John Woo

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14478
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

John Woo

Post by Demi-Lune »

Un topic qui viendra enrichir la longue liste concoctée par Nestor. :wink:

The Killer (1989)
Une balle dans la tête (1990)
Volte-Face (1997)
Mission : Impossible 2 (2000)
Windtalkers version longue (2002)
Paycheck (2003)
Les Trois Royaumes (2008)

Top John Woo
John Woo, pour vous...

Voici quelques uns de mes commentaires sur les films de John Woo que je bascule ici pour inaugurer ce topic :

Le Syndicat du Crime (A better tomorrow, 1986)
Le film qui me réconcilie avec son auteur, qui à force de blockbsuters hollywoodiens indigents et involontairement drôles, m'était apparu comme un cinéaste à éviter ; mais l'écart qualitatif entre un Broken Arrow ou un Mission Impossible 2, et ce très beau film noir aux accents de tragédie grecque qu'est Le Syndicat du crime, m'encourage du coup à me pencher derechef sur sa filmo HK ! Malgré une musique 80's pas toujours convaincante, et malgré sa courte durée (à peine 1h30), John Woo signe une belle réussite qui, au-delà de la maîtrise technique déployée lors des fusillades, impressionne surtout par l'ingéniosité d'un scénario implacable, dramatique, et souvent imprévisible, et par l'émotion que celui-ci transmet par le biais de magnifiques acteurs (seule Emily Chu n'est pas très crédible). On pense voir un énième film de gangster, mais au bout d'une demi-heure, les situations que l'on tenait pour acquises sont complètement bouleversées et c'est finalement à un drame humain que l'on a affaire, culminant avec un finale incroyable qui laisse le spectateur pantois et considérablement ému.

Le Syndicat du Crime 2 (A better tomorrow, 1987)
Cette suite sent l'opportunisme à plein nez : on prend les mêmes et on recommence. Symbolique est le retour des plus improbables de Chow Yun Fat, grâce à une astuce hypocrite témoignant que Woo et Hark ne sont eux-mêmes pas dupes. Le scénario n'est donc vraiment pas le point fort de ce second épisode, d'autant qu'aussi improbable qu'il soit, il est en outre souvent incohérent et traversé de trous, comme s'il manquait des scènes. Mais, mais, mais... ça marche quand même. Le retour des survivants du premier épisode permet une appréciable continuité dans les enjeux émotionnels posés dans Le Syndicat du Crime (la tragédie des deux frères, les problèmes de couple, etc), tout en maintenant cette épée de Damoclès sur leur sort, en ce qu'aucun n'est jamais à l'abri (et cet épisode nous le montre encore). L'histoire a beau être assez faible (toute la partie américaine ne sert vraiment pas à grand-chose), et certaines scènes vraiment naïves (toute la partie où Lung est prostré), John Woo parvient toujours à rendre ses protagonistes attachants dans cette fibre humaniste exacerbée qui lui est caractéristique et qui lui est si souvent reprochée. De son côté, CYF s'en donne à cœur joie et bouffe l'écran, que ce soit le visage emplâtré de riz ou deux flingues dans les mains. Et puis, quelle mise en scène ! Quel dynamisme ! La caméra a l'air de voler d'elle-même, comme mue par son instinct. La fusillade finale, totalement outrée, est un grand moment de cinéma d'action qui n'a rien à envier à Commando. Très bon film.

The Killer (1989)
Mélancolique, romantique, désespéré, violent, tragique, exacerbé : un tourbillon de virtuosité et d'émotions qui se marie ici avec une rare grâce. C'est, en effet, peut-être bien le chef-d'oeuvre de son auteur, qui, reprenant les fondamentaux de son cinéma et en repoussant les limites, touchait ici au sublime.

