Nicolas Winding Refn

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46022
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Flol »

Plus Refn est conscient de lui-même et de son rapport complexe à la critique, plus son style se radicalise (pas essayé Too Old to Die Young, mais ça m'a l'air assez insupportable).
Reste que je serai éternellement admiratif du cinéaste auteur de la trilogie Pusher, de Bleeder, de Bronson, et de Valhalla Rising.
Je trouve aussi la classification de Thaddeus beaucoup trop sévère, Refn ayant fait des films bien différents que ceux sur lesquels il se base, mais je peux aussi comprendre son aversion naturelle à ne pas vouloir se pencher davantage sur un cinéaste ayant provoqué de telles réactions épidermiques via les quelques films qu'il a pu voir.

Et il y a tout de même un point sur lequel je suis bien d'accord avec lui : j'ai beau avoir apprécié The Neon Demon, faut reconnaître que voir en Elle Fanning une jeune femme à la beauté foudroyante faisant tourner la tête de toutes les personnes qu'elle croise, ça demande quand même un sacré effort de suspension d'incrédulité.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11600
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Nicolas Winding Refn

Post by MJ »

Flol wrote:Et il y a tout de même un point sur lequel je suis bien d'accord avec lui : j'ai beau avoir apprécié The Neon Demon, faut reconnaître que voir en Elle Fanning une jeune femme à la beauté foudroyante faisant tourner la tête de toutes les personnes qu'elle croise, ça demande quand même un sacré effort de suspension d'incrédulité.
C'est un choix hétérodoxe mais qui a quelque chose de pertinent : elle a une beauté "naturelle" (c'est à dire faite d'une addition de possibles défauts) et donc quelque chose que ne peuvent acquérir celle qui ont un visage et un corps répondant plus strictement aux canons. (Ce qui pourrait finir par suggérer que dans une industrie réussissant à offrir la "perfection" physique, l'imparfait deviendrait alors une valeur convoitée. J'ai conscience de sur-interpréter, mais ça va dans le sens du film je crois... et ça dirait quelque chose d'à la fois juste et pervers sur le fonctionnement de la mode.)
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14480
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Demi-Lune »

Flol wrote:pas essayé Too Old to Die Young, mais ça m'a l'air assez insupportable
C'est une étape supplémentaire dans la radicalisation stylistique du cinéaste... un geste de plus de dix heures portant tout entier la marque et la vision du monde nihiliste et inextricable de l'auteur, donc à éviter absolument si l'irritation a déjà point avec ses travaux précédents. Mais, toutes proportions gardées (j'insiste), c'est peut-être le travail le plus radical vu depuis Twin Peaks The Return. Il s'agit en tout cas d'une véritable expérience, notamment s'agissant de la matière-temps qui est ici travaillée dans des proportions rares - avec un étirement des plans, des scènes, des dialogues (déclamés sur un même ton monocorde durant lesquels s'écoulent chaque fois trente secondes avant chaque réplique suivante), dans une forme d'épuisement systématique qui imprime constamment une atmosphère anxiogène et funèbre, qui devrait annihiler tout intérêt du spectateur, mais le tient paradoxalement captif, bercé dans une sorte de faux-rythme tendu comme un arc. On a l'impression d'être dans un cauchemar éveillé.
Les deux premiers épisodes m'ont fasciné (notamment le second, intégralement dans une villa mexicaine sous une chaleur caniculaire), et auraient dû se suffire à eux-mêmes. Car la suite, même si elle n'est pas exempte de fulgurances, s'enfonce malheureusement dans les abîmes d'une violence fascinée par sa barbarie, et une galerie de personnages toujours plus ignobles, reflets d'un univers que l'on est en droit de trouver, au mieux, disons... limité. Et scénaristiquement, au final, ça ne pisse pas bien loin (malgré les promesses soulevées par les deux premiers épisodes, donc).
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Billy Budd »

Flol wrote: Et il y a tout de même un point sur lequel je suis bien d'accord avec lui : j'ai beau avoir apprécié The Neon Demon, faut reconnaître que voir en Elle Fanning une jeune femme à la beauté foudroyante faisant tourner la tête de toutes les personnes qu'elle croise, ça demande quand même un sacré effort de suspension d'incrédulité.
Forcément, Les Lois de l'Attraction mis à part, il s'agit sans doute d'une des meilleures transpositions de BEE, ce qui confirme si besoin était que même bien adapté, un bon livre ne fait pas nécessairement un bon film.
Everybody's clever nowadays
User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4366
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Mosin-Nagant »

Demi-Lune wrote:(...)c'est peut-être le travail le plus radical vu depuis Twin Peaks The Return. Il s'agit en tout cas d'une véritable expérience(...)
C'est complètement vrai. Une sacrée proposition télévisuelle, sans aucun compromis. Je respecte forcément des gestes forts comme ça.
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image