Richard Donner

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Richard Donner

Post by AtCloseRange »

Les russes ont piraté le compte de 7swans.
Image
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

The Omen (La Malédiction), 1976
Enfin (?) découvert ce titre, considéré comme emblématique d'une époque où le cinéma fantastique aimait bien créer du malaise psychologique avec des mioches, de Rosemary's baby à The Shining (en passant par Audrey Rose ?). Donner et ses producteurs se retrouvent ici évidemment en quête de la formule à succès de l'Exorciste, et leur sujet est plutôt bien trouvé, mais le résultat est loin d'arriver à la cheville du Friedkin. Ça démarrait plutôt bien, le film se montrant remarquablement travaillé dans sa mise en scène, ses cadrages, éclairages et son montage, qui témoignent d'un vrai appétit du cinéaste, d'une volonté de dépasser le cadre de la série B. Donner opte donc pour une approche plutôt réaliste, se montrant plutôt avare en effets chocs et scènes ouvertement fantastiques, pour mieux leur donner un impact maximal au moment où elles arrivent, et en faire des petits morceaux de bravoure d'autant plus grandiloquents et fascinants qu'ils sont portés par une musique hors-norme de Goldsmith, en mode chants grégoriens inversés.

Le problème est que le reste de ce qu'il raconte ne m'a pas vraiment passionné. La faute en grande partie à un scénario qui fait bientôt le choix de se focaliser sur la minutieuse (mais tellement pleine de trous qu'elle en deviendrait nanarde) enquête autour du monde de papa Peck et de son copain David Warner (très bon) pour aboutir à une conclusion qui ne faisait aucun doute à nos yeux. On passe du coup complètement à côté de ce qui me semblait pourtant être le vrai sujet. Sur le papier, The Omen avait tout pour aboutir à un drame déchirant, avec cette idée du mal absolu incarné au cœur de la cellule familiale, dans le corps par nature aimable et innocent d'un enfant, avec par dessus ça l'idée brillante de situer l'intrigue dans le milieu politique. Malheureusement le film échoue totalement à susciter le moindre trouble, le moindre vertige, notamment à cause de l'interprétation de la mère par Lee Remick, fadasse au possible, à la platitude des dialogues amoureux du couple, et à un gamin qui joue mal (ou est très mal dirigé, donnant presque l'impression de plans volés).
Spoiler (cliquez pour afficher)
Même le climax, qui n'est tout de même rien d'autre qu'une scène d'infanticide, est impitoyablement escamoté.
Evidemment, ça aurait été un autre film, et j'ignore si le remake exploite mieux cette veine, mais par conséquent, je n'ai guère été emballé par un récit sur lequel le spectateur a trois longueurs d'avance sur les personnages (même le moment où Peck doute est vite évacué). J'en retiens donc des bouts de scène, isolément, morceaux brillants, mais d'une incapacité à vraiment savoir raconter son histoire, et de rendre touchant le parcours de ses personnages. Le plus triste est que le passage qui m'aura finalement le plus intéressé aura été le tout dernier plan, me donnant presque envie de m'intéresser aux suites...
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9069
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

Max Schreck wrote: Le plus triste est que le passage qui m'aura finalement le plus intéressé aura été le tout dernier plan, me donnant presque envie de m'intéresser aux suites...
..qui ne sont guère meilleures, je trouve. Il me faut reconnaître nourrir un petit faible pour cette réalisation de Donner du fait, grosso modo, des raisons positives que tu as données.
Ave satani, quoi..
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46015
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Richard Donner

Post by Flol »

J'ai beau comprendre chacun des points négatifs soulevés par Max, reste que je continue d'aimer ce film.
Rien que pour la séquence du cimetière, avec l'attaque des chiens sur la musique monumentale de Goldsmith, je suis obligé d'être admiratif (même si la mise en scène aurait pu être un peu plus nerveuse, c'est vrai).
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

Alexandre Angel wrote:
Max Schreck wrote: Le plus triste est que le passage qui m'aura finalement le plus intéressé aura été le tout dernier plan, me donnant presque envie de m'intéresser aux suites...
..qui ne sont guère meilleures, je trouve.
C'est vraiment dommage, parce qu'il y a quand même une super histoire au milieu de tout ce bazar, et qui reste à raconter.
Flol wrote:Rien que pour la séquence du cimetière, avec l'attaque des chiens sur la musique monumentale de Goldsmith, je suis obligé d'être admiratif (même si la mise en scène aurait pu être un peu plus nerveuse, c'est vrai).
Oui mais c'est parce que tu aimes les chiens.

