Top David Fincher

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Top David Fincher

Post by Billy Budd »

1. Fight Club - j'adore, sans doute dans mon top 50.

2. The Social Network / Seven - j'aime vraiment beaucoup.

4. Alien 3 - j'aime.

5. Zodiac - je vois les immenses qualités, mais j'aime bien seulement ... peut-être jusqu'à une revision.

6. L'étrange histoire de Benjamin Button - le film m'a ému malgré un scénario que je ne suis pas loin de détester.

7. Millenium - pas honteux, mais what's the point ?

8. Panic Room - je l'avais trouvé médiocre, mais un forumeur non connecté m'a donné envie de le revoir il y a deux ou trois ans, je le reverrai donc un jour.

9. The Game - pas aimé du tout et je ne compte pas le revoir.
Last edited by Billy Budd on 22 Jan 12, 23:01, edited 1 time in total.
Everybody's clever nowadays
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12944
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Top David Fincher

Post by hellrick »

Nikita wrote:1. Fight Club - j'adore, sans doute dans mon top 50.
Pareil :D
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Top David Fincher

Post by Strum »

Stark wrote:Je le mets dans la même catégorie que Nolan, dont il partage l’obsession du contrôle, la froideur latente, sans que jamais il ne parvienne à les transcender (n’est pas Kubrick qui veut). Lorsqu’il réussit à la canaliser, son indéniable virtuosité technique peut offrir de très belles choses ; dans le cas contraire, c’est de la démonstration d’esbroufe poseuse dans ce qu’elle a de plus irritante. Mais ses derniers films témoignent d’une inspiration nouvelle, plus en phase avec mes attentes.
Je ne mettrais pas Fincher dans la même catégorie que Nolan. Fincher est un formaliste qui a le sens du cadre. Chez lui, le cadrage dicte la structure du récit et le ton du film. Un seul plan de Zodiac dit bien des choses en quelques secondes.

Nolan est quant à lui, à mon sens, davantage un habile récitant qu'un homme d'images. Tout ce qui relève chez lui du concept, de la structure du récit, du contrôle, passe par le scénario, qui est toujours parfaitement agencé. En revanche, d'un point de vue formel, ses plans me paraissent souvent pauvrement agencés, sans parler de son découpage confus qui rend ses scènes d'action peu lisibles. Un seul plan tiré au hasard d'Inception, par exemple, ne nous apprendra rien sur le film.

Je préfère de loin Fincher.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14459
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top David Fincher

Post by Demi-Lune »

Stark wrote:Plus deux grands films qui suivent... Il te faut quoi pour qu'un réalisateur accède au statut de "maître" ? :mrgreen:
Paradoxal, n'est-il pas ? :mrgreen: Je sais que ça peut paraître curieux au vu de mes catégories (qui valent ce qu'elles valent, hein, c'est subjectif et ludique). D'ailleurs, à vouloir développer mon ressenti, je me rends compte que c'est très difficile à expliquer.
Au regard actuel de sa filmographie, je trouve qu'il manque un peu à Fincher, incontestablement (très) talentueux (certaines réussites sont là pour en témoigner), l'étoffe d'un vrai grand, sur la durée. Quand je regarde ses films, j'y vois un indubitable accomplissement, quelque chose de percutant et cohérent, mais aussi le legs très prononcé de diverses influences un peu trop placardées et inégalement digérées : le grand formalisme de Ridley Scott, le suspense d'un Hitchcock avide de défis techniques, l'extrême rigueur du Pakula des 70's (des films comme Klute ou A cause d'un assassinat me semble, par leur mise en scène maladivement cadrée et le jeu sur les ombres, avoir esthétiquement influencé de manière considérable le bonhomme), le montage frénétique de Stone, l'univers du clip qui donne la primeur à l'image et à sa valorisation, la sécheresse d'un Friedkin. Fincher veut synthétiser tout ça et fait du boulot très propre, avec un style plastiquement reconnaissable et une mise en scène s'illustrant par de grandes qualités visuelles, esthétiques et techniques, mais à mes yeux il manque une étincelle de génie (qui ne s'invente pas) à la plupart de ses travaux. Je ne saurais mieux le décrire.
Je vais être très schématique mais il me reste assez souvent le sentiment que son ambition ne dépasse pas toujours le formalisme crépusculaire, la glauque attitude et le regard du sociologue(pathe?) refoulé. Son œuvre est intéressante, largement plus que certains de ses petits copains de la même génération, mais elle est guettée par le tournage en rond. Fincher n'arrive guère à se renouveler et au contraire d'un Michael Mann, par exemple, qui officie lui aussi majoritairement dans un registre particulier (le polar/thriller), son cinéma ne tend pas vers une grande évolution. La direction rigoureuse et épurée prise depuis Zodiac fait mentir mon constat mais si j'en crois Colqhoun, avec son dernier film il retourne vers ce qu'il faisait dans les années 1990 et le fait mal. Et quand il s' essaie au renouvellement (Benjamin Button), le résultat peut paraître boiteux et le rendez-vous, manqué. Ses projets actuels (les remake de 20 000 lieues sous les mers et Cléopâtre), tournés vers d'autres horizons, me laissent perplexes au lieu de m'enthousiasmer.
semmelweis
Accessoiriste
Posts: 1688
Joined: 10 Feb 09, 21:30
Location: Bordeaux

Re: Top David Fincher

Post by semmelweis »

Fincher est sans doute un des plus grands cinéastes américains actuels. Il a dans un sens réussi à imprimer une patte dans tous ses films. Dès le début d'un Fincher , on sait que l'on est chez lui meme dans ses films mineurs. Ceux qui ne voient en lui qu'un formaliste, se trompent. La forme un peut arty de Fight Club épouse son propos. Fincher utilise un coté clippesque pour parler de la fin du 20ème siècle et de son vide idéologique et social. Tout ceci en gardant une énorme auto dérision dans son film en témoigne une fin absurde. Zodiac a prouvé qu'il y avait un vrai cinéaste car sans jouer sur l'univers glauque, Fincher réalise au bout de 10 minutes de film la plus belle scène de meurtre des années 2000. Fincher a intériorisé son cinéma et son style dans le découpage bien plus que dans ses premiers films. En ce sens, il a suivi une voie proche d'un Cronenberg.
The Social Network nous parle du début du 21ème siècle où le néant des individus a été remplacé par celui d'un virtuel omniscient et omnipotent rendant l'homme encore plus isolé dans les sphères de son esprit comme en témoigne la figue de Zuckerberg.
O'Malley
Cadreur
Posts: 4250
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Top David Fincher

Post by O'Malley »

Chef d'oeuvre (du cinéma américain de la décénnie 2000?): Zodiac
Chef d'oeuvre (tout court): Seven
Très bon : Fight Club / The Game / The Social Network
Sympa: Panic Room / Alien 3 (réévalué à la hausse aussi)
Bof: L'étrange histoire de Benjamin Button (académique en fait)
Akrocine
Régisseur
Posts: 3272
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Top David Fincher

Post by Akrocine »

Dans mes bras semmelweis :D
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
O'Malley
Cadreur
Posts: 4250
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Top David Fincher

Post by O'Malley »

semmelweis wrote: La forme un peut arty de Fight Club épouse son propos. Fincher utilise un coté clippesque pour parler de la fin du 20ème siècle et de son vide idéologique et social. .......The Social Network nous parle du début du 21ème siècle où le néant des individus a été remplacé par celui d'un virtuel omniscient et omnipotent rendant l'homme encore plus isolé dans les sphères de son esprit comme en témoigne la figue de Zuckerberg.
Tiens, très intéressante filiation: deux films qui se répondent en effet en echo à une décennie d'intervalle. L'un ferme un siècle; l'autre ouvre le suivant mais les deux traduisent 'une évolution sociétale finalement logique.
Happy Charly
Assistant opérateur
Posts: 2582
Joined: 16 Nov 03, 12:10
Location: Loin de la civilisation... dans l'trou-du-cul du monde, quoi !

Mon Top David Fincher

Post by Happy Charly »

Major Tom wrote:Très bien:
Se7en

Bien:
Fight Club

Moyen:
The Game

Bof:
The Social Network
Panic Room

Gros ennui :
Zodiac (plus aucun souvenir aujourd'hui d'ailleurs)

Pouah:
Alien 3

Pas vu:
The Curious Case of Benjamin Button
Millenium
Voilà, un top qui ressemblerait au mien -si je le faisais.

Et si je le faisais ?

Superbes:
"SE7EN" (1995)
et "FIGHT CLUB" (1999) (tous deux avec Brad Pitt), même si le second reste (un brin mais un chouïa) en deça du premier, qui reste l'une des références et l'un des meilleurs films de serial-killer -aujourd'hui maintes fois imité mais jamais égalé

Beau mais un brin longuet:
"... BENJAMIN BUTTON" (2008)
, toujours avec Brad Pitt, qui rattrape quelques lourdeurs cinématographiques de sa carrière (cf. plus bas) à mes yeux

Un début largement décrié mais aujourd'hui apprécié des critiques qui suivent soi-disant sa carrière et tentent de se rattraper (alors que personnellement j'avais déjà aimé ce film) :
"ALIEN 3" (1992)
qui reste quand même putaing bon avec des scènes fort iconographiques et une fin qui aura marqué le public

Sympa mais soit alambiqué soit trop prévisible:
"THE GAME" (1997)
, qui comme "SE7EN" sa précédente réalisation sera grandement imité mais parfois égalé et peut-être dépassé, lui: avis perso

Ah bon, c'est lui qui l'a réalisé ? :mrgreen:
"PANIC ROOM" (2002) que n'importe quel autre tâcheron hollywoodien aurait pu réaliser, non ?

Merde, il est devenu un réalisateur lourdingue à la Kubrick et autres grands noms des encyclopédies du cours primaire de cinéma:
"ZODIAC" (2007)
et "THE SOCIAL NETWORK" (2010)
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90424
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Mon Top David Fincher

Post by Jeremy Fox »

Happy Charly wrote: Merde, il est devenu un réalisateur lourdingue à la Kubrick et autres grands noms des encyclopédies du cours primaire de cinéma:
Oui, c'est sale d'être reconnu.
Happy Charly
Assistant opérateur
Posts: 2582
Joined: 16 Nov 03, 12:10
Location: Loin de la civilisation... dans l'trou-du-cul du monde, quoi !

Et si on se savonnait la bouche ?

Post by Happy Charly »

Happy Charly wrote: Merde, il est devenu un réalisateur lourdingue à la Kubrick et autres grands noms des encyclopédies du cours primaire de cinéma:
Jeremy Fox wrote:Oui, c'est sale d'être reconnu. Heureusement, il reste des rebelles pour remuer le cocotier.
Non, c'est surtout qu'à mes yeux, il est devenu bien chiant avec des longs mais très longs-métrages à rallonge et longuets qui n'ont pas su me tenir éveillé et intéressé par de la réalisation -que je reconnais superbement réalisé et aux jeux d'acteurs surement parfaitement maitrisé- qui me rappelle d'autres purges (attention, terme purement provocateur en ces lignes et ce forum) de ce Kubrick ("2001, L'ODYSSEE DE L'ESPACE" pour seul exemple de film de ce maître que je n'arrive vraiment mais vraiment pas à regarder d'une traite) et autres réalisateur qui pullulent en section naphtalinée, 380 fois ou pas...

Et il n'y a rien de "sale" pour reprendre ton terme (que je juge à mon égard agressif) à être reconnu, c'est même très bien pour un réalisateur que critiques et public ont flingué à l'unisson lors de la sortie d' "ALIEN 3", comme je l'ai rappelé, avant de retourner leurs vestes et soi-disant re-apprécier et revaloriser ce film après la claque et le choc "SE7EN".
Ce qui m'emmerde dans ses récentes réalisations, c'est qu'il commence à tirer un peu trop sur la bande (même si ses films ont peut-être été tourné directement en numérique, mais je ne vais pas épiloguer là-dessus, j'ai une real life à coté...) et que dans le but de raconter ses histoires qui le passionnent et qu'il maitrise parfaitement il n'hésite pas à conserver des minutes et des minutes (je ne vais pas jouer le Marseillais et prétendre des heures) de scènes qu'il tourne à rallonge de détails et de climax alors qu'à une époque il les aurait sacrifiées en salle de montage: il étouffe une partie de son public pour ne pas dire qu'il l'endort avec cette force de tensions, d'appréhensions, de détails, de minuties et autres éléments qu'il étale dans de trop récurrentes longues scènes ou plans (oui, je me focalise peut-être trop sur "ZODIAC", que j'ai du regarder par chapitre/étape, même à plusieurs reprises, pour en affronter l'effet soporifique d'un sujet pourtant intéressant) dont il veut se servir pour immerger ses spectateurs... Et là, on dirait du... Kubrick :mrgreen:

Même en ayant vieilli, je crois que j'apprécie plus chez lui ses réalisations proches de cet univers clipesque et vidéo dans lequel il a fait ses armes qui l'ont révélé et des sujets différents de ces deux films là ("ZODIAC" et "THE SOCIAL NETWORK" : "...BUTTON" est bien plan-plan et longuet mais j'y ai plus accroché -peut-être la magie du cinéma ?), mais qui n'en font pas forcément un "rebelle".
Et de devoir me sauver pour reprendre ma real life et ne pas t'étouffer ou t'endormir de mon abus de mots et de phrases...
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90424
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top David Fincher

Post by Jeremy Fox »

Je n'avais pas besoin que tu te justifies car je ne parlais absolument pas de Fincher. Je te faisais simplement remarquer que si tu avais tout à fait le droit de ne pas aimer ces films (voire de les détester), je trouvais ton commentaire "rebelle" un peu ridicule. Ma phrase n'était pas plus agressive que tes sempiternelles jérémiades contre la section naphta et ses "vieilles rombières" qui y pulullent. C'est surement de l'humour sauf qu'il devient un peu lourd à la longue.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Et si on se savonnait la bouche ?

Post by Strum »

Happy Charly wrote:Ce qui m'emmerde dans ses récentes réalisations, c'est qu'il commence à tirer un peu trop sur la bande (même si ses films ont peut-être été tourné directement en numérique, mais je ne vais pas épiloguer là-dessus, j'ai une real life à coté...) et que dans le but de raconter ses histoires qui le passionnent et qu'il maitrise parfaitement il n'hésite pas à conserver des minutes et des minutes (je ne vais pas jouer le Marseillais et prétendre des heures) de scènes qu'il tourne à rallonge de détails et de climax alors qu'à une époque il les aurait sacrifiées en salle de montage: il étouffe une partie de son public pour ne pas dire qu'il l'endort avec cette force de tensions, d'appréhensions, de détails, de minuties et autres éléments qu'il étale dans de trop récurrentes longues scènes ou plans (oui, je me focalise peut-être trop sur "ZODIAC", que j'ai du regarder par chapitre/étape, même à plusieurs reprises, pour en affronter l'effet soporifique d'un sujet pourtant intéressant) dont il veut se servir pour immerger ses spectateurs... Et là, on dirait du... Kubrick :mrgreen:

Même en ayant vieilli, je crois que j'apprécie plus chez lui ses réalisations proches de cet univers clipesque et vidéo dans lequel il a fait ses armes qui l'ont révélé et des sujets différents de ces deux films là ("ZODIAC" et "THE SOCIAL NETWORK" : "...BUTTON" est bien plan-plan et longuet mais j'y ai plus accroché -peut-être la magie du cinéma ?), mais qui n'en font pas forcément un "rebelle".
Et de devoir me sauver pour reprendre ma real life et ne pas t'étouffer ou t'endormir de mon abus de mots et de phrases...
Je n'ai pas vu The Girl with the dragon tattoo, mais The Social Network est un film qui va à toute allure, et ne correspond pas à ce que tu décris ("conservation de minutes et minutes, rallonge de climax, etc."). A l'aune de ce film, Fincher n'a rien à voir avec Kubrick (ni à l'aune de ses autres films, d'ailleurs). Ce que tu décris correspond nettement plus au languissant Benjamin Button que tu sembles paradoxalement préférer au rapide The Social Network.
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Top David Fincher

Post by Colqhoun »

Meilleur film
1. Zodiac

Mémorables
2. Se7en
3. The Social Network
4. Alien 3

Plutôt bons
5. Fight Club
6. The Game

Sympa
7.Panic Room

Un savoir-faire technique au service de la fainéantise
8. The Girl with the Dragon Tattoo

Un ratage incompréhensible
9. The Curious Case of Benjamin Button
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5666
Joined: 28 Jul 05, 18:33

Re: Et si on se savonnait la bouche ?

Post by Truffaut Chocolat »

Strum wrote:
Happy Charly wrote:Ce qui m'emmerde dans ses récentes réalisations, c'est qu'il commence à tirer un peu trop sur la bande (même si ses films ont peut-être été tourné directement en numérique, mais je ne vais pas épiloguer là-dessus, j'ai une real life à coté...) et que dans le but de raconter ses histoires qui le passionnent et qu'il maitrise parfaitement il n'hésite pas à conserver des minutes et des minutes (je ne vais pas jouer le Marseillais et prétendre des heures) de scènes qu'il tourne à rallonge de détails et de climax alors qu'à une époque il les aurait sacrifiées en salle de montage: il étouffe une partie de son public pour ne pas dire qu'il l'endort avec cette force de tensions, d'appréhensions, de détails, de minuties et autres éléments qu'il étale dans de trop récurrentes longues scènes ou plans (oui, je me focalise peut-être trop sur "ZODIAC", que j'ai du regarder par chapitre/étape, même à plusieurs reprises, pour en affronter l'effet soporifique d'un sujet pourtant intéressant) dont il veut se servir pour immerger ses spectateurs... Et là, on dirait du... Kubrick :mrgreen:

Même en ayant vieilli, je crois que j'apprécie plus chez lui ses réalisations proches de cet univers clipesque et vidéo dans lequel il a fait ses armes qui l'ont révélé et des sujets différents de ces deux films là ("ZODIAC" et "THE SOCIAL NETWORK" : "...BUTTON" est bien plan-plan et longuet mais j'y ai plus accroché -peut-être la magie du cinéma ?), mais qui n'en font pas forcément un "rebelle".
Et de devoir me sauver pour reprendre ma real life et ne pas t'étouffer ou t'endormir de mon abus de mots et de phrases...
Je n'ai pas vu The Girl with the dragon tattoo, mais The Social Network est un film qui va à toute allure, et ne correspond pas à ce que tu décris ("conservation de minutes et minutes, rallonge de climax, etc."). A l'aune de ce film, Fincher n'a rien à voir avec Kubrick (ni à l'aune de ses autres films, d'ailleurs).
Je trouve qu'il n’a pas grand chose à lui envier sur le plan de la narration. L’impression de vitesse de Social Network vient surtout du fait que son récit est très bien structuré… et c’est d’ailleurs le point fort de ses meilleurs films comme Seven, Fight Club ou Zodiac. Je le trouve vraiment très bon dans l’organisation des idées et dans le storytelling comme on dit à L.A.