Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
bocina
Accessoiriste
Posts: 1667
Joined: 11 Mar 05, 16:06

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by bocina »

Je n'ai pas vu le film et je le verrais plus tard, dans quelques mois, quand la frénésie sera sur autre chose.
Par contre, j'ai tendance à croire que nombreux sont ceux qui jugent un film à travers son réalisateur plutot que sur le film en lui-même. Dans un sens comme dans l'autre.
Jugeons le film pour ce qu'il est et pas parce que c'est machin ou truc qui l'a fait. Si c'était un film qui débarquait de nulle part, les notes de certains auraient elles été différentes ?
Bon je verrais ça à Noel... :D
Last edited by bocina on 4 Sep 20, 09:51, edited 1 time in total.
L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : « Je pense, donc tu suis. » Pierre Desproges
https://oc.mymovies.dk/marcellus_w/
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45129
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Flol »

bocina wrote: 4 Sep 20, 09:27Par contre, j'ai tendance à croire que nombreux sont ceux qui jugent un film à travers son réalisateur plutot que sur le film en lui-même. Dans un sens comme un autre.
Jugeons le film pour ce qu'il est et pas parce que c'est machin ou truc qui l'a fait.
Tiens, il m'avait pas manqué ce procès d'intention.
Et moi je me demande s'il est encore possible de ne pas apprécier un film de Christopher Nolan pour ce qu'il est, sans qu'on soit forcément taxer de faire juste du "Nolan-bashing" (alors que je le répète, mais personnellement j'aime beaucoup certains de ses films).
D'autant plus que le film dont il est question ici suinte, transpire tous les tics et obsessions liés au cinéaste qui l'a signé. C'est littéralement impossible de parler de ce film sans parler de son auteur.

Il y en a qui se sont plaint dans un autre topic du fait que James Gray serait a priori intouchable ; visiblement, Nolan est dans la même catégorie.
User avatar
bocina
Accessoiriste
Posts: 1667
Joined: 11 Mar 05, 16:06

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by bocina »

Au contraire. Tu te remontes pour rien. J'ai justement écrit : dans un sens comme dans l'autre. (j'avais fait une faute de frappe mais tu avais compris je suppose).
En gros, certains vont surnoter ou d'autres vont justement le dégommer. Au lieu d'apprécier ou non le film pour ce qu'il est et pas par qui il a été fait.
J'adore Lynch j'ai detesté Dune je vais pas dire que c'est bien car c'est lui qui l'a fait ! J'adore Cronenberg, j'avais detesté Existenz. Alors oui parfois on a beaucoup trop d'attente. Mais si Existenz ou Dune avaient été fait par un autre j'aurais trouvé ça pourri aussi !
Bref...
Last edited by bocina on 4 Sep 20, 09:53, edited 2 times in total.
L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : « Je pense, donc tu suis. » Pierre Desproges
https://oc.mymovies.dk/marcellus_w/
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16103
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Supfiction »

Être ouvert d’accord mais pas inconscient. Ayant détesté Inception, vu ce que je lis ici sur Tenet (et de toutes façons l’affiche parlait déjà d’elle-même), je ne suis pas maso, je sais que ce film n’est pas pour moi et je me suis épargné une séance de torture. Et pourtant, j’étais aller voir Interstellar, parce que ça avait l’air différent et plus humain. Les préjugés, c’est pas toujours inutile. Ça s’appelle avoir des goûts affirmés et ne pas être un simple réceptacle béat à images.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45129
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Flol »

bocina wrote: 4 Sep 20, 09:51 Au contraire. Tu te remontes pour rien.
Je ne suis pas énervé du tout. :x
Non mais en gros, c'est qu'il se dégage une espèce de tendance à refuser d'accepter qu'on puisse ne pas apprécier le cinéma d'un auteur comme Nolan.
On a beau sortir tous les arguments du monde, ce sera quoiqu'il arrive soit de la pose, soit juste du bashing gratos de son réalisateur. C'est un peu fatigant, et ça donne un peu envie d'arrêter de discuter, par moments.
bocina wrote: 4 Sep 20, 09:51En gros, certains vont surnoter ou d'autres vont justement le dégommer. Au lieu d'apprécier ou non le film pour ce qu'il est et pas par qui il a été fait.
Je pense le plus sincèrement du monde que dans certains cas, quand la patte d'un cinéaste est tellement importante et visible sur chacun de ses films (ce qui est le cas ici), il est impossible de faire abstraction du nom du cinéaste. Quand tu vois un Scorsese, tu le compares et le juges forcément par rapport à ses films précédents, par rapport à son univers, par rapport aux attentes que tu as vis-à-vis de lui, par rapport à tes accointances avec son oeuvre.
Et dans le cas de Nolan, c'est pareil. Son film est tellement empreint de son univers, tellement proche de ses films précédents, qu'on le juge forcément un petit peu par rapport au corpus global de son réalisateur.

