Claire Denis

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Claire Denis

Post by Thaddeus »

Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Chocolat
C’était le temps des whiskies sous les vérandas, des nuits moites sous la moustiquaire, des boys taciturnes regardant passer les Blancs à côté de l’Afrique véritable – le temps de la colonisation finissante. Claire Denis filme en connaissance de cause, elle qui a grandi au Cameroun en suivant son père fonctionnaire au hasard des nominations. À hauteur d’une fillette liée par une étrange complicité à un domestique noir, elle capte dans la langueur de la brousse l’expression des rapports pervertis entre maîtres et serviteurs : deux mondes étroitement mêlés mais irréductibles, séparés par une cloison trop étanche. Sans reconstitution solennelle ni psychologie envahissante, les visages parlent, les silences étouffent, la caméra fraye son chemin entre ombre et soleil, soupirs contenus et espoirs vains. 4/6

S’en fout la mort
Un film de nuit et de plumes affolées, un récit abyssal et suburbain où clignote le fanal essentiel de l’amitié, et qui se distingue de la tradition naturaliste du cinéma français par son écriture laconique, son style de filmage à hauteur de personnages. La caméra portée ne les traque pas mais s’implique dans leur histoire sordide, compagne de leurs parcours linéaires et souterrains, protagoniste parmi les autres dans le cercle funeste du "pitt", l’arène moquettée des combats de coqs. Ce monde de la clandestinité et des trafics louches, des Antilles intérieures et de la négritude déracinée, du refoulement social et de l’argent-roi, Claire Denis le dépeint en se dispensant d’un propos antiraciste confortable, pour mieux éclairer la spirale de la solitude, de l’exploitation économique, de la révolte suicidaire. 4/6

J’ai pas sommeil
De la sinistre affaire Paulin, Claire Denis tire une chronique urbaine en forme de ronde nyctalope, qui ne grandit ni ne diminue rien de l’acte criminel. Des corps circulent, se frôlent, s’enlacent dans le Paris métissé du XVIIIème arrondissement, un jeu de l’oie se développe dans l’entrelacs des raisons intimes, des petits crimes jamais dits du silence, de l’égoïsme, de la relégation et de la bonne conscience. Ce n’est ni une enquête policière ni un suspense psychologique, mais plutôt un film noir débarrassé de ses oripeaux, fait de mystère et de contradiction, d’errance insomniaque et de poésie immobile, de circonvolutions nocturnes, de volutes et de motifs. Un film-jazz en quelque sorte, dont l’amoralité tranquille fonctionne comme un bel effet de loupe sur notre myopie collective. 4/6

US go home
S’il fallait trouver une saine contre-proposition aux chroniques de l’adolescence trop souvent lestées de dolorisme démonstratif, ce pourrait être celle-ci. La réalisatrice y capte avec une facilité invisible ces moments vrais, peu dramatiques mais pleinement vécus, qui se nichent dans la mémoire de la jeunesse. Avec trois fois rien (le temps d’une journée et d’une soirée, quelques abandons à la danse, une virée nocturne avec un officier américain attentionné et rassurant), elle fait un modèle de pudeur et de transparence lumineuses. Éclairé par le naturel d’Alice Houri, par la tendresse d’une étreinte entre un frère et une sœur, par la rafraîchissante légèreté de son regard, le film est comme l’expérience heureuse de son héroïne : il n’est pas dénué d’amertume, mais on s’y sent intensément bien. 5/6

Nénette et Boni
De même qu’une grossesse est une question de fluides, de fusion entre des éléments complémentaires, la progression de cette chronique marseillaise relève presque de la procréation. Elle rend compte du long cheminement au bout duquel un frère et une sœur, d’abord prisonniers de leur isolement, déteignent l’un sur l’autre et finissent par former une troisième entité. Mais si l’on apprécie chez Denis son goût pour les récits en creux privilégiant les temps faibles et les profils perdus, elle semble ici ne revenir à son histoire que lorsqu’elle s’en souvient, et émietter négligemment un quignon de drame entre deux louchées de rêverie aqueuse. En résulte un huis-clos insaisissable, aussi rêche et peu aimable que ses personnages, dont le principe de réalité est constamment troué d’effusions fantasmatiques. 3/6