Non, effectivement, c'est une des scènes que je retiens (dont l'esthétique gothique de studio tranche d'ailleurs avec le reste du film), avec celle de la course du prêtre dans le parc, ainsi que la composition fantastique de la Mary Poppins satanique.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9069
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

Flol wrote:J'ai beau comprendre chacun des points négatifs soulevés par Max, reste que je continue d'aimer ce film.
Je ne louperais pour rien au monde une ressortie du film au cinéma façon "Il était une fois un film".
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9069
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

Max Schreck wrote:C'est vraiment dommage, parce qu'il y a quand même une super histoire au milieu de tout ce bazar, et qui reste à raconter.
...alors peut-être que tu apprécierais Damien : The Omen 2 , qui a ses défenseurs.
Mais le premier est le seul qui fasse un tant soit peu peur. Quand Peck farfouille le cuir chevelu de son fils, j'ai toujours les mains poites.
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1162
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: Richard Donner

Post by shubby »

Alexandre Angel wrote:
Max Schreck wrote:C'est vraiment dommage, parce qu'il y a quand même une super histoire au milieu de tout ce bazar, et qui reste à raconter.
...alors peut-être que tu apprécierais Damien : The Omen 2 , qui a ses défenseurs.
Mais le premier est le seul qui fasse un tant soit peu peur. Quand Peck farfouille le cuir chevelu de son fils, j'ai toujours les mains poites.
Damien 2 est pourri - je sauverai l'attaque du corbeau sur la route : très fun. Ancêtre périmé, mais historique, des "Destination Finale" tout ça. Le 1er est génial.

Ai revu avec grand plaisir Ladyhawke en juillet. La grande classe. Beau couple émouvant, héros/narrateur/témoin bien géré, bon rythme, très belles images. Rutger Hauer juché sur son cheval énorme, espadon à la main, est clairement devenu une icône de l'heroic fantasy. La musique so 80's s'adresse à un public jeune, mais aide à une jonction générationnelle sur cette histoire parfois très sombre. Vieillit bien mieux que Legend.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9069
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

shubby wrote:Damien 2 est pourri - je sauverai l'attaque du corbeau sur la route : très fun. Ancêtre périmé, mais historique, des "Destination Finale" tout ça. Le 1er est génial.
Ce sont toutes les morts spectaculaires de la trilogie qui influencent Destination finale (j'aime bien l'accident de plateau TV de La Malédiction finale : il y a de l'idée). Bon mais c'est pas immense, tout ça. C'est le premier le mieux, c'est vrai et je suis d'accord sur Ladyhawke.
PS : il y a aussi une bonne séquence de chasse à courre, toujours dans La Malédiction finale.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Richard Donner

Post by AtCloseRange »

shubby wrote:
Alexandre Angel wrote: ...alors peut-être que tu apprécierais Damien : The Omen 2 , qui a ses défenseurs.
Mais le premier est le seul qui fasse un tant soit peu peur. Quand Peck farfouille le cuir chevelu de son fils, j'ai toujours les mains poites.
Damien 2 est pourri - je sauverai l'attaque du corbeau sur la route : très fun. Ancêtre périmé, mais historique, des "Destination Finale" tout ça. Le 1er est génial.

Ai revu avec grand plaisir Ladyhawke en juillet. La grande classe. Beau couple émouvant, héros/narrateur/témoin bien géré, bon rythme, très belles images. Rutger Hauer juché sur son cheval énorme, espadon à la main, est clairement devenu une icône de l'heroic fantasy. La musique so 80's s'adresse à un public jeune, mais aide à une jonction générationnelle sur cette histoire parfois très sombre. Vieillit bien mieux que Legend.
A moins d'enlever le son, c'est devenu irregardable.
Image
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23029
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Richard Donner

Post by Commissaire Juve »

AtCloseRange wrote: A moins d'enlever le son, c'est devenu irregardable.
:lol:

Ça a toujours été inregardable à cause du son. (désolé pour le "inregardable" qui n'existe apparemment pas plus que "irregardable")
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

C'est d'autant plus incompréhensible/rageant que Donner avait avant cela travaillé coup sur coup avec Goldsmith et Williams, et que le résultat a à chaque fois marqué l'histoire de la musique de film. On pourrait imaginer une version de fan, où tout le score officiel de Ladyhawke serait remplacé par des musiques symphoniques de récup (genre un mix de Willow, Legend et Conan).
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
harry
Je râle donc je suis
Posts: 1593
Joined: 1 Feb 06, 19:26
Location: Sub-espace, en priant tout les jours pour l'arrivee de l'apocalypse Spielbergo-Lucasienne.

Re: Richard Donner

Post by harry »

shubby wrote:
Alexandre Angel wrote: ...alors peut-être que tu apprécierais Damien : The Omen 2 , qui a ses défenseurs.
Mais le premier est le seul qui fasse un tant soit peu peur. Quand Peck farfouille le cuir chevelu de son fils, j'ai toujours les mains poites.
Damien 2 est pourri - je sauverai l'attaque du corbeau sur la route : très fun. Ancêtre périmé, mais historique, des "Destination Finale" tout ça. Le 1er est génial.

Ai revu avec grand plaisir Ladyhawke en juillet. La grande classe. Beau couple émouvant, héros/narrateur/témoin bien géré, bon rythme, très belles images. Rutger Hauer juché sur son cheval énorme, espadon à la main, est clairement devenu une icône de l'heroic fantasy. La musique so 80's s'adresse à un public jeune, mais aide à une jonction générationnelle sur cette histoire parfois très sombre. Vieillit bien mieux que Legend.
Je suis fan de Donner mais bon, soyons honnêtes Legend>Ladyhawke.
Le Scott chaque plan est un tableau, et surtout on a au choix des versions Goldsmith ou Tangerine Dream, c'est autre chose que le vrillage de tympans de Andrew Powell.
Image
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1162
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: Richard Donner

Post by shubby »

harry wrote:
shubby wrote:
Damien 2 est pourri - je sauverai l'attaque du corbeau sur la route : très fun. Ancêtre périmé, mais historique, des "Destination Finale" tout ça. Le 1er est génial.

Ai revu avec grand plaisir Ladyhawke en juillet. La grande classe. Beau couple émouvant, héros/narrateur/témoin bien géré, bon rythme, très belles images. Rutger Hauer juché sur son cheval énorme, espadon à la main, est clairement devenu une icône de l'heroic fantasy. La musique so 80's s'adresse à un public jeune, mais aide à une jonction générationnelle sur cette histoire parfois très sombre. Vieillit bien mieux que Legend.
Je suis fan de Donner mais bon, soyons honnêtes Legend>Ladyhawke.
Le Scott chaque plan est un tableau, et surtout on a au choix des versions Goldsmith ou Tangerine Dream, c'est autre chose que le vrillage de tympans de Andrew Powell.
Legend est chiantissime - la vl est pire. A part la somptueuse scène du bal et la tronche du vilain, c'est pénible. Mais il est beau, oui.
Les plans de Ladyhawke sont somptueux & l'histoire me parle. La zic va chercher du côté de l'histoire sans fin je pense. A tort (on s'éloigne de la geste) ou à raison (approche + enfantine & + populaire). Le prix à payer pour l'avoir.

Image
Image
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9069
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

Photo de Vittorio Storaro, de plus!