Richard Donner

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90456
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Richard Donner

Post by Jeremy Fox »

Rockatansky wrote:Moi aussi je trouve que l'arme fatale 2 est supérieur au premier, l'exemple parfait de buddy movie réussi
Idem.
User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4357
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Richard Donner

Post by Mosin-Nagant »

Je sais pas pourquoi, moi aussi...
Image
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16725
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Richard Donner

Post by Supfiction »

take these dogs away from me..

Patsy et les wc explosifs, c'est tout ce que je me rappelle du film. :D
Mais effectivement, la dernière partie du premier opus lorgnait déjà vers ça. A ce titre, je suis bien d'accord qu'il n'y a finalement que la première partie de L'arme fatale qui était et reste totalement réjouissante. Le reste se regarde parfois avec plaisir coupable, parfois non.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

mannhunter wrote:ça manque d'Andrew "Power" Powell ce topic!

En entendant ça, j'ai l'impression que Philippe Risoli va débouler en faisant pirouetter son micro... Dans cette veine 80's sur la corde raide avec le bon goût, je préfère de loin ce qu'a pu faire Tangerine dream chez Bigelow ou Mann, et Toto/Eno pour Lynch...
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
mannhunter
Laspalès
Posts: 15976
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Richard Donner

Post by mannhunter »

Max Schreck wrote:
mannhunter wrote:ça manque d'Andrew "Power" Powell ce topic!

En entendant ça, j'ai l'impression que Philippe Risoli va débouler en faisant pirouetter son micro...
moi je pensais plutôt à Michel Drucker... :lol: :

User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4357
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Richard Donner

Post by Mosin-Nagant »

Max Schreck wrote:
mannhunter wrote:ça manque d'Andrew "Power" Powell ce topic!

En entendant ça, j'ai l'impression que Philippe Risoli va débouler en faisant pirouetter son micro... Dans cette veine 80's sur la corde raide avec le bon goût, je préfère de loin ce qu'a pu faire Tangerine dream chez Bigelow ou Mann, et Toto/Eno pour Lynch...
Du coup, je présume que tu n'achèteras jamais ça :
Image
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Richard Donner

Post by Max Schreck »

Mosin-Nagant wrote:[
Du coup, je présume que tu n'achèteras jamais ça :
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9043
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

mannhunter wrote:moi je pensais plutôt à Michel Drucker... :lol: :

Se souvient-on de ça? (et fin du hs :mrgreen: )
Spoiler (cliquez pour afficher)
@Kevin95
Que n'as-tu pas fait en ouvrant ce topic?? Le public enthousiaste, la critique unanime : c'est la gloire! :mrgreen:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17922
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Richard Donner

Post by Kevin95 »

Alexandre Angel wrote:@Kevin95
Que n'as-tu pas fait en ouvrant ce topic?? Le public enthousiaste, la critique unanime : c'est la gloire! :mrgreen:
Image
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21026
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Richard Donner

Post by Major Tom »

mannhunter wrote:ça manque d'Andrew "Power" Powell ce topic!

Ah ouais... Vu ce film il y a trop longtemps et je ne me souvenais pas d'une cata pareille. J'ai quand même envie de le revoir mais... ça va être dur.

Richard Donner est un de ces noms qui riment avec soirée Whirlpool du dimanche soir sur TF1. Toute une époque.

J'ai justement revu le premier Arme fatale récemment.
De loin le meilleur de la saga, et le plus noir. Après un générique en plan-séquence (mauvaise traduction fr de "Long Take", je te vois venir, ed ;) ) aérien sur "Jingle Bell Rock", la bande son change sur du Kamen inspiré, enchaînant à l'image sur une junkie à moitié à poil qui va sniffer une ligne de coke, avant de se jeter par la fenêtre de son appart', et atterrir façon Evelyn McHale (The Most Beautiful Suicide) sur le capot d'une bagnole. Minos est-il encore passé par là?... La scène où Riggs est à deux doigts de se coller un pruneau dans la caboche, avec le gros plan sur l'arme, place le film très au-dessus des épisodes suivants. Ces derniers semblent même sortir d'une autre dimension, dès l'arrivée d'un Pesci plus insupportable que jamais, et l'abandon total du caractère suicidaire de Riggs au profit du flic sympa (il a plein de potes dans le 2, aucun dans le premier), séducteur et drôle, qui semble s'éclater tout le temps. Bref, avant que la saga ne se Van-Halenise en passant de divertissement sérieusement exécuté à la ringardise la plus totale, Richard Donner avait réussi, non sans quelques défauts bien sûr, à faire une comédie policière sombre et assez réussie, surprenante et survoltée. Le duo de personnages aux caractères différents (95% des comédies reposent sur ce principe des opposés obligés d'être ensemble) est encore sympathique, les frasques de Riggs ponctuées par les "I'm too old for this shit" de son coéquipier n'étant pas encore devenues le gimmick insupportable.

Pour reprendre dans l'ordre chronologique : La Malédiction est (paradoxalement) le dernier film que j'ai découvert de lui, il y a quelques années déjà, et j'ai trouvé ça vraiment mauvais en plus de paraître plus daté que son temps. L'enfant Diable... On sent que Rosemary's Baby est passé par là 7 ou 8 ans auparavant, mais ce dernier paraît aujourd'hui plus moderne à côté. L'Antéchrist, né quelque chose comme le 6 juin 1966 à 6h (666... vous l'avez? vous l'avez??), prend donc les traits d'un gamin égaré du Village des Damnés, et qui, via un pouvoir surnaturel (c'est le Diable quand même), oblige les gens à faire de vilaines choses, comme le fera deux ans plus tard le Richard Burton de La Grande menace (toujours avec Lee Remick d'ailleurs). Et toujours des vilaines choses très mortelles, bien sûr. 'Faut que ça gicle. Malheureusement, si sur le papier c'est toujours intriguant, ça a intérêt à envoyer du bois pour éviter la déception. Et là, je me souviens de m'être royalement emmerdé, ou retenu de rire devant ces pauvres mannequins en mousse qui n'avaient rien demandé à personne. L'intrigue tourne en rond, et on a tout deviné avant les interprètes, et ça n'avance pas, et on s'emmerde, et on s'en fout... Heureusement, il y a tout de même le très bon score de Goldsmith qui, à lui seul avec ses chœurs sataniques chantés en latin, égare sûrement le jugement de Ratatouille et parvient surtout à réhausser le niveau de peur que le film en lui-même ne serait pas parvenu à procurer sans ça. Et je sauve, de mémoire, une scène de chute d'un escalier assez bien réalisée (même si on peut aisément deviner comment c'est fait). Le statut "culte" de ce film m'échappe totalement...

Superman est une des VHS que j'ai le plus usé dans mon enfance. Même s'il m'est arrivé de le revoir il y a quelques années, avec un peu de recul, pour le montrer à d'autres personnes, le fait de l'évoquer fait revenir une nostalgie en même temps que les notes du générique de John Williams, les souvenirs aussi, et je suis incapable de donner un avis "ordinaire" aujourd'hui. Beaucoup de scènes sont cultes, entrées dans la mémoire collective, comme le sauvetage de Lois et de l'hélico, soit la première apparition du Jésus Christ en slip rouge aux yeux du peuple d'Amérique. Ces derniers temps, il m'est arrivé de regarder les nouvelles daubes d'Hollywood à base de superhéros la moitié du temps en CGI, avec des acteurs inconnus sans franchement de talent, et une avalanche de destructions planétaires et d'effets spéciaux qui ont dû coûté une fortune en infographistes (justifiant les génériques de fin qui durent le tiers du film pour afficher le nom de tous les programmeurs). Rien de tout ça n'arrive à la cheville de la production seventies pleine de charme de Donner, et aucun acteur n'a le charisme de Christopher Reeve. Bien sûr, les thèmes inoubliables de Williams complètent le tableau. Le film arrive même à émouvoir lors de la scène de... vous savez quoi. Sinon, vu qu'à part la Kryptonite rien ne lui résiste (pas même le temps), c'est pratique pour résoudre les histoires, beaucoup moins (pratique) quand on est scénariste, et ça va se sentir à partir du 2...

Je dois revoir Ladyhawke, donc...

Bon. Alors. Les Goonies... J'aimais bien la première partie quand j'étais môme. Il y a quelques trouvailles marrantes et le scénario/la direction artistique parvient à donner à chaque gosse sa propre personnalité. Le générique est assez jubilatoire dans sa présentation de chacun des protagonistes, rythmé sur la musique de Dave Grusin (jusque là, Donner fait un sans-faute niveau musical). Bref le début ça passe. Jusqu'à... enfin... Sinock/Sloth, quoi... À part ça, Robert Davi, Joe Pantoliano et la Mama Anne Ramsey formaient une famille du crime assez jouissive. Dès lors que ça devient la chasse aux trésors, je laisse Demi-Lune devant le film et moi je vais me boire une bière.

Pas tenu jusqu'au bout de Scrooged.

L'Arme fatale 2 : l'épisode des chiottes et de Patsy Kensit. Pour le reste, et pour L'Arme fatale 3, 4... voir au début.

Enfin Complots, mettant en scène un théoricien du complot qui ne se goure pas pour une fois (le genre de pitch très ricain que je déteste), est un divertissement passablement regardable, mais qui s'oublie assez vite. On retiendra quelques idées, comme celle inspirée du Torn Curtain d'Hitchcock (la meilleure idée du film d'ailleurs : Paul Newman criant "Au feu!" au milieu d'un opéra pour échapper à ses poursuivants en créant la panique/Mel Gibson criant "une bombe!" au milieu d'une salle de cinéma pour les mêmes raisons), et le Happy end de rigueur qui rappelle à quel point on a perdu son temps devant ce film.

Bilan : pas terrible certes, mais Richard Donner est quand même un bon faiseur, à la John Badham (même si j'ai beaucoup plus d'affinités pour ce dernier) pour rester avec les 80's/90's, et pour lequel je n'ai pas grand chose à redire sur sa mise en scène, rejoignant donc ce que disait très justement shubby...
shubby wrote:
Alexandre Angel wrote:Richard Donner est un artisan dont il convient de souligner les particularités qui font qu'un topic pourrait se justifier. Shubby a mentionné un certain talent de conteur.
C'est surtout qu'avec l'âge, j'ai appris à aimer les mecs qui soutiennent un projet pour le mener à terme. On n'est pas dans le film d'auteur, mais on reste sur un projet commun autant que faire ce peut réussi. C'est humble et louable. T'as des mecs comme ça : Robert Wise, Richard Fleisher, John Frankenheimer, qui ont su faire plus que le "job" sans pour autant chercher l'étiquette de l'artiste à la McTiernan ou Mann. Donner est de ceux-là. Respect.
Oui, j'ai coupé avant Complots, quand même. :mrgreen:
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Richard Donner

Post by AtCloseRange »

Major Tom wrote:Enfin Complots, mettant en scène un théoricien du complot qui ne se goure pas pour une fois (le genre de pitch très ricain que je déteste), est un divertissement passablement regardable, mais qui s'oublie assez vite. On retiendra quelques idées, comme celle inspirée du Torn Curtain d'Hitchcock (la meilleure idée du film d'ailleurs : Paul Newman criant "Au feu!" au milieu d'un opéra pour échapper à ses poursuivants en créant la panique/Mel Gibson criant "une bombe!" au milieu d'une salle de cinéma pour les mêmes raisons), et le Happy end de rigueur qui rappelle à quel point on a perdu son temps devant ce film.
C'est d'ailleurs Ladyhawke qui passe dans le ciné.
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Richard Donner

Post by AtCloseRange »

shubby wrote:
Alexandre Angel wrote:Richard Donner est un artisan dont il convient de souligner les particularités qui font qu'un topic pourrait se justifier. Shubby a mentionné un certain talent de conteur.
C'est surtout qu'avec l'âge, j'ai appris à aimer les mecs qui soutiennent un projet pour le mener à terme. On n'est pas dans le film d'auteur, mais on reste sur un projet commun autant que faire ce peut réussi. C'est humble et louable. T'as des mecs comme ça : Robert Wise, Richard Fleisher, John Frankenheimer, qui ont su faire plus que le "job" sans pour autant chercher l'étiquette de l'artiste à la McTiernan ou Mann. Donner est de ceux-là. Respect. Et Gibson ne serait pas grand chose sans lui. Je pense qu'en tant que réalisateur il doit autant à Donner que Eastwood à Don Siegel, par exemple. Et Complots est l'un de mes plaisirs coupables. Coupable parce que la fin est un peu ratée mais que je m'en cogne et que je m'identifie à mort au personnage. On n'est pas loin du pamphlet du cinéphile avec ce type. C'est comme Taxi Driver, mais en mieux, et comme évidemment il est interdit d'écrire une telle connerie, je plaide coupable, voilà.
Euh, Donner ne boxe absolument pas dans la même catégorie.
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9043
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

AtCloseRange wrote:Euh, Donner ne boxe absolument pas dans la même catégorie.
Carrément pas, non
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7683
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Richard Donner

Post by 7swans »

Image

Image Image
Image Image

Image

Image
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9043
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Richard Donner

Post by Alexandre Angel »

..et ça continue, les hommages, comme si il en pleuvait :roll: :mrgreen: