Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12240
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by Jack Griffin »

ça y est j'ai trouvé. C'est à 1h35 quand elle évoque Guy Debord...ouf
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24815
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by ed »

Ma santé mentale te remercie.
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21071
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by Major Tom »

Ah tout de même. :)

Image
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5613
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by El Dadal »

Un peu déçu.
Content d'avoir laissé la hype passer, j'ai regardé ça sans interférences et dans les conditions adéquates, j'étais prêt quoi... Mais non. La faute à une sorte d'évidence, d'étrange sensation de linéarité, de prévisibilité... Pour tout dire, j'avais anticipé le final et la question du point de vue réel de la narration à peu près à mi-parcours, ce qui m'a rendu les 30 dernières minutes assez pénibles, sans compter une baisse d'intérêt dans la mise en scène une fois qu'on pénètre dans les couloirs du lycée, comme certains l'ont relevé ici. C'est dommage parce que les deux séquences en voiture sont parmi ce que j'ai vu de plus fort ces derniers temps, totalement portées par le jeu habité et nuancé des deux interprètes, ainsi qu'un sens du cadre assez bluffant. Subsiste malheureusement une sensation de "tout ça pour ça", chaque pièce venant prendre sa petite place dans une grosse boîte bien rangée.
User avatar
Papus
Doublure lumière
Posts: 424
Joined: 1 Jun 20, 13:48
Location: Hyrule

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by Papus »

A chaud, j'ai aussi apprécié les deux séquences en bagnole, très bavardes et assez longues mais loin d'etre ennuyante dans le contenu (découverte de j. Plemmons et j. Buckley, incroyables et qui pourtant m'ont laissé un goût de "sous exploités" dans la mesure où il m'a semblé qu'ils disposaient de nombreux ressorts "d'acting folie" restés dans l'ombre de par la direction scenaristique, ca reste une adaption, un\une autre s'en saisira (ou s'en est deja saisi) certainement pour les mettre en lumière. Hate de les revoir en tout cas) et toute la scène chez les beaux parents, admirablement interprétée par david thewlis et toni collette qui ont fait preuve d'une incroyable aisance à m'installer dans cette ambiance creepy appuyée par la mise en scène tout en finesse de Kaufman digne des classiques du cinéma d'horreur.
Me prenant constamment à contre pied, ou en tout cas ne m'amenant pas où je pensais aller, le phénomène s'est petit à petit estompé et a fini par disparaître lors de cette scène.
"ok ca va rester weirdo jusqu'à la fin et je n'aurais pas le fin mot de l'histoire".
J'ai bien sur pu faire bon nombres de liens tant il y a matière à interpretation, avec beaucoup d'allegories illustrées par la mise en scène (les danseurs de la dernière séquence referme deux casiers dans leur enchaînement// la discussion sur le paysage vide, necessitant d'y faire figurer des humains pour en faire resonner une émotion: déplacement de la camera vers le salon vide, entrée du hors champ des personnages), mais je suis resté dans une suite de raccords symboliques n'aboutissant à aucune conclusion limpide, à l'image de ces longues conversations qui ont énormément mobilisé mes meninges (presque un peu trop me coupant par moments de mon immersion dans le moment present) et je me suis senti un peu floué par Kaufman avec ses argumentations cachées dans le discours de Plemmons et la relativité du temps pour justifier certaines longueurs du film.
En bref je suis un peu resté bloqué dans la tempête (et d'ailleurs je me les suis caillé tout du long (du film)), avec le sentiment de ne pas être parvenu à reellement donner du sens à tous ca, sans que ca m'ait empêché d'apprecier grandement le talent des acteurs, de la mise en scène et de ses trouvailles (cadrages, travaille du son, melange des genres avec même un passage animé ! Ca m'a un tout petit peu fait penser au Congrès d'Ari Folman).
Maintenant si El Dadal tu peux expliciter un peu ce que tu en as compris je suis preneur...
Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22420
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by cinephage »

Pour les anglophones, Vanity Fair donne quelques éléments d'explication, en exploitant notamment le roman dont est adapté le film, et la comédie musicale Oklahoma.
Une lecture éclairante (qui ne résoud pas tout, mais donne beaucoup de pistes de lecture).
https://www.vanityfair.com/hollywood/20 ... k-oklahoma
Derniers visionnages...
ImageImageImageImageImage
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21071
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Je veux juste en finir (Charlie Kaufman - 2020)

Post by Major Tom »

Brody wrote: 5 Jan 21, 15:23
Watkinssien wrote: 5 Jan 21, 15:09

Il y a des gens qui ont aimé et qui comprennent parfaitement le rejet et/ou l'ennui que le film peut susciter. Mais l'inverse semble moins évident! :mrgreen:
J'aurai rarement eu l'impression de ne pas avoir vu le même film que tout le monde en tous cas ! J'y partais plutôt alléché par les beaux commentaires. et pof, rien.
De mes 10 films de 2020, c'est peut-être celui auquel je repense le plus (avec Threads bien sûr, qui m'a donné récemment un cauchemar de fin du monde, littéralement :oops:).
Je crois que c'est typique le genre de films qui s'adressent à des personnes particulières : celles qui peuvent se reconnaître dans le "personnage Kaufman". Kaufman à travers ce film nous parle de lui et se livre à sa façon, en s'identifiant au personnage principal (qu'il s'agisse de la fille ou du garçon). Forcément cela réduit considérablement le public entre ceux qui seront touchés, comprenant et ressentant peut-être la même chose, et ceux qui resteront totalement en dehors de cet univers qu'ils trouveront évidemment chiantissime... et les deux auront raison. C'est un film impossible à noter "objectivement". Enfin c'est mon interprétation, bien sûr.
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.