre 2020 - POINT LIMITE, de Sidney Lumet (1964)
Octobre 2020 - LE GOÛT DE LA CERISE, de Abbas Kiarostami (1997)
Septembre 2020 - LE PIGEON, de Mario Monicelli (1958)
Août 2020 - NAVAJO JOE, de Sergio Corbucci (1966)
Juillet 2020 - PLUIE NOIRE, de Shôhei Imamura (1989)
Juin 2020 - MISSISSIPPI BURNING, de Alan Parker (1988)
Mai 2020 - SACCO & VANZETTI, de Giuliano Montaldo (1971)
Avril 2020 - A BOUT DE COURSE, de Sidney Lumet (1988)
Mars 2020 - LA PRISONNIERE DU DESERT, de John Ford (1956)
Février 2020 - SEULS SONT LES INDOMPTÉS, de David Miller (1962)
Janvier 2020 - L'ENFER DE LA CORRUPTION, de Abraham Polonsky (1948)
Décembre 2019 - MILLENIUM ACTRESS, de Satoshi Kon (2001)
Novembre 2019 - VORACE, de Antonia Bird (1999)
Octobre 2019 - COLORADO, de Sergio Sollima (1966)
Septembre 2019 - FOLLE À TUER, de Yves Boisset (1975)
Août 2019 - ZATÔICHI, LE MASSEUR AVEUGLE, de Kenji Misumi (1962)
Juillet 2019 - KIDS RETURN, de Takeshi Kitano (1996)
Juin 2019 - L'AVENTURE DE MADAME MUIR, de Joseph L. Mankiewicz (1952)
Mai 2019 - LE TRÉSOR DE LA SIERRA MADRE, de John Huston (1949)
Avril 2019 - TRAÎTRE SUR COMMANDE, de Martin Ritt (1970)
Mars 2019 - A BITTERSWEET LIFE, de Jim Kee-woon (2005)
Février 2019 - L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE, de John Ford (1962)
Janvier 2019 - BARBEROUSSE, de Akira Kurosawa (1965)
Décembre 2018 - LA NUIT DU CHASSEUR, de Charles Laughton (1955)
Novembre 2018 - LE CONFORMISTE, de Bernardo Bertolucci (1970)
Octobre 2018 - CRIMSON PEAK, de Guillermo Del Toro (2015)
Septembre 2018 - CRONOS, de Guillermo Del Toro (1993)
Août 2018 - DANSE AVEC LES LOUPS, de Kevin Costner (1990)
Juillet 2018 - JSA - JOINT SECURITY AREA, de Park Chan-wook (2000)
Juin 2018 - THE AGE OF SHADOWS, de Kim Jee-woon (2016)
Mai 2018 - L’ÉTÉ DE KIKUJIRO, de Takeshi Kitano (1999)
Avril 2018 - DARK CRYSTAL, de Jim Henson & Frank Oz (1982)
Mars 2018 - LA GARÇONNIÈRE, de Billy Wilder (1960)
Février 2018 - DONNIE DARKO, de Richard Kelly (2001)
Janvier 2018 - LOGAN, de James Mangold (2017)
Décembre 2017 - VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER, de Michael Cimino (1978)
Novembre 2017 - NO COUNTRY FOR OLD MEN, de Ethan & Joel Cohen (2007)
Octobre 2017 - WIND RIVER, deTaylor Sheridan (2017)
Last edited by Arn on 1 Sep 21, 08:21, edited 21 times in total.
Best
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5630
Joined: 9 Aug 04, 13:47
Location: 742 Evergreen Terrace, Springfield

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by Best »

Août 2021

Film du mois

Drive my car (Ryusuke Hamaguchi)


Films découverts (Re)

Kaamelott - Premier volet (Alexandre Astier) 7,5/10
The suicide squad (James Gunn) 5/10



Films revus (Hors compétition)





Séries (Hors compétition) (Revues)

To Your Eternity (Murata Masahiko) 8/10






Notation

10/10 : Je suis en extase
9,5/10 : Je suis aux anges
9/10 : Je jubile
8,5/10 : J'adore
8/10 : J'aime beaucoup
7,5/10 : J'aime
7/10 : J'aime bien
6,5/10 : J'aime assez
6/10 : J'aime moyennement
5,5/10 : J'aime sans plus
5/10 : Entre deux eaux
4/10 : Je n'aime pas vraiment
3/10 : Je n'aime pas
2/10 : Je n'aime pas du tout
1/10 : Je déteste
0/10 : Où est mon pulvérisateur ?


Révisions revues ▲ à la hausse ▼ à la baisse ► à l'identique
Last edited by Best on 30 Aug 21, 22:01, edited 2 times in total.
User avatar
cinéfile
Accessoiriste
Posts: 1797
Joined: 19 Apr 10, 00:33
Location: Bourges

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by cinéfile »

Août 2021

Découverts :
L'Ami de mon amie (Rohmer, 1987) 8,5/10
Bilbao (Bigas Luna, 1978) 7,5/10
Le Lien (Bergman, 1971) 7/10
Un Eté 42 (Mulligan, 1971) 7/10
La Vérité sur Bébé Donge (Decoin, 1952) 6,5/10
El Bosque del lobo (Olea, 1970) 6,5/10
Le Piège (Huston, 1973) 6/10
Double Messieurs (Stevenin, 1986) 5,5/10
OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire (Bedos, 2021) 5/10
The Wicker Man (Hardy, 1973) 5/10
Old (Night Shyamalan, 2021) 5/10
Dispara ! (Saura, 1993) 4/10

Courts métrages et autres
La Cabina (Mercero, 1972 TV Espagne) 8/10
Eric Rohmer, Preuves à l'appui Série Cinéma, de notre temps (Labarthe, 1994) 7,5/10

Revus :
Le Beau Serge (Chabrol, 1958) 7/10
L'Envolée Sauvage (Ballard, 1996) 6/10
Last edited by cinéfile on 29 Aug 21, 09:40, edited 19 times in total.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 42379
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by Rockatansky »

Aout 2021

Films découverts

The Suicide Squad - James Gunn - 6,5/10
Sans un bruit 2 - John Krasinski - 6,5/10
The Keeper - Marcus H. Rosenmüller - 5,5/10
Jungle Cruise - Jaume Collet-Serra - 5,5/10
Tag - Jeff Tomsic - 5/10
Way Down Braquage Final - Jaume Balagueró - 4,5/10
Fast & Furious 9 - Justin Lin - 4/10
The Climb - Michael Angelo Covino - 4/10
Locked Down - Doug Liman - 4/10
Il est trop bien - Mark Waters - 4/10
Kandisha - Alexandre Bustillo & Julien Maury - 3,5/10
Heat Beat - Hans Somers - 3,5/10
Enorme - Sophie Letourneur - 3/10

Films revus

La guerre des mondes - Steven Spielberg - 6,5/10
Robocop 2 - Irvin Kerschner - 5/10
Robocop 3 - Fred Dekker - 3/10
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23606
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by AtCloseRange »

Découvertes
Hiroshima Mon Amour (Resnais) 8/10
Only Angels Have Wings (Hawks) 7,5/10
The Late Show (Benton) 7/10
Adaline (Krieger) 6,5/10
The Walking Stick (Till) 6/10
Downsizing (Payne) 5,5/10
Predators (Antal) 4/10

Révisions
In Time (Niccol) 3/10
Renaissances (Singh) 4/10
Bon Voyage (Rappeneau) 6,5/10
Minrority Report (Spielberg) 7,5/10
Colossal (Vigalondo) 5/10
Lust for Life (Minnelli) 6,5/10
LA Confidential (Hanson) 7,5/10
Un Tueur dans la Foule (Peerce) 6/10
Les Contes de la lune vague après la pluie 8/10
L'Homme qui a tué Hitler, etc... 3/10

Séries:
Cruel Summer (saison 1) 6,5/10
The OC (saison 1) 5.5/10 abandonnée
Emergence 6/10 abandonnée
Why Women Kill 6,5/10
The Looming Tower 6,5/10 (en cours)
Parks and Recreation (saison 1) 7/10 (en cours)
Last edited by AtCloseRange on 30 Aug 21, 22:52, edited 19 times in total.
patrouilleur loubard
Stagiaire
Posts: 82
Joined: 27 Jun 18, 16:29
Location: au ras des pâquerettes

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by patrouilleur loubard »

Le film du mois ? Ca reste à voir.

- The bridge at remagen/Le pont de remagen (1969) John Guillermin...3/5
- Mortal engines (2018) Christian Rivers...1/5
- Duel in the sun (1946) King Vidor-Otto Brower-William Dieterle-Sidney Franklin-William Cameron Menzies-David O. Selznick-Josef von Sternberg...2/5
- American history x (1998) Tony Kaye...3/5


0 Je suis venu, je l'ai vu, je n'aurais pas dû.
1 Je suis venu, je l'ai vu, j'ai été déçu.
2 Je suis venu, je l'ai vu, j'ai été plus ou moins convaincu.
3 Je suis venu, je l'ai vu, je n'ai pas été déçu.
4 Je suis venu, je l'ai vu, j'ai été ému.
5 Je suis venu, je l'ai vu, j'en ai pris plein la vue.