Toujours est-il que ça ne changera rien de ce que je pense de Tenet. :D
User avatar
bocina
Accessoiriste
Posts: 1667
Joined: 11 Mar 05, 16:06

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by bocina »

J'aime beaucoup ses films pour le moment depuis Memento, mais je m'attends pas à être dans son "univers". Si Tenet est naze je le dirais et je l'achèterais pas ! J'attends pas non plus une démonstration de force à chaque fois. Je sais que c'est lui mais bon, c'est plus pour moi un gage de qualité poru voir son film qu'autre chose. Après si il fait un truc foireux clairement je me ferais chier devant comme si c'était un autre réal, ni plus ni moins. J'ai pas non plus une attente faramineuse pour tel ou tel film comme certains ici. Ca c'était quand j'étais jeune ! Now je prends ce qui arrive et basta. Et je vois qu'il y a tellement de daubes depuis quelques années, tellement de films surnotés, surcotés et tellement de productions d'une nullité à crever (merci amazon, netflix etc...) que j'ai nettement moins d'attentes qu'avant.
L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : « Je pense, donc tu suis. » Pierre Desproges
https://oc.mymovies.dk/marcellus_w/
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45129
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Flol »

N'étant pas un grand fan de son cinéma, je n'avais aucune attente particulière, perso (et encore moins de l'impatience). J'étais tout simplement curieux de voir s'il avait retrouvé la même forme qu'avec Interstellar, ou s'il avait continué sur la lancée de son pénible Dunkirk.
Bon ben on est clairement dans le second cas, malheureusement. :|
User avatar
bocina
Accessoiriste
Posts: 1667
Joined: 11 Mar 05, 16:06

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by bocina »

J'ai bien aimé Dunkerque mais c'était un peu un "tour de force". Il ne faudrait pas que son cinéma en pâtisse et que ça finisse en concours de "c'est moi qu'ait la plus grosse"
L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : « Je pense, donc tu suis. » Pierre Desproges
https://oc.mymovies.dk/marcellus_w/
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10637
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by -Kaonashi Yupa- »

Flol wrote: 3 Sep 20, 14:25 300 films par an, ça va, c'est jouable.
J'aimerais bien.
Flol wrote: 4 Sep 20, 08:01 Alors bien sûr que j'ai vu des films plus mauvais que Tenet durant ce laps de temps ; mais il n'y en a pas eu beaucoup d'aussi irritant et déplaisant que celui-là (à moins que Mommy...).
Ah merde, là tu me décourages encore plus ! :lol:
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25556
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Ouf Je Respire »

Flol wrote: 3 Sep 20, 14:25 300 films par an, ça va, c'est jouable.
:oops:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Mosin-Nagant
Décorateur
Posts: 3931
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Mosin-Nagant »

J'ai mis 6,5/10 mais ça vaut moins, en y réfléchissant... Nolan n'est pas intouchable, loin de là.
Je comprends parfaitement qu'on puisse détester certains de ses films et en apprécier/adorer d'autres: il en a quand même fait un paquet depuis 30 ans. Ses intentions n'ont pas vraiment d'importance, seul le résultat à l'écran compte comme il a été dit. Parfois ça foire. C'est le cas, ici, je trouve. Je crois même que, juste avec le concept de départ, j'ai du mal à être embarqué.

viewtopic.php?f=13&t=39159&p=2842274#p2842274

Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
Roilo Pintu
Electro
Posts: 984
Joined: 7 Oct 17, 15:13

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by Roilo Pintu »

Roilo Pintu
Sauf erreur Spongebob, tu dois être le seul à avoir vu le film en IMAX et deux fois.
Pourrais tu nous faire un retour sur la séance IMAX?
Et au passage comment s'est passée cette deuxième vision du film? (même si la baisse de ta note donne une idée)
Merci.

