Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48231
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Flol »

Karras wrote:
Strum wrote:Les zébrures de violence gore, traduisent non seulement une accélération soudaine du rythme - celui du film, celui cardiaque du héros - mais aussi l'irruption de la violence du réel, réel qui terrorise le héros du film autant que le gore peut terroriser les spectateurs non avertis...
Mme Strum, écoeurée par la violence du film, qu'elle a trouvé bien gratuite, a détesté.
Violence qui n'est pas sans rappeler, sur cette scène en tout cas, celle d'Irréversible de Gaspar Noé. Il me semble d'ailleurs avoir lu que les deux réalisateurs sont assez proches et que Noé est le premier à avoir vu le film dans sa version terminée.
Et Gosling a avoué être super fan du travail de Noé.
Tout est lié ! :o
Aragorn Elessar
Accessoiriste
Posts: 1938
Joined: 17 Apr 06, 13:18

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Aragorn Elessar »

Si la violence est du niveau d’Irréversible, je crois que je ne vais pas y amener ma copine.
Image
Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
Ôtez le mensonge vital à un homme moyen, vous lui ôtez le bonheur, du même élan.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8455
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Strum »

Aragorn Elessar wrote:Si la violence est du niveau d’Irréversible, je crois que je ne vais pas y amener ma copine.
Je n'ai pas vu Irréversible, mais si j'avais su Drive si violent, je n'aurais pas emmené Mme Strum. Il semblerait que le seuil du tolérable dans l'acceptation de la violence dans le cinéma mainstream continue d'augmenter (chez les critiques comme chez nombre de spectateurs). Le mien reste assez bas.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14659
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Demi-Lune »

Ratatouille wrote:
Père Jules wrote:Et puis s'il y a bien un truc que je ne supporte pas au ciné, c'est l'esthétisation de la violence. Là, on est verni avec ces giclées de sang toutes plus violentes les unes que les autres filmées au ralenti.
Il me semble qu'il n'y a aucune scène au ralenti avec du sang qui gicle : il y a bien des scènes au ralenti, qui comme tout le monde le sait, est forcément corrélé au phénomène de la violence, comprise comme ingrédient destiné à créer une rupture de ton et de rythme au sein d'une dramaturgie minimale et déflationniste ; il y a bien sûr du sang qui gicle à l'écran.
:lol: Chapeau.
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Jericho »

A propos de la violence sèche et radicale du film qui arrive comme ça sans forcément prévenir. C'est un peu comme dans le cinéma de Kitano (pour la rupture de ton), mais aussi comme dans l'oeuvre de Cronenberg, History of violence pour la représentation graphique.

D'ailleurs dans la salle de cinéma je me suis fendu la poire à plusieurs reprises suite à la réaction de certains spectateurs face aux brefs moments de violence. Je crois qu'il y en a pas mal qui ont été attiré par l'étiquette "festival de Cannes". Du coup les petits vieux ont manifestés leur désarroi à la vue des scènes chocs.

Il y a même un petit groupe qui est parti d'ailleurs en cours de séance à cause de ça... :uhuh:
Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16684
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Père Jules »

Ratatouille wrote:
Père Jules wrote:Et puis s'il y a bien un truc que je ne supporte pas au ciné, c'est l'esthétisation de la violence. Là, on est verni avec ces giclées de sang toutes plus violentes les unes que les autres filmées au ralenti.
Il me semble qu'il n'y a aucune scène au ralenti avec du sang qui gicle : il y a bien des scènes au ralenti, qui comme tout le monde le sait, est forcément corrélé au phénomène de la violence, comprise comme ingrédient destiné à créer une rupture de ton et de rythme au sein d'une dramaturgie minimale et déflationniste ; il y a bien sûr du sang qui gicle à l'écran.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La nana qui se fait sauter la tête dans la salle de bain ??
Il me semble bien que c'est au ralenti. Quoi qu'il en soit, l'exercice de style m'a saoulé.
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25633
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Ouf Je Respire »

Karras wrote:
Strum wrote:Les zébrures de violence gore, traduisent non seulement une accélération soudaine du rythme - celui du film, celui cardiaque du héros - mais aussi l'irruption de la violence du réel, réel qui terrorise le héros du film autant que le gore peut terroriser les spectateurs non avertis...
Mme Strum, écoeurée par la violence du film, qu'elle a trouvé bien gratuite, a détesté.
Violence qui n'est pas sans rappeler, sur cette scène en tout cas, celle d'Irréversible de Gaspar Noé. Il me semble d'ailleurs avoir lu que les deux réalisateurs sont assez proches et que Noé est le premier à avoir vu le film dans sa version terminée.
Si c'est du type "je t'écrabouille la gueule avec un extincteur", je passe mon chemin.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by riqueuniee »