pat'
Last edited by patrouilleur loubard on 28 Aug 21, 17:03, edited 4 times in total.
I'm watching you, Wazowski. Always watching. Always.
- MONSTERS, INC. -
Soulkriver
Assistant(e) machine à café
Posts: 123
Joined: 2 Jul 05, 10:39

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by Soulkriver »

Notation de 0 à ****
Découvertes
Re-découvertes
Films revus

Film du mois: La volonté du mort - Paul Leni

Far west story - Sergio Corbucci *
Boulevard de la mort - Quentin Tarantino ****
Meurtre par procuration - Freddie Francis ***
La cité sans voile - Jules Dassin ***
La mort a pondu un œuf - Giulio Questi **
Du sang pour Dracula - Paul Morrissey *
Thriller - Bo Arne Vibenius **
La volonté du mort - Paul Leni ****
The wicker man - Robin Hardy ***
Printemps précoce - Yasujiro Ozu ***
China gate - Samuel Fuller ***
La grande attaque du train d'or - Michael Crichton **
Le mécano de la Générale - Buster Keaton ****
Le cirque des vampires - Robert Young *
Ne vous retournez pas - Nicolas Roeg ***
Back door to hell - Monte Hellman **
Avoir vingt ans - Fernando Di Leo *
Les anges déchus - Wong Kar-Wai ****
Les oiseaux - Alfred Hitchcock ****
La mafia fait la loi - Damiano Damiani ***
Crépuscule à Tokyo - Yasujiro Ozu ***
Millenium mambo - Hou Hsiao Hsien **
Trafic - Jacques Tati ***
Les exécuteurs de Shaolin - Liu Chia-Liang ***
Bac Nord - Cédric Jimenez ***
Huit millions façons de mourir - Hal Ashby ***
Dune - David Lynch ***
Last edited by Soulkriver on 2 Sep 21, 20:07, edited 22 times in total.
vic
viking
Posts: 3590
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by vic »


Spoiler (cliquez pour afficher)
la chatte japonaise - chijin no ai (yasuzo masumura, 1967) 6.5/10
revenge - adauchi (tadashi imai, 1965) 7/10
(re) night of the demon (jacques tourneur, 1957) 8.5/10
silence has no wings - tobenai chinmoku (kazuo kuroki, 1966) 8.5/10 >> probable film du mois
prison break - musho yaburi (kazuo ikehiro, 1969) 7/10
(re?) red lion - akage (kihachi okamoto, 1969) 7.5/10
under the blossoming cherry trees - sakura no mori no mankai no shita (masahiro shinoda, 1975) 5/10
pecoross' mother and her days - pekorosu no haha ni ai ni iku (azuma morisaki, 2013) 8/10
(re) hitokiri, le châtiment (hideo gosha, 1969) 8.5/10
(re) zatoichi 21 : le shogun de l'ombre (kenji misumi, 1970) 8/10
(re) kill, la forteresse des samourais - kiru (kihachi okamoto, 1968) 8/10
modern lady gambler - showa onna bakuto (tai kato, 1972) 7.5/10
the elegant life of mr. everyman - eburi manshi no yûga-na seikatsu (kihachi okamoto, 1963) 8/10
(re) la rue de la honte (kenji mizoguchi, 1956) 9/10
aesthetics of a bullet - teppodama no bigaku (sadao nakajima, 1973) 7/10
(re) la marche de kamata - fall guy - kamata koshin-kyoku (kinji fukasaku, 1982) 8/10
de bas étage (yassine qnia, 2021) 7/10
(re) les quatre de l'apocalypse (lucio fulci, 1975) 7.5/10
(re) the brood (david cronenberg, 1979) 7.5/10
(re) scanners (david cronenberg, 1981) 8/10
Last edited by vic on 23 Aug 21, 23:00, edited 1 time in total.
Image Insane Insomniac Team

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3758
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by joe-ernst »

AOUT 2021


Film du mois :

AUCUN


Films découverts :

36 Quai des orfèvres, d'Olivier Marchal : 7/10
Les 7 péchés capitaux, de Philippe de Broca, Claude Chabrol, Jacques Demy, Sylvain Dhomme, Jean-Luc Godard, Edouard Molinaro, Roger Vadim, Max Douy : 6/10
Avec André Gide, de Marc Allégret : 7/10
Baisers volés, de François Truffaut : 6/10
City Girl, de Friedrich Wilhelm Murnau : 6/10
Les loups dans la bergerie, d'Hervé Bromberger : 6,5/10
Pierrot le Fou, de Jean-Luc Godard : 7/10
Tabu, de Friedrich Wilhelm Murnau : 7/10
Twentieth Century, de Howard Hawks : 3/10