Spongebob
Je pense que le film vaut vraiment le coup (coût ?) d'être vu en IMAX. Pour les parisiens je conseillerais le Pathé La Villette plutôt que le Pathé Quai d'Ivry. Cette dernière, bien que récemment équipée d'un projecteur Laser 4K, de son 12.1 et de fauteuils en cuir inclinables, a été une expérience douloureuse à cause du niveau sonore absolument ahurissant ! J'ai cru que j'allais devenir sourd ! Vraiment désagréable, à tel point que j'anticipais l'arrivée des scènes d'action. A la Villette le niveau sonore était bien plus raisonnable et le bon placement des fauteuils (plus près de l'écran et plus en gradin) ont fait que j'ai eu une véritable sensation IMAX. L'image était un peu moins lumineuse et définie mais rien que pour le son cette salle a ma préférence.
Les changements de ratio d'image ne m'ont pas trop gêné. On passe régulièrement du 2.20 (70mm) au 1.43 (IMAX) mais l'écran du ciné étant au format 1.90 les bandes noires étaient peu visibles.

Ma deuxième vision du film n'a pas rendu l'histoire plus clair. Au contraire je suis rendu compte à quel point elle était racontée de manière confuse. La pire scène étant la bataille de fin : le briefing qui est fait juste avant m'a encore une fois paru totalement incompréhensible. Peut-être que ça passerait mieux en VF, je ne sais pas. Il y a une volonté claire de perdre le spectateur en ne donnant pas toutes les règles qui régissent le principe de base du film. Inception souffrait un peu de ce long côté explicatif mais au moins on était (pas trop) paumés. Comme souvent avec Nolan on a un peu l'impression qu'il manque des scènes, que le montage est trop rapide, surtout lors des scènes dialoguées. Le côté très sérieux et presque purement informatif des dialogues m'a aussi sauté au yeux. Honnêtement vers la fin j'avais juste envie de me barrer.

Il est possible que ma note baisse encore après un troisième visionnage, qui n'arrivera pas avant longtemps.
Je te remercie Spongebob pour ces précisions.
Effectivement la dernière scène est un vrai foutoir, et je me posais la question du second visionnage, et de son possible nouvel éclairage.
Malgré l'attention portée, c'était le brouillard et j'avais du mal à me dire qu'un deuxième passage résoudrait beaucoup de chose.
Inception reste un bon film, avec des points complexes, des idées difficiles à conceptualiser, mais dans lesquelles Nolan a su montrer, expliquer au spectateur, ne pas le perdre, ce qui permet de pardonner les facilités qu'il peut avoir. Avec Tenet, c'est un peu le contraire, et le rejet semble être la réponse du public, du moins ici.
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13027
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by hansolo »

Vu (dans une salle quasi vide en 2e semaine ...)

Excellente mise en scène.
J'ai apprecié le duo d'acteurs (beaucoup moins les seconds roles); même si le personnage de Pattinson joue remarquablement le cruistre.
Belles cascades et choré; qui n'ont rien d'inventif; extremement référencées.
La majorité du "plan" du protagoniste et du grand méchant est incompréhensible et semble pourtant extremement simple - le récit est confus mais présenté avec le sérieux d'un sketch des Inconnus ...
Une scène de guerre pure esbrouffe visuelle mais a laquelle on peine a s'interesser vu qu'on ne comprend pas les enjeux.
Etonnemment, ça pourrait être interessant a revoir.

Bref, un film plein de contradictions qui s'offre le luxe de citer Casablanca a la fin.
Last edited by hansolo on 6 Sep 20, 10:05, edited 2 times in total.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1064
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by shubby »

Voilà, je trouve, une assez bonne explication du déroulement. Elle vient d'un commentaire lisible sur allocine (boulot dantesque effectué par "La truite", merci à elle), trouvé via le forum de Mad Movies (thx "Lapin rouge") :
Spoiler (cliquez pour afficher)
EXPLICATION COMPLÈTE DU FILM qui synthétise le plus d'analyses que j’ai pu trouver : Attention 100% spoil Pour mieux comprendre le film, expliquons d’abord les enjeux de l’humanité du futur qui ne sont donnés qu’à travers les discours allusifs des personnages: Dans un futur plus ou moins lointain, la terre sera dévasté par le réchauffement climatique. Dans ce monde mourant, une guerre a lieu entre "les méchants" (appelons les comme ça) qui veulent supprimer le passé (notre présent) pour que le désastre climatique n'ait pas lieu et "les gentils" qui sont l'organisation tenet qui essaye d’empêcher les méchants de faire cela.

