Olivier Assayas

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16768
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Olivier Assayas

Post by Supfiction »

Thaddeus wrote: Irma Vep
Jean-Pierre Léaud, metteur en scène limite nervous breakdown, engage Maggie Cheung pour remaker Feuillade. Assayas aligne ce genre de collisions culturelles avec le même ton désinvolte, incongru, facétieux. Les nuits de Paris sont baignées des airs de Sonic Youth ou d’Ali Farka, un journaliste branché John Woo conchie le cinéma intellectuel, un réalisateur un peu décalqué accepte de reprendre le projet parce qu’il arrive en bout d’Assedic (sic). Narcissisme des uns, mesquinerie des autres, douce et succulente folie d’une ruche bourdonnante observée avec tendresse, à la solde du cinéma et de sa singulière magie : du directeur de production sur les dents (coucou Alex Descas) à la costumière enhardie (salut Nathalie Richard) qui en pince pour la superbe, la divine, la gracieuse Maggie. 5/6
J'ai enfin pu voir ce film rare que je voulais me procurer depuis longtemps.
Nathalie Richard est excellente dans un rôle qui rappelle celui de Nathalie Baye dans La nuit américaine (elle est costumière entre autres et non script).
La scène du journaliste branché cinéma d'action (Van damme, John Woo, etc) qui conchie le cinéma intellectuel est particulièrement savoureuse. On a tous connu des gars comme ça et elle résonne d'autant plus de nos jours où les élites intellectuelles et artistiques sont si mal vues. Maggie Cheung particulièrement gracieuse, dommage qu'elle n'ai pas persévéré dans le cinéma français après Clean. Elle a arrêté sa carrière d'ailleurs, à priori.

Néanmoins je trouve que le film est assez inégale (la seconde partie est nettement moins prenante et plus énigmatique) et ne rivalise avec le film de Truffaut que par intermittences. L'ambition n'était d'ailleurs pas forcement de le faire.
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Olivier Assayas

Post by ballantrae »

Vu lors de a sortie en compagnie d'Assayas et son premier assistant.
Beau souvenir et film, c'est vrai, inégal.
Début très intrigant, notations justes sur la cinéphilie des 90' et fin absolument géniale.Léaud royal et M Chung carrément impériale.
En le revoyant, je me suis demandé ce que devenait cette actrice talentueuse vue aussi chez Rivette N Richard.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Olivier Assayas

Post by Kevin95 »

Image

CLOUDS OF SILS MARIA - Olivier Assayas (2014) découverte

Sorte de variation autour du All About Eve de Joseph L. Mankiewicz, dans laquelle une star française sur le déclin se fait pomper l'air par une assistante puis une nymphette américaine. Moins frigide qu'à l'accoutumé, Olivier Assayas laisse s'exprimer la spontanéité de ses interprètes sans surligner son rôle de metteur en scène. Le trait et parfois gros (la française est exubérante, se fout à poil pour se baigner et se laisse déborder par ses sentiments là où l'américaine est cynique, en retrait, moins expressive) mais le rapport de force entre une Juliette Binoche naturelle (j'ai été surpris de la trouver... excellente) et une Kristen Stewart qui racle sa gorge à chaque réplique. Les dernières séquences à Londres sont inutiles, elles ne font que répéter ce qu'on avait compris au bout de dix minutes et appuie l'aspect "bitchy" du personnage (imbuvable) de Chloë Grace Moretz. Quelques temps morts (en même temps, les deux gonz passent la plupart du temps en montagne à se raconter des conneries), mais un aimable petit film. Encore une fois, les critiques ont vu le loup d'Assayas et ont crié de manière abusive au chef d'œuvre.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16768
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Olivier Assayas

Post by Supfiction »

D'ordinaire, ce sont plutôt les américaines qui sont exubérantes et les françaises cyniques, non ?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Olivier Assayas

Post by Jeremy Fox »

Kevin95 wrote:Image

CLOUDS OF SILS MARIA - Olivier Assayas (2014) découverte

Encore une fois, les critiques ont vu le loup d'Assayas et ont crié de manière abusive au chef d'œuvre.
Peut-être pas un chef d'oeuvre mais un excellent film pour ma part, l'un de ses meilleurs.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Olivier Assayas

Post by Kevin95 »

Supfiction wrote:D'ordinaire, ce sont plutôt les américaines qui sont exubérantes et les françaises cyniques, non ?
J'ai mal choisi mes mots, la française est franco de port, sans chichis et l'américain plus distante, plus dans le paraitre, plus pudique quoi.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
mannhunter
Laspalès
Posts: 15977
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Olivier Assayas

Post by mannhunter »

Assayas parle de "Personal shopper", Stallone, Carpenter, Polanski:

https://thefilmstage.com/features/olivi ... l-shopper/
poet77
Assistant opérateur
Posts: 2007
Joined: 12 Aug 11, 13:31

Re: Olivier Assayas

Post by poet77 »

Quelques infos sur le prochain film d'Olivier Assayas:

http://www.magazine-litteraire.com/br%C ... in%C3%A9ma
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90485
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Olivier Assayas

Post by Jeremy Fox »

magobei wrote:Après mai (Olivier Assayas, 2012)
De par l'énergie, la gourmandise de sa mise en scène, cela m'a fait penser à un film aux antipodes, Summer Palace de Lou Ye. Et le propos est aussi pertinent, récit choral d'une jeunesse qui se cherche, tentée à la fois par l'idéologie (et le grégarisme qui va avec) et la trajectoire individualiste. Il y a une parenté avec le Péril jeune, mais l'ironie ravageuse en moins, le côté tripal en plus.
Quel est alors le vrai moteur de cette jeunesse ? La conviction de la lutte, la recherche esthétique, la quête de la réalisation personnelle? Assayas propose une autre réponse, peut-être la plus cliché qui soit, mais la fait passer avec maestria et évidence: l'amour. Pas celui, global, de Gaïa ou du camarade travailleur, mais celui d'un homme/d'une femme.
8.5/10
locktal wrote:Après mai (Olivier Assayas) : 8/10.
Une fresque mélancolique et désabusée sur la perte des illusions, qui s'interroge avec sensibilité sur la notion d'engagement, qu'il soit politique, artistique ou personnel. Le film, mêlant intime et faits historiques dans un même mouvement, dispose d'un rythme effréné qui emmène le spectateur dans les tourments et les questionnements des différents protagonistes, au son d'une excellente BO. Jamais idéaliste, Après mai suit finalement le cheminement d'un personnage qui cherche tout simplement sa place, en multipliant les expériences, qu'elles soient collectives ou individuelles, au gré de relations qui se nouent et se dénouent, mais qui finissent par forger progressivement sa personnalité.

Voilà ; encore du très bon Assayas dont la filmographie, certes inégale, me semble être l'une des plus passionnantes et pleine de vitalité du cinéma français de ces dernières décennies.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 41084
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Olivier Assayas

Post by Rockatansky »

poet77 wrote:Quelques infos sur le prochain film d'Olivier Assayas:

http://www.magazine-litteraire.com/br%C ... in%C3%A9ma
Tournage le 6 novembre
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky