Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5662
Joined: 28 Jul 05, 18:33

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Truffaut Chocolat »

C'est qui la sainte au juste ?
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Federico »

Tout en lui trouvant mille défauts, Melancholia m'a méchamment scotché. LVT est clairement un grand malade, dépresso-nihilo-tout ce qu'on voudra. Emphatique et lourdement symboliste en prime. Ses emprunts/clins d'oeil/hommages à ses maîtres (Tarkovski, Bergman, Wagner...) sont eux aussi très appuyés. Mais faut reconnaître qu'il est pourri de talents.
Le final, aussi absurde scientifiquement parlant soit-il* est sans doute le plus choquant que j'ai jamais vu.
Tant qu'à faire, je préfère le no-future, le pessimisme absolu de cette fin du monde (enfin, juste la fin du monde terrestre, grain de poussière dans l'Univers) à l'optimisme disneyien des blockbusters hollywoodiens où les gentils humains finissent toujours par avoir raison d'un cataclysme à l'échelle planétaire. Au moins, chez LVT, le "kiss & cry" ne sert pas à vendre des kleenex et des assurances-vie.

(*) Les probabilités d'être un jour géo-croisés par une planète doivent approcher le zéro absolu mais en admettant que cela arrive, la surface du globe en serait dramatiquement modifiée bien avant son apparition à l'oeil nu. :roll:
Bien sûr, cela n'aurait pas la même force visuelle, transcrit à l'écran. En dévoilant le monstre prêt à avaler la Terre toute crue, LVT joue sur LA peur humaine (et/ou enfantine). Celle qui doit quelque part être enfouie dans les couches primaires de nos cortex depuis les temps les plus reculés quand les hominidés devaient être terrassés d'effroi à la vue d'une éclipse ou d'une comète.
Je ne sais pas si LVT a vu ou non l'étonnant court-métrage Coup de Lune de Yann Piquer qui date de 2000 mais tout est là :


The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Chrislynch
Doublure lumière
Posts: 705
Joined: 17 Dec 05, 09:05
Location: Inland Empire

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Chrislynch »

Federico wrote:Tant qu'à faire, je préfère le no-future, le pessimisme absolu de cette fin du monde (enfin, juste la fin du monde terrestre, grain de poussière dans l'Univers) à l'optimisme disneyien des blockbusters hollywoodiens où les gentils humains finissent toujours par avoir raison d'un cataclysme à l'échelle planétaire.
Il s'agit de la face B qui s'oppose à la face A. Mais en réalité, il s'agit de la même pièce, purement manichéenne. Disney/Von Triste, même combat pour la non compléxité de la Nature. Comme on sait, les extrêmes se rejoignent.
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12224
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Jack Griffin »

G.T.O wrote:
Jack Griffin wrote: Vous confondez et plaquez des préjugés (que LVT a aidé à édifier à travers ses films précédents) sur un film non pas nihiliste mais parlant plus de l'angoisse face à la mort, et où justement l'homme a une grande place. Et il ne faut pas substituer ce qu'incarne le personnage de Dunst à tout ce que le film dit et montre.

D'un autre côté vous êtes deux admirateurs de Malick et de son Tree of life, qui nous montre aussi une fin de monde du même ordre que LVT (avec beaucoup d'images de synthèse, de plans, de pleurs et de violons). Est ce qu'il faudrait le qualifier de nihiliste pour autant ?
Mais, le problème est que Von Trier construit ce discours de manière très cohérente, de film en film, depuis sa trilogie de "l'innocence" (sic) ( Breaking the Waves à Dogville), en passant par Dancer In the Dark) jusqu'à ce Mélancholia. Il se fonde, non sur une angoisse de la mort, même si cela le constitue partiellement, et ne dépend pas seulement du personnage principal. Mais, il repose sur une vision nihiliste ( à entendre au sens, d'une morbidité et soif de néant) et misanthrope de l'homme ( tous des pourris, sauf la sainte ); s'exprimant par la répétition d'un même schéma narratif manichéen : celui de la confrontation de la pureté au Mal. Celui d'un individu innocent, auquel le spectateur s'identifie dans l'épreuve, face à une communauté humaine, hostile, cruelle, vile. Donc, comme on le voit, le phénomène n'est pas exactement lié à ce que représente l'héroïne, à ses valeurs, mais plutôt à qu'elle endure, au calvaire qu'elle traverse et la façon dont Trier en tire profit, en suscitant chez le spectateur empathie, sympathie, émotions.
Chez Von trier, on sent une réelle délectation dans la mise à l'épreuve, dans la souffrance, de la figure de l'innocence. Et, un relatif soulagement à l'idée que cela puisse cesser. La vie de la sainte est parsemée d'épreuves terribles et la mort constitue une envie partagée par le spectateur même, lié au fait que cela puisse s'arrêter. Pas une acceptation de la mort mais bien une délivrance de la vie conçue comme une épreuve, un calvaire. Nihiliste. :|
Et ben moi je constate une variation sur ce film ci, qui est dans la continuation d'Antichrist d'ailleurs. LVT a le droit de changer, d'éprouver autre chose même s'il reste sur le même terrain.
J'y vois pas vraiment de morbidité, en ce sens qu'il n'y a pas d'envie d'aller dans le néant mais plutôt des personnages en proie à des angoisses lié à la fin de l'être, à la mort...Qui se traduisent par une entrée du fantastique chez le cinéaste d'ailleurs, et des récits coupés de toute Histoire. On est dans la fable, le conte, la métaphore.
Dunst n'est pas une sainte et n'est ni innocente...Et je crois pas qu'elle est suscité une réelle empathie chez les spectateurs. Elle incarne même un personnage assez lointain.
monfilm
Machino
Posts: 1242
Joined: 19 Aug 08, 05:09

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by monfilm »

Von Trier est un nihiliste inspiré, un frustré génial. Et puis c'est tout.
ImageImage
Tout le reste est dérisoire.
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25558
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Ouf Je Respire »

monfilm wrote:Von Trier est un nihiliste inspiré, un frustré génial. Et puis c'est tout.
Ca, ça me parle. LVT, notre Hitchcock contemporain? Idée à creuser.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26663
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Billy Budd »

Mon problème avec Melancholia n'est pas le nihilisme, je n'en ai pas raiment vu, mais la laideur du film et l'ennui profond qu'il m'a procuré.
Everybody's clever nowadays
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19032
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by gnome »

Billy Budd wrote:Mon problème avec Melancholia n'est pas le nihilisme, je n'en ai pas raiment vu, mais la laideur du film et l'ennui profond qu'il m'a procuré.
Laideur ?

Je pourrais juste lui reprocher la caméra à l'épaule du mariage qui rend certains plans difficilement lisibles, sinon, visuellement, c'est splendide !
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Federico »

gnome wrote:Je pourrais juste lui reprocher la caméra à l'épaule du mariage qui rend certains plans difficilement lisibles, sinon, visuellement, c'est splendide !
C'est le plus gros reproche technique que je ferai au film : ces plans en caméra portée collent le mal de mer et sont vite insupportables.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Anorya »

Federico wrote:
gnome wrote:Je pourrais juste lui reprocher la caméra à l'épaule du mariage qui rend certains plans difficilement lisibles, sinon, visuellement, c'est splendide !
C'est le plus gros reproche technique que je ferai au film : ces plans en caméra portée collent le mal de mer et sont vite insupportables.
Mais si je me rappelle bien c'est juste au début dans la première partie (le mariage comme cite Gnome). Après soit le spectateur s'habitue, soit tonton LVT se calmait un peu (ou les deux).
Image
monfilm
Machino
Posts: 1242
Joined: 19 Aug 08, 05:09

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by monfilm »

Billy Budd wrote:Mon problème avec Melancholia n'est pas le nihilisme, je n'en ai pas raiment vu, mais la laideur du film et l'ennui profond qu'il m'a procuré.
Si tu n'y vois pas de nihilisme ça explique peut-être ton ennui profond.
ImageImage
Tout le reste est dérisoire.
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by homerwell »

gnome wrote:
Billy Budd wrote:Mon problème avec Melancholia n'est pas le nihilisme, je n'en ai pas raiment vu, mais la laideur du film et l'ennui profond qu'il m'a procuré.
Laideur ?

Je pourrais juste lui reprocher la caméra à l'épaule du mariage qui rend certains plans difficilement lisibles, sinon, visuellement, c'est splendide !
J'ai beaucoup de souvenirs de mariage qui ressemblent à cela... :mrgreen:
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26663
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by Billy Budd »

L'intro est d'une laideur inouïe, pauvre Wagner.
Everybody's clever nowadays
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24130
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by tenia »

Federico wrote:
gnome wrote:Je pourrais juste lui reprocher la caméra à l'épaule du mariage qui rend certains plans difficilement lisibles, sinon, visuellement, c'est splendide !
C'est le plus gros reproche technique que je ferai au film : ces plans en caméra portée collent le mal de mer et sont vite insupportables.
Je sais qu'au cinema, beaucoup de spectateurs s'en étaient plaints, mais pour n'avoir vu le film qu'en video, c'était très éloigné de cette sensation de mal de mer.
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19032
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Melancholia (Lars von Trier - 2011)

Post by gnome »

Billy Budd wrote:L'intro est d'une laideur inouïe, pauvre Wagner.
J'ai aimé le film, mais j'avoue ne jamais avoir compris, ni l'intérêt, ni les dithyrambes de l'époque à l'encontre de cette intro...
Tout le monde semblait se prosterner devant cette intro... Moi... :?
Last edited by gnome on 30 May 13, 18:05, edited 1 time in total.