Dans ce monde futuriste, la technologie de "l'inversion" est maîtrisé par tous — gentils comme méchants — et est utilisée pour inverser différents objets : armes, armures, lunettes etc. De la même manière qu'on retrouve dans notre présent des vestiges des guerres qui ont eu lieu dans le passé (les vestiges des guerres du moyen âge par exemple), on peut retrouver dans notre présent des vestiges inversés d'une guerre qui aura lieu dans le futur (la guerre futuriste en question dont je parle). Dans ce monde en guerre où l'inversion existe, une scientifique invente quelque chose encore plus dangereux que la simple inversion d’objet : une machine qui permettrait en l'activant d'inverser l'univers entier. Ainsi l’univers cesserait d’avancer dans le temps mais reculerait, autrement dit, il meurt (comme si on arrête un film pour le mettre dans l’autre sens, la suite du film est comme morte…). Les méchants du futur veulent se servir de cette machine redoutable pour mener à bien leur plan : annihiler le passé de l’humanité, c’est à dire notre présent. Ils sont convaincus que cela permettrait d'améliorer leur présent.

L’organisation Tenet en plus d’être contre l’idée d’annihiler une génération entière, pense qu'exécuter ce plan créera un paradoxe qui annihilera le passé comme le futur. Bref que c’est se tirer une balle dans le pied. La scientifique qui a inventée le concept de la machine à inversion total ne veut pas que les méchants du futur s’emparent de ses travaux et s’en servent pour exécuter leur plan de destruction du passé. Elle décide alors de séparer le plan de sa machine ("l'algorithme") en 9 parties qui sont 9 morceaux de métal de forme géométriques variées (dans le film on voit notamment des sortes de cubes). Ces morceaux sont porteurs d’informations comme des livres : leur poids, leur taille etc peut être converti en informations qui indiquent comment créer la machine à inversion totale. La scientifique se dit que le meilleur moyen de cacher ces 9 morceaux est de les envoyer dans le passé en les inversant. Si personne ne les trouve, ils remonterons le temps jusqu'à 2020, 2000, 1900 etc jusqu'à la naissance de l'univers. Bref bon moyen pour les cacher des méchants du futur. Mais sachant cela, les méchants décident d'envoyer eux aussi quelque chose dans le passé : des boites pleines de lingots d'or et d'instructions écrites sur des feuilles plastifiés en espérant que ces boites soient trouvées dans le passé par un mec suffisamment méchant et cupide pour accepter de suivre les instructions.

Maintenant expliquons les enjeux du passé qui sont montré à travers des courts flashback et des discours tout aussi allusifs : En 1980, à la chute de l’URSS, un jeune russe pauvre se porte volontaire pour retirer de ville désaffectées des restes de bombes nucléaires. Il trouve par pur hasard une des boites envoyées par les méchants du futur avec des lingots d’or dedans et des instructions à suivre. Il décide de dédier sa vie à suivre ces instructions : trouver les 9 pièces de l’algorithme qui indique comment construire la machine à inversion totale, les rassembler, les mettre dans une boite, enterrer cette boite dans un endroit stratégique et enfin envoyer un message aux méchants du futur en disant « l’algorithme est au fond de ce trou » pour qu’ils puissent le récupérer, construire la machine à inversion total et annihiler le passé tranquilles comme ils le voulaient. Quand je parle d’envoyer un message au futur, je ne parle pas de communication à travers le temps mais simplement le fait d’envoyer un sms ou laisser sur répondeur un message ou n’importe quoi d’autre qui laisse une trace sur un serveur internet qui puisse être conservée suffisamment de temps et retrouvée plus tard. C’est comme lorsque Facebook nous rappel un post qu’on a écrit il y a des années. Pour que le méchant russe (nommé Sator) réussisse à faire tout ça, il contact le futur (de la manière que je viens d’expliquer) pour leur demander diverses choses, notamment des « tourniquets à inversion », ces machines qui permettent d’inverser les objets et les gens. Le futur lui envoie ainsi tout ce qu’il veut. Le russe s’en sert tout au long de sa vie jusqu’à aujourd’hui pour faire des magouilles, voler des tableaux etc, bref avoir toujours une longueur d’avance sur les autres et avoir du pouvoir. Il agit avant tout pour ses intérêts personnelles. Tous les pays le détestent même si ils ignorent tout de ses activités de magouillage temporel. Il vit d’ailleurs dans la peur de se faire attaquer d’où le fait qu’il possède un yacht équipé de missile pour se protéger au cas où on l’attaquerait. Parmi ces activités, il fonde notamment une entreprise qui s’occupe de rechercher les restes du plutonium dans les villes désaffectés. Cette entreprise lui permet de trouver petit à petit toutes les pièces de l’algorithme.


Maintenant expliquons les enjeux du film qui ont lieu de nos jours sur un laps de temps d’environ deux semaines pendant lesquels le temps va faire des allers-retours. Du début du film (l’opéra) à la moitié (l’inversion sur le port), le temps s’écoule normalement : Le film commence de nos jours, pendant une opération organiser par le méchant russe pour choper la 8ème pièces des 9 pièces de l’algorithme. Elle se trouve dans le sac d’un spectateur (dont l’identité n’importe pas) qui assiste à un opéra. Le méchant russe envoie sa bande de malfrat qui maitrise l’inversion (ils ont des balles à inversion etc) chercher cette pièce pendant que d’autres fond diversion en prétendant faire un attentat (mais en réalité tout ce qui les intéresse est la 8ème pièce). Face à cette opération, la CIA envoie des américains gentils (appelons les comme ça) qui ignorent tout du business temporel qui se joue, on leur dit juste « choper la pièce, c’est un truc dangereux que les terroristes ne doivent pas avoir ». Le héros du film aussi appelé « le protagoniste », est dans cette opération mais ne parvient pas à choper la pièce, il manque même de se faire tuer dans l’opéra avant d’être sauver par un mystérieux camarade à la ficelle rouge qui ne semble faire partie ni de la CIA ni des malfrats russes. Il finit par se faire attraper et torturer sur un chemin de fer par la bande du méchant russe. Il réussit finalement a se suicider avec une pilule de cyanure. Le héros se réveil dans un bateau et on lui dit que cette pilule était en fait une sorte de très fort somnifère et donc qu’il n’est pas mort. Mais au yeux de la société, il est prétendu mort. Un homme loyal, sans identité, sur-entrainé, voila toutes les caractéristiques d’un parfait agent secret ! On lui dit alors qu’il est recruté par l’organisation Tenet pour éviter la guerre dont je parlais au début. Lui ne pige rien de tout ça mais est curieux de se lancer dans cette aventure.

Il attend une semaine caché dans une éolienne le temps que les choses se tassent puis débute son enquête en entrant en contact avec différents personnages qui lui donnent différentes informations : une scientifique qui lui explique le fonctionnement de l’inversion, la femme du méchant russe qui lui parle d’un aéroport où son mari cache quelque chose de suspect, une vielle indienne, femme d’un trafiquant d’arme qui parle de la relation étrange du méchant russe avec « la postérité », Michael Caine qui lui parle d’une mystérieuse explosion qui a eu lieu dans une ville perdu de l’ex URSS il y a quelques jours etc. Ce sont là pleins de pièces du puzzle. Une fois mis en contact avec un mystérieux Niel (Robert Patinson) dont il ne sait rien, ils s’introduisent ensemble dans un aéroport et découvrent que le méchant russe y cache un inverseur dont il se sert régulièrement (sa femme dit « il s’y rend 5 fois par ans ») pour faire des allers-retours dans le passé (pour faire son business de méchant russe, peu importe). De cette inverseur sort deux mystérieux personnages : un inversé avec lequel il se bat mais s’enfuit, l’autre non-inversé qui s’enfuit également. Après ça, le héros arrive à se rapprocher de ce méchant russe et récolte des informations en discutant avec lui pendant un repas et une partie de catamaran. Enfin, alors qu’il est menacé de se faire tuer, il propose de voler un convoi secret de plutonium. Niel et lui organise un braquage de camion qui se déroule bien jusqu’au moment où le méchant russe apparait sur l’autoroute en inversé. Finalement, il donne au méchant russe ce qu’il vient de voler, se fait embarquer dans une salle pour un interrogatoire à l’envers dont il ne comprend pas les tenants et les aboutissants. Pendant cette interrogatoire, la femme du russe s’est prise une balle inversé.

Bref, ce qu’il faut retenir de cette arc narratif, c’est que le héros a contribué sans le savoir à aider le méchant russe à choper la 9ème et dernière pièce de l’algorithme qui se trouvait dans un convoie secret de plutonium. De l’inversion sur le port à la désinversion dans l’aéroport : Après s’être fait sauver par les acolytes de Niel (qu’on comprendra plus tard être des membres de l’armée Tenet), le héros décide de s’inverser pour suivre dans le temps (et l’espace) le méchant russe qui s’est lui même inversé et éventuellement récupéré la 9ème pièce qu’il vient de perdre. Il le poursuit en pilotant une voiture non-inversée en étant lui même inversé (ce qui n’est visiblement pas facile) mais finit en tonneau sur la route et le méchant russe explose sa voiture. Le héros se réveil dans un container auprès de Niel et de la femme blessé. Niel a dû le récupérer dans la carcasse de voiture et l’emmener jusqu’à là. Depuis l’inversion du port, Niel, la femme et le héros remontent tous les trois le temps. Tant qu’on ne trouve pas de tourniquet, la remontée du temps ne s’arrêtent pas. Lorsqu’on décide de remonter le temps, il faut ainsi toujours s’assurer qu’il existe bien dans le passé un tourniquet quelque part capable de nous remettre dans le bon sens sinon on reste prisonnier de l’inversion. Cette porte de sortie de nos héros est le tourniquet qu’ils ont vu une semaine avant dans l’aéroport. Ils s’y rendent donc et se débrouille pour arriver pile au moment ou l’aéroport est détruit par l’avion pour entrer dans le bâtiment facilement. A ce moment là, tout les trois se désinversent, le héros le fait en premier mais il se rencontre lui même et essaye de ne pas se faire tuer par lui même (ce qu’on croyait être une bataille est en fait juste un homme qui se défend).

De la désinversion dans l’aéroport à l’invertion par l’armée Tenet : Le héros règle un truc avec la vielle indienne qu’il n’a techniquement encore jamais rencontré (il ne la rencontrera quelques jours plus tard sur le balcon du trafiquant d’arme). Puis il entre en contact avec l’armée Tenet au grand complet et recommence sa remonté du temps avec d’autres soldats grâce à un tourniquet géant jusqu’à l’époque de l’opéra (le début du film). À ce moment on arrive au moment le plus difficile à comprendre du film : Pendant que la prise d’otage a lieu à l’opéra, que le héros du passé qui pige rien est en train de faire son opération de la CIA, le héros du futur, qui lui pige tout, est un soldat dans l’armée Tenet. La mission de ses camarades soldats et lui même est de faire en sorte que le bras droit du méchant russe ne parvienne pas à mettre au fond d’un trou les 9 pièces de l’algorithme, trou qui va être recouvert par des tonnes de grava produit par une explosion du plafond d’une grotte. Si l’algorithme va dans le trou, que la bombe explose et que le trou est recouvert, les méchants du futur le trouveront car le méchant russe leurs dira en envoyant un sms ou autre « l’algorithme est au fond de ce trou ». Ce message, « l’algorithme est au fond de ce trou », s’envoie automatiquement par la montre connectée du méchant russe lorsque son coeur s’arrête. Le plan du Méchant russe est qu’une fois que l’algorithme est bien caché au fond du trou, il se suicide en cachette grâce à une pilule de cyanure sur son yacht avec sa femme en regardant le couché de soleil. Sa mort enclenche l’envoie du message aux méchants du futur et donc la construction de la machine à inversion totale et donc l’annihilation de notre monde présent. Sa mort entraine la mort du monde.

Mais l’armée Tenet n’a pas dit son dernier mot et va tout mettre en oeuvre pour que l’algorithme ne se retrouve pas au fond du trou et que les méchants du futur ne le trouvent jamais. Il conte aller le chercher en organisant un stratégie temporelle nommé « étau temporel » qui consiste à faire combattre deux équipes simultanément mais pas dans le même sens : l’équipe rouge dont le héros fait partie va dans le sens normal du temps de H-10min de l’explosion à l’explosion pendant que l’équipe bleue dont Niel fait partie va dans le sens inversé du temps de l’explosion à H-10min de celle-ci. Les deux équipes se « croisent » dans le temps à 5min/-5min, moment symbolisé par la scène de la double explosion/désexplosion de l’immeuble au lance roquette. Le méchant russe à lui aussi deux armées dans des sens différents du temps à son service pour protéger l’entrée du trou. Bref cette bataille s’annonce être un gros bordel. Pendant cette scène de bataille difficile à suivre car la caméra prend tantôt le point de vue de l’équipe bleu donnant l’impression que la rouge va à l’envers tantôt celui de l’équipe rouge donnant l’impression du contraire, Niel fait un changement de sens du temps au milieu de sa mission (se remet donc dans le sens normal) pour aider le héros à sortir du trou juste avant l’explosion grâce à une corde attaché à une voiture blindé. Parallèlement à ce champs de bataille, la femme du méchant russe le tue sur son yacht. Lui croyait que c’était sa gentille femme qui l’aimait encore un peu à l’époque des vacances au Vietnam qui se tenait face à lui mais en fait c’est la femme du futur sur laquelle il a tiré. Les méchants du futur recevront donc bien le message « l’algorithme est au fond de ce trou » mais pas de bol, il y a rien au fond du trou vu que l’armée Tenet a réussi à l’enlever.