Beau travail
C’est d’abord la chaleur et le silence, capturés par une caméra sensitive qui transforme les paysages de Djibouti en espaces aussi physiques qu’abstraits, d’une picturalité affolante. Ici les hommes, légionnaires sculptés dans la primitivité des éléments et des puissances naturelles, marchent vers le soleil, s’épuisent à construire des routes qui ne vont nulle part, se meuvent avec une grâce chorégraphique qui exalte et emporte au-delà des mots et des clichés. Boule de muscles et de chagrin réprimé, l’adjudant enverra le beau soldat, objet de toutes les convoitises, agoniser sur le rivage blanc d’une plage de sel ; chassé de ce groupe qu’il considérait comme sa chair, il dansera finalement en solitaire, libéré, faisant son adieu rageur à la nostalgie. Un poème brut et minéral, hypnotique et solaire. 5/6

Trouble every day
Il faut s’armer d’un certain courage pour se confronter à l’expérience extrême constitué par ce film-limite. Avec l’image de Béatrice Dalle mastiquant dans un terrain vague, lors d’une aube ambrée (les ponts de Paris à l’heure du loup sont hantés), Denis impose d’emblée un climat anxiogène et hypnotique. La suite est à l’avenant, expérience trouble au cœur de nos entrailles, poème charnel et malade sur la puissance cannibale du désir, l’animalité des pulsions (vie et mort), qui invente un entre-deux fantastique nourri par la photo d’Agnès Godard et la musique des Tindersticks. À la lisère de la normalité et de la folie, du sommeil et de la veille, ce cinéma ne cesse d’interroger l’image, de tordre le cou à la réalité pour qu’elle rende son âme. Une sorte de transe dont on émerge fourbu et habité. 5/6

Vendredi soir
Ce serait dans l’œuvre radicale de Denis comme une échappée belle, un entracte de douceur légère, de ces films qui ont l’air d’avoir été rêvés plutôt que vus, comme suspendus à un fil de soie. Cela se passe un soir d’hiver dans Paris embouteillé par des grèves paralysantes. Un crépuscule qui flotte, une mélodie qui enveloppe, un brouhaha bruissant de mille vies lointaines, autant de choses difficilement exprimables que la mise en scène, sensualiste et tactile, parvient à rendre tangibles. Et dans l’espace confiné d’une voiture, champ clos de toutes les tentations, s’amorce une passion muette entre Valérie Lemercier, silencieuse, impalpable, et Vincent Lindon, viril et désirable. Pas de psychologie, pas d’explication, rien que le plaisir sans avenir. C’est peut-être la limite du film, c’est aussi sa qualité. 4/6

L’intrus
Comme toujours la réalisatrice opère par sensation tactile et imagerie instinctive. Plus qu’aucun de ses autres films, cette fugue au cœur d’une nature qui frémit, vibre, se glace ou s’échauffe porte le credo d’un art délesté des contingences dramatiques. Tout y est indéfinissable, incertain, amovible, tout oscille de la chair à la psyché, du temps présent au ravivement de la mémoire, dans une logique d’éparpillement spatial et temporel qui irrite constamment la compréhension rationnelle. Des montages du Jura au soleil de Pusan, de la ville-banque genevoise au charme mortifère de Tahiti, on suit le voyage statique et intérieur d’un protagoniste taciturne pour laisser (qui sait ?) un héritage, quelque signe positif après une existence en négatif. Son obscurité me laisse perplexe et peu concerné. 3/6

35 rhums
Chronique de l’émancipation d’une ado apprenant à se défaire d’un lien fusionnel avec son père. Le film travaille à en souligner la sécession, loin des coordonnées sociales et affectives ordinaires, et sa mélodie pleine d’insistances et d’ellipses est aussi celle du temps qui passe. Attentif au langage des corps et à la présence des lieux et des objets, faisant évoluer ses personnages à la faveur de silences, de gestes et de regards, il distille ses charmes antillais et vaporeux avec une douceur presque opiacée, en se livrant à une description du quotidien (le métro, la banlieue parisienne, le voisinage bienveillant) toute en infusions poétiques, allusions discrètes, nuages flottants, slows-reggae. En émerge un agréable sentiment de bien-être, une forme paisible de zénitude prolongée. Délicat et subtil. 4/6

White material
Dans un pays indéterminé d’Afrique a lieu une révolution. On évacue la région, mais une femme blanche refuse de quitter sa plantation de café. Coécrit par Marie Ndiaye, l’œuvre décrit un continent qui se vide de son sang. Aucune misérabilisme, aucune pitié, pas même une détresse. Juste le spectacle d’un paquebot qui coule, le regard de gamins assoiffés de violence, machettes à la main, et celui tout aussi buté d’une héroïne incapable de voir sa propre agonie. Claire Denis illustre un sentiment d’appartenance et de propriété qui contient sa part d’aveuglement, en exprime la sauvagerie âpre et latente avec une rudesse inconfortable. Étude d’une défaite, du contrecoup d’une culture de la colonisation faussement assimilée, le film témoigne d’une impassibilité glaçante qui laisse un peu à distance. 3/6

Un beau soleil intérieur
Fébrile quinqua, Isabelle enchaîne à un rythme boulevardier les rencontres comme autant d’hypothèses, cherchant avec une opiniâtreté désespérée et un romantisme dolent celle qui pourrait remédier à une inquiétude balancée de déceptions en empêchements. Elle renvoie à une autre héroïne : celle du Rayon Vert, dont le parcours rime avec le sien, jusqu’à sa conclusion en guise de fol espoir. Explorant pour la première fois les sentiers sinueux de la comédie sentimentale (tendance dépressive), la cinéaste s’attèle à une cocasse mais pathétique anatomie des ratés du discours amoureux, à une épopée du désenchantement affectif qui analyse au gré des expériences le dérèglement invasif des comportements de séduction. La variété et le brio du prestigieux casting parachèvent le charme de l’ensemble. 4/6

High life
D’une cinéaste aussi libre et irréductible, inutile d’attendre Les Douze Salopards dans le cosmos. Sa proposition SF, radicale, stimulante, fouailleuse jusqu’à l’os, subvertit le genre tout en en préservant l’essence. La biologie l’emporte ici sur la physique, et il s’agit de voir, de subir, de ressentir les effets plutôt que de comprendre les implications d’un voyage sensitif dont le minimalisme low-tech cultive une complète et immersive fascination. Si dans l’espace personne ne vous entend crier, c’est parce que notre condition y est réduite à sa plus simple expression : solitaire, minuscule, prête à exploser (l’esprit comme le corps), soumise aux contingences des fluides et de la matière, inéluctablement aspirée par le soleil noir de la mélancolie, mais apte à préserver à travers la relation d’un père et de sa fille le dernier quantum d’humanité. 5/6
Top 10 Année 2018


Mon top :

1. High life (2018)
2. Beau travail (1999)
3. Trouble every day (2001)
4. US go home (1994)
5. Chocolat (1988)

Remarquables machines de captation des corps, des ambiances, des lieux, les films de Claire Denis dévoilent un art plastique, poétique, pulsionnel, qui possède une identité bien à lui. Ce cinéma résolument en dehors des sentiers battus est parfois difficile et peu engageant, mais le plus souvent particulièrement fascinant.
Last edited by Thaddeus on 2 Feb 20, 01:52, edited 4 times in total.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Claire Denis

