Ken Loach

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Vic Vega
Roi du BITE
Posts: 3370
Joined: 15 Apr 03, 10:20
Location: South Bay

Post by Vic Vega »

Jeremy Fox wrote:
Pancake wrote: Ca commence à sentir le manque d'inspiration et les coups de bélier dans les portes ouvertes chez Loach je trouve...surtout avec ce film là. Parmi les derniers, je trouve Sweet Sixteen beaucoup plus touchant, ces Navigators sont beaucoup trop mécaniques à mes yeux.
Mécaniques, je ne vois pas trop : les personnages sont bien senties, humains et la critique de ces abus mérite qu'on s'y attarde un peu
Moi non plus, ce n'est pas Dogville et ses persos pantins de la vision du cinéaste: ceux du Loach sont drôles, touchants, humains (les personnages de patrons ne sont d'ailleurs pas diabolisés ou caricaturés). Enfonçage de portes ouvertes? J'y vois plutôt du désenchantement, un constat d'un certain échec de la lutte militante, constat qui colle à l'époque.
ImageImageImageImage
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 12762
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Just a kiss : Un Ken Loach grand cru. Le réalisateur délaisse quelque peu ses thèmes de prédilection (trame sociale, classe ouvrière...) pour s'attaquer (ou plutôt s'attacher) à une histoire d'amour simple et belle.
Certes, tout n'est pas rôse, loin de là : elle est irlandaise catholique, il est musulman d'origine pakistanaise. Tous les deux vivent à Glasgow et s'aiment, au nez et à la barbe des conventions, des traditions religieuses et du racisme ambiant.
Just a kiss prend quelque peu le contre-pied du Ken Loach précédent, Sweet Sixteen, plus dur et moins fleur bleue dans son approche scénaristique.
Ici, l'alchimie fonctionne parfaitement entre les deux acteurs, épatants de vérité. Les scènes d'amour, filmées au corps à corps, sont à la fois simples et très troublantes.
La musique est magnifique, notamment les partitions au piano jouées par l'héroïne (elle est prof de musique).
Bref, une excellente surprise pour cette énième variation d'un Roméo et Juliette moderne à l'accent écossais.

8,5/10
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

Memento wrote:Just a kiss : Un Ken Loach grand cru. Le réalisateur délaisse quelque peu ses thèmes de prédilection (trame sociale, classe ouvrière...) pour s'attaquer (ou plutôt s'attacher) à une histoire d'amour simple et belle.
Certes, tout n'est pas rôse, loin de là : elle est irlandaise catholique, il est musulman d'origine pakistanaise. Tous les deux vivent à Glasgow et s'aiment, au nez et à la barbe des conventions, des traditions religieuses et du racisme ambiant.
Just a kiss prend quelque peu le contre-pied du Ken Loach précédent, Sweet Sixteen, plus dur et moins fleur bleue dans son approche scénaristique.
Ici, l'alchimie fonctionne parfaitement entre les deux acteurs, épatants de vérité. Les scènes d'amour, filmées au corps à corps, sont à la fois simples et très troublantes.
La musique est magnifique, notamment les partitions au piano jouées par l'héroïne (elle est prof de musique).
Bref, une excellente surprise pour cette énième variation d'un Roméo et Juliette moderne à l'accent écossais.

8,5/10
Des petites lourdeurs deça delà, un petit côté démonstratif de temps à autre, mais quelle belle mise en scène ! :D
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 12762
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Requiem wrote:
Memento wrote:Just a kiss : Un Ken Loach grand cru. Le réalisateur délaisse quelque peu ses thèmes de prédilection (trame sociale, classe ouvrière...) pour s'attaquer (ou plutôt s'attacher) à une histoire d'amour simple et belle.
Certes, tout n'est pas rôse, loin de là : elle est irlandaise catholique, il est musulman d'origine pakistanaise. Tous les deux vivent à Glasgow et s'aiment, au nez et à la barbe des conventions, des traditions religieuses et du racisme ambiant.
Just a kiss prend quelque peu le contre-pied du Ken Loach précédent, Sweet Sixteen, plus dur et moins fleur bleue dans son approche scénaristique.
Ici, l'alchimie fonctionne parfaitement entre les deux acteurs, épatants de vérité. Les scènes d'amour, filmées au corps à corps, sont à la fois simples et très troublantes.
La musique est magnifique, notamment les partitions au piano jouées par l'héroïne (elle est prof de musique).
Bref, une excellente surprise pour cette énième variation d'un Roméo et Juliette moderne à l'accent écossais.

8,5/10
Des petites lourdeurs deça delà, un petit côté démonstratif de temps à autre, mais quelle belle mise en scène ! :D
C'est aussi ce que j'avais lu dans certaines critiques, mais je ne l'ai pas vraiment ressenti. Peut-être la scène du curé un peu trop appuyée ou certaines réactions des parents pakistanais, mais je pense qu'on n'est pas loin de la vérité, et au bout du compte l'émotion l'a emporté en ce qui me concerne. :wink:
J'ai oublié de mentionner la petite soeur du héros, qui est remarquable de justesse (très belle scène d'ouverture).
Tite Bouh
Je kiffe ta race
Posts: 8067
Joined: 16 Jul 03, 12:25
Last.fm

Post by Tite Bouh »

Just a Kiss

9/10

Un film sublime et merveilleusement bien mis en scène. Des acteurs peu connu qui jouent parfaitement bien. Une histoire touchante au possible. Un beau mélange qui donne un film réussit.
Breezy
Passe ton bac d'abord
Posts: 8023
Joined: 13 Apr 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Location: Brigadoon

Post by Breezy »

tite bouh wrote:Just a Kiss

9/10

Un film sublime et merveilleusement bien mis en scène. Des acteurs peu connu qui jouent parfaitement bien. Une histoire touchante au possible. Un beau mélange qui donne un film réussit.
Un Ken Loach bon cru accompagné d'un regard subtil et intelligent sur cette confrontation entre deux milieux radicalement opposés.
Le scenario est somme toute assez classique mais quelle mise en scène :D
Un très beau et joli moment!
Image
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21095
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

RAINING STONES de Ken Loach
Pas de surprises dans ce film typique de Loach: des chomeurs dans la mouise essayent de s'en sortir. Malgré tout, leur sympathie me fait adhérer au film. La fin est un peu en deça du reste, ainsi que la musique (cheap est souvent exagérément mélodramatique ou à suspense alors que la scène ne s'y prête pas beaucoup... enfin c'est mon avis!).

Master moyen, surtout à cause du télécinéma bizarre qui fait apparaitre comme des défauts de compressions alors que ça vient du traitement du grain omniprésent (on dirait presque du bruit vidéo d'ailleurs). On est loin des masters des films actuels de Loach...
Nicolas Mag
Cadreur
Posts: 4016
Joined: 25 Apr 03, 16:11
Location: Lille 59

Post by Nicolas Mag »

je decouvre raining stones que je cherchais à voir depuis longtemps vu sa reputation et bien du coup c'est deçu que j'en ressort, même si l'on ne s'ennuie pas le film tient sur pas grand chose si bien qu'une demi heure aurait peut être suffit, et il y a un truc avec quoi j'ai du mal c'est la determination du type à vouloir que sa gamine soit comme une riche (bref le gars se se satisfait de rien il veut toujours plus, et pour en rajouter à un moment ou les problèmes s'accumulent) bref aussi deçu de ne rien de vraiment mémorable dans le film, je préfère quand même My name is Joe et bien sur Land and freedom mais celui est un peu à part dans sa filmographie.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

NICOLAS mag wrote:je decouvre raining stones que je cherchais à voir depuis longtemps vu sa reputation et bien du coup c'est deçu que j'en ressort, même si l'on ne s'ennuie pas le film tient sur pas grand chose si bien qu'une demi heure aurait peut être suffit, et il y a un truc avec quoi j'ai du mal c'est la determination du type à vouloir que sa gamine soit comme une riche (bref le gars se se satisfait de rien il veut toujours plus, et pour en rajouter à un moment ou les problèmes s'accumulent) bref aussi deçu de ne rien de vraiment mémorable dans le film, je préfère quand même My name is Joe et bien sur Land and freedom mais celui est un peu à part dans sa filmographie.
"Raining Stones" est un des premiers Ken Loach à m'avoir profondément énervé. C'est à partir de ce film que Loach s'est "radicalisé", peut-être au fur et à mesure que le monde se libéralisait, s'éloignant de son modèle politique et social rêvé.
Mais ça n'excuse pas pour moi les excès de "Raining Stones" ou de "Ladybird" au discours révolutionnaire digne d'Arlette. Il y a bien eu quelques exceptions dans sa filmo depuis cette époque ("Sweet Sixteen", "Just A Kiss") mais cette tendance révolutionnaire extrêmement caricaturale (avec justification de la violence) est devenue globalement sa norme depuis.
"Kes", "Family Life", "Looks And Smiles" étaient quand même beaucoup plus subtils.
murphy
Ray Charles
Posts: 12466
Joined: 18 Aug 05, 13:29

Post by murphy »

Family Life - Ken Loach

Le speech : Une jeune femme fait une dépression après que sa mère l'ait obligé à avorter. Le film raconte l'histoire de cette dépression, de la relation conflictuelle de cette fille avec ses parents (pas commmodes), de son entrée en hopital psy.
Malgré l'aide d'un mèdecin "moderne", elle sera ensuite confier à des toubibs au méthode beaucoup moins douce (électrochocs en série).

Mon avis surtout : je l'ai préféré à Poor Cow (qui est sur le même dvd) mais ca reste quand même hyper glauque par son sujet, et c'est assez dur à voir, je crois pas que je le reverrais de sitôt.
L'actrice est très attachante (contraiement à Poor Cow où le personnage a l'air quand même particulièremment tarte et je me suis très vite désintéressé de son sort) et on a mal pour elle. Et la scène finale est vraiment super super glauque. (Mince, j'ai dit déjà dit qu c'était "glauque" plus haut, ca fait répétitif mais c'est le seul qualificatif que j'ai en tête)

Le dernier film récent que j'ai vu de Loach, c'est "Just a kiss", il s'est drôlement assagi parce que c'est premiers films étaient beaucoup plus rentre dedans.

Maintenant, j'aimerais bien revoir Kess.
irreversible
Stagiaire
Posts: 88
Joined: 7 Jun 05, 21:37

Post by irreversible »

AtCloseRange wrote:
NICOLAS mag wrote:je decouvre raining stones que je cherchais à voir depuis longtemps vu sa reputation et bien du coup c'est deçu que j'en ressort, même si l'on ne s'ennuie pas le film tient sur pas grand chose si bien qu'une demi heure aurait peut être suffit, et il y a un truc avec quoi j'ai du mal c'est la determination du type à vouloir que sa gamine soit comme une riche (bref le gars se se satisfait de rien il veut toujours plus, et pour en rajouter à un moment ou les problèmes s'accumulent) bref aussi deçu de ne rien de vraiment mémorable dans le film, je préfère quand même My name is Joe et bien sur Land and freedom mais celui est un peu à part dans sa filmographie.
"Raining Stones" est un des premiers Ken Loach à m'avoir profondément énervé. C'est à partir de ce film que Loach s'est "radicalisé", peut-être au fur et à mesure que le monde se libéralisait, s'éloignant de son modèle politique et social rêvé.
Mais ça n'excuse pas pour moi les excès de "Raining Stones" ou de "Ladybird" au discours révolutionnaire digne d'Arlette. Il y a bien eu quelques exceptions dans sa filmo depuis cette époque ("Sweet Sixteen", "Just A Kiss") mais cette tendance révolutionnaire extrêmement caricaturale (avec justification de la violence) est devenue globalement sa norme depuis.
"Kes", "Family Life", "Looks And Smiles" étaient quand même beaucoup plus subtils.
"Je n'aime pas Ken Loach, justement parce qu'il est didactique, idéologique. Il n'est pas primitif, il est primaire. Il n'est pas simple, il est simpliste. Il ne donne pas matière à penser, il est lui-même le reflet , l'illustration d'une idéologie, il ne m'apprend rien, il est redite. D'autre part, l'homme loachien est plat, il n'a que deux dimensions, celles de la surface, il n'est que social: ce qui lui manque, c'est la dimension en profondeur, la dimension métaphysique. Son homme est incomplet et il n'est souvent qu'un pantin. L'être humain chez Loach est conditionné uniquement par le social. (...) Pour lui, il n'y a qu'un problème social: celui du conflit des classes. En réalité, il ne s'agit là que d'un seul aspect du social."

Ionesco, Notes et contre-notes

J'ai remplacé Brecht par Loach dans son texte trouvant qu'il s'y appliquait si bien...
"Je fais du cinéma parce que je ne veux pas mourir." Andrzej Zulawski
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Notez les films du mois - août 2008

Post by Boubakar »

Kes (Ken Loach, 1969)

Merdouille, (légère) déception en vue. :?
Disons que je trouve les parties entre le jeune garçon et le faucon très intéressantes, malheureusement, elles sont trop rares. Les scènes à l'école, au foot, ou au vestiaire, me semblent superflues, je pense que Loach aurait dû plus resserrer son histoire sur les deux personnages, ce qu'il fait, mais un peu trop tard. (quand l'enfant s'amuse avec un fil dans un pré)
Et le film dispose d'une prise de son épouvantable ; d'une part, on comprend très mal ce qu'ils disent (heureusement que j'ai pu le voir en stf), et d'autre part, le son sature très rapidement, ça en devient assez pénible à écouter, ça m'a un peu gâché le visionnage.
Malgré ces quelques bémols, c'est quand même un très beau film, dans la droite lignée des (quelques) films de Loach que j'ai vu, avec une touche sociale pas déplaisante.
Et cette fin... :(
Cathwoman
Néo scapulaire
Néo scapulaire
Posts: 14624
Joined: 19 Nov 03, 11:32
Location: Au manoir de Ban

Re: Notez les films du mois - août 2008

Post by Cathwoman »

Boubakar wrote:Kes (Ken Loach, 1969)

Merdouille, (légère) déception en vue. :?
Disons que je trouve les parties entre le jeune garçon et le faucon très intéressantes, malheureusement, elles sont trop rares. Les scènes à l'école, au foot, ou au vestiaire, me semblent superflues, je pense que Loach aurait dû plus resserrer son histoire sur les deux personnages, ce qu'il fait, mais un peu trop tard. (quand l'enfant s'amuse avec un fil dans un pré).
C'est sûr que si tu t'attendais à voir un film du genre de "Mon amie Flicka" ou "Jody et le faon", je comprends que tu aies été déçu.
Mais il s'agit d'une chronique sociale, genre récurrent chez Loach, et si on enlève les scènes qui t'ont chagrinées, il n'y a plus de film. Le faucon dans le film est presque accessoire, tant ce qui importe est l'histoire du gamin et ses conditions de vie dans l'Angleterre-Nord de la fin des années 60.
Et le film dispose d'une prise de son épouvantable ; d'une part, on comprend très mal ce qu'ils disent (heureusement que j'ai pu le voir en stf), et d'autre part, le son sature très rapidement, ça en devient assez pénible à écouter, ça m'a un peu gâché le visionnage.
Je pense plutôt que ce qui t'as gêné, c'est l'accent gallois des personnages.
J'ai vu ce film pour la première fois au ciné-club de mon lycée, et les profs d'anglais qui y avaient assisté avaient reconnu qu'ils n'auraient rien compris sans les sous-titres.
Malgré ces quelques bémols, c'est quand même un très beau film, dans la droite lignée des (quelques) films de Loach que j'ai vu
Voilà.
avec une touche sociale pas déplaisante.
Encore une fois, il ne s'agit pas de "touche" sociale, mais de l'essentiel du propos de ce film.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15186
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Notez les films du mois - août 2008

Post by Watkinssien »

Kes est un grand film, tout simplement !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Notez les films du mois - août 2008

Post by Boubakar »

Watkinssien wrote:Kes est un grand film, tout simplement !
tu le classerais comme un des meilleurs films de Loach ? (j'en ai vu très peu, trois je crois)