Films revus ou redécouverts :

L'argent de poche, de François Truffaut : 7/10




TV :





Film du mois, le récapitulatif :
Spoiler (cliquez pour afficher)
West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins (janvier 2008)
La harpe de Birmanie, de Kon Ichikawa (février 2008)
Iphigénie, de Michael Cacoyannis (mars 2008)
Douce, de Claude Autant-Lara (avril 2008)
Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (mai 2008)
La fille de l'amiral, de Roy Rowland (juin 2008)
Bellissima, de Luchino Visconti (juillet 2008)
Sciuscià, de Vittorio De Sica (août 2008)
Scarface, de Howard Hawks (septembre 2008)
La fureur de vivre, de Nicholas Ray (octobre 2008)
Un goût de miel, de Tony Richardson et Le narcisse noir, de Michael Powell et Emeric Pressburger (novembre 2008, ex-aequo)
Lettre d'une inconnue, de Max Ophuls (décembre 2008)
Colonel Blimp, de Michael Powell et Emeric Pressburger (janvier 2009)
Milk, de Gus Van Sant et Séraphine, de Martin Provost (février 2009, ex-aequo)
L'homme des vallées perdues, de George Stevens (mars 2009)
Justice est faite, d'André Cayatte (avril 2009)
Pour toi j'ai tué, de Robert Siodmak (mai 2009)
Les contes de la lune vague après la pluie, de Kenji Mizoguchi (juin 2009)
L'aurore, de Friedrich Wilhelm Murnau (juillet 2009)
Winchester 73, d'Anthony Mann (août 2009)
Le plus sauvage d'entre tous, de Martin Ritt (septembre 2009)
Le ruban blanc, de Michael Haneke (octobre 2009)
La captive aux yeux clairs, de Howard Hawks (novembre 2009)
Peau d'âne, de Jacques Demy (décembre 2009)
Pépé le Moko, de Julien Duvivier (janvier 2010)
Miss Oyu, de Kenji Mizoguchi (février 2010)
Nos meilleures années, de Marco Tullio Giordana (mars 2010)
Ces messieurs dames, de Pietro Germi (avril 2010)
Sueurs froides, d'Alfred Hitchcock (mai 2010)
AUCUN (juin 2010)
Chevaux de bois, de Rupert Julian et Erich von Stroheim (juillet 2010)
Le diable boiteux, de Sacha Guitry (août 2010)
AUCUN (septembre 2010)
Love, de Ken Russell (octobre 2010)
Topsy-Turvy, de Mike Leigh (novembre 2010)
Le marquis de Saint-Evremond, de Jack Conway (décembre 2010)
Incendies, de Denis Villeneuve (janvier 2011)
Une étoile est née, de George Cukor (février 2011)
Une si jolie petite plage, d'Yves Allégret (mars 2011)
Rabbit Hole, de John Cameron Mitchell (avril 2011)
Shakespeare Wallah, de James Ivory (mai 2011)
Le guépard, de Luchino Visconti (juin 2011)
The Beloved Rogue, d'Alan Crosland (juillet 2011)
America, America, d'Elia Kazan (août 2011)
Et maintenant, on va où ?, de Nadine Labaki (septembre 2011)
AUCUN (octobre 2011)
AUCUN (novembre 2011)
Le goût du saké, de Yasujirô Ozu (décembre 2011)
Le mécano de la General, de Buster Keaton (janvier 2012)
AUCUN (février 2012)
AUCUN (mars 2012)
AUCUN (avril 2012)
AUCUN (mai 2012)
Her Night of Romance, de Sidney Franklin (juin 2012)
AUCUN (juillet 2012)
AUCUN (août 2012)
Nouveau souffle, de Karl Markovics (septembre 2012)
Un singe en hiver, d'Henri Verneuil (octobre 2012)
Week-end, d'Andrew Haigh (novembre 2012)
Brighton Rock, de John Boulting (décembre 2012)
Yossi, d'Eytan Fox (janvier 2013)
Blancanieves, de Pablo Berger (février 2013)
AUCUN (mars 2013)
AUCUN (avril 2013)
Mulholland Drive, de David Lynch (mai 2013)
