Le Dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Le Dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Thaddeus »

Image

Jordan White wrote:Le dernier empereur : Bernardo Bertolucci nous fait sa grande fresque historique avec deux cents figurants dans le décor et de la belle musique pour appuyer chaque image d'une émotion qu'il veut la plus lyrique possible. Le tout tourné en anglais, dont j'ai du mal à comprendre l'intérêt ici quand on évoque la vie d'un Empereur d'origine mandchourienne, le dernier ayant eu son règne en Chine avant l'arrivée de la dictature de Mao Zedong. Je suppose que casting international oblige (enfin y'a Peter O'toole quoi) et que pour concourir aux Oscar il n'y avait pas d'autres choix possibles. Parce qu'entre deux scènes on entend bien certains acteurs parler mandarin ou cantonnais.

Le film dans ses grandes lignes est d'un académisme sage, posé, comme si en bon élève discipliné ayant bien appris sa leçon, le réalisateur fournissait le minimum, en laissant ses acteurs parler. Je n'ai cependant pas trouvé le casting à la hauteur des ambitions, tout ce qui retourne de l'interprétation me semblant bien fade, trop poli. Le sujet méritait peut-être davantage de mouvements, davantage de passion, ici ça sonne désespérement creux, rien ne va au delà du joliment illustratif.
Pour tout dire je me suis bien ennuyé, trouvant le temps très long.
Le film est plat, qu'est-ce que c'est chiant quoi...Un bon gros Zzzzzzzz.
Reste la partie la plus raffinée, celle de l'époque 1927 où ça se réveille un peu et le final, malgré l'atroce parade communiste avec le livre rouge dans les mains des partisans de l'ordre nouveau avec les posters géants de Mao. Beaux vitraux, belle porcelaine, mais y'a rien dedans quoi.
4.5/10
bruce randylan wrote:
Jericho wrote:Le Dernier Empereur : Restauration 4K et Conversion 3D

http://www.hdnumerique.com/actualite/ar ... on-3d.html
J'ai vu cette version 3D à la cinémathèque. Bertolucci qui était présent expliquait qu'il n'est pas du tout à l'origine du projet. Il a découvert ça alors que les travaux avait déjà commencé. Mais l'idée lui a plu et il semblait content que ça existe (mais être non plus d'un enthousiasme débordant). A noter qu'il s'agit bel et bien de la version cinéma et pas de la version longue (director's cut ?)
Quant au résultat, comme souvent ça reste vraiment limité. L'apport se sent sur quelques plans larges quand les personnages (surtout enfants) se retrouvent tout petit au milieu de la Cité Interndite. Mais dans 90% des cas, c'est surtout qu'anecdotique j'ai eut l'impression.

Pour le film, je l'avais pas revu depuis une éternité. Il m'a fallut 15-20 minutes pour me sentir concerner par les personnages. Ensuite, c'est vraiment très bien pendant heure avec cette partie "empereur sans empire" mais toujours régie par des règles strictes. La suite me parait un peu trop élagué/précipité pour me ravir totalement ; ca manque un peu de vie, d'approfondissement (l'espionne par exemple). On sent qu'il y a du avoir pas mal de coups de ciseaux au montage dans les parties "mondaines" et relation avec les japonais. J'aurais bien aimé aussi que le film s'attarde plus sur les derniers années de sa vie après sa sortie de "camp de ré-insertion".
Mais ce destin incroyable et la facture visuelle du film font que je ne me suis ennuyer nécessairement. Au contraire. Juste un peu frustré.
Last edited by Thaddeus on 27 Jul 15, 15:05, edited 1 time in total.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Thaddeus »

Image


La tragédie d’un déraciné



À trois ans, on l'appelait le Fils du Ciel. Le garçonnet, ainsi élevé si jeune au rang de dieu vivant, ignore encore qu'il sera le dernier empereur de Chine. Sa vie commence avec juste ce qu'il faut d’apparat démesuré, de bruissements d’étoffe derrière la majesté imposante des hauts murs de la Cité interdite, première prison de Pu Yi, brutalement jeté de l'enfance dans la fosse impitoyable de l'Histoire. En 1911, trois ans à peine après son accession au trône, les partisans de Sun Yat-Sen proclament la République, et Pu Yi, autorisé à conserver son titre, n'est déjà plus qu'un symbole. Entouré de sa cour, ignorant de ce qui se passe à l’extérieur, il poursuit une éducation qui s'ouvre sur le monde avec l'arrivée, en 1919, de Reginald Johnston, professeur d'anglais. Pour le distraire, on le marie bientôt à une jolie Chinoise de bonne famille, Wan Jung. En 1924, expulsé de son palais, il trouve refuge à la légation japonaise de Pékin avant de s'installer à Tien-Tsin, port cosmopolite, où il va mener l'existence d'un play boy. Les Japonais lui offrent le trône de la Mandchourie, état autonome dont il n'est que le souverain fantoche. En 1945, accusé de collaboration avec l’ennemi, il est fait prisonnier par les Soviétiques puis remis, en 1950, aux dirigeants du nouveau régime. Interné pendant neuf ans, l'ex-empereur, devenu le matricule 981, fait son autocritique, est libéré pour bonne conduite, et finit sa vie comme humble jardinier. Bertolucci raconte tout cela : soixante ans d’une vie parcourue en deux heures quarante fastueuses, durée nécessaire pour atteindre l'épaisseur et la temporalité du romanesque.

Les craintes pouvaient être nombreuses. Pour commencer, il s'agit d'une superproduction internationale et l'on sait que les films à vocation de divertissement universel ont presque toujours raison des ambitions les plus pures, que de solides réputations s'y engloutissent et que le paraître y étend un empire qui laisse peu de chance à l'être d'un simple cinéaste, fût-il un lion furieux. Ensuite, à supposer que Bertolucci ait parfaitement réussi à dominer les moyens dont il disposait et qu'il soit parvenu à demeurer Bertolucci à tous les stades de son impressionnante entreprise, il était permis de redouter qu'il n'ait pas eu le cœur de s'insurger contre ses propres dispositions à l'emphase. Sa filmographie ne manque pas de moments d'égarement, fruits d'un goût du drame lyrique mal contrôlé. Un piège lui était tendu : que tant d’abondance n'accouche que d'un "beau spectacle", bien léché, bien huilé, ciselé pour séduire, inféodé aux orthodoxies de la très officielle China Film Corporation. Que d'un budget imposant (25 millions de dollars), d'une débauche de figurants tout empanachés de tralalas en plumes et broderies d’époque, ne naisse que l'un de ces produits d’exportation culturelle où tant de grands réalisateurs ont perdu un peu de leur âme. Bref, la partie ne paraissait pas gagnée d'avance.


Image



Ici elle l’est, même si tout ne tient pas la note de la remarquable première heure, consacrée à l’enfance de Pu Yi. Des pagodes aux toits d'émail, du trône laqué sur lequel on assoit le petit prince aux grimaçantes magnificences des sculptures, c'est l'enchantement. Étendards bariolés et lampions fleuris, trésors de jade et d'agathe, mandarins et palanquins, armées de dragons héraldiques, divinités bouddhiques, vestiges de vieilles légendes : tout déborde d'une opulence baroque. Illuminé par l'éclat des ors et des rouges, le décor exubérant de la Chine impériale ne pouvait engendrer qu'un film somptueux. D'autant qu'à l'image d'un Visconti célébrant les luxes de l'aristocratie italienne, Bertolucci semble avoir été fasciné par les arabesques d'une dynastie déchue. Les séquences étonnantes abondent : l'enfant présenté à la vieille douairière Tzu-Hsui qui va mourir et le proclame empereur, le même saluant la fine fleur de son royaume rassemblée dans son palais, les milliers de courtisans qui se prosternent devant le petit Peter Pan oriental après que celui-ci a franchi l’ample rideau jaune flottant doucement au vent, les serviteurs qui dénouent les dizaines de vêtements des jeunes époux, les sensuelles parties de colin-maillard de part et d'autre d'un voile de soie tendu sur un fil, la nuit de noces où l’amour se fait sous un drap qu’un incendie éclaire...

Si les bouleversements de l'Histoire s'arrêtent aux portes de la Cité interdite, les échos des révoltes et de leur répression parviennent aux oreilles de l’empereur, mais le cérémonial auquel il est soumis ne lui conserve l’autorité qu'en apparence. En fait, ce rituel est maintenu pour mieux contraindre le jeune homme à se borner à n'être qu'une image. Tout au long de l'itinéraire initiatique (étant entendu que l'initiation se fait à la mesure de l'histoire d'un continent) qui le mène de son château de cartes à son camp de rééducation, il apprend à ne plus être cette image charmante et dérisoire que la République chinoise a fait de lui. Bertolucci peint un être dont la vie s'est avant tout pensée en termes de représentation, et qui ne perdra ses dernières défroques que dans la Chine communiste, avant que la Révolution culturelle ne vienne à son tour dénoncer les mensonges de ce qu'on tenait pour irréfutable. C’est ici que le bât blesse. Moins convaincante est la reconstitution de cette période, plombée par un académisme que le réalisateur avait su éviter jusqu’alors. Un peu vidé, il se contente d'assurer la visite guidée et les relations publiques, à la manière désincarnée d’une expostion "trésors et mystères de l’Orient" aux Galeries Lafayette : brocante de sensations touristiques (la Mandchourie éternelle en forfait "chameau"), d'efforts pédagogiques (le pourquoi du comment tout en flashbackeries feignasses) et de remerciements diplomatiques, voire idéologiques (un peu forte de thé, l'évocation caricaturée du bouleversement maoïste, alors qu'on sait que les Gardes Rouges ont probablement bousculé très fort leur ex-empereur). Autant de lenteurs et de maladresses qui, bien que dommageables, se laissent pardonner au regard du mouvement global du film, de ses enjeux profonds, et surtout de ce que de nombreuses autres scènes ont à offrir.


Image



Car les meilleurs instants sont peut-être les moins grandioses : Le Dernier Empereur est surtout une œuvre intimiste. Ce sont les fugaces mouvements de révolte d'un éternel enfant séparé de sa mère puis de sa nourrice et enfin de sa femme, qui vit sous le signe du manque (une scène le montre adolescent dégrafer le corsage de sa nourrice et s'abandonner sur son sein), et qui souffre de l'absence d'une figure paternelle. Une large part du film est ainsi consacrée à la relation du jeune empereur avec Johnston, son précepteur écossais, qui connaît et respecte la Chine mais chamboule quelque peu les traditions. Il est le passeur entre l'Occident et l'Orient. Si la bicyclette qu'il offre à Pu Yi préfigure de façon ironique les millions de vélos de la Chine moderne, elle est surtout le symbole ambigu d'une certaine forme de liberté pour le héros (au grand dam de son entourage), mais qui rend d'autant plus manifeste son enfermement au sein du palais. Ce personnage offre quelques-unes des séquences les plus élégantes, légères, souvent drôles — jusqu'à ce que le rire se glace, comme lorsque le héros, en tenue occidentale, joue au tennis sous l'arbitrage d'un Johnston plus british que jamais et où on vient l'arrêter : irruption de la politique dans le jeu, comme si tout cela n'était qu'une gigantesque farce de l'histoire, une blague de mauvais goût, à la fois tragique et ridicule.

C’est que le gamin candide, amené à braver les interdits (couper sa natte, porter des lunettes…), est en perpétuelle recherche d'une identité, bloqué dans l'impossibilité de devenir adulte, contraint par la dialectique de l'ordre et du désordre (le palais se dégrade et sa femme devient folle tandis que s'organise la Chine de Mao). Moutard entraînant au pas de course, dans le labyrinthe des salles et des escaliers, une théorie de vieux eunuques essoufflés, puis montreur de chimères dans un théâtre de marionnettes où il ne lui reste plus que le pauvre plaisir d’en tirer quelques ficelles, Pu Yi se réduit peu à peu à un désert de peau lisse et aveugle, un trou noir par où s’engouffre toute la dépression du monde, masque mortuaire s’abandonnant à la drogue d’une overdose de mains serviles qui le palpent à travers une pièce de soie tendue. Durant toute sa vie, il n’aura fait que passer d'une prison à une autre, et n’aura pu exercer qu'un simulacre de pouvoir, un pouvoir factice et théâtral, de pure forme, impuissant qu'il sera à aller contre le cours de l'Histoire. Ce qui passionne Bertolucci est le mouvement entre permanence et mutation, changement et pérennité d'une culture millénaire, parasitée par les mutations événementielles ou historiques. Deux ans de préparatifs et six mois de tournage n'ont pas perverti sa volonté d'explorer les traumatismes de son héros. Renonçant à l'hagiographie linéaire, il a choisi de morceler son récit de souvenirs éclatés afin d'illustrer la tragédie d'un homme déraciné, abandonné par son destin. Morceaux choisis comme autant de séquences qui éclairent la personnalité de Pu Yi. Sans les juger, il montre ainsi sa progressive déchéance, sa faiblesse maladive, ses sursauts velléitaires, ses choix malheureux et son incapacité notoire à diriger son existence. Servi par le subtil travail de Vittorio Storaro, qui en rythme de couleurs différentes les étapes essentielles, il est parvenu à rendre sensible l’injustice de cette vie unique, le tourbillon des pensées qui agitent le dernier empereur, ses éternelles aspirations jamais abouties.


Image
Last edited by Thaddeus on 2 Jul 19, 10:09, edited 3 times in total.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Demi-Lune »

Un pilier fondamental de ma cinéphilie.
Je développerai plus tard.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Jeremy Fox »

Magnifique. Pas revu depuis longtemps par contre. Ça ne saurait tarder.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11641
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Karras »

J'ai du mal à séparer ce film de sa B.O. qui, à ce jour, est toujours mon thème de film préféré. C'est une des raisons qui me pousse à le revoir assez régulièrement.

User avatar
El Dadal
Directeur photo
Posts: 5437
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by El Dadal »

J'approuve Karras. D'ailleurs, si j'étais croyant, mon dieu prendrait les traits de Ryuichi-san :P
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10269
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by odelay »

C'est cette version que je préfère de Ryuichi-san. les deux solos du début sont fascinants et quand ils jouent avec tout l'orchestre l'émotion est là. Il ne l'avait pas volé son Oscar malgré le très haut niveau des autres concurrents (les sorcières d'Eastwick, Empire du Soleil, Les Incorruptibles et l'excellent Cry Freedom de Fenton, que des classiques! aujourd'hui on a plus le choix de l'embarras à qq exceptions près).

Bogus
Electro
Posts: 807
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Bogus »

Gros souvenir d'enfance que j'ai revu il y a quelques mois.
J'aime beaucoup le film dans sa première moitié, en gros jusqu'à ce que Puyi quitte la cité interdite (peut-être même avant, jusqu'au mariage). Cet empereur enfermé entre 4 murs avec sa cour et qui vivent dans un autre espace temps pendant que l'Histoire suit son cours en hors-champs, ne se manifestant qu'à travers des bruits lointains derrière les remparts, c'est très beau et passionnant.
Playboy, empereur fantoche... ce personnage perpétuellement en quête d'identité est fascinant, malheureusement la seconde partie du film est minée par quelques longueurs (et le personnage de la cousine espionne est totalement bazardé) mais la fin est très belle.
Superbe BO en effet.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45531
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Flol »

odelay wrote:C'est cette version que je préfère de Ryuichi-san. les deux solos du début sont fascinants et quand ils jouent avec tout l'orchestre l'émotion est là. Il ne l'avait pas volé son Oscar malgré le très haut niveau des autres concurrents (les sorcières d'Eastwick, Empire du Soleil, Les Incorruptibles et l'excellent Cry Freedom de Fenton, que des classiques!
D'ailleurs en parlant de Fenton, il se rappellera de la compo de Sakamoto quelques années plus tard pour son magnifique Anna & the King :

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Jeremy Fox »

Jeremy Fox wrote:Magnifique. Pas revu depuis longtemps par contre. Ça ne saurait tarder.
4 ans après, c'est fait ; et malheureusement je rejoins désormais en gros l'avis de Jordan White :( Très grosse déconvenue ; pour certains films on devrait se contenter des beaux souvenirs de leurs découvertes.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15103
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Le Dernier empereur (Bernardo Bertolucci - 1987)

Post by Watkinssien »

Quel dommage. :wink:

Mes révisions n'ont jamais entaché le plaisir et l'émotion que j'ai à suivre cette fresque ample et majestueuse, qui réussit, à mon sens, à ne jamais se mêler les pinceaux devant toutes ses thématiques, ses enjeux, ses rebondissements, ses pulsations.

Bertolucci retrouvait un sens romanesque dans un drame amenant l'idée que la grandeur la plus absolue peut se réduire à la plus pathétique des banalités. Avec des acteurs impériaux (sans jeu de mots), une reconstitution impressionnante et une alchimie entre intimité et spectaculaire toujours aussi impressionnante.
Image

Mother, I miss you :(