Joel Schumacher (1939–2020)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

O'Malley
Cadreur
Posts: 4231
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Joel Schumacher

Post by O'Malley »

Ca fait près de vingt ans que je ne l'ai pas vu mais Chute Libre c'était pas mal non?
Je me rappelle qu'il avait eu bonne presse à l'époque de sa sortie (et même présenté au festival de Cannes 93) et, d'après mes souvenirs, le film était assez efficace et intéressant.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Joel Schumacher

Post by Rockatansky »

L'expérience interdite c'était un film culte de mon adolescence, le It's a good day to die m'avait marqué lol, une revision récente a été un complet désenchantement
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Joel Schumacher

Post by Alexandre Angel »

Etrange (mais pas interdite) expérience que de voir son premier Schumacher (pardon, j'avais vu le Batman) et de tomber sur un bon film. Il s'agit de Tigerland (2000) que je devais un peu confondre avec Hamburger Hill, de John Irvin (ne me demandez pas pourquoi, vu sa date de sortie) et aussi avec We were soldiers, sorti la même année.
J'imaginais un énième film sur le Viêt-Nam avec du rock and roll pour faire genre et une contribution de plus à la litanie gore cinématographique des horreurs de la guerre, la réputation du réalisateur n'aidant pas beaucoup à l'appréhension sereine de ce que j'allais voir.
Or, tout va bien. Schumacher réussit le modeste exploit, alors que son film s'inscrit dans la filiation des histoires d'entrainement à la guerre dont le parangon fameux serait, non pas Full Metal Jacket qui nous montre bien la guerre, mais plutôt Sergent la Terreur, de Richard Brooks, qui nous la montre peu, de proposer une variation originale sur le sujet qui nous change de l'imagerie "Ho Chi Min is a son of a bitch" qu'on a adopté depuis Kubrick. Si le manque de finesse du réalisateur trouve à s'incarner dans l'esquisse du personnage de Shea Wigham (excellent par ailleurs, comme toute la troupe) trop désigné comme le méchant de service, on peut néanmoins trouver estimable une rigueur documentaire dont l'âpreté, l'absence de sophistication nous rapproche plus des films de Pierre Schoendorffer que de ceux d'Oliver Stone, le film trouvant là une personnalité surprenante, un ton dépressif (y compris chez les officiers), dur et sans complaisance qui nous ramène à Go tell the Spartans, de Ted Post, la guerre proprement dite en moins.
Colin Farrell y est très bon et évoque le Treat Williams (petite ressemblance physique) de Hair, au moment où il devient private. Il y fait la composition d'un personnage charismatique crédible aussi dur à cuire que pacifiste.
Selon l'expression consacrée : une bonne surprise.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17845
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Joel Schumacher

Post by Kevin95 »

Pas revu depuis sa sortie salle et effectivement, j'ai souvenir d'un bon petit film de guerre ou d'un Colin Farrell moins tronche à baffes que d'habitude. Après pour être honnête, il m'en reste pas ou peu d'images et j'ai peur que la révision ne dégonfle mon enthousiasme. Mais ta critique suggère le contraire donc wait and see.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45531
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Joel Schumacher

Post by Flol »

Kevin95 wrote:Colin Farrell moins tronche à baffes que d'habitude
Il l'était un peu à ses débuts. Maintenant, c'est quand même un acteur très solide capable de tout jouer (Ondine, In Bruges, The Lobster).
Je suis de plus en plus fan (et puis j'adore l'Irlande).
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17845
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Joel Schumacher

Post by Kevin95 »

Ratatouille wrote:
Kevin95 wrote:Colin Farrell moins tronche à baffes que d'habitude
Il l'était un peu à ses débuts. Maintenant, c'est quand même un acteur très solide capable de tout jouer (Ondine, In Bruges, The Lobster).
Je suis de plus en plus fan (et puis j'adore l'Irlande).
Ses années coke lui ont laissé un petit quelque chose de triste dans l’œil qui, effectivement, le rend plus intéressant.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Joel Schumacher

Post by mannhunter »

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Joel Schumacher

Post by Thaddeus »

Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


L’expérience interdite
Il est des films mal-aimés qui se coltinent une sale réputation. Ainsi de ce thriller fantastique pourtant plutôt bien emballé, mais dont l’existentialisme new-look, l’ambiance gothique et le moralisme chrétien (avec omniprésence d’un Dieu punisseur) ont vite fait entrer au palmarès honteux des derniers de la classe. Puisant dans les fameuses near death experiences les articulations du suspense, le cinéaste suit un groupe de carabins surdoués s’improvisant thanathonautes (pour reprendre Werber) en quête de sensations fortes, et dont les découvertes virent rapidement au cauchemar. Sans nier le caractère anecdotique, les semelles plombées et la relative fadeur esthétique de l’affaire, on peut aussi se laisser prendre à l’angoisse et au mystère qui en émanent. À condition de plaider coupable, bien sûr. 4/6

Chute libre
Où le réalisateur semble revendiquer des ambitions de sociologue en retraçant la journée explosive d’un quidam sous tension qui, soudain, pète les plombs sous le ciel caniculaire de Los Angeles. Tout au long de sa descente aux enfers de justicier névropathe, l’homme s’oppose à un brave type de flic au bord de la retraite et du divorce. Pas de fascination particulière pour la violence chez lui, pas de culte des armes ni même de voix intérieure qui lui dicterait une mission d’ange exterminateur. Simplement un Américain stressé et brimé pour qui l’environnement devient une twilight zone infernale. Sans excuser ses actes ni verser dans la psychologie, le film cherche ainsi à capter une certaine aliénation urbaine, mais la lourdeur de ses intentions et la maladresse de sa rhétorique lui portent grandement préjudice. 3/6

Batman forever
Si l’on fait l’effort d’oublier les deux volets splendides de Tim Burton qui le précèdent, on peut concéder à ce troisième épisode de la franchise quelques choix qui relèvent d’une direction assumée : un Batman héroïque et guéri, un univers chaotique mais sans noirceur, s’amusant du n’importe quoi, et un traitement cartoonesque des méchants que souligne le cabotinage éhonté de Tommy Lee Jones et Jim Carrey. Autant de paramètres régulièrement noyés dans la grande laideur des décors et des costumes, dans un trop-plein d’explosions et de combats cacophoniques, et dans les débordements d’une esthétique kitsch aux airs de gigantesque gay pride. Mais au fond, c’est précisément cette ambigüité sexuelle, soulignée par la relation de la chauve-souris avec Robin, qui est la plus intéressante. 3/6

Batman et Robin
Le naufrage. Si l’opus précédent pouvait vaguement entretenir l’espoir que Schumacher cherchait à substituer aux tourments et au gothique burtoniens une approche intéressante par sa loufoquerie, celui-ci sombre corps et bien dans le ridicule. À la place de l’opéra multicolore peut-être recherché, une débauche d’effets pyrotechniques, de sons saturés, de scènes d’action illisibles, agglutinés par une caméra qui, à force de virevolter, finit par ne plus rien montrer du tout. Le remplissage compulsif, le refus absolu du temps mort comme postulat de base asphyxient toute ébauche de rêve, d’imaginaire, de poésie, de magie ou d’enfance. De ce produit industriel conçu comme une formule chimique on a laissé s’évaporer la féérie, et la réaction a accouché d’un loukoum grotesque aux allures de nanar fluo. 1/6


Mon top :

1. L’expérience interdite (1990)
2. Chute libre (1993)
3. Batman forever (1995)
4. Batman et Robin (1997)

Tâcheron, n.m. : qui travaille à la tâche, qui est payée selon l'ouvrage accompli. Ouvrier, entrepreneur qui prend de seconde main un travail à exécuter.
User avatar
AntonChigurh
Assistant opérateur
Posts: 2352
Joined: 30 Sep 17, 11:58

Re: Joel Schumacher

Post by AntonChigurh »

Thaddeus wrote: Tâcheron, n.m. : qui travaille à la tâche, qui est payée selon l'ouvrage accompli. Ouvrier, entrepreneur qui prend de seconde main un travail à exécuter.
:uhuh:
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Joel Schumacher

Post by hansolo »

Dans la présentation chronologique de la filmo de JS par Thaddeus, on note tout de même une dégradation notable au film des ans!
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Joel Schumacher

Post by mannhunter »

AtCloseRange wrote:Mon top Joel:

Falling Down
Cousins
8 mm
C'est si bien que ça "8mm"?
Dans "Cousins" il y a William Petersen Isabella Rossellini et Sean Young, c'est tentant...
Demi-Lune wrote:le meilleur film qu'ait fait Schumi, ça reste quand même Batman & Robin.
A ne pas découvrir en VF néanmoins!:

User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15102
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Joel Schumacher

Post by Watkinssien »

mannhunter wrote:
AtCloseRange wrote:Mon top Joel:

Falling Down
Cousins
8 mm
C'est si bien que ça "8mm"?
Non, c'est puant et mauvais.
Image

Mother, I miss you :(
manuma
Accessoiriste
Posts: 1743
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Joel Schumacher

Post by manuma »

Watkinssien wrote:
mannhunter wrote: C'est si bien que ça "8mm"?
Non, c'est puant et mauvais.
Pareil, je dirais même que c'est ce qu'il a fait de pire avec Trespass (même s'il m'en reste encore 5, 6 à voir du bonhomme)
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Joel Schumacher

Post by mannhunter »

Watkinssien wrote:
mannhunter wrote: C'est si bien que ça "8mm"?
Non, c'est puant et mauvais.
manuma wrote:
Watkinssien wrote: Non, c'est puant et mauvais.
Pareil, je dirais même que c'est ce qu'il a fait de pire avec Trespass (même s'il m'en reste encore 5, 6 à voir du bonhomme)
Rockatansky wrote:J'adore 8mm...
gnome wrote:Mes préférés sont dans l'ordre Chute libre (réussite incontestable), Phone booth et 8 mm.
Un film qui divise donc..
Dunn
Producteur Exécutif
Posts: 7397
Joined: 20 Aug 09, 12:10
Location: Au pays des merveilles

Re: Joel Schumacher (1939–2020)

Post by Dunn »

Donc il aurait dû s'appeller 4mm
Rip même si je n'ai pas tout vu ...j'avais adoré Batman forever à l'époque au cinéma en partie pour Nicole
Depuis je l'ai revu et ouille....
Chute libre est son meilleur film...les autres sont sympas.