La grande bellezza, de Paolo Sorrentino (juin 2013)
L'inconnu du lac, d'Alain Guiraudie (juillet 2013)
AUCUN (août 2013)
AUCUN (septembre 2013)
La solitude du coureur de fond, de Tony Richardson (octobre 2013)
AUCUN (novembre 2013)
AUCUN (décembre 2013)
Pot-Bouille, de Julien Duvivier (janvier 2014)
AUCUN (février 2014)
AUCUN (mars 2014)
AUCUN (avril 2014)
L'armée du salut, d'Abdellah Taïa (mai 2014)
AUCUN (juin 2014)
RIEN (juillet 2014)
AUCUN (août 2014)
Pride, de Matthew Warchus (septembre 2014)
AUCUN (octobre 2014)
Der Kreis, de Stefan Haupt (novembre 2014)
AUCUN (décembre 2014)
AUCUN (janvier 2015)
Le passé se venge, de Robert Florey (février 2015)
AUCUN (mars 2015)
Le bal de la famille Anjo, de Kozaburo Yoshimura (avril 2015)
L'assassin sans visage, de Richard Fleischer (mai 2015)
AUCUN (juin 2015)
AUCUN (juillet 2015)
Les désarrois de l'élève Törless, de Volker Schlöndorff (août 2015)
The Outcast / The Broken Comandments (Hakai), de Kon Ichikawa (septembre 2015)
AUCUN (octobre 2015)
AUCUN (novembre 2015)
Raphaël ou le débauché, de Michel Deville (décembre 2015)
La lectrice, de Michel Deville (janvier 2016)
AUCUN (février 2016)
AUCUN (mars 2016)
AUCUN (avril 2016)
Julieta, de Pedro Almodovar (mai 2016)
AUCUN (juin 2016)
AUCUN (juillet 2016)
La chambre ardente, de Julien Duvivier (août 2016)
AUCUN (septembre 2016)
AUCUN (octobre 2016)
AUCUN (novembre 2016)
Morning for the Osone Family, de Keisuke Kinoshita (décembre 2016)
La La Land, de Damien Chazelle (janvier 2017)
AUCUN (février 2017)
Mapplethorpe: Look at the Pictures, de Fenton Bailey et Randy Barbato (mars 2017)
AUCUN (avril 2017)
AUCUN (mai 2017)
AUCUN (juin 2017)
AUCUN (juillet 2017)
AUCUN (août 2017)
Barbara, de Mathieu Amalric (septembre 2017)
The Square, de Ruben Oestlund (octobre 2017)
Ex Libris: The New York Public Library, de Frederick Wiseman (novembre 2017)
AUCUN (décembre 2017)
AUCUN (janvier 2018)
Call Me by Your Name, de Luca Guadagnino (février 2018)
Hostiles, de Scott Cooper (mars 2018)
AUCUN (avril 2018)
Plaire, aimer et courir vite, de Christophe Honoré (mai 2018)
AUCUN (juin 2018)
AUCUN (juillet 2018)
AUCUN (août 2018)
AUCUN (septembre 2018)
AUCUN (octobre 2018)
AUCUN (novembre 2018)
Mary Poppins Returns, de Ron Marshall (décembre 2018)
AUCUN (janvier 2019)
AUCUN (février 2019)
AUCUN (mars 2019)
AUCUN (avril 2019)
Dolor y gloria, de Pedro Almodovar (mai 2019)
AUCUN (juin 2019)
AUCUN (juillet 2019)
AUCUN (août 2019)
AUCUN (septembre 2019)
AUCUN (octobre 2019)
AUCUN (novembre 2019)
Et puis nous danserons, de Levan Akin (décembre 2019)
AUCUN (janvier 2020)
AUCUN (février 2020)
Lawrence of Arabia, de David Lean (mars 2020)
AUCUN (avril 2020)
The Old Dark House, de James Whale (mai 2020)
Piccadilly, de Ewald André Dupont (juin 2020)
Liebelei, de Max Ophuls (juillet 2020)
AUCUN (août 2020)
AUCUN (septembre 2020)
AUCUN (octobre 2020)
AUCUN (novembre 2020)
AUCUN (décembre 2020)
AUCUN (janvier 2021)
AUCUN (février 2021)
AUCUN (mars 2021)
AUCUN (avril 2021)
AUCUN (mai 2021)
AUCUN (juin 2021)
AUCUN (juillet 2021)
Last edited by joe-ernst on 1 Sep 21, 13:23, edited 4 times in total.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9532
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by Miss Nobody »

