La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45968
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Flol »

Et je ne vois pas trop ce qu'il y a de caricatural dans la scène où sa copine lui lâche un torrent homophobe en pleine gueule. Des ados comme ça, aussi stupides et ignorants, il y en a plein. J'ai même l'impression qu'il n'y a que ça, en ce moment.
Concernant les autres scènes que pointe A serious man, là je suis plutôt d'accord avec lui. Mais comme je l'ai déjà dit dans ce topic, ça n’entache en rien tout le bien que j'ai pu penser du film.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15839
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Père Jules »

A serious man wrote:les dialogues du film m'ont bel et bien semblé d'une vacuité sans nom, profondément artificiel et ce n'est pas arranger par une Léa Seydoux qui joue constamment a côté, les dialogues sur Sartre et Bob Marley sont justement profondément affligeant, pas parce qu'on mêlerais un nom de la culture académique avec un nom de la culture populaire, mais juste parce que ce genre de réplique pseudo érudite (et je vise ici l'écriture du personnage d'Emma censé être une étudiante de fac plus agé qu'Adéle qui l'initie a la culture) alors que ce ne sont que des lieux communs d'une platitude sans nom typique des dialogues d'un certains cinéma d'auteur français qui aiment mettre en scène des intellectuels avec ses étudiants et professeurs en lettres ou en arts.
La scéne de la dispute est également a côté de la plaque, impossible d'y croire en ce qui me concerne, tant Léa Seydoux y est exécrable et le manque de naturel ressort d'autant plus que les choix de Kechiche visent le naturalisme.
Dans le genre agaçant et artificiel et qui a déjà été pas mal souligné ici les caractérisation sociale a la truelle sans la moindre subtilité, les classe moyenne mangent des fruits de mer et parle Culture, les classe populaire ça mangent des spaghetti bolognaise (en gros plan comme ça a l'air dégueulasse) devant la télé, c'est méprisant.
Ou aussi la scène d'homophobie, non pas que ça n'existe pas chez les jeunes au lycée, j'ai suffisamment souffert des moqueries au collège pour savoir que les adolescents peuvent être très cruel entre eux, a plus forte raison lorsqu'il s'agit de quelqu'un ayant une orientation sexuelle différente, mais là c'est juste caricaturale, sans subtilité avec cette fille qui gueule: t'es mon amie! mais tu coucheras pas avec moi! etc
Encore une fois, l'écriture concerne deux jeunes filles, l'une à la bascule entre adolescence et âge adulte, et l'autre un poil plus mûre. Cela n'en demeure pas moins extrêmement jeune et ne peut à mon sens pas leur reprocher leur naïveté et la vacuité de leurs propos. Kechiche vise juste, si tant est qu'il ait prêté à ce dialogue en particulier, autant d'intérêt qu'aux silences, aux regards échangés. On peut être totalement critique mais ce serait injuste. A 18 ans je n'étais probablement pas plus érudit. Concernant la scène de la dispute, je n'arrive pas non plus à être aussi sévère. Sommes-nous vraiment justes, vraiment vrais dans ces moments-là ? Je n'ai pas vu suffisamment de film avec Léa Seydoux pour avoir un avis sur elle avant la vision du film. Elle est certes plus dans la composition que sa partenaire mais elle n'en est pas moins remarquable. La scène des retrouvailles dans le restau le prouve je trouve. Je ne comprends pas les reproches qu'on peut lui adresser. Concernant la "caractérisation sociale à la truelle" je ne vois pas en quoi ça porte préjudice à l'ensemble du récit. Est-ce que c'est vraiment là le sujet ? On suit Adèle, ses tentatives d'accomplissements en tant qu'ado,jeune adulte, femme. Que ses parents soient prolo ou non, cela ne change rien à son existence il me semble. Ce n'est en tout cas pas là-dessus que je me suis focalisé.
Last edited by Père Jules on 15 Mar 14, 19:36, edited 1 time in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90442
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Jeremy Fox »

Père Jules wrote:La scène des retrouvailles dans le restau le prouve je trouve.
La scène qui m'a le plus touché.
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7683
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by 7swans »

Je réagirais bien à tout ça, mais je crois que j'ai déjà tout dit page 8.
Pas envie de me répéter, le film ne m'inspire rien (de neuf).

Mais le coeur y est, hein.
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15839
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Père Jules »

Ratatouille wrote:Des ados comme ça, aussi stupides et ignorants, il y en a plein. J'ai même l'impression qu'il n'y a que ça, en ce moment.
Tu dis ça parce que tu es vieux.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45968
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Flol »

Je crois que 7swans pourrait dire EXACTEMENT la même chose que moi, étant donné la crise qu'il est obligé de gérer en ce moment sur Twitter. :lol:
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7683
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by 7swans »

Ratatouille wrote:Je crois que 7swans pourrait dire EXACTEMENT la même chose que moi, étant donné la crise qu'il est obligé de gérer en ce moment sur Twitter. :lol:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49073
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Boubakar »

7swans wrote:
Ratatouille wrote:Je crois que 7swans pourrait dire EXACTEMENT la même chose que moi, étant donné la crise qu'il est obligé de gérer en ce moment sur Twitter. :lol:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
A serious man
Doublure lumière
Posts: 311
Joined: 15 Feb 13, 21:24
Location: Bates motel

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by A serious man »

Père Jules wrote: Encore une fois, l'écriture concerne deux jeunes filles, l'une à la bascule entre adolescence et âge adulte, et l'autre un poil plus mûre. Cela n'en demeure pas moins extrêmement jeune et ne peut à mon sens pas leur reprocher leur naïveté et la vacuité de leurs propos. Kechiche vise juste, si tant est qu'il ait prêté à ce dialogue en particulier, autant d'intérêt qu'aux silences, aux regards échangés. On peut être totalement critique mais ce serait injuste. A 18 ans je n'étais probablement pas plus érudit.
les regards et les silences échangés m'ont semblé perdus au milieu de ces dialogues insignifiant là ou justement j'aurais préféré percevoir le contraire. Ces dialogues du type "j'étais très Sartre dans mes années lycée" m'ont parut totalement phagocyter les scènes de séduction entre les deux femmes. Encore une fois je reproche pas a Kechiche d'avoir fait des personnages qui ne sont pas érudit je lui reproche de faire des personnages qui sonnent faux, les références culturelle qu'il utilise m'agace parce qu'ils les utilisent mal et que ça correspond a un gimmick d'un certains cinéma d'auteur français qui semble incapable de dépeindre autre chose que des artistes ou des intellectuels, et qu'au fond il aurait tout a fait pu s'en passer, une fois de plus je trouve qu'Adéle est plutôt bien écrite et bien interprété mais ce n'est pas le cas d'Emma a mon avis et ça ne tient pas qu'au mauvais jeux de Léa Seydoux mais aussi a une caractérisation que je trouve maladroite et artificiel, alors que le film court après le naturel.
Sinon concernant l'érudition d'une jeune fille comme Emma, celle-ci est censé être étudiante en art plastique a la fac ou dans une école d'art je ne sais plus précisément, je pense être habilité a parler de ce milieu puisqu’étant étudiant en cinéma je suis moi même a la fac et probablement a peu prés du même age qu'Emma dans le film et je suis amené a fréquenté outre les étudiant de ma promo beaucoup d'étudiant en art et non j'en connais peu qui s'exprime comme ce personnage et surtout aucun étudiant en art ne s'aviserait de débiter les platitudes qu'elles débitent sur les impressionnistes, ça c'est juste une parenthèse pour expliquer éventuellement pourquoi je ne trouve pas le personnage d'Emma crédible dans la mesure ou elle représente plus ou moins un échantillon du milieu dans lequel je gravite :mrgreen:
(ça passe beaucoup mieux dans la deuxième partie quand elle est déjà une artiste qui commence a exposer, en tout cas cette partie là me choque moins)
Père Jules wrote:Concernant la scène de la dispute, je n'arrive pas non plus à être aussi sévère. Sommes-nous vraiment justes, vraiment vrais dans ces moments-là ?
je trouve quand même ça un peu facile de justifié des faiblesses de jeu ou d'écriture avec ce type d'argument. D'autant que dans la vie réelle, comme nous ne jouons pas il n'y a pas être vrais ou juste, on est c'est tout. Or là c'est un film, et le manque de naturel dans ce type de scéne pour moi c'est redhibitoire parce que ça se sent tout de suite, je n'ai pas cru une seule seconde a la colére de Léa Seydoux.
Père Jules wrote:Concernant la "caractérisation sociale à la truelle" je ne vois pas en quoi ça porte préjudice à l'ensemble du récit. Est-ce que c'est vraiment là le sujet ? On suit Adèle, ses tentatives d'accomplissements en tant qu'ado,jeune adulte, femme. Que ses parents soient prolo ou non, cela ne change rien à son existence il me semble. Ce n'est en tout cas pas là-dessus que je me suis focaliser.
Ce n'est pas parce que ce n'est pas le sujet du film, que ce traitement plein de clichés et de mépris n'est pas gênant, encore une fois on a un film d'un cinéaste qui se réclame d'un naturalisme proche de celui d'un pialat (que j'aime bien, mais qui a parfois aussi les défauts que je reproche a Kechiche) ou d'un Cassavetes (qui propose des film bien plus aboutie de ce point de vue) hors ce traitement est profondément artificiel et jure avec les ambitions du film et en plus je les trouve d'un mépris crasse et oui ça me dérange, la bande dessiné de Julie était autrement plus subtile et intéressante dans son traitement des deux famille et particulièrement de la famille prolo de Clémentine (devenue Adéle dans le film) qui n'est pas idéalisés (très très loin de là), mais qui a le mérite d'exister autrement que sous la forme de bouffeur de spaghetti abruti la télé (a la fin il y a même un lien entre Emma et la mère de sa compagne).
Au passage tu remarqueras que ce n'est pas la seule chose que je critique dans le film, si il n'y avait que ça peut être aurais-je pu apprécier le film, mais ça s'ajoute aux nombreuses autres choses qui m'ont agacé dans La vie d'Adéle, donc non en soit ça ne porte pas préjudice a l'ensemble mais ça n'en est pas moins un défaut gênant.

Bon aprés ça n'est qu'un ressentie personnel et a prendre juste comme tel, je ne cherche pas a imposer mes vues a qui que ce soit.
"Il ne faut pas être timide avec la caméra. Il faut lui faire violence, la pousser jusque dans ses derniers retranchements, parce qu'elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c'est la poésie."

Orson Welles
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15839
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Père Jules »

A serious man wrote:Bon après ça n'est qu'un ressentie personnel et a prendre juste comme tel, je ne cherche pas a imposer mes vues a qui que ce soit.
Pas de problème ;) Je ne m'y retrouve pas mais c'est passionnant.
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25578
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Ouf Je Respire »

Bon, enfin vu.

Et je ne m'y attendais pas, mais je suis assez d'accord avec le point de vue de G.T.O. ( :o :mrgreen: ) hormis quelques points sur lesquels je suis plus indulgent, parce que bon, ce film n'a pas déclanché ma colère, mais un ennui poli et un peu désabusé.

Je trouve en effet que le film est moins sensuel que déclamé, et Kechiche veut nous asséner sa vérité sur les choses. Sur une film de 1h30, la pilule passerait, sur 3h, ça use!

Je passe rapidement sur "le petit Bourdieu illustré". Les scènes familiales avec les parents de chacune sont un condensé si démonstratif, voire caricatural, que ça en est gênant. Quitte à faire de la sociologie, autant éviter des raccourcis, c'est le pire qu'on puisse faire à cette science inexacte et nécessitant une patience que la caméra de Kechiche ne se permet pas. On sent chez Kechiche une "colère des classes" qui amène un manichéisme mal placé et une dose de mépris pour ceux qui ne seraient pas de son côté. Parce que "c'est comme ça qu'il faut penser".

Bon, les dialogues, alors bon heu... OK, il faut que ça fasse vrai. Bon. D'accord. Pour le coup, c'est pas du Cyrano. Mais là où le bât blesse, c'est que toute phrase autre que celles proférées par Adèle "sonnent" faux. Adèle s'en sort bien, elle incarne son texte, ça passe. Mais alors les autres.... Même Léa Seydoux, on a l'impression d'un décalage entre l'intention et la diction. Etrange.

Ah oui et les scènes de sexe. C'est loooooong! Au nom de la Vérité,faut-il voir tout ce qu'on a vu? Les actrices sont belles, je ne pense pas avoir de souci de puritanisme. Mais bon, à quoi sert cette longueur de séquences? A voir que c'est le désir qui guide Adèle? Son regard en dit pourtant plus long que son cul! Ce qui m'a vraiment mis mal à l'aise, ce ne sont finalement pas ces scènes, qui sont presques "basiques", mais plutôt d'autres scènes ayant un lien implicite assez pervers: ces scènes où Kechiche filme Adèle endormie sur son lit, seule, habillée, la caméra caressant son visage, puis cadrant son corps d'arrière pour bien voir le volume de ses fesses à travers son vêtement, là j'ai trouvé ça d'un voyeurisme assez puéril mais surtout dérangeant, comme une impression que Kechiche filmait Adèle par pur fantasme sexuel. Pour faire court, j'imaginais sans peine Kechiche se touchant en filmant le corps d'Adèle... Bonjour la sensualité.

Je passe super-vite également sur le sous-emploi des seconds rôles (notamment Aurélien Recoing qui méritait tellement mieux, il ne fait que passer). Et puis Léa Seydoux, la pauvre, elle est pas super bien servie en dialogues et en situation. Je ne comprends pas les louanges qu'elle a pu récolter pour ce rôle qui fait factice. Mais je pense que ce n'est pas sa faute, je trouve plutôt que Kechiche la dirige mal (oui, j'assume cette assertion).

Finalement, plus je relis les paragraphes précédents, plus je me rends compte que les défauts que j'ai ressentis ont un lien souterrain. Ce lien, c'est le montage. Là il les scènes demandaient du temps, il les expédie en charcutant leur découpage (le repas avec les parents d'Adèle et Emma en est un parfait exemple, la fête d'Emma également). Celles qui demandaient un développement plus sensuel, il les montre en frontal en surlignant l'évidence même (les scènes de sexe). Le discours sociologique est asséné plutôt qu'esquissé, images à l'appui. Bref, le montage ne donne que peu de moments où les scènes "respirent". Seules celles relatives à l'éveil des sentiments d'Adèle sont convaincantes, grâce à une belle lumière, bien que certains plans frisent la niaiserie (rhâââ, le baiser en contrejour avec le soleil qui éclot entre les lèvres, c'est over!)

Que ce qui reste? La révélation du film. Adèle. Pour se donner, elle se donne. On sent vraiment que Kechiche aime être son Pygmalion. Elle se donne éperdument à ce rôle qui est déjà (mauvaise nouvelle pour elle) le rôle de sa vie. Son regard, son sourire sont la seule lumière du film. Dommage que son écrin la desserve: dans le plan final, Kechiche nous rend simplement triste pour elle et ne nous donne envie que de la plaindre en lui disant "La pauvre! Allez, c'est la vie, Adèle, ça ira mieux demain!", tout en lui donnant une petite tape amicale sur l'épaule. J'aurais tellement aimé une fin façon "Chacun cherche son chat de Klapish" (film autrement mieux réussi sur la vie d'une jeune fille qui aimerait être aimée comme elle voudrait aimer, mieux réussi car peut être plus modeste et moins écrasant que le film de Kechiche), c'est à dire une fin qui lui donne un espoir peut être plus facile, mais tellement plus mérité pour Adèle.

Bref, on me promettait du Dardenne + Pialat + Cassavetes = Kechiche, on m'a servi un film de plomb, un brin prétentieux sonnant souvent creux, à la "véracité" bien manichéenne et assénée sans subtilité, au montage et aux cadrages discutables, et qui a pour unique mérite de faire découverte une actrice potentiellement flamboyante. C'est déjà ça, faut savoir se contenter de peu dans la vie pour être heureux. :D
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25578
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Ouf Je Respire »

A serious man wrote:une fois de plus je trouve qu'Adéle est plutôt bien écrite et bien interprété mais ce n'est pas le cas d'Emma a mon avis et ça ne tient pas qu'au mauvais jeux de Léa Seydoux mais aussi a une caractérisation que je trouve maladroite et artificiel, alors que le film court après le naturel.
Total +1. J'ai eu l'impression que Kechiche n'aime pas ce personnage et ce qu'il représente.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
Zeldoune
Machino
Posts: 1135
Joined: 29 Dec 10, 12:24

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Zeldoune »

Entièrement d'accord avec Ouf, tonton machin, et j'ajouterai à la sociologie de bazar les dialogues des amis d'Emma qui précèdent/entourent la séquence postée plus haut où l'on voit Adèle danser qui me semble particulièrement réussie pour le coup.
Mangus
Assistant(e) machine à café
Posts: 156
Joined: 9 Sep 13, 14:14

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Mangus »

Vous décortiquez trop les gars.
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25578
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche - 2013)

Post by Ouf Je Respire »

Mangus wrote:Vous décortiquez trop les gars.
Beu non, c'est simplement que j'ai du mal à faire court lorsque je donne mon avis.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide