Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

hansolo
David O. Selznick
Posts: 13011
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Post by hansolo »

Addis-Abeba wrote:
Plutôt la Civette pour le SRAS, déjà la Chine, il va falloir qu'ils trouvent une solution, avec leurs conneries.
La civette n'est que l'hôte intermédiaire pour le SARS 2003.
Les 2 SARS sont bien hérités de la chauve-souris.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45086
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Post by Flol »

Major Tom wrote:Hissé à présent dans le top 10 des films les plus téléchargés sur iTunes et des longs-métrages les plus populaires sur Netflix (et nouvelle star des films les plus piratés ; avec une estimation à plus de 25.000 téléchargements par jour fin janvier)
Les gens sont quand même chelous. S'il y a UN film que je n'ai pas envie de revoir en ce moment, c'est bien celui-là.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Post by AtCloseRange »

Flol wrote:
Major Tom wrote:Hissé à présent dans le top 10 des films les plus téléchargés sur iTunes et des longs-métrages les plus populaires sur Netflix (et nouvelle star des films les plus piratés ; avec une estimation à plus de 25.000 téléchargements par jour fin janvier)
Les gens sont quand même chelous. S'il y a UN film que je n'ai pas envie de revoir en ce moment, c'est bien celui-là.
J'ai revu Pontypool l'autre jour. ça m'a bien fait flipper.
Image
Greenheart
Assistant(e) machine à café
Posts: 205
Joined: 10 Jul 15, 17:18

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Post by Greenheart »

Flol wrote:
Major Tom wrote:Hissé à présent dans le top 10 des films les plus téléchargés sur iTunes et des longs-métrages les plus populaires sur Netflix (et nouvelle star des films les plus piratés ; avec une estimation à plus de 25.000 téléchargements par jour fin janvier)
Les gens sont quand même chelous. S'il y a UN film que je n'ai pas envie de revoir en ce moment, c'est bien celui-là.
Dans cette catégorie, je propose Antiviral de Brandon Cronenberg.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4276
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Post by G.T.O »

Image

Découverte opportune hier soir.

Malgré un casting 4 étoiles, Contagion est un maladroit dépliant didactique qui témoigne de son incapacité à combiner données scientifiques et mouvement dramatique. Les stars ont beau tomber comme des mouches, dans un film qui ne ménage personne, ce qui au départ impressionne, comme pour mieux faire le tour exhaustif des conséquences, le film reste désespérément plat. La méthode d’exposition du dossier confine le récit, en l’identifiant à la courbe de propagation virale, s’épuisant dans une suite de données et un ultra réalisme moribond. Les tranches d’infos s’accumulant ainsi dans des scènes vaguement contraintes par un compte à rebours extérieur d’une course au vaccin; ce qui ne l’empêche pas de nous ressortir une sous intrigue risible et inutile avec la sainte Cotillard, décidément très nulle. C’est une matière informationnelle qui cherche avant tout à circonscrire l’épicentre de la contamination, soit la reconstruction d’une scène primitive, autour duquel le film s’enroule. Scène classique de révélation du coupable de whodunnit, moins film thèse que l’expression ici d’une moralité déguisée: la modernité mise en cause, activités humaines incriminées, notamment la fausse proximité relative à la pratique du selfie. Soit l’expression même du narcissisme moderne.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 23799
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Post by tenia »

Revu le film hier soir car il s'avère que madame ne l'avait vu qu'une fois il y a longtemps et avait envie de le revoir compte tenu de la situation actuelle. Toujours le même avis : un film taillé au cordeau d'une pédagogie implacable, mais aussi un jusqu'au boutisme implacable envers ses protagonistes. En s'inspirant du SARS et du Nipah Virus, il s'avère aussi extrêmement prescient vis à vis de l'épidémie actuelle : un virus issu d'Asie, importé ensuite en Occident via les déplacements de personnes, l'OMS et le CDC américain essayant de comprendre de quoi il s'agit, jusqu'au confinement nécessaire vu les chiffres (par ailleurs, si quelqu'un se demandait ce que donnerait notre société ingérable avec une maladie pourvue d'un R0 de 4 et d'un taux de mortalité de 20% plutôt que 1 et 2%, le film en donne une idée).

Casting 5 étoiles à tous les niveaux (mention spéciale à Fishburne, tout en discrétion), imbriquement efficace des récits qui rebondissent toujours au bon moment, le didactisme peut paraître trop clinique à certains, mais c'est probablement perdre de vue le but, il me semble, du film, qui est moins d'être un drame humain qu'une étude de cas scientifique, déployant l'ensemble des intervenants et les liens de causalité de façon claire et lisible, telle une grande enquête journalistique qui serait ici reconstituée avec un cast hollywoodien.

Reste, toujours, l'intrigue autour de Cotillard, dont je comprends la finalité mais qui semble définitivement une pièce rapportée très très très dispensable et a minima très mal intégrée au reste du récit (on la perd de vue un bon moment et quand elle ré-apparait, c'est tout juste si on l'avait pas oubliée).

L'heure 40 défile en tout cas toujours aussi vite, et bien loin de faire peur, elle parait surtout toujours autant de bons conseils sur les points d'attention en cas d'épidémie.