Duels de réalisateurs

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Harkento
Assistant opérateur
Posts: 2731
Joined: 12 Oct 11, 18:05
Liste DVD
Location: Lyon

Re: Duels de réalisateurs

Post by Harkento »

Strum wrote:
A serious man wrote:Orson Welles est tellement plus qu'un simple technicien surdoué!!!
Tout comme Kubrick (qui le respectait énormément et qui de toutes façon lui doit beaucoup, il n'y a qu'a voir ses premiers films) Welles a créer un style unique et reconnaissable entre mille, que même les remontages des studios n'ont jamais totalement défiguré. Et ce style, cette forme est en totale harmonie avec le fond, la technique de Welles est au service d'une vision du monde éminemment personnelle qui n'a rien a envié a celle de Kubrick, et on ne saurait le réduire a un simple virtuose de la technique, c'est bien plus! (même chose pour Hitchcock dont les films sont tout autant travaillé par des questions philosophico-morale que ceux de Fritz Lang)
Je préfère moi aussi de loin Welles à Kubrick. J'ai du mal à comprendre d'ailleurs en quoi Kubrick serait pour reprendre les termes d'Harkento un "pionnier" (à part peut-être dans le domaine de l'impact médiatique, et encore, car Hitchcock était déjà passé par là).
Objectivement, je pense que vous avez raison. Les deux cinéastes sont de grands formalistes ET des pionniers. Mais je me suis laissé rattraper par ma subjectivité parce que pour moi, le cinéma, ou du moins le cinéma que j'aime, naît vraiment dans les années 60. Car la technique a fait un pas de géant et va donc multiplier les possibilités. Cette diversité et ses nouveaux moyens vont permettre aux nouveaux cinéastes de proposer et d'exploiter des styles personnels qui trancheront avec les oeuvres de leur camarade. Donc pour moi oui, Kubrick est le premier grand pionnier par rapport à son époque, proposant de plus un imaginaire et un langage narratif riche en interprétation, car même si je ne cite pas 2001, sur Orange Mécanique il fait un travail énorme sur le son en testant une nouvelle technologie, pareil avec les lentilles et la captation de la lumière naturelle sur Barry Lindon. Donc Orson Welles est peut être tout aussi génial et inventif avec les moyens qu'il avait sous la main mais ...... ayant vu La splendeur des Amberson récemment, je dois bien avouer avoir du mal avec certaines de ses histoires qui ne me passionnent pas tant que ça en fait. Ces 'visions' figées ne me convainc guère et son style verbal ne me touche pas du tout ! Là ou 'celles' de l'autre m'invitent aux voyages, captivent mes sens et m'incitent à la réflexion.
manuma
Assistant opérateur
Posts: 2163
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Duels de réalisateurs

Post by manuma »

AtCloseRange wrote:
manuma wrote:Sidney Lumet ou Costa Gavras ? Le mec d’un Après-midi de chien contre celui de Clair de femme !
Je suis en accord avec beaucoup de tes remarques mais ça, c'est un coup bas!
Moi, j'aurais dit le réalisateur de Music Box contre celui de Gloria :mrgreen:
Je reconnais que ça marche dans les 2 sens :mrgreen:

C'était d'autant plus gratuit qu'en fait, j'aime bien, voire beaucoup certains films de Gavras (L'aveu, Missing, Betrayed, Music Box et Le Couperet).
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 11136
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Duels de réalisateurs

Post by odelay »

Je dirais même que c'est un coup très bas, voire même une sacrée puterie :lol:
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6428
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Duels de réalisateurs

Post by El Dadal »

Steven Spielberg ou Brian De Palma ?
J'ai beau avoir beaucoup voyagé grâce à Spielberg (et sa vibe d'entertainer, largement plus qu'avec ses films sermons), le cinéma de De Palma et moi-même sommes en symbiose quasi totale. Malgré quelques ratés épars, le choix est qu'il n'y a pas de choix possible.

Chris Colombus ou Ron Howard ?
Ron Howard, quand bien même il rate un film sur deux au moins. J'adore pourtant Splash, Backdraft et quelques uns de ses premiers films pour Corman.

Fritz Lang ou Alfred Hitchcock ?
Comme certains ici, je trouve que la traversée de l'Atlantique fut préjudiciable à l'incroyable vision du teuton. J'aime beaucoup certains de ses films anglophones (Espions sur la Tamise en particulier, très hitchcockien justement). Hitchcock lui s'est épanoui tout au long de sa carrière pour ne (quasiment) plus redescendre.

John Ford ou Howard Hawks ?
Je ne suis pas un fan de westerns à la base. Je sais bien que Ford ne s'est pas arrêté à cela (les films de la veine sociale, les films irlandais...), mais tout de même. Hawks quant à lui a justement réalisé un des seuls westerns classiques que j'aime (La Rivière rouge), mais c'est surtout pour ses comédies et films policiers qu'il l'emporte.

Kenji Mizoguchi ou Akira Kurosawa ?
J'aime les deux, mais la succession ininterrompue d'œuvres majeures ayant marqué cinéphiles et cinéastes, et ainsi transformé le visage du septième art, fait pencher la balance.

Frank Capra ou Ernst Lubitsch ?
Parce que Lubitsch était plus noir, et que ça me correspond mieux.

Walt Disney ou Tex Avery?
L'esprit de Tex Avery gagne clairement. Mais Disney et son studio sont à l'origine d'un tel paquet de classiques inoubliables que ça suffit.

Christopher Nolan ou David Fincher ?
LOL

Hayao Miyazaki ou Mamoru Oshii?
Je pense préférer Ghost In the Shell à n'importe quel Miyazaki, mais le monde créé par ce dernier couvre tellement de surface qu'il en devient une borne extra-cinématographique.

Hou Hsiao-hsien ou Tsai Ming-liang?
Millenium Mambo 8)

M. Night Shyamalan ou Michael Mann ?
Non mais LOL quoi. Vraiment. Je n'aime même pas les premiers films de Shyamalan. Que de l'esbroufe. La comparaison tient de la Twilight Zone :mrgreen:

Mario Bava ou Dario Argento ?
Mon parcours de cinéphile a été plus marqué par Argento, dont les pics sont également plus probants, avec le recul du temps.

Terence Fisher ou Jacques Tourneur?
Tourneur pour sa versatilité, son économie de moyens qui ne cache pas tout à fait un bouillonnement sous-jacent.

Quentin Tarantino ou Joel &Ethan Coen?
Les deux films majeurs de QT à mes yeux (Reservoir Dogs et Jackie Brown) ainsi que son scénario de True Romance lui donneront toujours une place dans mon cœur de rocker. Mais les Coen, leur finesse, leur versatilité (encore une fois!) et leur humour font la différence. 1 seule vraie daube de chaque côté (Kill Bill vs Ladykillers), mais une production régulière qui ne tourne pas en rond chez les bros.

David Lynch ou David Cronenberg?
RHHHHHHHAAAAAAAAA. Le choix le plus cornélien de la liste. Lost Highway fut l'un des trois films les plus importants de mon parcours de cinéphile. Mais Videodrome. Et Crash.
Si les deux ont l'air bien dans leurs pantoufles auteurisantes et leurs statuts d'icônes, je fais le pari de l'avenir avec Cronenberg qui est toujours là.

Pier Paolo Pasolini ou Luchino Visconti ?
Parce que Pasolini, je le trouve trop inconfortable à la revoyure. Et puis Visconti a adapté Dostoïevski.

Charlie Chaplin ou Buster Keaton ?
Si Chaplin n'est pas le génie que beaucoup louent (Le Cirque parce exemple, bâillements...), ses grandes réussites me parlent plus.

Robert Altman ou Woody Allen ?
J'aime sincèrement Altman, plus versatile mais aussi plus distancié et triste. Allen, parce que je suis aussi un fainéant qui aime retrouver mon petit confort.

Michael Haneke ou Lars Von Trier ?
Si LVT a bien dégoupillé deux-trois grenades (Breaking the Waves, Melancholia, sa mini-série The Kingdom), Haneke a réalisé Code Inconnu. Il ne m'en faut pas plus.

Bruno Dumont ou Philippe Grandrieux ?
Je n'ai vu aucun Dumont, mais Sombre était un sacré film. Choix par défaut, mais à reconsidérer dans quelques années.

Éric Rohmer ou Maurice Pialat ?
Ditto Altman/Allen. Et puis Ma Nuit chez Maud hein.

King Vidor ou George Cukor ?
Le rythme comique de Cukor me fait toujours succomber. Comment l'esprit vient aux femmes reste peut-être ma comédie classique préférée.

John Cassavetes ou Hal Ashby ?
Difficile. Les grands Cassavetes (Shadows, Minnie & Moskowitz, Opening Night) sont des marques au fer rouge. Mais Ashby a développé un ton qui me convient mieux dans l'ensemble (et il a réalisé 8 Millions de façons de mourir, dédicace à Demi-Moore-Lune)

Delmer Daves ou Anthony Mann?
Mann pour ses films noirs secs, brutaux et sans concessions.

John Frankenheimer ou William Friedkin ?
RHHHHHHHAAAAAA bis. Frankenheimer a plus œuvré, et de façon plus homogène et régulièrement de qualité, mais les chocs Police fédérale Los Angeles, Cruising et Le Convoi de la peur font la différence, d'une courte tête (a noter que L'exorciste m'en a toujours touché une sans bouger l'autre).

Steve McQueen ou Darren Aronofsky ?
Aronofsky fait un peu trop le yoyo. J'aime beaucoup The Wrestler, j'avais été très marqué par Requiem for a Dream mais j'ai peur de le revoir. McQueen m'a enchainé avec ses deux premiers films, et gagne malgré la petite déception 12 Years a Slave.

Tsui Hark ou John Woo?
Question de sensibilité. Je suis plus en accord avec Hark qu'avec le sentimentalisme un peu couillon de Woo (ce n'est pas pour rien que son film le plus dénué de sentimentalisme, A toute épreuve, reste mon préféré).

Martin Scorsese ou Francis Ford Coppola?
RHHHHHHHAAAAAAA ter. Le sentiment que Coppola a brûlé un peu vite dans la stratosphère, a donné des films qui me touchent beaucoup moins, même si je resterai toujours admiratif de son esprit pionnier (qu'il a heureusement conservé, voir ses trois derniers). Scorsese, malgré quelques concessions, ses films-concerts chiants sur des papis has been, ou son prêchi-prêcha de cinéphile parfois saoulant (surtout quand c'est transposé en film), semble toujours high on drugs. Il a également fait mon apprentissage cinéphile à intervalles réguliers, là où j'ai découvert Coppola rétrospectivement et d'un bloc, donnant peut-être un côté un peu figé à son œuvre. Dur quand même.

Ridley Scott ou Tony Scott?
Grosso modo, je dois choisir entre Blade Runner et Alien, ou Les Prédateurs et True Romance. Argl. Tony a une carrière plus régulière et ne m'a jamais apporté de déceptions comme Scott a pu le faire (Gladiator, vraiment? Grosse incompréhension, toujours à ce jour). Je choisis Ridley en m'arrêtant après Black Rain, parce que ça fait tout de même une sacrée brochette de bornes ciné d'une seule traite.
Edit: je choisis Ridley en m'arrêtant après Thelma & Louise, revu ce soir après plus de 10 ans. J'avais un peu oublié à quel point ce film est bon, et bizarrement c'est celui qui me semble le plus proche dans le style et les thématiques de celui de son frère Tony.

Naomi Kawase ou Apichatpong Weerasethakul?
Pas vu de film de Kawase, donc le match est biaisé par défaut.

Stanley Kubrick ou Orson Welles?
Kubrick m'est plus logique dans sa démarche de cinéaste, Welles également trop démiurge, même si ce n'est pas de son fait.

Jacques Tati ou Pierre Etaix?
Aucun des deux, je reste de marbre.

Gus Van Sant ou Peter Weir?
Van Sant fonctionne trop par à coups chez moi. Drugstore Cowboy reste encore son meilleur film, et j'attends qu'il me surprenne de nouveau. Weir est selon moi dans une autre classe. Picnic at Hanging Rock est un des plus beaux films de la galaxie. Par contre, je ne vois pas trop le rapport entre les deux hein.

Sergueï Eisenstein ou Alexandr Dovjenko?
La fougue du premier, jouant sans cesse son va-tout.

Alain Resnais ou Jean-Luc Godard ?
Resnais par à coups, Godard par périodes. Je garde Godard pour les 60's.

Ingmar Bergman ou Andrei Tarkovski?
Loin d'avoir tout vu chez les deux, je me sens plus proche de Bergman, en particulier les films en costume (La Source, Sourires d'une nuit d'été...)

Wim Wenders ou Werner Herzog?
Paris, Texas a beau être tout ce que je désire au cinéma, il n'y en a malheureusement pas beaucoup d'autres de cette trempe chez Wenders, cinéaste que j'apprécie toujours mais qui m'aura moins marqué que les chocs à intervalles réguliers de Herzog.

Claude Chabrol ou François Truffaut?
L'humour caustique fait ici la différence. Malgré le nombre de classiques, les deux trainent des casseroles alors bon.

Terry Gilliam ou Tim Burton?
Deux cinéastes que j'ai énormément de mal à supporter aujourd'hui, après les avoir beaucoup aimés. Les deux Gilliam que je préfère sont son Armée des 12 singes et son Las Vegas Parano. Chez Burton il s'agit du premier Batman et de Ed Wood. Soit dans les deux cas leurs films les moins marqués par leurs afféteries de style. Je me sens néanmoins plus proche de Gilliam cinéaste que de Burton. Ça se joue à rien.

Michelangelo Antonioni ou Federico Fellini ?
Assez facile. Antonioni est trop irrégulier. Fellini c'est la promesse tenue de voyages hors du commun.

F.W. Murnau ou Victor Sjöström ?
L'aurore, ou la conjonction des styles, des écoles et des moyens de production, un one shot insurmontable.

Robert Bresson ou Jean-Pierre Melville?
Melville, mon réalisateur fétiche pendant des années. Bresson, ça passe ou ça casse.

Robert Wise ou William Wyler?
Mouais, circonspect sur les deux. Wise de peu, mais ça ne sera pas pour ses films de guerre ou ses comédies musicales (beurk!).

Clint Eastwood ou Terrence Malick?
Malick en serait resté aux Moissons du ciel, il aurait sans doute gagné. Aujourd'hui je me sens beaucoup moins d'affinités. Eastwood a prouvé maintes et maintes fois sa lucidité, son économie, sa conscience au sein de l'industrie. J'aime l'homme de cinéma qu'il est. Avec Carpenter, les deux figures du cinéaste américain conscient.

Luis Buñuel ou Roman Polanski ?
Buñuel a pondu des classiques, des grands films, certes. Mais malgré quelques daubes (Oliver quoi? :lol: ), Polanski aura marqué de sa patte chaque genre auquel il s'est frotté. Chinatown pour toujours.

Nicholas Ray ou Elia Kazan?
Pour son indéniable modernité.

Robert Aldrich ou Otto Preminger?
Pour la hargne et la sueur.

Wong Kar-Wai ou Pedro Almodovar?
Parce que WKW me gonfle un peu aujourd'hui. Almodovar, malgré le dernier en date, me semble toujours frais.

Yasujirō Ozu ou Mikio Naruse?
Naruse me plait, mais j'en ai vu trop peu sur la masse. Ozu est un antidote à la déprime.

Roberto Rossellini ou Sergio Leone?
Je m'en suis sans doute un peu lassé à force, mais le style Leone reste surpuissant. Le pouvoir évocateur d'un simple photogramme est exceptionnel.

Billy Wilder ou Joseph L. Mankiewicz?
Wilder, le touche à tout génial, l'homme de culture aux blagues racées et à l'humanisme sincère.

Jean Renoir ou Marcel Carné?
Faudrait que je découvre d'autres Carné, mais pour l'instant sa théâtralité ne tient pas la distance.

Arnaud Desplechin ou Jacques Audiard?
J'ai l'impression de perdre le soldat Audiard, film après film (le dernier étant à mes yeux sauvé par Cottilard, wow!).

Shōhei Imamura ou Nagisa Ōshima?
Furyo. Borne cinéphile et musicale.

Vincente Minnelli ou Douglas Sirk?
Les collaborations avec Kirk Douglas réclament la pôle position. Je suis loin d'avoir tout vu chez chacun par contre.

Sam Peckinpah ou Arthur Penn?
Question d'affinités. A noter que mes films préférés sont à chaque fois des œuvres en décalage (avec leur temps, avec le genre): Cable Hogue et Missouri Breaks.

Joe Dante ou John Carpenter?
Encore une fois un choix délicat. Dante a peut-être une œuvre moins ample (quoique plus sensible?) que Carpenter, chez qui chaque composition relève du miracle. L'un des seuls héritiers de Leone, dans le pouvoir d'évocation de l'image.

Robert Mulligan ou Sofia Coppola?
Les errements de la fille Coppola sont fascinants. Je comprends toutefois qu'elle puisse agacer. Je n'ai pas vu le petit dernier par contre.

Luc Besson ou Jean-Pierre Jeunet?
Ils en sont au même niveau dans mon cœur. Après de jolis débuts, jusqu'à de très bons films (Nikita, La cité des enfants perdus), je ne supporte aujourd'hui ni l'un ni l'autre.

Josef von Sternberg ou Erich von Stroheim?
J'admets avec une honte certaine mon inculture.

Claude Zidi ou Jean-Marie Poiré?
Pour le premier des Visiteurs. Mais je ne sais même pas si j'y rirai encore...

Don Siegel ou Samuel Fuller?
J'adore Fuller, mais Siegel a radicalisé le jeu, et est parvenu a cohabiter avec les studios pour donner des leçons d'économie de style. Après un nombre conséquent de révisions, ses films ne bougent pas d'un iota.

John McTiernan ou Paul Verhoeven?
Ça c'est bas. Verhoeven parce que j'aime en plus de sa maitrise son esprit provoc. Et parce que RoboCop est le film de studio parfait que les studios ne parviendront jamais à sortir.

Stanley Donen ou Blake Edwards?
Pour les films de vacances, bulles aériennes.

Jean-Jacques Annaud ou Jean-Paul Rappeneau?
Admiration pour les deux, des ratés de chaque côté. Je choisis Annaud parce qu'on a l'impression qu'il risque (risquait?) tout à chaque film.

Michael Curtiz ou David W. Griffith ?
Curtiz est bien trop inégal à mes yeux.

Bertrand Blier ou Bertrand Tavernier?
J'ai choisi la constance de Tavernier face aux pics de génie de Blier.

Claude Lelouch ou Patrice Leconte?
Là c'est juste pas possible. Lelouch et moi on est pas copains.

Paul Thomas Anderson ou James Gray?
Avant The Immigrant, j'aurai eu encore plus de mal à répondre. Mais PTA ne m'a jamais déçu, ce qui n'est donc plus le cas de Gray. Et puis Boogie Nights, c'est ma vie!

John Boorman ou Michael Cimino ?
Pour la fameuse triplette (que j'étendrai en fait à toute son œuvre, minus Desperate Hours, clairement moins bon. Mais Sunchaser c'est du grand cinéma).

Satoshi Kon ou Lana & Andy Wachowski ?
Je n'ai vu que Paprika d'un côté, de l'autre je retiens Bound et le premier Matrix qui fit son petit effet.

Rainer Werner Fassbinder ou Max Ophuls?
Je ne supporte pas Fassbinder.

Oliver Stone ou Sidney Pollack?
RHHHHHHHHHAAAAAAAAA. Criminel. Stone parce qu'il ne m'a jamais déçu, malgré une œuvre pléthorique.

David Lean ou Michael Powell?
Powell passe plus facilement le cadre du revisionnage. Les Lean, il faut que je me force à chaque fois.

James Cameron ou Robert Zemeckis?
La trilogie de Zemeckis est en fort contentieux avec les trois mètres étalons des 80's de Cameron. J'ai du mal avec leurs films plus récents dans les deux cas. Terminator et son imaginaire passent d'un rien.

Peter Jackson ou Sam Raimi?
J'ai rarement accroché au cinéma de Jackson. Son meilleur, il l'a donné dans les 90's. J’exècre Le Seigneur des anneaux. Raimi a également fait de la daube, mais moins.

Raoul Walsh ou John Huston?
Je connais trop peu Walsh. Huston a dans sa besace nombre de films fous.

Dino Risi ou Ettore Scola?
L'esprit et la culture de Scola me sont plus proches.

Louis Malle ou Vittorio De Sica?
En France ou aux USA, Malle. Il me reste par ailleurs beaucoup trop de De Sica à voir pour juger.

Sidney Lumet ou Costa Gavras?
Pour l'infinie étendue de son œuvre. J'en découvre encore des trésors, même parmi les films les moins célébrés.

Milos Forman ou Stephen Frears?
Forman n'a jamais bénéficié du degré de reconnaissance qu'il aurait dû. A une ou deux exceptions près, il frôle la perfection. Son humanisme débordant parachève le tout.

Theo Angelopoulos ou Béla Tarr?
Inculte je suis.

Judd Apatow ou Peter & Bobby Farrely ?
Pour Dumb & Dumber, Mary.. et Deux en Un. Le cinéma d'Apatow me donne le sentiment d'un gros clin d'œil pour initiés. Mais il a produit Superbad. Et pour ça merci.

Spike Jonze ou Michel Gondry?
Le cinéma de bric et de broc de Gondry m'excède au plus haut point, alors que j'avais plutôt apprécié ses deux (voir trois en étant large d'esprit) premiers films. Jonze est un cinéaste rare et précieux. J'ai hâte de voir Her, une de mes rares attentes de l'année 2014.

Leo McCarey ou Preston Sturges?
C'est à Sturges que je dois mes abdos en fer forgé.

Ken Loach ou Mike Leigh?
Sur l'ensemble de leurs carrières, ils sont au coude à coude. Meantime, Kes... que du grand. Mais je préfère d'une petite longueur la direction prise par Loach au fil du temps. Ses derniers films ont atteint un rare équilibre entre drame et comédie (là où Leigh fait moins sourire).

Elio Petri ou Francesco Rosi ?
Encore un choix délicat. Rosi pour l'ensemble et la diversité. Mais il y a plein de Petri qu'il me reste à voir (et qui sont difficiles à dégoter).

Spike Lee ou Abel Ferrara?
RHHHHHHHAAAAAAAA bis repetita. J'ai grandi avec ces deux types. Je les aime tous les deux avec leurs grandes gueules. Ils ont raconté leur lot de conneries, mais ils ont le talent derrière. N'empêche, Ferrara est un uppercut dont on ne se relève pas.

Jane Campion ou Bernardo Bertolucci?
Attendons encore quelques années, et laissons une chance à Jane de voir si elle se maintient aussi bien que l'italien.

Emir Kusturica ou Jim Jarmusch?
De loin. Kusturica a souvent eu le don de m'énerver. Jarmusch ne m'a réellement déçu qu'une seule fois, avec The Limits of Control. Depuis le dernier, je lui ai totalement pardonné.

Julien Duvivier ou Henri-Georges Clouzot?
Jouissif en diable. Il n'a jamais été aussi bon d'être misanthrope.

Frank Borzage ou William Dieterle?
Je ne connais que The Devil and Daniel Webster de Dieterle. Le match est inégal.

Jacques Rozier ou Jacques Rivette ?
Idem, je ne connais pas Rozier.

Jacques Becker ou René Clément?
Les biscottes du Grisbi déclarent Becker gagnant.

Wes Anderson ou Noah Baumbach?
Alors que je n'ai pas vu tous les films de Baumbach, je lui saurai gré à jamais pour Greenberg et Frances Ha. Anderson, malgré des débuts en trombe et une constante de qualité, me fait craindre à terme un effet Burton/Gilliam. C'est injuste mais c'est comme ça.

Sacha Guitry ou Marcel Pagnol?
La sophistication de Guitry.

Mario Monicelliou Luigi Comencini?
Pas vu assez de Comencini pour faire un match égal. A dans quelques années.

Chris Marker ou Krzysztof Kieślowski?
Sans hésitation. Kieślowski, que je le regrette!

Agnès Varda ou Chantal Akerman ?
Les expérimentations d'Akerman me sont plus proches (à ce titre, je conseille aux amoureux de La Vie d'Adèle de voir ou revoir Je, Tu, Il, Elle ils risquent d'avoir des surprises).

EDIT: coquilles et corrections ORTH + ajout Scott Bros.
Last edited by El Dadal on 18 Mar 14, 23:22, edited 1 time in total.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5689
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Duels de réalisateurs

Post by Thaddeus »

El Dadal wrote:Et puis Boogie Nights, c'est ma vie!
Image


Comme d'habitude, j'ai envie de réagir sur plein de choses mais je vais me retenir sinon on ne s'en sortira pas.

Welles plus démiurge que Kubrick, vraiment ?
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7694
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Duels de réalisateurs

Post by 7swans »

manuma wrote: Billy Wilder ou Joseph L. Mankiewicz ? Wilder, sans discution possible…
Plus généralement, un avis sur Mankiewicz ?
Comme les Notting Hillbillies : "Missing...Presumed Having a Good Time (on Letterboxd : https://letterboxd.com/ishenryfool/)"
manuma
Assistant opérateur
Posts: 2163
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Duels de réalisateurs

Post by manuma »

7swans wrote:
manuma wrote: Billy Wilder ou Joseph L. Mankiewicz ? Wilder, sans discution possible…
Plus généralement, un avis sur Mankiewicz ?
Mankiewicz, c'est brillant mais un peu trop froid / cynique pour moi. Wilder, même dans ses films les plus corrosifs, me semble se montrer beaucoup moins sévère avec ses personnages. Et ça me convient mieux...

Après, c'est encore un cas de figure où le match est déséquilibré. Je connais plus Wilder que Mankiewicz (je n'ai vu que 5 films de lui, dont ses 4 derniers)
A serious man
Doublure lumière
Posts: 312
Joined: 15 Feb 13, 21:24
Location: Bates motel

Re: Duels de réalisateurs

Post by A serious man »

Thaddeus wrote: Welles plus démiurge que Kubrick, vraiment ?
Plus je ne sais pas, autant c'est certains. Kubrick est sans doutes plus philosophe (et plus démonstratif a mon avis) et habité par un perfectionnisme que Welles aurait de toutes façon eut du mal a avoir vu les conditions dans lesquels il a tourné certains de ses films. Welles c'était quand même quelqu'un qui avaient une sacrée capacité d'improvisation pour arrivé a faire des films aussi fort que Macbeth, Othello ou Monsieur Arkadin a partir de moyen souvent ridicule, et c'est pour moi l'une des caractéristique du génie
"Il ne faut pas être timide avec la caméra. Il faut lui faire violence, la pousser jusque dans ses derniers retranchements, parce qu'elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c'est la poésie."

Orson Welles
Player
Stagiaire
Posts: 90
Joined: 22 Apr 09, 19:41

Re: Duels de réalisateurs

Post by Player »

manuma wrote:
7swans wrote:
Plus généralement, un avis sur Mankiewicz ?
Mankiewicz, c'est brillant mais un peu trop froid / cynique pour moi. Wilder, même dans ses films les plus corrosifs, me semble se montrer beaucoup moins sévère avec ses personnages. Et ça me convient mieux...

Après, c'est encore un cas de figure où le match est déséquilibré. Je connais plus Wilder que Mankiewicz (je n'ai vu que 5 films de lui, dont ses 4 derniers)
Tu devrais regarder The Ghost and Mrs Muir peut être que tu changerais d'avis sur Mankiewicz.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93321
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Duels de réalisateurs

Post by Jeremy Fox »

Player wrote:
manuma wrote: Mankiewicz, c'est brillant mais un peu trop froid / cynique pour moi. Wilder, même dans ses films les plus corrosifs, me semble se montrer beaucoup moins sévère avec ses personnages. Et ça me convient mieux...

Après, c'est encore un cas de figure où le match est déséquilibré. Je connais plus Wilder que Mankiewicz (je n'ai vu que 5 films de lui, dont ses 4 derniers)
Tu devrais regarder The Ghost and Mrs Muir peut être que tu changerais d'avis sur Mankiewicz.
Ainsi que On murmure dans la ville pour contrer cette idée de froideur et de cynisme.
manuma
Assistant opérateur
Posts: 2163
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Duels de réalisateurs

Post by manuma »

Je prends note des deux. J'avoue être très tenté par la découverte sa Comtesse aux pieds nus dont l'action se situe, il me semble, en Italie.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93321
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Duels de réalisateurs

Post by Jeremy Fox »

manuma wrote:Je prends note des deux. J'avoue être très tenté par la découverte sa Comtesse aux pieds nus dont l'action se situe, il me semble, en Italie.
Me concernant, son plus beau film, son plus touchant. Mais d'autres le trouvent froid justement. Oui, l'action se situe dans une Italie ensoleillée :wink:
Hitchcock
Electro
Posts: 967
Joined: 9 Dec 13, 13:34
Location: Londres

Re: Duels de réalisateurs

Post by Hitchcock »

Jeremy Fox wrote: Ainsi que On murmure dans la ville pour contrer cette idée de froideur et de cynisme.
Sans oublier All About Eve également, un des films sur le monde du spectacle/théâtre le plus réussi. Les acteurs et les dialogues sont géniaux. Mais effectivement, l'univers de Mankiewicz reste très cynique.
Jeremy Fox wrote:
manuma wrote:Je prends note des deux. J'avoue être très tenté par la découverte sa Comtesse aux pieds nus dont l'action se situe, il me semble, en Italie.
Me concernant, son plus beau film, son plus touchant. Mais d'autres le trouvent froid justement. Oui, l'action se situe dans une Itaie ensoleillée :wink:
La Comtesse aux Pieds Nus est justement pour moi le plus faible de sa filmographie.
Last edited by Hitchcock on 19 Mar 14, 11:55, edited 1 time in total.
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6428
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Duels de réalisateurs

Post by El Dadal »

A serious man wrote:
Thaddeus wrote: Welles plus démiurge que Kubrick, vraiment ?
Plus je ne sais pas, autant c'est certains. Kubrick est sans doutes plus philosophe (et plus démonstratif a mon avis) et habité par un perfectionnisme que Welles aurait de toutes façon eut du mal a avoir vu les conditions dans lesquels il a tourné certains de ses films. Welles c'était quand même quelqu'un qui avaient une sacrée capacité d'improvisation pour arrivé a faire des films aussi fort que Macbeth, Othello ou Monsieur Arkadin a partir de moyen souvent ridicule, et c'est pour moi l'une des caractéristique du génie
C'est vrai que la critique a placé Kubrick au panthéon, mais il me semble pourtant que Welles par la force d'un seul film a été déifié, au point d'être souvent considéré comme le père fondateur du cinéma moderne, ce que je trouve faux. Enfin, de toute façon, ce jeu est injuste par nature :wink:


Quelques idées de duels supplémentaires peut-être Thaddeus?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Andrew Dominik ou John Hillcoat?

Jeff Nichols ou David Gordon Green?

Steven Soderbergh ou Richard Linklater?

Pierre Salvadori ou Emmanuel Mouret?

Whit Stillman ou Hal Hartley?

Monte Hellman ou Paul Bartel?

Paul Schrader ou Mike Nichols?

Gilles Grangier ou Henri Verneuil?

Georges Lautner ou Jacques Deray?

Rolland Joffé ou Hugh Hudson?

Adrian Lyne ou Alan Parker?

Bob Rafelson ou Peter Bogdanovich?

Jean Cocteau ou Georges Franju?

Wes Craven ou Tobe Hooper?

Takeshi Kitano ou Takashi Miike?

Richard Fleischer ou Norman Jewison?

Matthieu Kassovitz ou Jean-François Richet?

Curtis Hanson ou Jonathan Demme?

Pietro Germi ou Alberto Lattuada?

Martin Ritt ou George Roy Hill?

Gaspar Noé ou Christophe Gans?

Michael Winner ou Ken Russell?

Michael Bay ou Paul W.S. Anderson?
aelita
Accessoiriste
Posts: 1769
Joined: 28 Dec 13, 18:34

Re: Duels de réalisateurs

Post by aelita »

Oups...Je vais quand même essayer de répondre
Andrew Dominik ou John Hillcoat ? Je ne les connais pas, je passe
Jeff Nichols ou David Gordon Green ? Pareil, je passe
Steven Soderbergh ou Richard Linklater ? Soderbergh
Whit Stillman ou Hal Hartley ? Stillman
Monte Hellman ou Paul Bartel ? Je passe
Paul Schrader ou Mike Nichols ? Nichols
Gilles Grangier ou Henri Verneuil ? Dur, dur...Verneuil dont je connais mieux la filmographie
Georges Lautner ou Jacques Deray ? Pas très comparables...Lautner, plus drôle
Roland Joffe ou Hugh Hudson ? Joffe
Adrian Lyne ou Alan Parker ? Parker
Bob Rafelson ou Peter Bogdanovitch ? Rafelson
Jean Cocteau ou Georges Franju ? Dur aussi. Cocteau
Wes Craven ou Tobe Hooper ? Craven
Takeshi Kitano ou Takashi Miike ? Kitano
Richard Fleischer ou Norman Jewison ? Fleischer
Mathieu Kassovitz ou Jean-François Richet ? Richet
Curtis Hanson ou Jonathan Demme ? Demme
Pietro Germi ou Alberto Lattuada ? Germi, que je connais un peu mieux
Martin Ritt ou George Roy Hill ? Ritt
Gaspar Noé ou Christophe Gans ? Je passe
Michael Winner ou Ken Russell ? Russell
Michael Bay ou Paul W.S. Anderson ? Bay
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)