À la fin du film, on comprend que cette fameuse organisation Tenet a été fondée par le héros quand il sera vieux et que le mystérieux Niel a été envoyé dans le passé pour aider le héros jeune de différentes manières, à différents moments, sur différentes timelines : le sauver d’une balle inversée à l’opéra, l’aider à entrer par effraction dans l’aéroport, l’aider à sortir du trou etc etc. Notre héros jeune n’a pas du tout terminer cette opération de subtilisation de l’algorithme au méchant russe, il n’en a fait que la première étape. Il lui reste encore à fonder Tenet, recruter tout un tas de gens, dont un Niel jeune qu’il doit former et envoyer dans le passé pour l’aider lui même et que toute la timeline colle parfaitement. À ce moment, il se rend compte que sa vie n’aura de sens qu’à faire ce qu’il doit faire, que son destin est totalement tracé et que s’il ne fait pas tout ça, l’opération cette bataille qui se termine par la subtilisation de l’algorithme ne peut ne pas réussir. Niel dit adieu au héros, il lui reste à faire un dernier inversement pour revenir 10min avant l’explosion, ouvrir la porte au fond du trou et malheureusement se faire tuer par le bras droit du méchant russe. Il sait qu’il va à sa mort mais c’est une dernière timeline qu’il doit ajouter à toutes les autres pour que l’opération fonctionne, c’est inévitable. La vieille indienne fait aussi partie de l’organisation Tenet et donc a aussi été recruté (probablement indirectement) par le héros quand il sera vieux. Elle se fait finalement tuer dans une scène qui se déroule quelque temps après l’action du film par le héros car elle veut s’en prendre à la femme du méchant russe croyant bien faire (effacer les témoins de l'opération). La femme s’en sort car elle a laissée un message sur la messagerie du portable du héros disant quelque chose comme « Aujourd’hui à 15h, il y a une voiture suspecte devant l’école de mon fils ». Le héros d’un futur postérieur à 15h ayant reçu ce message à juste à faire un petit voyage dans le temps de quelques heures et se rendre à 14h59 pour vérifier si tout va bien avant même que le potentiel meurtre ait pu être commis. C’est justement ce qu’il fait. Pour conclure, la stratégie de l’étau temporel (faire une certaine durée dans le sens du temps puis la même durée en inversion pour revenir au même point mais en connaissant deja le futur) est au coeur du film et c’est le mode opératoire favori de l’organisation tenet (symbolisé par le signe des deux mains qui se croisent et surtout symbolisé par le nom tenet lui même qui est un mot-étau). Les gentils comme les méchants maitrisant cette technique, chacun doit redoubler d’ingéniosité pour surprendre l’autre en faisant un étau plus complexe. C’est un peu comme la stratégie dans les films d’espionnages/de braquages où le gentil prévoit les actions du méchants et dans un ultime monologue lui révèle « je savais que tu savais que je savais que tu savais que j’allais faire ça ». C’est ainsi qu’on en arrive pendant le film à une mise en abime d’étaux temporels : -un étau de plusieurs décennies qui n’est pas montré dans le film où Niel fait un aller retour entre le futur et le passé pour aider le héros étant déjà informé de ce qu’il doit faire -un étau moyen d’environ deux semaines qui représente ce qu’on voit pendant le film qui a lieu entre l’opéra/bataille et la scène d’inversion du port -un étau petit de 10 min pendant la bataille entre l’équipe bleu et l’équipe rouge -un mini étau de 4 min où Niel change de sens en plein milieu des 10min de la bataille pour sortir du trou les deux gars avec une voiture blindée S’ajoute à cela les étaux du méchants russe qu’on imagine et encore d’autre étaux en parallèles, notamment le fait que Niel sauve le héros à l’opéra par exemple. Tous ces étaux sont le fruit d’années de réflexion de l’organisation tenet. À la fin du film Niel dit au héros « toute cette opération est organisée par toi », il ne parle pas que de l’étau de 10 min de la bataille, il parle de la succession d’étau mis en abime pendant toutes ces années. L’organisation Tenet et les méchants se sont tenus aux coudes à coudes stratégiquement sur des périodes de plusieurs dizaines d’années, chacun prévoyant sans cesse ce que l’autre allait faire jusqu’à trois ultimes mouvements de nos personnages se jouant à quelques minutes permettant la victoire de Tenet : la porte qui s’ouvre dans le trou, la voiture blindée qui sort les deux gars de l’explosion et la femme du méchant russe qui s’infiltre dans le passé pour tuer son mari incognito avant même qu’il puisse réagir au fait que l’algorithme a été subtilisé. Voila l’explication du film la plus probable. Il y a ensuite d’autres théories proposées par les spectateurs mais dont on ne peut pas être sûr comme le fait que l’enfant de la femme est en fait Niel ou que la scientifique que l’on rencontre au début du film est la scientifique qui inventera dans le futur la machine à inversion totale.
Rayon 2nd niveau de lecture et extrapolations, perso je m'amuse bien avec ça :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Max = Neil, ok. Neil = dernières lettres inversées de Maximilien, cool. Je me demande aussi si le prota' n'est pas lui-même Max en devenir. S'il est mort avec la capsule de cyanure - évoquée deux fois dans le film - alors ça cause bardo/anti-chambre et réincarnation dans le texte. Auquel cas la grande blonde sera sa mère, Brannagh le père. Le masque est-il celui qu'on appose sur un grand blessé, façon Echelle de Jacob ?
Le tableau de Goya semble être une étrange version de son oeuvre "Le temps" (ou "Les vieilles"), mais rien n'est moins sûr. Sur l'esquisse les personnages y sont plus jeunes (fait exprès ?). Je l'ai peut-être déjà posté ici, je ne sais plus bien. Ou alors est-ce un souvenir du futur, à savoir maintenant ?

Image
Sur un 3ème niveau de lecture, je trouve que le film synthétise assez bien la difficulté ressentie d'appréhender le monde actuel (et, à l'issue, la complication est toujours éradiquée par la guerre, camarade).
Last edited by shubby on 7 Sep 20, 22:42, edited 2 times in total.
User avatar
harry
Je râle donc je suis
Posts: 1310
Joined: 1 Feb 06, 19:26
Location: Sub-espace, en priant tout les jours pour l'arrivee de l'apocalypse Spielbergo-Lucasienne.

Re: Tenet (Christopher Nolan - 2020)

Post by harry »

Très intéressante analyse des mécanismes de Tenet. Ça mets en évidence les constructions scenaristiques de Nolan comme il le fait régulièrement (Inception, Dunkerque...) ou le schéma pourrait être des poupées russes ou un empilement de différentes timelines à la manière d’une ziggourat ou une pyramide aztèque (des étages de plus en plus petits les uns au dessus des autres).
Image