FILMS DU MOIS DE JUILLET / AOUT 2021

Film de l'été
Image

Films vus ou redécouverts

* Absence de Malice (Pollack) ●●○○○
...
* Accattone (Pasolini) ●●●●○
...
* Romance in Manhattan (Roberts) ●●●○○
...
* Loin de la foule déchaînée (Schlesinger) ●●●○○
...
* Anomalisa (Kaufman, Johnson) ●●○○○
...
* Aux frontières de l'aube (Bigelow) ●●●○○
...
* Panic Room (Fincher) ●●●○○
...
* Rollerball (Jewison) ●●○○○/●●●○○
...

Films revus



Top du mois


Miam ? ●●●●● parfait ; ●●●●○ très bon ; ●●●○○ bon ; ●●○○○ décevant ; ●○○○○ pas bon ; ○○○○○ beurk

FILMS DES MOIS PRECEDENTS
Spoiler (cliquez pour afficher)
octobre 2005 = L'aventure de Mme Muir (Mankievicz)
novembre 2005 = Match Point (Allen)
decembre 2005 = Voyage à deux (Donen)

janvier 2006 = Wallace et gromit et le lapin garou (Park)
février 2006 = Lettre d'une inconnue (Ophuls)
mars 2006 = Un jour à new york (Donen/Kelly)
avril 2006 = Walk the line (Mangold)
mai 2006 = Une histoire immortelle (Welles)
juin 2006 = La vie est belle (Capra)
juillet 2006 = Beau fixe sur New York (Donen/Kelly)
aout 2006 = La prisonnière du desert (Ford)
septembre 2006 = Les enfants du paradis (Carné)
octobre 2006 = Les 400 coups (Truffaut)
novembre 2006= La mouche (Cronenberg)
decembre 2006= Assurance sur la mort (Wilder)

janvier 2007= The shop around the corner (Lubitsch)
fevrier 2007= La vie des autres (Henckel von Donnersmarck)
mars 2007= Comme un torrent (Minnelli)
avril 2007= Sue, perdue dans Manhattan (Kollek)
mai 2007= The Magdalene Sisters (Mullan)
juin 2007= L'impasse (De Palma)
juillet 2007= Le scaphandre et le papillon (Schnabel)
août 2007= Le boucher (Chabrol)
septembre 2007= Les méduses (Keret & Geffen)
octobre 2007= Loulou (Pabst)
novembre 2007= 2001 l'odyssée de l'espace (Kubrick)
décembre 2007= Hiroshima mon amour (Resnais)

janvier 2008= Le silence (Bergman)
février 2008= No country for old men (Coen)
mars 2008= Faux semblants (Cronenberg)
avril 2008= Ascenseur pour l'échafaud (Malle)
mai 2008= Les fils de l'homme (Cuaron)
juin 2008= The thing (Carpenter)
juillet 2008= Short Cuts (Altman)
Août 2008= Ariane (Wilder)
Septembre 2008= Bonnie & Clyde (Penn)
Octobre 2008= Madame Bovary (Minnelli)
Novembre 2008= Il était une fois en Amérique (Leone)
Décembre 2008= Head-on (Akin)

Janvier 2009= En chair et en os (Almodovar)
Février 2009= Gran Torino (Eastwood)
Mars 2009= Une certaine rencontre (Mulligan)
Avril 2009= Breezy (Eastwood)
Mai 2009= Le voyeur (Powell)
Juin 2009= Etreintes Brisées (Almodovar)
Juillet 2009= Vincent, François, Paul et les autres (Sautet)
Août 2009= L'enfer est à lui (Walsh)
Septembre 2009= Les visiteurs (Kazan)
Octobre 2009= La valse dans l'ombre (LeRoy)
Novembre 2009= L'invasion des profanateurs (Kaufman)
Décembre 2009= L'armée des ombres (Melville)

Janvier 2010= Quand passent les cigognes (Kalotozov)
Février 2010= Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk)
Mars 2010= Scènes de la vie conjugale (Bergman)
Avril 2010= Les feux de la rampe (Chaplin)
Mai 2010= La scandaleuse de Berlin (Wilder)
Juin 2010= Papillon (Schaffner)
Juillet 2010= Le grand amour (Etaix)
Août 2010= L'impossible monsieur bébé (Hawks)
Septembre 2010= L'aurore (Murnau)
Octobre 2010= L'ange des Maudits (Lang)
Novembre 2010= La fille de Ryan (Lean)
Décembre 2010= Moon (Jones)

Janvier 2011= Johnny Guitar (Ray)
Février 2011= La source (Bergman)
Mars 2011= Stalag 17 (Wilder)
Avril 2011= Série Noire (Corneau)
Mai 2011 = L'année du dragon (Cimino)
Juin 2011 = Bienvenue à Gattaca (Niccol)
Juillet 2011 = A bout de course (Lumet)
Aout 2011 = Du silence et des ombres (Mulligan)
Septembre 2011 = Une femme dangereuse (Walsh)
Octobre 2011 = Drive (Winding Refn)
Novembre 2011 = Monsieur Verdoux (Chaplin)
Décembre 2011= Zelig (Allen)

Janvier 2012= Fanny et Alexandre (Bergman)
Février 2012= Les nuits de Cabiria (Fellini)
Mars 2012 = Liaisons Secrètes (Quine)
Avril 2012 = The Naked Kiss (Fuller)
Mai 2012 = Le festin de Babette (Axel)
Juin 2012 = The strawberry Blonde (Walsh)
Juillet 2012 = La jetée (Marker)
Août 2012 = Stromboli (Rossellini)
Septembre 2012 = My man Godfrey (LaCava)
Octobre 2012 = L'heure suprême (Borzage)
Novembre 2012 = Klute (Pakula)
Décembre 2012 = Toy story 3 (Unkrich)

Janvier 2013 = Les dimanches de Ville d'Avray (Bourguignon)
Février 2013 = L'amour l'après-midi (Rohmer)
Mars 2013 = Shame (McQueen)
Avril 2013 = The mortal storm (Borzage)
Mai 2013 = Le ruban blanc (Haneke)
Juin 2013 = Amarcord (Fellini)
Juillet 2013 = The yards (Gray)
Août 2013 = Le conformiste (Bertolucci)
Septembre 2013 = La folle ingénue (Lubitsch)
Octobre 2013 = Haute Pègre (Lubitsch)
Novembre 2013 = La vie d'Adèle (Kechiche)
Décembre 2013 = Une journée particulière (De Sica)

Janvier 2014 = L'assassin habite au 21 (Clouzot)
Février 2014 = The Grand Budapest Hotel (Anderson)
Mars 2014 = Will Hunting (Van Sant)
Avril 2014 = Her (Jonze)
Mai 2014 = Mes voisins les Yamada (Takahata)
Juin 2014 = Le conte de la princesse Kaguya (Takahata)
Juillet 2014 = La porte du paradis (Cimino)
Août 2014= Bright Star (Campion)
Septembre 2014 = Fast food fast women (Kollek)
Octobre 2014 = Tokyo Godfathers (Kon)
Novembre 2014 = Miller's Crossing (Coen)
Décembre 2014 = L'appât (Mann)

Janvier 2015 = Rome ville ouverte (Rossellini)
Février 2015 = Allemagne année zéro (Rossellini)
Mars 2015 = Before Midnight (Linklater)
Avril 2015 = Lettres d'Iwo Jima (Eastwood)
Mai 2015 = J'ai le droit de vivre (Lang)
Juin 2015 = Vice Versa (Docter)
Juillet 2015 = Mort à Venise (Visconti)
Août 2015 = Le violent (Ray)
Septembre 2015 = L'argent de la vieille (Comencini)
Octobre 2015 = La vipère (Wyler)
Novembre 2015 = L'enfance nue (Pialat)
Décembre 2015 = La chevauchée des bannis (De Toth)

Janvier 2016 = Leviathan (Zviaguintsev)
Février 2016 = Le bateau (Petersen)
Mars 2016 = L'enfance d'Ivan (Tarkovski)
Avril 2016 = Le parrain, 2ème partie (Coppola)
Mai 2016 = Le vent se lève (Miyazaki)
Juin 2016 = Au hasard Balthazar (Bresson)
Juillet 2016 = La passion de Jeanne d'Arc (Dreyer)
Août 2016 = Un monde parfait (Eastwood)
Septembre 2016 = L'obsédé (Wyler)
Octobre 2016 = Le géant de fer (Bird)
Novembre 2016 = La fille du désert (Walsh)
Décembre 2016 = Le champion (Robson)

Janvier 2017 = Les sept samouraïs (Kurosawa)
Février 2017 = Un homme est passé (Sturges)
Mars 2017 = Papermoon (Bogdanovitch)
Avril 2017 = Sans toit ni loi (Varda)
Mai 2017 = Après la tempête (Kore-eda)
Juin 2017 = Ethel et Ernest (Mainwood)
Juillet 2017 = Mark Dixon détective (Preminger)
Août 2017 = Riz Amer (De Santis)
Septembre 2017 = 120 battements par minute (Campillo)
Octobre 2017 = The Fog (Carpenter)
Novembre 2017 = Nosferatu, fantôme de la nuit (Herzog)
Décembre 2017 = La fin du jour (Duvivier)

Janvier 2018 = Assassins et voleurs (Guitry)
Février 2018 = Jeremiah Johnson (Pollack)
Mars 2018 = Le septième sceau (Bergman)
Avril 2018 = Safety Last ! (Newmeyer, Taylor)
Mai 2018 = Le joli mai (Marker)
Juin 2018 = Parvana, une enfance en Afghanistan (Twomey)
Juillet 2018 = La flibustière des antilles (Tourneur)
Août 2018 = Le journal d'un curé de campagne (Bresson)
Septembre 2018 = Le jardin du diable (Hathaway)
Octobre 2018 = Bed of roses (La Cava)
Novembre 2018 = Mouchette (Bresson)
Décembre 2018 = Coco (Unkrich)

Janvier 2019 = Un condamné à mort s'est échappé (Bresson)
Février 2019 = Network (Lumet)
Mars 2019 = Dark Waters (De Toth)
Avril 2019 = Les roseaux sauvages (Téchiné)
Mai 2019 = L'homme sans passé (Kaurismäki)
Juin 2019 = Dans un recoin de ce monde (Katabuchi)
Juillet 2019 = Les affameurs (Mann)
Août 2019 = Le gros lot - Christmas in July (Sturges)
Septembre 2019 = Van Gogh (Pialat)
Octobre 2019 = L'innocent (Visconti)
Novembre 2019 = Barberousse (Kurosawa
Décembre 2019 = The wicker man (Hardy)

Janvier 2020 = Les désemparés (Ophüls)
Février 2020= L'homme au complet blanc (Mackendrick)
Mars 2020 = Parasite (Bong Joon Ho)
Avril 2020 = Je suis un évadé (Leroy)
Mai 2020 = La rue de la honte (Mizoguchi)
Juin 2020 = Un dimanche à la campagne (Tavernier)
Juillet 2020 = Les communiants (Bergman)
Août 2020 = Panique à Needle Park (Schatzberg)
Septembre 2020 = Carnival of souls (Harvey)
Octobre 2020 = La foule (Vidor)
Novembre 2020 = Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Pietri)
Décembre 2020 = La Ciociara (De Sica)

Janvier 2021 = Le Jardin des Finzi-Contini (De Sica)
Février 2021 = Un jour sans fin (Ramis)
Mars 2021 = De bruit et de fureur (Brisseau)
Avril 2021 = Le trésor de la Sierra Madre (Huston)
Mai 2021 = Nuages Epars (Naruse)
Last edited by Miss Nobody on 11 Sep 21, 09:07, edited 1 time in total.
alexxxluthor
Stagiaire
Posts: 44
Joined: 8 Feb 10, 08:32

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by alexxxluthor »

Répulsion de Roman Polanski (1965) en Blu-ray : 6/6
Y a-t-il un pilote dans l'avion ? de Jim Abrahahams, David Zucker, Jerry Zucker (1980) sur Prime Video : 6/6
La Party de Blake Edwards (1968) en Blu-ray : 6/6

Bac Nord de Cédric Jimenez (2020) au cinéma : 5/6
Cluedo de Jonathan Lynn (1985) en Blu-ray : 5/6

The Two Jakes - Piège pour un privé de Jack Nicholson (1990) en Blu-ray : 4/6
Presque célèbre de Cameron Crowe (2000) sur Prime Video : 4/6
Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne (1982) en Blu-ray : 4/6

Les Derniers jours du monde de Arnaud Larrieu et Jean-Marie Larrieu (2009) sur Arte : 3/6
Les Sorcières d'Akelarre de Pablo Agüero (2020) au cinéma : 3/6
The White Lotus de Mike White (2021) sur OCS : 3/6
Au-Dessous du volcan de John Huston (1984) en Blu-ray : 3/6
Jungle Cruise de Jaume Collet-Serra (2021) au cinéma : 3/6

Le Parfum de la dame en noir de Francesco Barilli (1974) en Blu-ray : 2/6
Les Tontons flingueurs de Georges Lautner (1963) en Blu-ray : 2/6
Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961) en Blu-ray : 2/6

My Heart is that Eternal Rose de Patrick Tam (1989) en Blu-ray : 1/6

Disparu à jamais de Juan Carlos Medina (2021) sur Netflix : 0/10
Last edited by alexxxluthor on 28 Aug 21, 07:23, edited 18 times in total.
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10227
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Re: Votre film du mois d'Aout 2021

Post by Joshua Baskin »

Août 2021

Films découverts
Raya et le dernier dragon (Carlos López Estrada, Don Hall) : 4/10
La Pat patrouille, le film (Cal Brunker) : 5/10
Charley le borgne Don Chaffey) : 6/10
Futuresport (Ernest Dickerson) : 2/10
You kill me[/] (John Dahl) : 4/10

Films revus



Séries découvertes
Amicalement vôtre , Saison unique : en cours
Modern Family, Saison 10 : en cours
The americans , Saison 2 : en cours
The Flintstones, Saison 1 : en cours
Parks and recreation, saison 2 : en cours
Les coulisses des attractions, Saison 1 : 7/10
McCartney 3 2 1[b/], Saison unique : en cours
Last edited by Joshua Baskin on 28 Aug 21, 08:35, edited 4 times in total.
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury