Nicolas Winding Refn

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Nicolas Winding Refn

Post by Jeremy Fox »

Nous profitons de la sortie en salle aujourd'hui de Bleeder - son deuxième long métrage jusqu'ici inédit en salle - pour plonger dans la filmographie passionnante de Nicolas Winding Refn.
C'est Olivier Bitoun qui nous en parle.
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10665
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Nicolas Winding Refn

Post by -Kaonashi Yupa- »

C'est aussi aujourd'hui que sort en France les DVD & bluray de The Neon Demon. :o
Il me reste ce Bleeder à voir et Fear X également.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45531
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Flol »

-Kaonashi Yupa- wrote:Fear X
Celui-là est imbitable. Et c'est quelqu'un qui a adoré Only God Forgives et The Neon Demon qui le dit.
Aladdin Sane
Assistant(e) machine à café
Posts: 109
Joined: 25 Aug 07, 15:42

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Aladdin Sane »

Inside Job (Fear X, quel titre pourri) est son film que je trouve le plus intéressant et le plus énigmatique, où la plongée abstraite finale fait totalement sens avec le portrait psychologique du personnage interprété par John Turturro, totalement noyé dans sa quête obsessionnelle de vérité. Je le qualifierai presque de "lynchien", même si ce qualificatif est totalement galvaudé la plupart du temps. Après ça, les obsessions formelles prennent le dessus sur tout le reste, et ça m'intéresse beaucoup moins...
Ce petit mot "Pourquoi" est répandu dans tout l'univers depuis le premier jour de la création, Madame, et toute la nature crie à chaque instant à son créateur : "Pourquoi ?"
Dostoïevski (Les Possédés)
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Nicolas Winding Refn

Post by bronski »

A la fnuck il y a un coffret pas cher avec ses trois principaux films (The Neon Demon, Only God et Drive).
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10665
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Nicolas Winding Refn

Post by -Kaonashi Yupa- »

Ratatouille wrote:
-Kaonashi Yupa- wrote:Fear X
Celui-là est imbitable. Et c'est quelqu'un qui a adoré Only God Forgives et The Neon Demon qui le dit.
C'est pour ça que je me le garde en dernier (oui je viens de voir Bleeder, que j'ai bien aimé, sans plus).
À la vision de ses deux premiers, on sent que Refn a lu et adore les romans d'Hubert Selby Jr. (il y est fait directement référence dans Bleeder d'ailleurs), et du coup ça m'intrigue, en dépit de tous les avis négatifs lus sur le film, et parce que j'adore Last Exit to Brooklyn, Le Demon, et Retour à Brooklyn (trois GROSSES baffes et bijous littéraires à la fois).

Sinon revu hier Valhalla Rising, pour la première fois depuis la séance ciné qui m'avait laissé sans voix. Cette fois-ci au début j'avais peur de la déconvenue, mais au fur et à mesure j'ai été pris par les personnages étranges et l'ambiance (deux points essentiels de l'oeuvre du réalisateur), pour finir le film dans le même état.
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10665
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Nicolas Winding Refn

Post by -Kaonashi Yupa- »

Ratatouille wrote:
-Kaonashi Yupa- wrote:Fear X
Celui-là est imbitable. Et c'est quelqu'un qui a adoré Only God Forgives et The Neon Demon qui le dit.
C'est pour ça que je me le garde en dernier (oui je viens de voir Bleeder, que j'ai bien aimé, sans plus).
À la vision de ses deux premiers, on sent que Refn a lu et adore les romans d'Hubert Selby Jr. (il y est fait directement référence dans Bleeder d'ailleurs), et du coup ça m'intrigue, en dépit de tous les avis négatifs lus sur le film, et parce que j'adore Last Exit to Brooklyn, Le Demon, et Retour à Brooklyn (trois GROSSES baffes et bijous littéraires à la fois).

Sinon revu hier Valhalla Rising, pour la première fois depuis la séance ciné qui m'avait laissé sans voix. Cette fois-ci au début j'avais peur de la déconvenue, mais au fur et à mesure j'ai été pris par les personnages étranges et l'ambiance (deux points essentiels de l'oeuvre du réalisateur), pour finir le film dans le même état.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5662
Joined: 28 Jul 05, 18:33

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Truffaut Chocolat »

Trailer de Too old to die young :

User avatar
Shinji
Doublure lumière
Posts: 638
Joined: 31 Aug 18, 21:06

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Shinji »

Truffaut Chocolat wrote:Trailer de Too old to die young
Vivement ! ♥
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10665
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Nicolas Winding Refn

Post by -Kaonashi Yupa- »

boys hairstyles wrote:
-Kaonashi Yupa- wrote:C'est aussi aujourd'hui que sort en France les DVD & bluray de The Neon Demon. :o
Il me reste ce Bleeder à voir et Fear X également.
check the lovely hairstyle of hereon. must try for your little princess

https://www.mrkidshaircuts.com/girls-haircuts/
Pas la peine d'insister, je ne cliquerai pas !!! :mrgreen:
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 20940
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Nestor Almendros »

mince j'ai cliqué...

un bot? :mrgreen:
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24136
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Nicolas Winding Refn

Post by tenia »

Truffaut Chocolat wrote:Trailer de Too old to die young :
Avec Hideo Kojima. :shock:
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Nicolas Winding Refn

Post by Thaddeus »

Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Inside job
Au rayon du polar sous sédatifs, cette plongée dans un univers où tout se délite, où la victime et l’assassin semblent former les deux faces d’une même pièce et où l’homme est le jouet de forces qui le dépassent cherche sans doute à gagner quelques galons. Obnubilé par sa volonté de créer une atmosphère, Refn ne parvient pourtant qu’à surligner le mystère d’un scénario nébuleux grillant à grande vitesse l’intérêt du spectateur. Comme son anti-héros obsessionnel, zombie tourmenté par la pagaille affolante de son cerveau, le film mouline dans le vide et ne débouche nulle part, malgré le forcing permanent d’une mise en scène toute en cadrages léchés, dilatations temporelles et lumières saturées. Entre Kubrick, Lynch et Barton Fink, un bel exemple d’exercice pétant plus haut que son derrière. 2/6

Drive
Il est beau, poli, taciturne, il joue avec les enfants, porte les courses de madame et rend service au mari de la demoiselle en détresse dont il est secrètement amoureux. C’est un samouraï melvillien, un homme sans nom dont l’identité est toute entière contenue dans la fonction, une ellipse humaine spécialisée dans l’art du raccourci et de l’efficacité. Et le réalisateur de le rêver en icône, en superhéros soudain vulnérable d’un polar urbain fracassé d’éclats de violence et nappé de sonorités eighties, d’un pur film de genre qui glisse vers le fétichisme et le post-modernisme sans jamais y succomber vraiment. Il est aussi difficile de nier la totale maîtrise dont témoigne l’exercice, la séduction qui émane de ses plans travaillés, nocturnes, chromés, que la vague sensation de superficialité stérile qui s’en dégage. 4/6

The neon demon
Le néant absolu érigé en système, le stade terminal d’un maniérisme consacrant la dévoration de l’image publicitaire par elle-même. Persuadé de son génie, Refn inflige une litanie de plans boursouflés et clinquants qui ne transmet rien d’autre que l’ivresse de sa propre maîtrise (pour lui) et l’ennui le plus mortel (pour nous). Ce qu’il conçoit comme une esthétique n’est qu’un glacis saturé de vulgarité et de laideur, ce qu’il imagine comme le top de la subversion qu’un lamentable inventaire de provocations puériles. Et ce circuit fermé de surfaces sans fond, ce navrant océan de bêtise et de mauvais goût de souligner à chaque instant le gap vertigineux qui se creuse entre son inanité et l’arrogance qui le motive. Par ailleurs il eût mieux fallu, pour incarner un parangon de beauté, qu’un anchois aux yeux de merlan frit. 1/6 (en arrondissant au supérieur)


Mon top :

1. Drive (2011)
2. Inside job (2003)
3. The neon demon (2016)

À sa manière, le pubard danois est un oiseau rare, de ceux que je pourrais prendre en exemple pour définir l’exact opposé de mon idéal de cinéma. Il conjugue la vanité complète du propos (dans ses meilleurs moments, sa pensée atteint juste le niveau d’un élève de CP) à la fatuité d’un "style" (terme bien trop flatteur) pulvérisant tous les records d’esbroufe. Je me serais contenté de le confiner dans la catégorie d’un Aronofsky (Drive a quelques solides atouts), mais son pathétique Neon Demon prouve que son cas est encore plus grave, et l’a définitivement décrédibilisé à mes yeux. Même s’il toujours amusant, quelque part, de voir un tocard se palucher à ce point sur un talent qui n’existe pas.
User avatar
primus
Doublure lumière
Posts: 677
Joined: 27 Jun 17, 00:18

Re: Nicolas Winding Refn

Post by primus »

Thaddeus wrote:À sa manière, le pubard danois est un oiseau rare, de ceux que je pourrais prendre en exemple pour définir l’exact opposé de mon idéal de cinéma. Il conjugue la vanité complète du propos (dans ses meilleurs moments, sa pensée atteint juste le niveau d’un élève de CP) à la fatuité d’un "style" (terme bien trop flatteur) pulvérisant tous les records d’esbroufe. Je me serais contenté de le confiner dans la catégorie d’un Aronofsky (Drive a quelques solides atouts), mais son pathétique Neon Demon prouve que son cas est encore plus grave, et l’a définitivement décrédibilisé à mes yeux. Même s’il toujours amusant, quelque part, de voir un tocard se palucher à ce point sur un talent qui n’existe pas.
Quand on en arrive à un tel niveau de mépris, je me dis que le cinéaste visé a du talent.
L'époque est pleine de vanité esthétisante. Neon Demon en parle très bien.