À nos amours (Maurice Pialat - 1983)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

À nos amours (Maurice Pialat - 1983)

Post by Thaddeus »

Johnny Doe wrote:A nos amours

Baptême chez Pialat, je suis étonné, je croyais que j'allais m'ennuyé (à la base ça m'enchentait pas vraiment je dois dire), mais le film m'a impressionné. Le climat de tension familiale est incroyable, car presque irréel. Pialat préfère mettre les sentiments et la situation familiale, et celle de Sandrine Bonnaire, en avant, plutôt que de raconter une histoire. Pialat lui même est incroyable dans le rôle du père et donne la réplique à une Sandrine Bonnaire tout aussi génial. D'ailleurs, toute les scènes ou ils sont ensemble sont un pur régal. Très complice, il y a ce sentiment d'amour assez fort qui se dégage de Bonnaire, sentiment que l'on ne retrouve pas pour les autres personnages. Je sais pas vraiment comment en parler en fait, j'ai juste trouver ça très bon et j'ai envie d'en voir d'autres.
Beule wrote:Yes! :wink:
Revu aussi et revécu une fois de plus avec la même intensité et la même fièvre passionnelle. L'un de ces précieux portraits de la jeunesse fortement ancrés, socio-culturellement, dans leur époque et pourtant semble-t-il indémodables. Avec en prime la révélation de la plus brillante comédienne de ces 20 dernières années. Immense.
Ratatouille wrote:A nos Amours de Maurice Pialat
Mon 1er Pialat...et wow !! :shock:
Du cinéma qui parle des petit-riens, de tous ces non-dits qui parcourent une existence, et jouant magnifiquement avec les silences.
L'interprétation n'est pas toujours au top (Bonnaire fluctue entre le génial et le moyen), mais on sent une force brute se dégager des scènes d'hystérie familiale, notamment.
A ce titre, l'irruption du père (Pialat est monumental !!) pendant le repas de fete est pour moi LA scène à retenir du film...énorme.
Bien que pouvant paraitre austère, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde devant ce film très dur et très touchant.

J'ai parfaitement réussi mon bapteme Pialat, je peux donc désormais continuer tranquillement avec Sous le Soleil de Satan. 8)
tronche de cuir wrote:A nos amours de Maurice Pialat

Un film âpre et tendre qui suit les pérégrinations d'une jeune fille, interprété par une Sandrine Bonnaire alors débutante, qui est, en dépit de ses nombreuses aventures, incapable d'aimer. Les scènes domestiques ainsi que les nombreuses crises sont d'une extrême violence. Elles sont fort heureusement contrebalancées par des scènes foudroyante de beauté et d'émotion entre Pialat himself ( le père de famille qui décide de quitter le foyer familial) et Bonnaire ( sa fille). A cet égard, la fin est un sommet d'émotion. Inoubliable.

Note: 5/6
Alligator wrote:A nos amours (Maurice Pialat, 1983) :

http://alligatographe.blogspot.com/2010 ... mours.html

Image
_______________

Mon troisième Pialat après "Police" et "Nous ne vieillirons pas ensemble" Sa filmographie n'étant pas très grande, ma foi, prendre son temps et l'aborder avec une certaine retenue me parait être une bonne idée. D'autant que le bonhomme a du coffre. Ses films ne sont pas vraiment des petites bluettes que l'on regarde en se curant le nez ou en prenant l'apéro. Le propos est encore une fois très physique. Il demande au spectateur des efforts, non pas d'attention, mais de réception.

"A nos amours" est un film qui ondule de la croupe proposant le portrait intime d'une jeune fille, presque déjà femme, mais franchement perdue encore dans ses sentiments et ses désirs et puis balançant soudain dans l'étude de mœurs d'une famille à la dérive, dont les dysfonctionnements de communication provoquent une grande violence et pas mal d'explosions proches de l'hystérie chez chaque membre. Le film va de l'un à l'autre, sans arrêt. Les deux faces du même film se renvoient la balle, se nourrissant l'une de l'autre.
Comme toujours chez Maurice Pialat, les rapports entre les individus se vivent dans la douleur et la violence, l'agression visant à provoquer des actes ou/et des mots d'amour. Ils n'est pas question pour nous de porter des jugements de valeur sur ce point. Je remarque toutefois que ce genre de relations dans la vie mais tout autant dans les films m'irritent de façon rédhibitoire habituellement. Mais Maurice Pialat n'est pas le dernier des salauds. Il aime ses personnages. Et finalement au bout du compte, l'amour l'emporte. C'est à dire que la tendresse finit toujours par prendre le dessus sur le reste. On sort de ce film conquis par cette démonstration affective, certes parfois brutale, c'est le moins qu'on puisse dire, mais cette rudesse n'est jamais présentée comme une donnée consubstantielle à l'amour, un passage obligé, une clé. Elle sert juste de ponctuation, un relief sur lequel il convient de s'adapter. On fait avec, en somme. Malgré la violence, les êtres luttent pour continuer à s'aimer, pour chercher et peut-être un jour parvenir à trouver la paix. Chacun tente à sa manière de construire son espace de bonheur malgré les dépendances affectives, en dépit de la souffrance que les autres lui infligent. Ces rapports sont très compliqués à comprendre, c'est la raison pour laquelle "A nos amours" fait preuve d'une sincérité et donc d'une force que le spectateur ne peut pas recevoir autrement que de manière frontale.

En me relisant je crains que nous pensiez que ce film fait en quelque sorte l'apologie de la violence dans l'expression. Ce n'est absolument pas le cas. Si cela l'était, cette famille resterait unie malgré tout. Non, elle éclate. C'est juste que les gens ne se haïssent pas pour autant. La violence de la cellule familiale est un phénomène ô combien complexe et c'est une entreprise courageuse de la part de Maurice Pialat que de vouloir lui donner une couleur et des formes.

Des comédiens qu'il a choisi, Sandrine Bonnaire est bien entendu la plus brillante. La surprise est totale à l'époque quand cette gamine apparait sur les écrans et dessine une fille aussi naturellement souriante avec ses hommes que triste ou paumée sous une pluie battante à un abri-bus.

Maurice Pialat lui même incarne le père, fatigué par sa femme et ses gamins, ce fossé qui se creuse avec ces gens qu'il ne comprend plus, qui l'éreintent. Sa masse, sa mâchoire, sa barbe d'où sortent des phrases lapidaires, des discours incisifs, tenus dans le plus parfait calme mais dont on sent obscurément l'arrière goût âpre et violent, son physique en imposent. Il s'est bien choisi. Il avait des choses à dire. Il en profite pour régler ses comptes avec la critique et l'intelligentsia mais peut-être plus avec celles ou ceux qui préfèrent vendre leur âme. Maurice Pialat est un moraliste avec ses petits airs d'ayatollahs parfois. Ses avis tranchants lui ont souvent valu de perdre des amis. Les pères-la-morale sont sans concession.

Cet "A nos amours" est un film qui fait penser, frémir, qui ne devrait pas vous laisser indifférent. Un autre film important de Maurice Pialat.
Profondo Rosso wrote:À nos amours (1983)

Image

Suzanne a quinze ans. En vacances sur la Côte d'Azur, elle repousse Luc, le jeune homme qui est amoureux d'elle, puis se donne à un Américain inconnu sur la plage. De retour à Paris, elle multiplie les aventures amoureuses. Ses parents se séparent. Son père quitte la maison. Elle doit faire face à l'hostilité de sa mère et de son frère.

Pialat capture avec une rare force les tumultes de l'adolescente avec cette œuvre poignante où il révèle une Sandrine Bonnaire initialement venue postuler en tant que figurante et qui décrochera son premier rôle au cinéma. Pialat part de ce que l'adolescence a de plus beau et candide avant d'explorer les sentiments plus tourmentés de cette période charnière. On débute donc par le versant lumineux lorsque Suzanne (Sandrine Bonne) adolescente de quinze s'épanouit en vacance sur la Côte d'Azur, partagée entre esquisses de premiers émois artistiques et surtout amoureux. La sincérité, la curiosité et le gout du défi se disputent à cet âge et lui causeront sa première déception. Amoureuse de Luc (Cyr Boitard) un garçon de son âge, elle se refusera pourtant à lui pour finalement céder au premier venu avec ce touriste américain qui la possèdera sans passion et l'ignorera le lendemain. La conscience de ce rendez-vous manqué court ainsi tout au long du film où cette mélancolie se conjugue au délabrement de sa cellule familiale avec le départ de son père (Maurice Pialat).

Le début du film montre donc des conflits parents/adolescents certes épidermique, une Suzanne qui soigne son mal-être dans des bras éphémère mais où le retour au foyer semble toujours représenter une forme d'équilibre pour la jeune fille. Cela donnera une merveilleuse scène intimiste à où père et fille font montre d'une complicité touchante, le jeu très sensible de Pialat se mariant à merveille à la spontanéité des émotions de Sandrine Bonnaire (sa réaction lors de la remarque sur sa fossette). Tous va lentement se disloquer avec le départ du père, d'autant que dans le script celui-ci est supposé être décédé (la remarque de Bonnaire sur son œil jaune était censé être un avertissement de sa mort) et donc joué comme tel par les survivants dont le manque se manifestera par un désespoir hystérique lors de séquences terriblement intense. Suzanne semble chercher la protection de ce père disparu à travers ses multiples amants, sa mère (Évelyne Ker) ne sait comment répondre à sa dérive et dépérit elle-même de sa solitude et son frère (Dominique Besnehard) tente maladroitement d'endosser ce rôle de chef de famille dans la violence. L'espace scolaire est quasiment absent du quotidien de Suzanne rythmé de fêtes et d'étreintes d'un soir avec des amants plus âgés. En scrutant le malaise de son héroïne, Pialat illustre aussi un choc des générations où si les situations sont toujours d'actualité, elles n'en illustrent pas moins un malaise face à cette libération sexuelle de la jeunesse pour les adultes (la mère apaisée de voir sa fille prématurément mariée, les réactions violentes du frère). Le père joué par Pialat, méfiant mais compréhensif s'efface donc vite du récit pour laisser s'installer cette tension. Le film est clairement un anti La Boum (1980 et où Sandrine Bonnaire fait de la figuration) par sa vision crue et brutale de situations souvent voisines.

Sandrine Bonnaire démontre d'emblée son grand talent, tour à tour lumineuse (merveilleuse ouverture montrant sa silhouette longiligne et sensuelle à l'avant d'un bateau), masque de tristesse et/ou d'indifférence trahissant par ces regards une éternelle quête d'affection. C'est dans les moments muets que Piala saisit le mieux cela comme cette errance urbaine lorsqu'elle découvre que Luc sort avec une de ses amies. La spontanéité, la recherche de l'inattendu par la constante improvisation de Pialat auront courus tout au long du tournage, préparant ainsi les acteurs à une incroyable scène de repas familial en fin de film. Le père ressurgit ainsi comme un spectre venu faire des reproches à ce que sa famille est devenue, ces derniers réagissant comme ils peuvent, taciturne ou furieux. Le personnage était supposé être mort dans le script et la stupeur des acteurs renforce la vérité de la scène face à l'absent (la caméra n'ayant pas cessée de tourner) la maladresse, la gêne mais aussi la colère improvisée n'en paraissant que plus vrais. Il en va de même pour l'épilogue où le réalisateur use d'un vrai évènement (les vacances de Sandrine Bonnaire aux Etats-Unis avec son petit ami) pour nous offrir un final tendre entre Suzanne et son père. Si celui en début de film avait représenté la dernière trace de son enfance, ce dernier échange semble une entrée plus apaisée dans l'âge adulte. Une grande réussite et un des grands succès de Pialat récompensé du César du meilleur film, du Prix Louis-Delluc et du César du meilleur espoir féminin pour Sandrine Bonnaire. 5/6
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: À nos amours (Maurice Pialat - 1983)

Post by Thaddeus »

Image


Un cœur à l’envers



Maurice Pialat est prisonnier d'une légende : on le dit péremptoire avec ses confrères, intraitable avec ses producteurs, odieux avec ses comédiens. Les réputations s'expliquent souvent par l'incapacité d'un entourage à percevoir la vérité d'un individu. De quelqu'un dont le caractère se refuse à toute compromission, on a tendance à ne retenir que les apparences, ne décrire que les manifestations extérieures d'un tempérament qui recèle une sensibilité plus écorchée qu'on ne le soupçonne. Ce cinéaste "suspect" qui avouait ses aigreurs passagères a eu besoin de raconter sa vie comme un calvaire. C’est, comme pour bien d’autres grands artistes, une sorte de thérapie. Chroniqueur impitoyable des impasses créées par le quotidien des gens ordinaires, il échappe aux définitions. À l'horizon de ses films, toute une humanité se cogne au mur du désarroi. De son enfance malheureuse, Pialat imaginera L'Enfance Nue, évocation de la souffrance d'un gamin difficile placé dans les familles d'accueil de l'Assistance publique. De sa rupture avec Colette, une jeune fille rencontrée au début des années 60, il tirera Nous ne Vieillirons pas Ensemble, avec Jean Yanne dans son propre rôle. La Gueule Ouverte évoque la mort de sa mère, et À nos Amours est tiré de sa rencontre et de son expérience avec la famille de Claude Langmann, plus tard rebaptisé Claude Berri.

Suzanne a quinze ans, et celle qui lui donne vie est Sandrine Bonnaire, extraordinaire de spontanéité, de présence corporelle, de lumière et de détresse mêlées, qui intègre le cinéma français avec fracas, par la grande porte. Cette adolescente déboule dans l’existence en affichant une moue encore pleine d'enfance. Minijupe et cheveux fous. La première image nous la montre de dos, figure de proue à l'avant d'un bateau qui fend les vagues, lors de vacances à Hyères. Le vent fait palpiter ses vêtements et le chant de Klaus Nomi semble vouloir nous guider, tel un joueur de flûte de pan, vers un monde de gaieté. Ce plan de Suzanne, égérie en courte robe blanche, aux mains posées sur les tubulures d'une rambarde, est l'un de ceux que le réalisateur a composé comme un tableau. Elle est propulsée en point de mire de la perspective, seule au milieu de l'image ensoleillée. Avec des copains du collège, elle répète On ne badine pas avec l'amour de Musset. Cette scène d’ouverture symbolise la manière dont la relation père-fille du film se double d'une relation metteur en scène-actrice : le peintre montre comment il a procédé à l'initiation de son modèle. Pialat a toujours eu l'amour des jeunes filles en fleur. Il a aussi toujours été convaincu que la vie est une chierie éclairée de quelques rares moments d'illusion de bonheur.


Image



Suzanne appartient à une famille de fourreurs du Sentier. Cette famille est d'origine ashkénaze, détail que le cinéaste a la pudeur de ne pas mentionner. En la présentant sous un jour peu glorieux, Pialat fait un sort à l'image d'Épinal de la mamma juive possessive mais aimante : sa formidable interprète, Évelyne Kerr, témoigne jusqu'à la nausée du goût de l'esclandre et du coup de théâtre. Elle fait de sa vie et de celle de sa fille un enfer. Or Pialat excelle à saisir les climats de discorde. Tous ses films sont émaillés de séquences où l'on s'enquiquine, où l'on ricane, où l'un des membres finit par foutre la pagaille. Ici, tout le monde est à couteaux tirés. Suzanne se fait, un soir, gifler par son père parce qu'elle annonce son intention de sortir avec des copains. Quand le paternel a débarrassé le plancher pour vivre plus intelligemment ailleurs, c'est le frère aîné, Robert, nouveau chef de famille, qui tente de la remettre sur le droit chemin en lui envoyant des beignes chaque fois qu'elle prend un air faraud ou qu'elle s'est empoignée avec leur mère. L’objectif de la caméra observe tout ce remue-ménage avec une âpreté radicale, en repérant chaque signe de délire, chaque geste forcené. Pialat et les bonnes manières, ça fait deux.

Suzanne aime un joli garçon qui le lui rend bien. Mais pour des raisons qu'elle s'explique mal, elle se refuse à lui. Elle cherche en revanche, avec des mecs qu'elle connaît peu et pour lesquels elle n’éprouve pas l'ombre d'un sentiment, des moments de plaisir sexuel intense. Candidement, elle confie à l'un de ses amants d’un soir que l'adoration qu’elle éprouve pour son père est si violente qu’elle ne laisse pas de place à une autre passion. Pialat ne se pique pas de connaissances psychanalytiques. Il ne croit guère aux explications sommaires que les gens donnent de leur propre comportement. Il ne rabote pas non plus la réalité pour en tirer des lois générales. Il sait seulement que l'amour est la grande histoire de la vie de chacun et que personne n'est armé pour la vivre. Lorsque Suzanne se retourne et nous fixe dans les yeux, son regard a mal et nous fait mal. "C'est difficile d'aimer, ce n'est pas difficile de coucher, commente le réalisateur. Il suffit de ne pas savoir résister, et le premier venu convient." C'est ce qui arrive à la petite Suzanne qui aime "ça" mais qui pleure de se trouver le cœur sec. Elle éprouve, sans phrase, le sentiment tragique de l'existence. Sortie de l'enfance, ses premiers orgasmes lui ont donné le vertige de vivre. Comme si baiser, c'était aussi se faire baiser. À la fin du film, son père, au moment où ils vont se quitter, le lui dira à sa façon de papa peu doué pour les confidences, à la façon de Pialat qui tient le rôle magnifiquement : "Tu n'es pas aimante, Suzanne !"


Image



À nos amours : le titre est bien dans le ton d’un cinéaste qui, pour tenir son désespoir à distance, traite le malheur en anecdote de comptoir. Le constat cruel que la vie n’est pas une partie de plaisir se traduit par des formules populaires empreintes de sarcasme : tu espères échapper à un destin morose mais passe ton bac d’abord ; après avoir pensé découvrir l’amour, conviens avec ta compagne que vous ne vieillirez pas ensemble, et en fin de compte, prépare-toi à crever la gueule ouverte. Personne ne sort pas de ce ratage, chacun reste condamné à l’impasse et otage des incompréhensions. Cinéaste de l’implosion, Pagnol des banlieues grises qui aurait mis du vinaigre dans son pastis, Pialat filme au noir, sans fleurs ni couronnes. À peine esquisse-t-il une issue : la fuite. Fuir la famille à l’immobilisme mortifère, où l’on se flanque des tartes, fuir l’école qui ne propose rien que des destins tous tracés, fuir le mariage parce qu’on s’y retrouve avec de la vaisselle plein l’avenir et un mari phallocrate. Marcher dans le vide, vers le déracinement, refuser les normes. "Y’a un jour où on en a assez", dit le père d'À nos Amours. Le film se clôt par un plan où on le voit s'enfoncer dans l'obscurité d'un tunnel et où sa fille s'envole vers San Diego et le néant. Suzanne, on l'a vue au début cheminer le long d'une autoroute, à contresens du trafic des voitures. Symbole de sa détermination à tourner le dos aux routes balisées. Le père indigne fout le camp, la fille indigne se conduit à contre courant. Pialat marche à l'envers et ses héros se mettent le monde à dos. Lors de la scène inouïe où le père fait sa réapparition au beau milieu d’un repas familial, après avoir disparu plus d’un an, c’est de toute évidence Pialat, l’homme, l’artiste, qui assène à chacun quelques vérités de son cru, oblige à prêter l’oreille à des propos désobligeants mais vrais jusqu’à l’insupportable, puis se retire en laissant derrière lui des traînées d'embarras. C’est lui qui fustige les goûts du moment, ceux qui sont prêts à tout pour arriver, ces tiroirs-caisses qui sont soumis au pouvoir de l'argent, et lance sa diatribe contre les tristes en citant la phrase que Van Gogh aurait prononcée sur son lit de mort : "La tristesse durera toujours" — peut-être la clé du film. Comme tout le monde, il a longtemps cru que le peintre parlait de sa propre vie, jusqu'au jour où il a compris que non, Van Gogh parlait des autres, et qu'il fallait lutter, comme il le fait, contre les gens tristes. Les tristes, ce sont les convives rassemblés autour de la table, les hypocrites, les marchands, les dandys, le frère, la mère, les pièces rapportées, tous résignés, fatalistes, tous accusés d'être un frein à l'épanouissement. Il n'y a que chez Suzanne que le père discerne un désir de lutter contre la tristesse. Il l'apostrophe : "N'est-ce-pas, mademoiselle Suzanne ? T'es comme eux ? "

Chacun des personnages s'arrachant de la funèbre cellule familiale retombe dans une geôle tout aussi sinistre, celle du couple où l'on s'entredéchire. Pialat place d'emblée cette vie rythmée de scènes de ménage sous le signe du théâtre ("C'est mieux qu'au Théâtre de Poche", commente Robert lors de l'une des séquences où mère et fille se crêpent le chignon). Pour lui, les sentiments sont liés à la vitalité, l'amour est physique. Mais ici, c'est la boulimie de Suzanne à satisfaire un insatiable appétit sexuel qui la perd. Volage selon son frère, elle enchaîne les expériences mortes-nées sans arriver à s'attacher, se conduit en collectionneuse, comme dirait Éric Rohmer. Elle se jette à corps perdu dans une frénésie qui l'éloigne du bonheur. Deux personnages sont responsables de ce désert affectif. Le premier est Luc. Elle le trompe, le rejette, car il a le tort de l'aimer et de la renvoyer à sa propre incapacité de répondre à son amour. Elle avouera que la seule fois où elle a été heureuse, c'était jadis, avec lui. C'est l'ineffaçable remords d'avoir causé tant de douleur à ce garçon sincère qui la paralyse. Mais elle assume sa dérive inéluctable : la nuit passée avec l'Américain rencontré au bal du village, le désir assouvi suivi par la conscience d'être salie par un "connard". Elle pleure dans son lit, disant ne pas regretter mais confessant à quel point tout cela est moche.


