Il y a 20 ans au cinéma ("Putain, 20 ans...")

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Alexandre Angel »

mannhunter wrote: Et le Forman je l'ai vu seulement en dvd :oops: mais G.T.O m'en disait le plus grand bien depuis la sortie cinéma.
Un des films de l'année.
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 50809
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Roy Neary »

Alexandre Angel wrote:
mannhunter wrote: Et le Forman je l'ai vu seulement en dvd :oops: mais G.T.O m'en disait le plus grand bien depuis la sortie cinéma.
Un des films de l'année.
Je pousserais même jusqu'à la décennie.
Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by mannhunter »

Les films de l'an 2000 par les Inrockuptibles:

https://www.lesinrocks.com/2020/02/27/c ... -lan-2000/
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Thaddeus »

Mars 2000


Grand cru que ce mois de mars, marqué par la rencontre au sommet de deux des films majeurs de leurs réalisateurs respectifs. Celui qui l'emporte sur le fil est Michael Mann, avec son thriller d'investigation monumental qui aujourd'hui encore fait la nique à tous les autres essais du même genre. Magistralement porté par Al Pacino et Russell Crowe, Révélations est un modèle à la fois délicat et massif, léger et emphatique, conciliant la haute virtuosité de sa forme à un propos d'une rare force d'engagement. Il perpétue le trait culturel propre à la démocratie américaine de replacer sans cesse le courage individuel dans le progrès collectif, de servir l'héroïsme ancien inhérent au combat de la vérité contre tous les profits du silence. Mais de telles formulations sont en réalité trop lourdes, trop pompeuses pour une oeuvre qui exprime et transmet une matière aussi féconde avec un tel degré d'élégance, une telle intelligence, un tel équilibre, une telle plénitude stylistique.


Image



L'autre réussite quasi-chef-d'oeuvresque sortie lors de ces trente jours est Man on the Moon de Milos Forman, show pirandellien sur les puissances du spectacle, la fragilité des apparences et les ambigüités de la représentation, vertigineux portrait en trompe-l'oeil du comique Andy Kaufman qui épouse toutes les contradictions de son sujet et cherche, détourne, déroute, rend fou, fait diversion pour provoquer la plus intense des jubilations. Agnès Jaoui a pour sa part réalisé son premier film, Le Goût des Autres : chronique aussi tendre que grinçante, humainement et sociologiquement remarquable, qu'on regarde en riant mais sans la prendre à la légère. Et pui, bien sûr, même si contrairement à beaucoup je ne ae porte pas au pinacle, Paul Thomas Anderson a définitivement changé de braquet en proposant avec Magnolia une oeuvre protéiforme, ambitieuse, foisonnante, non exempte de lourdeurs et de facilités mais dont le souffle et la maîtrise ne peuvent que susciter, au moins, le respect.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11641
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Karras »

A l'époque, pas si lointaine, ou il y avait encore des films en salles, voici les sorties du 22 mars 2000 :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image Image Image Image Image Image Image Image
Vu les Jewison et Hallström.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Alexandre Angel »

Avez-vous remarqué une petite amélioration en matière d'affiches?
Garage Olimpo, avec son titre qui dit rien à personne, est pourtant un film très impressionnant.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45531
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Flol »

Vu le Lasse Hallström pas plus tard que la semaine dernière. Ça se regarde, une adaptation sage et pas désagréable de John Irving, mais surtout une grosse machine à Oscars sortie de chez Miramax. Le roman méritait mieux.
Sinon j'ai longtemps fantasmé sur Angela's Ashes : j'avais lu le bouquin au moment de sa sortie et j'ai ensuite écouté en boucle la sublimissime BO de Williams, en imaginant que le film devait être aussi bouleversant que cette magnifique partition.
Alors qu'en fait, c'était juste du Alan Parker.
Williams, quant à lui, venait de sortir tout discrètement et tranquillement l'un de ses énièmes chefs-d'oeuvre :

User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 50809
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Roy Neary »

C'est malin, Flol, tu m'as fait perdre 6 mn 18 de mon temps. :?
Car à chaque fois que je tombe sur cette musique, je ne peux pas m'empêcher de l'écouter pour la xxxxème fois. :lol:
Image
User avatar
El Dadal
Directeur photo
Posts: 5437
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by El Dadal »

Flol wrote: Alors qu'en fait, c'était juste du Alan Parker.
Perfidie. :evil:
User avatar
El Dadal
Directeur photo
Posts: 5437
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by El Dadal »

Thaddeus wrote:
Mars 2000

Grand cru que ce mois de mars, marqué par la rencontre au sommet de deux des films majeurs de leurs réalisateurs respectifs. Celui qui l'emporte sur le fil est Michael Mann, avec son thriller d'investigation monumental qui aujourd'hui encore fait la nique à tous les autres essais du même genre. Magistralement porté par Al Pacino et Russell Crowe, Révélations est un modèle à la fois délicat et massif, léger et emphatique, conciliant la haute virtuosité de sa forme à un propos d'une rare force d'engagement. Il perpétue le trait culturel propre à la démocratie américaine de replacer sans cesse le courage individuel dans le progrès collectif, de servir l'héroïsme ancien inhérent au combat de la vérité contre tous les profits du silence. Mais de telles formulations sont en réalité trop lourdes, trop pompeuses pour une oeuvre qui exprime et transmet une matière aussi féconde avec un tel degré d'élégance, une telle intelligence, un tel équilibre, une telle plénitude stylistique.

L'autre réussite quasi-chef-d'oeuvresque sortie lors de ces trente jours est Man on the Moon de Milos Forman, show pirandellien sur les puissances du spectacle, la fragilité des apparences et les ambigüités de la représentation, vertigineux portrait en trompe-l'oeil du comique Andy Kaufman qui épouse toutes les contradictions de son sujet et cherche, détourne, déroute, rend fou, fait diversion pour provoquer la plus intense des jubilations. Agnès Jaoui a pour sa part réalisé son premier film, Le Goût des Autres : chronique aussi tendre que grinçante, humainement et sociologiquement remarquable, qu'on regarde en riant mais sans la prendre à la légère. Et pui, bien sûr, même si contrairement à beaucoup je ne ae porte pas au pinacle, Paul Thomas Anderson a définitivement changé de braquet en proposant avec Magnolia une oeuvre protéiforme, ambitieuse, foisonnante, non exempte de lourdeurs et de facilités mais dont le souffle et la maîtrise ne peuvent que susciter, au moins, le respect.
Révélations reste à juste titre un grand film important (et sa photo était telle que j'en avais fait mon tout premier DVD, ne pouvant me résoudre à revoir un tel film en VHS).
Plus circonspect sur Man on the Moon, découvert pour ma part il y a peu. Le film est passionnant mais pas toujours bien canalisé et la mise en scène de Forman n'est pas verrouillée tout du long (comme elle l'avait été dans son extraordinaire Larry Flynt). Et puis, j'ai jamais vraiment aimé REM, donc ça n'aide pas.
J'aime toujours autant Le goût des autres et son atmosphère jazzy à base Pat Metheny. Pour un premier film, c'est confondant de maîtrise.
Je garde le meilleur pour la fin. Rétrospectivement, Magnolia (revu le mois dernier, donc avec une mémoire rafraîchie) est un pur chef d'œuvre qui emporte tout sur son passage. Un véritable numéro d'équilibriste qui passe la 5e dès sa séquence pré-générique et ne ralentit jamais avant la ligne d'arrivée, quelques trois heures plus tard. Top 100, assurément.

Quoi qu'il en soit, tout ça en un mois, c'est balèze.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45531
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Flol »

Roy Neary wrote:C'est malin, Flol, tu m'as fait perdre 6 mn 18 de mon temps. :?
Car à chaque fois que je tombe sur cette musique, je ne peux pas m'empêcher de l'écouter pour la xxxxème fois. :lol:
Je crois l'avoir déjà dit ici (ou ailleurs), mais à chaque fois que j'écoute ce thème, je me dis que ce sont les 6mn18 les plus rapides que j'ai jamais entendues.
El Dadal wrote:
Flol wrote: Alors qu'en fait, c'était juste du Alan Parker.
Perfidie. :evil:
Image
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11641
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Karras »

Les sorties du 29 mars 2000
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Vu le premier et peu être le second.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Alexandre Angel »

Ah mais qu'est ce que c'est que ce Wes Craven??? :shock:

EDIT : maintenant que j'y pense, je me souviens qu'il y avait eu un truc hors-norme dans sa filmo.
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 9299
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Joshua Baskin »

J'en ai vu pas mal.

J'avais complétement oublié signs and wonders dont j'avais vu la bande annonce au MK2 Beaubourg en allant voir american beauty et je m'étais dit qu'on ne voyait pas les bandes annonces de ce genre de films à l'ugc à côté.

Je me rappelle aussi m'être pris une réflexion d'un spectateur qui trouvait que je faisais trop de bruit en ouvrant mon paquet de kit Kat balls.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Il y a 20 ans au cinéma...

Post by Alexandre Angel »

Joshua Baskin wrote:J'avais complétement oublié signs and wonders
Moi aussi et je me souviens m'y être intéressé à l'époque mais je ne crois pas l'avoir vu.
On doit au réalisateur l'excellent Mondovino.