J'ai lu effectivement , je ne sais plus où, un rapprochement entre cette scène de Irréversible et la scène de l'ascenseur dans Drive.
N'ayant vu aucun des deux films, je ne sais pas jusqu'à quel point cette comparaison est justifiée.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8455
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Strum »

Dans l'interview qu'il donne dans le Positif du mois d'octobre (de mémoire), Winding Refn explique effectivement qu'il a voulu dupliquer dans la scène de l'ascenseur l'effet de crane écrabouillé d'Irréversible, et qu'il a demandé à Noé comment il s'y était pris. Prévenu, je n'ai regardé la fin de cette scène que d'un oeil (grand "aeuhhh" de dégout de la salle).
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by riqueuniee »

Il a dû le dire à chaque interview ou presque, parce que ce n'est en tout cas pas dans Positif que j'ai lu ça. (à moins que ça ne soit dans un commentaire qui faisait la comparaison)
Last edited by riqueuniee on 10 Oct 11, 16:04, edited 1 time in total.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16684
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Père Jules »

Ouf, little dick wrote: Si c'est du type "je t'écrabouille la gueule avec un extincteur", je passe mon chemin.
Non, là c'est à coups de talon.

Genre ça
Spoiler (cliquez pour afficher)

:mrgreen:
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48231
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Flol »

Père Jules wrote:
Ratatouille wrote: Il me semble qu'il n'y a aucune scène au ralenti avec du sang qui gicle : il y a bien des scènes au ralenti, qui comme tout le monde le sait, est forcément corrélé au phénomène de la violence, comprise comme ingrédient destiné à créer une rupture de ton et de rythme au sein d'une dramaturgie minimale et déflationniste ; il y a bien sûr du sang qui gicle à l'écran.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La nana qui se fait sauter la tête dans la salle de bain ??
Il me semble bien que c'est au ralenti. Quoi qu'il en soit, l'exercice de style m'a saoulé.
Ah oui tu as raison.
Mais je n'y vois pas une approche esthétique de la violence, telle que dans American History X par exemple (avec ses longues scènes au ralenti, dans un magnifique noir et blanc...).
Ici, je rapprocherais plus ces effets au cinéma de Peckinpah, qui cherchait avant tout à figer dans le temps ces fulgurances de violence plutôt que de vouloir les esthétiser.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48231
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Flol »

Ouf, little dick wrote:
Karras wrote: Violence qui n'est pas sans rappeler, sur cette scène en tout cas, celle d'Irréversible de Gaspar Noé. Il me semble d'ailleurs avoir lu que les deux réalisateurs sont assez proches et que Noé est le premier à avoir vu le film dans sa version terminée.
Si c'est du type "je t'écrabouille la gueule avec un extincteur", je passe mon chemin.
Franchement, il y a un court plan d'à peine 1 seconde où l'on peut discerner avec difficulté quelque chose. Tout le reste est hors-champ (avec seulement le son, ce qui rend cette scène d'autant plus efficace).
Aragorn Elessar
Accessoiriste
Posts: 1938
Joined: 17 Apr 06, 13:18

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Aragorn Elessar »

Ok, merci pour vos réponses. L'interdiction n'étant que pour les moins de douze ans on pourrait supposer que la représentation de la violence est supportable, mais c'est vrai qu'aujourd'hui, on ne sait plus trop.
Image
Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
Ôtez le mensonge vital à un homme moyen, vous lui ôtez le bonheur, du même élan.
Dunn
Producteur Exécutif
Posts: 7873
Joined: 20 Aug 09, 12:10
Location: Au pays des merveilles

Re: Drive (Nicolas Winding Refn - 2011)

Post by Dunn »

Non mais c'est quoi ces chochotes :mrgreen:
vous vous plaignez de l'ultra violence dans certains moments du film alors que l'on est face à un film Hollywoodien fait par un européen :wink:
Ce que je veux dire, c'est que l'on aurait pu tomber dans du action movie baston comme on en voit trop souvent (D'ailleurs cela était cousu d'avance avec Marshall au commande et Jackman au volant).
Ce que je comprends pas, c'est que beaucoup de cinéphiles (ici comme dans mon entourage) ont laissé tomber le cinéma Hollywoodien comme celui ci et se sont dirigés vers le cinéma Coréen entre autre, pour plusieurs raisons : du cinéma sans concession, parfois très violent, underground, comme l'etait le cinéma américain des années 70 ("les chiens de paille" '"taxi driver" etc)...
Et quand il y a une perle d'une telle rareté comme Drive, vous faites la fine bouche (c'est violent, c'est classique, ca va pas plus loin ...) ppfff
ET je ne releverais meme pas les critiques sur Carey Mulligan :fiou: