Richard Donner

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

Image
Radio flyer, 1992
Je n'avais personnellement jamais entendu parler de ce film, coincé entre Lethal weapon 2 et 3 et qui fut un bide à sa sortie. Je craignais un truc honteux, que Donner aurait plus ou moins torché sans vraiment s'impliquer, tel le yes-man qu'il sait être à l'occasion. Il faut reconnaître que le démarrage n'est pas des plus heureux, avec un prologue aux dialogues pas très finauds où Tom Hanks fait la leçon à ses mômes avant de lancer le flashback de ses souvenirs. Tout le film sera ainsi raconté en voix off, et j'ai eu un moment l'impression d'un procédé un peu bricolé, qu'on aurait ajouté en dernier recours pour aider à faire tenir le film. Or, plein de séquences et de transitions au cours du récit semblent vraiment ne fonctionner que par rapport à cette voix off, et la conclusion du film confirmera qu'elle fait partie intégrante du projet. Et il s'avère que c'est en fait vraiment un bon film. Et même mieux, un beau film. Certes, Donner avait déjà mis en scène des mômes avec ses Goonies, mais on est ici dans une approche totalement dramatique, puisqu'il est notamment question de maltraitance, avec ces deux frangins confrontés à la brutalité d'un beau-père alcoolique, et qui trouveront refuge dans leur imagination.

J'ai été franchement impressionné par la qualité de la mise en scène de Donner, constamment au service de son histoire et de ses personnages. Sa caméra adopte en effet le point de vue des enfants, se mettant souvent à hauteur de leur regard. La photographie de Laslo Kovacs est absolument splendide, le film baignant souvent dans une lumière automnale. La figure du beau-père, que les gamins surnomment le Roi est ainsi souvent cadrée de façon à dissimuler son visage ou ses yeux, mais sans pour autant en faire une sorte d'ogre irréel, le rendant au contraire d'autant plus menaçant. Dans le rôle des deux frangins, Elijah Wood et Joseph Mazzello (le petit Tim de Jurassic park) sont absolument épatants, justes et émouvants dans leurs réactions, et leur relation. Et si les jeunes acteurs sont aussi bons, c'est bien sûr grâce à leur talent, mais sans doute que la direction de Donner y est aussi pour beaucoup (d'ailleurs même le chien joue super bien). On sent que le réalisateur a mis du cœur dans ce projet, et le film est plein de mouvements de caméra amples et grâcieux, et j'ai été étonné de voir au générique le nom de Hans Zimmer qui signe une très belle compo purement symphonique.

Bref, j'encourage vraiment à la découverte. Vu via le DVD Columbia qui rend vraiment justice au travail visuel du film.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13143
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Richard Donner

Post by hansolo »

Max Schreck wrote: Radio flyer, 1992
Je n'avais personnellement jamais entendu parler de ce film, coincé entre Lethal weapon 2 et 3 et qui fut un bide à sa sortie. Je craignais un truc honteux, que Donner aurait plus ou moins torché sans vraiment s'impliquer, tel le yes-man qu'il sait être à l'occasion.
...
Bref, j'encourage vraiment à la découverte. Vu via le DVD Columbia qui rend vraiment justice au travail visuel du film.
Merci Max!
J'ignorais completement l'existence de ce film ... sur ma wish list :)
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1162
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: Richard Donner

Post by shubby »

hansolo wrote:
Max Schreck wrote: Radio flyer, 1992
Je n'avais personnellement jamais entendu parler de ce film, coincé entre Lethal weapon 2 et 3 et qui fut un bide à sa sortie. Je craignais un truc honteux, que Donner aurait plus ou moins torché sans vraiment s'impliquer, tel le yes-man qu'il sait être à l'occasion.
...
Bref, j'encourage vraiment à la découverte. Vu via le DVD Columbia qui rend vraiment justice au travail visuel du film.
Merci Max!
J'ignorais completement l'existence de ce film ... sur ma wish list :)
Idem : merci de l'info - et tu en parles très bien !
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10366
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Richard Donner

Post by odelay »

Je me souviens de la sortie de ce film ainsi que sa production qui avaient été assez chaotiques (réalisateur viré et remplacé par Donner, bcp de reshoots après des screen tests pas bons, nouvelle fin... Pour arriver à un flop)
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13143
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Richard Donner

Post by hansolo »

odelay wrote:Je me souviens de la sortie de ce film ainsi que sa production qui avaient été assez chaotiques (réalisateur viré et remplacé par Donner, bcp de reshoots après des screen tests pas bons, nouvelle fin... Pour arriver à un flop)
Qui avait commencé le tournage ?
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10366
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Richard Donner

Post by odelay »

David Mickey Evans qui avait écrit le scénario original. C'était son premier job de réalisateur. Après il a dirigé Beethoven 3 et 4 et Ace ventura pet detective Jr, que du DTV. Une grande carrière donc...
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

odelay wrote:David Mickey Evans qui avait écrit le scénario original. C'était son premier job de réalisateur. Après il a dirigé Beethoven 3 et 4 et Ace ventura pet detective Jr, que du DTV. Une grande carrière donc...
En effet. Donner m'a tuer, quoi.

Bon, j'espère ne pas l'avoir non plus survendu. Mais sur un sujet difficile, Donner est parvenu à en faire quelque chose qui n'est ni complaisant, ni niais (il y a vraiment de belles visions poétiques), et nous épargne aussi le côté rétro nostalgique (les faits se déroulent à la fin des 60's mais on n'appuie jamais la reconstitution d'époque). Sa mise en scène fait preuve d'une vraie pudeur en ne montrant jamais frontalement la violence, mais ses conséquences, et ce qu'il laisse imaginer est encore plus fort. Et il faut noter que le film est produit par Donner, donc je pense vraiment qu'il s'y est impliqué, s'autorisant même quelques clins d'oeil (petit hommage sympa à Superman), et odelay tu confirmes que ce n'est pas pour rien que j'ai eu cette impression bizarre face à cette narration en voix off, qui est souvent le signe de reshoots suite à de mauvaises previews.

On conçoit mieux qu'il soit revenu après cet échec vers la franchise rassurante des Lethal weapon (avec ce qui est pour moi le moins bon volet) et au cinéma d'action.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...