Post by Demi-Lune »

Thaddeus wrote:Trouble every day
Il faut s’armer d’un certain courage pour se confronter à l’expérience extrême constitué par ce film-limite. Avec l’image de Béatrice Dalle mastiquant dans un terrain vague, lors d’une aube ambrée (les ponts de Paris à l’heure du loup sont hantés), Denis impose d’emblée un climat anxiogène et hypnotique. La suite est à l’avenant, expérience trouble au cœur de nos entrailles, poème charnel et malade sur la puissance cannibale du désir, l’animalité des pulsions (vie et mort), qui invente un entre-deux fantastique nourri par la photo d’Agnès Godard et la musique des Tindersticks. À la lisère de la normalité et de la folie, du sommeil et de la veille, ce cinéma ne cesse d’interroger l’image, de tordre le cou à la réalité pour qu’elle rende son âme. Une sorte de transe dont on émerge fourbu et habité. 5/6
Grande découverte il y a quelques semaines, lors de sa projection à la Cinémathèque, présentée par Béatrice Dalle et Agnès Godard. Comme tu dis, c'est une véritable expérience de cinéma, risible sur le papier mais incroyablement prenante et obsédante à l'écran. J'ai été pris à la gorge dès le début, avec la texture de l'image, ce sentiment d'oppression et de menace viscérale... on sent instinctivement qu'on est embarqué dans un voyage inoubliable. Un peu comme avec Sombre de Grandrieux, on a l'impression que Claire Denis travaille la matière-même de l'image, nourrie de peurs obscures, malsaines. Le rapport à la peau est extraordinaire aussi, la manière dont tout ça est capté et éclairé. Et les balades mélancoliques de Tindersticks sur fond de plans d'aurore sur les quais de Seine, mama mia. C'est une des représentations les plus saisissantes de Paris que j'ai vues de récente mémoire, remarquable en cela qu'elle reste indistincte, comme dans un mauvais rêve (impossible d'oublier ce plan du châle s'envolant depuis Notre-Dame et flottant au-dessus des toits comme un fantôme). Beaucoup de spectateurs se sont barrés en cours de route, tant pis pour eux. Il y a là-dedans une vision d'auteure complètement fascinante et qui honore le cinéma français. C'est un peu notre Les prédateurs à nous (mais donnant dans le malaise clinique à la Franju) et c'est le genre de film qui empêche de devenir blasé. C'était ma première rencontre avec le cinéma de Claire Denis et c'est peu dire que j'ai envie maintenant de découvrir ce Beau travail que tu mets en premier.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Claire Denis

Post by Thaddeus »

En effet, Trouble Every Day est un film fondamentalement charnel, qui filme crûment, en préservant la finesse et l'élégance d'un regard, l'univers obscur d'existences perturbées. Denis y actionne en douceur le récit d'un mal qui ronge : l'horreur ne passe jamais au forceps, s'incarne peu à peu, contamine lentement la fiction jusqu'à ces trouées de terreur d'où percent des hurlements. Le rapprochement avec le film de Grandrieux est très juste. On pourrait y voir aussi la réponse de la cinéaste à The Addiction d'Abel Ferrara tant le genre chez elle tient de la déambulation-infiltration, tend moins à pervertir une modernité cinématographique qu'il ne la dote d'un horizon élargi : cohabitent francité pavillonnaire et savane sauvage, espaces immaculés, civilisés et maladies venues d'ailleurs, peaux laiteuses (la copine de Vincent Gallo), veloutées, et palpitations de chairs sanguinolentes, existentialisme moderne, mélancolie du fantastique, horreur pulsionnelle et soupçon de thriller biotechnologique. Le film étonne par la facilité avec laquelle il passe d'un élément à l'autre, d'un lieu au suivant : un hôtel-chic cousu de feutrine, une banlieue-caveau, une salle de recherche neurologique où tournoient des capsules. La réalisatrice sait comme personne saisir ce génie du lieu tout en autorisant la libre circulation des mots, personnages, actions, atmosphères : un simple clic sur un écran d'ordinateur et on est plongé dans un laboratoire aéré en plein coeur de la forêt guyanaise ; à la carlingue ensommeillée d'un avion survolant une ville américaine succède le plan matinal d'une banlieue parisienne, comme une invitation muette à fouler la terre du passé, les caves-labos et les coursives souterraines des hôtels parisiens où rôdent le désir, la mort et les pulsions.
Je t'encourage à découvrir plus avant le cinéma de Claire Denis, et notamment ce formidable voyage sensoriel qu'est Beau Travail (un film extrêmement coté : on le trouve à la 155ème place du classement TSPDT, ce qui est énorme). C'est une réalisatrice précieuse, imperméable à toutes les modes et résolument en dehors des chemins balisés, particulièrement du cinéma français. C'est aussi une cinéaste "de troupe", comme l'indiquent ces acteurs que l'on retrouve d'un film à l'autre (à commencer par Alex Descas, comédien aussi taciturne et réservé que magnétique, dont la présence est toujours précieuse).
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Claire Denis

Post by Demi-Lune »

OK, il passe bientôt à la Cinémathèque, je ne le manquerai pas.

A ce propos, j'ai eu une bizarre impression au début de Trouble every day : la fourgonnette, la femme qui attire ses proies, le mec en moto qui veille sur elle... m'étonnerait pas que Jonathan Glazer ait vu le film.
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Claire Denis

Post by ballantrae »

J'y avais pensé aussi mais je préfère le film de J Glazer car Trouble every day m'avait communiqué une nausée durable malgré mon admiration: j'avais failli me sentir mal quand elle "croise" N Duvauchelle.La BO de Tinderticks est sublime.
Claire Denis peut donc être très forte comme aussi avec S'en fout la mort, Beau Travail ou White material.
Pour le dernier opus, ce qui me fait peur est la présence de C Angot au scénario, l'une des pires écrivains que l'hexagone ait accueilli en son sein...
Son projet de SF avec R Pattinson est des plus excitants.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Claire Denis

Post by Demi-Lune »

Thaddeus wrote:Beau travail
C’est d’abord la chaleur et le silence, capturés par une caméra sensitive qui transforme les paysages de Djibouti en espaces aussi physiques qu’abstraits, d’une picturalité affolante. Ici les hommes, légionnaires sculptés dans la primitivité des éléments et des puissances naturelles, marchent vers le soleil, s’épuisent à construire des routes qui ne vont nulle part, se meuvent avec une grâce chorégraphique qui exalte et emporte au-delà des mots et des clichés. Boule de muscles et de chagrin réprimé, l’adjudant enverra le beau soldat, objet de toutes les convoitises, agoniser sur le rivage blanc d’une plage de sel ; chassé de ce groupe qu’il considérait comme sa chair, il dansera finalement en solitaire, libéré, faisant son adieu rageur à la nostalgie. Un poème brut et minéral, hypnotique et solaire. 5/6
C'est vu. Je continue à préférer Trouble every day qui me semble plus ambitieux et "météorique" encore dans le paysage du cinéma français, mais Beau travail confirme les qualités sensitives du cinéma de Claire Denis. "Poème brut et minéral", c'est tout à fait ça. Se perdre sur les rivages de la mémoire, avec ces paysages lunaires balayés par le vent et ravagés par le soleil, jusqu'à l'abstraction de déserts blancs de sel... c'est un alignement d'images mémorables. J'ai mis un peu de temps à rentrer dans le film, jusqu'à ce que je comprenne en fait qu'il s'agissait de manière détournée d'un ballet de danse contemporaine (d'où le chorégraphe crédité au générique), et que toute l'histoire passerait prioritairement dans l'expression corporelle, la force brute que cela peut dégager, qui dispense de dialogues superflus. Sur le plan narratif, cela donne quelque chose d'assez abstrait et volontairement aride malgré l'ancrage terre-à-terre de la Légion, comme une succession de tableaux (au sens scénique) qui se suffisent à eux-mêmes. Original et audacieux. Il est rare que l'armée française suscite de vraies visions d'auteur, et Beau travail n'a pas eu grande descendance, à part peut-être Ni le ciel ni la terre (mais dans un autre registre).
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Claire Denis

Post by Thaddeus »

Grosse attente vis-à-vis de son prochain High Life, qui a produit son effet au Festival de Toronto (en voici une critique élogieuse).
Si Denis applique à la SF le même traitement de choc qui présidait à celui du fantastique et de l'horreur dans Trouble Every Day, je suis chaud bouillant. Ça sort le 7 novembre.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24136
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Claire Denis

Post by tenia »

Tout pareil.
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Claire Denis

Post by mannhunter »

Claire Denis fan de "Twilight", Tom Cruise et Friedkin:

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Claire Denis

Post by Thaddeus »

Il faut faire venir tous les cinéastes dans ce vidéo-club et les écouter.
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Claire Denis

Post by mannhunter »

Thaddeus wrote:Il faut faire venir tous les cinéastes dans ce vidéo-club et les écouter.
oui! :D

Il y en a combien déjà qui y sont venus?
Mama Grande!
Machino
Posts: 1385
Joined: 1 Jun 07, 18:33
Location: Tokyo

Re: Claire Denis

Post by Mama Grande! »

Un beau soleil intérieur

Claire Denis est une cinéaste que je connais très peu mais qui m’intrigue. Par son ambition formelle revendiquée ainsi que par sa personnalité que je trouve fort sympathique. Cependant, les films que j’ai vus d’elle, Beau Travail et White Material, sont loin de m’avoir transcendé. Mais c’est loin de ce Un beau soleil intérieur qui m’a carrément consterné, au point de ne pas en arriver à bout.

Malgré l’interprétation de qualité de Juliette Binoche et une certaine élégance de la mise en scène, j’ai eu l’impression de voir une caricature de film parisien germanopratin, une parodie, comme je pensais qu’on ne pouvait plus en faire en 2017 (ma naïveté me perdra). Une héroïne artiste/galeriste qui vit dans un 80m2 à Paris sans qu’on la voie jamais bosser, qui couche soit avec des artistes soit avec des hommes riches, qui noie son chagrin dans des vernissages ou des festivals d’art contemporain à la campagne, et a visiblement tout le temps du monde pour discuter sans rien dire de ses problèmes amoureux avec des hommes qui ont tout le temps du monde à lui accorder. Et en fait c’est même pas une parodie.
En soi, on a bien le droit de montrer cette élite intello-bourgeoise, le problème n’est pas là. Le problème est que Claire Denis et Christine Angot filment ce milieu clmme si c’était la normalité, sans recul, sans exposition des codes de ce milieu. Comme si le spectateur les connaissait par défaut, comme si la solitude sentimentale d’une quinca au physique de Juliette Binoche qui n’a ni problème d’argent ni de famille ni de santé et fait un métier cool allait de toute évidence l’intéresser. Et les producteurs suivent, quand plein de projets plus pertinents sont disqualifiés. Je trouve ça presque insultant.
Je crois que je vais attendre un peu avant de découvrir d’autres films de la dame :lol:
Alibabass
Assistant(e) machine à café
Posts: 289
Joined: 24 Nov 17, 19:50

Re: Claire Denis

Post by Alibabass »

Bonjour tout le monde,

Aujourd'hui, 29 avril, une Masterclasse avec la cinéaste aura lieu durant le festival Visions Du Réel. Tout cela sera possible à suivre ici :

https://www.visionsdureel.ch/programme- ... terclasses

++