Image



Le second personnage, plus crucial encore, est le père. Un père qui cajole sa fille depuis qu'elle est toute petite, qui surveille ses sorties depuis qu'elle est en âge de coucher et qui, peut-être, s'éloigne du foyer pour éviter l'irréparable. Leurs rencontres sont d’extraordinaires minutes de vérité : Suzanne ne sait trop quoi répondre aux remarques incisives de celui qu’elle chérit et admire plus que n’importe quel homme, mais elles lui donnent à réfléchir, lui apportent un nouveau souffle. Séquence magnifique, pleine de grâce, et improvisée dit-on : unis par une forte complicité, le père et la fille se confessent leur vie sentimentale. Après lui avoir demandé si elle ne trouvait pas bizarre que les parents et les enfants n’osent jamais parler de "ça", question doublée d'un non-dit, hantée par le geste interdit, il lui demande où est passée sa fossette qu’elle portait depuis sa plus tendre enfance. Suzanne rétorque qu’elle en en avait marre elle aussi, et qu’elle est donc partie. L'inceste rôde entre le père et sa fille troublés l'un par l'autre (surprise au lit avec une amie, Suzanne lance à son père que celle-ci le trouve mignon), dans le huis clos familial où l’héroïne s'asphyxie. Car Suzanne vit chez elle sous haute surveillance. Son intimité est régulièrement violée : sa mère fouille ses affaires, lit ses lettres, jette une robe trop sexy et lui reproche de dormir sans chemise de nuit. Ici, son puritanisme se teinte de jalousie. Elle n'admet pas que le corps de Suzanne soit devenu plus désirable que le sien. Lorsque la mère réveille sa fille, dominant de sa nerveuse stature verticale son corps alangui, cette dernière se redresse, son dos nu envahit les deux tiers de l'écran et refoule la mère vers l'arrière-plan. C’est dans le mouvement que Pialat fait surgir ce motif d'Ingres nacré par Renoir, et renvoie la marâtre en coulisses, pantin électrifié par ses hystéries.

Insoumise, Suzanne est la seule à n’avoir honte ni de son corps ni du plaisir qu'elle lui offre. Peu lui importe que sa jouissance bouleverse les pudeurs de ses proches, elle ne se culpabilise que du mal qu'elle fait à son premier amour, le seul garçon par lequel elle ne s'est jamais laissée toucher. Tel est en effet le drame du monde dépeint par Pialat : si peu de caresses et autant de gestes déplacés. Une accumulation de calottes, baffes, gifles et torgnoles. Une succession de coups bas. Les individus s'attirent et se cognent violemment. La convulsion fait des ravages quand elle ne se limite plus à l'agression verbale. Non réconciliés, les personnages ne contrôlent plus leurs affects et se comportent en délinquants domestiques. Et même si nous est constamment souligné le besoin de complémentarité entre deux êtres qui s’aiment, rien à faire, la violence vient d'en bas, les corps se débattent, s'avachissent, s'effondrent et agonisent. Le doute ronge les âmes et colle les carcasses au sol. À nos Amours est moins fait de "scènes de la vie" que de lambeaux de névroses familiales, d'émotions à l'état brut, et c’est la raison pour laquelle il retourne les sangs. En débusquant l'âme, la souffrance, la psychose de notre société, il nous rappelle cette vérité terrible : c'est quand il a disparu que l'on a conscience que l’amour existe.


Image
Last edited by Thaddeus on 28 Jun 19, 16:01, edited 5 times in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: À nos amours (Maurice Pialat - 1983)

Post by Jeremy Fox »

Magnifique... comme la plupart des films de Pialat. Tu m'a donné envie de le revoir tiens.