Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15568
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Watkinssien »

Jeremy Fox wrote:Mes "trois femmes" en ressortent "à la Watkinssien" (totalement euphoriques) :wink:
Bon s'il y a une soirée à la maison, tu sais qui il faut inviter... :wink:
Image

Mother, I miss you :(
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by someone1600 »

superbe chronique de demilune et watkinssien ... mais je n aurais pas du vous lire.... je me sens seul la a ne pas avoir l occassion d aller le voir...
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13731
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by hansolo »

- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48222
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Flol »

Divertissement haut de gamme, un film d'aventures avec un grand A.
Seuls petits griefs que j'aurais : un trop-plein de séquences d'action, qui ont pour effet de finalement faire passer au second plan l'enquête en elle-même.
Résultat : peu, voire pas du tout de mystère là-dedans, et pas beaucoup d'implication de la part du spectateur (me concernant, en tout cas).
Mais hormis ça, c'est à une véritable orgie visuelle que l'on a droit ici ! :o

Spielberg a saisi pleinement toutes les possibilités, en terme de mise en scène, que pouvait lui apporter l'animation et la performance capture : la caméra est constamment en mouvement, les idées pleuvent, ça fourmille de détails, les séquences d'action sont HALLUCINANTES (le plan-séquence de 3 minutes autour de la poursuite du faucon est un morceau de bravoure comme j'en ai rarement vu)...et puis juste visuellement, en terme de rendu, que ce soit au niveau des personnages, des décors, bref de tout...c'est absolument magnifique.
Dès la scène d'ouverture (et son clin d'oeil malin), j'ai été estomaqué par la beauté et la perfection de l'ensemble. A un tel point que sur certains plans, on oublie parfois que l'on est face à des personnages de synthèse. Franchement bluffant. :o

D'ailleurs, je n'ai pas trouvé Tintin si effacé que ça, même si Haddock lui vole la vedette à plusieurs reprises. Je trouve ça d'ailleurs assez couillu de ne pas avoir occulté son alcoolisme, et au même au contraire de l'avoir mis clairement en avant (et on a même droit à une blague zoophile ! :o).
Après, pour ce qui est du respect de l'oeuvre de Hergé, j'avoue ne pas suffisamment connaître les BD pour en dire quoique ce soit. En revanche, j'ai beaucoup pensé à Indy.
Et ce film, c'est un peu tout ce que Indy IV aurait dû être : divertissant, haletant, inventif et ne prenant pas ses spectateurs pour des cons.

Mais comme je le disais, et pour le comparer une nouvelle fois aux aventures d'Indiana, je regrette ici que le mystère entourant le secret de la Licorne soit mis de côté au profit des séquences d'action, (toutes n'étant pas forcément utiles à l'avancée du récit), et j'ai apprécié les quelques instants où la caméra se pose et filme tranquillement ses protagonistes. Malheureusement trop rares...
Résultat : on oublie par moments ce pour quoi les héros sont lancés dans cette aventure...je ne sais pas si les épisodes suivants donneront davantage d'importance à cet aspect, mais c'est quelque chose que j'espère. Même si j'ai peur que Jackson et sa mise en scène parfois bien lourdaude privilégie encore plus les grosses scènes d'action et oublie un peu le reste...

Toujours est-il que, mis à part ces (légers) griefs, Spielberg est venu nous rappeler qu'en terme de blockbuster d'aventures, le bonhomme est désormais quasi imbattable.
Last edited by Flol on 28 Oct 11, 11:03, edited 1 time in total.
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by jacques 2 »

Ratatouille wrote: Toujours est-il que, mis à part ces (légers) griefs, Spielberg est venu nous rappeler qu'en terme de blockbuster d'aventures, le bonhomme est désormais quasi imbattable.
Tu oublies un peu vite Cameron, il me semble ... :fiou:

A moins que tu considères que "Avatar" n'est pas un blockbuster d'aventures ... ou que le "quasi" fasse implicitement référence à Cameron : dans ce dernier cas, je ne pourrai qu'être d'accord avec toi ...

L'enthousiasme devant un spectacle réussi tend souvent à faire oublier ou à minimiser ce qui a précédé : c'est tout à fait humain mais il faut s'en garder ...
C'est ainsi qu'à l'époque de "True lies", je m'étais dit qu'on ne ferait jamais mieux : et d'ailleurs, j'avais peut être raison après tout ... :)
Robert 'Butch' Haynes
Incorruptible
Posts: 4573
Joined: 14 Apr 03, 12:33
Location: Lillian , Ohio.

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Robert 'Butch' Haynes »

hansolo wrote:
Demi-Lune wrote: Un des clins d'oeil qui m'a beaucoup amusé, c'est celui
Spoiler (cliquez pour afficher)
dans l'hydravion, lorsqu'il n'y a plus de gravité et que Haddock et un Milou en apesanteur se disputent des bulles d'alcool flottantes. Situation reprise d'On a marché sur la Lune.
idem!
c'est pourquoi dans mon témoignage de gratitude initiale (premier avis du post) je remerciais Hergé, Spielberg, Williams mais aussi les scénaristes qui ont réussi un tour de force en introduisant des clins d’œils à l'oeuvre d'Hergé (et aussi de Spielberg) tout au long du récit :!:

SPOILER
La mise en scène de l'"abordage" de la Licorne vaut - a elle seule - le déplacement :!:
La manière dont Tintin tient sa lampe allumée quand il rentre chez lui à la manière d'un sabre laser , sa houpette quand il nage et le requin suspendu dans la cale :wink: ...
ImageImageImageImage
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13731
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by hansolo »

jacques 2 wrote:
Ratatouille wrote: Toujours est-il que, mis à part ces (légers) griefs, Spielberg est venu nous rappeler qu'en terme de blockbuster d'aventures, le bonhomme est désormais quasi imbattable.
Tu oublies un peu vite Cameron, il me semble ... :fiou:

A moins que tu considères que "Avatar" n'est pas un blockbuster d'aventures ... ou que le "quasi" fasse implicitement référence à Cameron : dans ce dernier cas, je ne pourrai qu'être d'accord avec toi ...
En matière de "blockbuster d'aventure"; malgré son succès pharaonique, l'Avatar de Cameron m'a bien moins convaincu que le Tintin de Spielberg :!:

James Cameron a réalisé par le passé un certain nombre de films qui m'ont davantage convaincu que sa derniere réalisation ...
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92644
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Jeremy Fox »

hansolo wrote: En matière de "blockbuster d'aventure"; malgré son succès pharaonique, l'Avatar de Cameron m'a bien moins convaincu que le Tintin de Spielberg :!:

...
Tu aurais dit le contraire que ça m'aurait peut-être freiné dans l'envie finalement de voir le Spielberg.
James Cameron a réalisé par le passé un certain nombre de films qui m'ont davantage convaincu que sa derniere réalisation
Presque tous me concernant.
aurelien86
Electro
Posts: 771
Joined: 2 May 08, 16:26

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by aurelien86 »

Ratatouille wrote:Seuls petits griefs que j'aurais : un trop-plein de séquences d'action, qui ont pour effet de finalement faire passer au second plan l'enquête en elle-même.
...
Mais comme je le disais, et pour le comparer une nouvelle fois aux aventures d'Indiana, je regrette ici que le mystère entourant le secret de la Licorne soit mis de côté au profit des séquences d'action, (toutes n'étant pas forcément utiles à l'avancée récit), et j'ai apprécié les quelques instants où la caméra se pose et filme tranquillement ses protagonistes. Malheureusement trop rares...
Ca me fait plaisir de lire cela. Je ne suis donc pas le seul à avoir cet avis. :D
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48222
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Flol »

jacques 2 wrote:
Ratatouille wrote: Toujours est-il que, mis à part ces (légers) griefs, Spielberg est venu nous rappeler qu'en terme de blockbuster d'aventures, le bonhomme est désormais quasi imbattable.
Tu oublies un peu vite Cameron, il me semble ... :fiou:

A moins que tu considères que "Avatar" n'est pas un blockbuster d'aventures ... ou que le "quasi" fasse implicitement référence à Cameron : dans ce dernier cas, je ne pourrai qu'être d'accord avec toi ...
J'ai adoré Avatar, et Cameron est selon moi l'un des seuls à l'heure actuelle qui peut jouer sur le même tableau que Spielberg dans le domaine. Donc ouais, mon "quasi" pouvait implicitement faire référence à Cameron (même si visuellement, j'ai beaucoup plus été impressionné par Tintin).
Sinon, question : pensez-vous que ce soit vraiment volontaire, que le visage de Sakharine ressemble autant à celui de Spielberg ?
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by jacques 2 »

La ressemblance est bien volontaire : il l'a clairement déclaré ... :)
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13731
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by hansolo »

Ratatouille wrote: Sinon, question : pensez-vous que ce soit vraiment volontaire, que le visage de Sakharine ressemble autant à celui de Spielberg ?
Dans mes bras 8)
Je l'ai pensé très fort dès que j'ai vu Sakharine ... mais je me disais que c'etait peut être dû au fait que je venais de voir Spielberg "pour de vrai" et que ça m'avait troublé :idea:
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
Aragorn Elessar
Accessoiriste
Posts: 1938
Joined: 17 Apr 06, 13:18

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Aragorn Elessar »

Vous l'avez vu en 3D la majorité d'entre vous ? En VF ou en VO ?
Last edited by Aragorn Elessar on 28 Oct 11, 11:55, edited 1 time in total.
Image
Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
Ôtez le mensonge vital à un homme moyen, vous lui ôtez le bonheur, du même élan.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15568
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by Watkinssien »

jacques 2 wrote:La ressemblance est bien volontaire : il l'a clairement déclaré ... :)
Perso, je trouve que Spielberg ressemble largement plus au vendeur de la Licorne, au marché aux puces : Image

Dans la même séquence, il y aurait Hergé et Spielberg, quoi...
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4533
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Post by G.T.O »

A quoi reconnait-on un film de Spielberg ?
A la souveraineté de la mise en scène bien sûr, au rythme mécaniquement effréné, aux thèmes familiaux, à sa musique parfois envahissante, mais aussi de manière tout aussi voyante à ses phrases dites dans le film fonctionnant à la fois comme rappels, résumé d'enjeux et surtout comme notes d'intention. Je pense notamment ici à l'échange final entre Tintin et Hadoque : " N"avez-vous pas soif d'aventure" dit Tintin en guise de consolation au Capitaine qui, en retour, lui rétorque son fameux "inextinguible". Cet échange circonscrit et situe parfaitement la réussite mais aussi la limite du film. Sa réussite, beaucoup l'ont dit, c'est la mise en scène de Spielberg d'une rare virtuosité. La motion capture semble avoir libérer Spielberg d'énormes contraintes physiques. On le voit, sa caméra ne recule devant rien, traverse, continue sa trajectoire, en dépit de la barrière des lieux. Ce principe de fluidité et de vitesse située au coeur de la mise en scène a pour effet d'accentuer l'abstraction, alimente un burlesque qui n'est pas sans rappeler Buster Keaton, avec des personnages qui traversent les décors interchangeables. C'est assez impressionnant, il faut l'avouer. Mais, c'est aussi voulu et conçu comme tel. Comme le tour d'un magicien qui attirerait notre attention uniquement sur sa propre dextérité, habilité à faire disparaitre le lapin plus qu'à la magie et l'étonnement relative à la disparition du rongeur. Il n y a que très peu de magie dans le Tintin de Spielberg, une virtuosité qui écrase tout qui vire parfois à l'onanisme au détriment du développement des personnages, des temps morts, du mystère qui auraient équilibré davantage le film.
Nous avons soif d'aventures Tonton mais tu n'es pas obligé de nous mettre un camion citerne.