A toute épreuve (Hard-boiled, 1992)
Spectaculaire, c'est le premier mot qui vient à l'esprit. Le scénario, très mince, ne semble être qu'un prétexte à une accumulation de morceaux de bravoure ahurissants et superbement mis en scène par un John Woo particulièrement inspiré. Le film, de ce côté-là, est absolument irréprochable et surpassera les attentes des amateurs de cinéma d'action, au sein duquel A toute épreuve s'impose aisément comme une référence incontournable. Que cela soit lors de l'introduction dans le salon de thé, où la caméra semble valser avec une précision d'orfèvre, où lors de la dernière demi-heure dans l'hôpital (sommet délirant du film et, en quelque sorte, sommet du genre), qui délivre au passage un des plans-séquences les plus impressionnants qui soient, le terme de chorégraphie pour les gunfights trouve ici toute sa (dé)mesure. Mais je ne peux m'empêcher de tiquer un peu. D'abord, comme je l'ai dit, le scénario n'est clairement pas un point fort ; ce n'est pas, en soi, très dérangeant, mais celui d'A toute épreuve donne l'impression d'être chaotique, irrégulier, au point d'en devenir un peu incohérent (pourquoi donc, dans le hangar, Tony s'acharne-t-il sur Tequila puisqu'il sait très bien que c'est un flic ? On dirait que sa véritable identité a été improvisée en cours de tournage). Contrairement au Syndicat du Crime, il n'y a aucun enjeu émotionnel, et on ne s'attache pas énormément aux personnages. En outre, en offrant des séquences d'action absolument démesurées, Woo s'expose à une forme de surenchère de violence lassante sur le long terme (et qui malheureusement, sabordera selon moi ses films US). 307 mecs flingués, ça fait beaucoup. Trop, sûrement. John Woo veut en finir avec le genre et A toute épreuve ne fait pas dans la dentelle ; c'est une de ses forces. Mais on finit par regarder ce jeu de massacre d'un œil légèrement détaché, tant la violence, certes stylisée à l'extrême, est systématisée (voire banalisée, ce qui est un peu dérangeant). Bref, un très bon film d'action, virtuose et explosif, mais too-much. Je préfère la sensibilité d'un Syndicat du crime, moins pétaradant mais plus intéressant car ayant de très belles choses à raconter.

Volte-Face (Face-Off, 1997)
Thème du double répété jusqu'au vertige mais aussi jusqu'à l'overdose, jeu sur le manichéisme et l'inversion, effets de style sursignifiants... on est bien chez John Woo mais ça n'a pour moi définitivement pas la même saveur ni la même portée que sa période hongkongaise. Woo n'est pas forcément un apôtre de la subtilité mais au moins à Hong Kong, il savait remarquablement trousser ses polars péchus et percutants, y compris dans leurs envolées sentimentalistes. Là, Volte-Face n'est qu'une grosse machine informe qui s'agite désespérément dans tous les sens avec ses deux comédiens hystériques et qui traîne comme un boulet son pitch sympathique (pour quelques scènes privées amusantes) mais quand même crétin. Je n'y vois en rien une sublimation ; juste un cinéaste comme chloroformé par Hollywood qui surligne à l'envi la moindre parcelle de son talent technique passé, pour un résultat risible et annonciateur du catastrophique Mission : Impossible 2. Je n'ai pas aimé.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: John Woo

Post by riqueuniee »

Je n'ai vu qu'un seul film de John Woo, c'est Windtalkers. Un film que j'ai bien aimé. D'autant plus qu'il aborde un thème non abordé jusqu'à présent (du moins au cinéma) : les opérateurs radio navajos pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ceci dit, ce film n'est sans doute pas le plus représentatif de son style.
User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5606
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: John Woo

Post by El Dadal »

Il faudrait que je découvre la trilogie du Syndicat du crime pour que mon appréciation du cinéma de John Woo soit plus ample. Sauf que le coffret édité en France chez HK est parait-il assez naze. Existe-t-il seulement une édition à la hauteur?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90481
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: John Woo

Post by Jeremy Fox »

J'ai vu 5 ou 6 de ses films parmi les plus célèbres que ce soit dans sa période hongkongaise ou hollywoodienne ; ma conclusion est que son cinéma n'est pas fait pour moi mais j'aurais quand même essayé :(
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14478
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: John Woo

Post by Demi-Lune »

El Dadal wrote:Il faudrait que je découvre la trilogie du Syndicat du crime pour que mon appréciation du cinéma de John Woo soit plus ample. Sauf que le coffret édité en France chez HK est parait-il assez naze. Existe-t-il seulement une édition à la hauteur?
J'ai le premier Syndicat du crime en dvd, et dans mes souvenirs, la copie n'était pas terrible mais pas non plus catastrophique au point que ça en devienne irregardable. Je crois que les deux épisodes suivants ont une image un peu meilleure. Les reproches autour du coffret paru chez HK tiennent surtout dans son désert interactif et dans la mauvaise qualité du packaging.
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20200
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: John Woo

Post by Rick Blaine »

El Dadal wrote:Il faudrait que je découvre la trilogie du Syndicat du crime pour que mon appréciation du cinéma de John Woo soit plus ample. Sauf que le coffret édité en France chez HK est parait-il assez naze. Existe-t-il seulement une édition à la hauteur?
Je ne trouve pas le coffret HK si pourri que ça. Certains râleront sur les rangements DVD, en faisant gaffe ça passe très bien, sinon les copies sont très correctes, et le bouquin intéressant, plus que les interactivités de beaucoup de DVDs. Et surtout les films valent le coup, le 3 est passable, mais les deux Woo sont très bons, surtout le premier qui est magnifique.

Je n'ai pas vraiment aimé le seul de ses films hollywoodiens que j'ai vu (Volte Face), mais ses films à HK sont très beaux, et son retour avec Les 3 Royaumes est tout bonnement magnifique.
User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5606
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: John Woo

Post by El Dadal »

Merci des avis, depuis le temps que je me tâte à prendre ce coffret.
Ça me fait mal d'avoir à acheter du dévédé aujourd'hui, mais si les copies sont équivalentes à A toute épreuve, ça passera relativement bien.
Et si les copies sont nazes, je viendrai me plaindre!

En ce qui concerne la phase US de Woo, Chasse à l'homme est un peu mou, mais ça se regarde (quelqu'un a-t-il vu le fameux director's cut?), Broken Arrow et Volte/Face (malgré Cage, seule friandise du film) sont vraiment deux films que j'exècre, MI2 est à la fois marrant, prenant et ridicule, avec le recul pas si horripilant, et je n'ai pas vu le reste. Le tableau n'est pas franchement reluisant, au contraire des films de la fin de période HK qui méritent eux de figurer dans des anthologies de cinéma.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: John Woo

Post by Strum »

Je n'ai vu de John Woo que The Killer, Volte-Face et Mission Impossible 2. Ces visions remontent à quelques années maintenant.

The Killer m'a laissé une impression mitigée. Bien que certains passages soient fort réussis, l'esthétisation de la violence m'a laissé de marbre et j'ai eu un peu de mal à me sentir concerné par ce qu'il advenait au personnage principal, que j'avais peut-être trouvé un peu trop distant pour incarner une figure romantique pour laquelle je pouvais ressentir de l'empathie. J'avais l'intention à l'époque de la découverte de ce film de voir ensuite Le Syndicat du Crime et à Toute Epreuve, mais cette semi-déception m'avait coupé dans mon élan et je n'avais pas franchi le pas. Je leur donnerai peut-être leur chance.

Je n'ai pas grand chose à dire sur Volte-Face et Mission Impossible 2, qui m'avaient fait une impression encore moins mémorable et dont les personnages m'avaient laissé également assez froid.

A l'inverse (je me permets ce rapprochement un peu abusif parce qu'on les compare souvent, à mon avis à tort d'ailleurs), et bien que ce soit un cinéaste inégal, j'aime maintenant beaucoup Tsui Hark, dont je préfère l'univers et la versatilité. Surtout j'aime la candeur de Tsui Hark, j'aime ses personnages, auxquels il semble porter une profonde tendresse. Je suis sensible aussi à ses beaux portraits de femmes et à son sens du mélodrame. Enfin, son intelligence du découpage et sa vitesse d'exécution font le reste quand le scénario ne suit pas.
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20200
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: John Woo

Post by Rick Blaine »

Strum wrote: The Killer m'a laissé une impression mitigée. Bien que certains passages soient fort réussis, l'esthétisation de la violence m'a laissé de marbre et j'ai eu un peu de mal à me sentir concerné par ce qu'il advenait au personnage principal, que j'avais peut-être trouvé un peu trop distant pour incarner une figure romantique pour laquelle je pouvais ressentir de l'empathie. J'avais l'intention à l'époque de la découverte de ce film de voir ensuite Le Syndicat du Crime et à Toute Epreuve, mais cette semi-déception m'avait coupé dans mon élan et je n'avais pas franchi le pas. Je leur donnerai peut-être leur chance.
Sur la question de l'empathie, ça fonctionnera peut-être mieux avec le Syndicat du Crime, même si j'en ressent beaucoup pour le personnage principal de The Killer. Par contre sur la question de l'esthétisation de la violence, on y échappe difficilement, chez Woo. C'est un aspect qui me plait beaucoup, mais ça peut constituer un obstacle difficilement surmontable pour aimer son cinéma.
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12964
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: John Woo

Post by hellrick »

Rick Blaine wrote:
El Dadal wrote:Il faudrait que je découvre la trilogie du Syndicat du crime pour que mon appréciation du cinéma de John Woo soit plus ample. Sauf que le coffret édité en France chez HK est parait-il assez naze. Existe-t-il seulement une édition à la hauteur?
Je ne trouve pas le coffret HK si pourri que ça. Certains râleront sur les rangements DVD, en faisant gaffe ça passe très bien, sinon les copies sont très correctes, et le bouquin intéressant, plus que les interactivités de beaucoup de DVDs. Et surtout les films valent le coup, le 3 est passable, mais les deux Woo sont très bons, surtout le premier qui est magnifique.
Pour ma part je trouve ce coffret très bien, le bouquin est beau, l'emballage sympa et le 3 est proposé dans ses deux versions (que j'aime bien pour ma part), donc pas de quoi se plaindre. :D
d'autant que je l'ai acheté en Belgique pour 10 euros
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Akrocine
Régisseur
Posts: 3280
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: John Woo

Post by Akrocine »

Ohlalalala vous avez parler du coffret dont ont ne doit pas écrire le nom :!:

Tenia va rappliquer j'vous l'dis!
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14197
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Re: John Woo

Post by k-chan »

Jeremy Fox wrote:J'ai vu 5 ou 6 de ses films parmi les plus célèbres que ce soit dans sa période hongkongaise ou hollywoodienne ; ma conclusion est que son cinéma n'est pas fait pour moi mais j'aurais quand même essayé :(
Si tu as vu The Killer, A toute épreuve, Le syndicat du crime et Une balle dans la tête, et que tu n'as accroché à aucun de ces 4 films, tu peux en effet laisser tomber.
Strum wrote:Je n'ai vu de John Woo que The Killer, Volte-Face et Mission Impossible 2. Ces visions remontent à quelques années maintenant.

The Killer m'a laissé une impression mitigée. Bien que certains passages soient fort réussis, l'esthétisation de la violence m'a laissé de marbre et j'ai eu un peu de mal à me sentir concerné par ce qu'il advenait au personnage principal, que j'avais peut-être trouvé un peu trop distant pour incarner une figure romantique pour laquelle je pouvais ressentir de l'empathie. J'avais l'intention à l'époque de la découverte de ce film de voir ensuite Le Syndicat du Crime et à Toute Epreuve, mais cette semi-déception m'avait coupé dans mon élan et je n'avais pas franchi le pas. Je leur donnerai peut-être leur chance.
Dommage que tu n'aies pas apprécié The Killer plus que ça. Je te conseillerais tout de même de tenter A toute épreuve. Ici, on oublie le coté romantique, c'est un pur film d'action, et ça déboite.
Cela dit, comme toi, je préfère Tsui Hark, d'assez loin, même si j'adore les 4 films cités au dessus, et même si Woo à influencé son monde, y compris Tsui Hark. C'est un cinéaste très inégal, et assez particulier. Par contre le personnage semble vraiment sympathique (bien plus que l'ami Tsui).
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12964
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: John Woo

Post by hellrick »

k-chan wrote: Cela dit, comme toi, je préfère Tsui Hark, d'assez loin, même si j'adore les 4 films cités au dessus, et même si Woo à influencé son monde, y compris Tsui Hark. C'est un cinéaste très inégal, et assez particulier. Par contre le personnage semble vraiment sympathique (bien plus que l'ami Tsui).
Je trouve Tsui Hark encore plus inégal et particulier avec quelques films vraiment embarrassants comme Black Mask 2, Piège à HK (oui ok c'est fun mais bon), Legend of Zu,...Il part beaucoup plus dans tous les sens je trouve ...m'enfin avec The Lovers et Il était une fois en Chine 2 il a mis la barre bien haute quoique j'ai souvent moins apprécié les Tsui à la seconde vision (Dans la nuit des temps ou Green Snake par exemple :oops: )
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14197
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Re: John Woo

Post by k-chan »

hellrick wrote:Je trouve Tsui Hark encore plus inégal et particulier avec quelques films vraiment embarrassants comme Black Mask 2, Piège à HK (oui ok c'est fun mais bon), Legend of Zu,...Il part beaucoup plus dans tous les sens je trouve ...m'enfin avec The Lovers et Il était une fois en Chine 2 il a mis la barre bien haute quoique j'ai souvent moins apprécié les Tsui à la seconde vision (Dans la nuit des temps ou Green Snake par exemple :oops: )
Oui, il faut avouer que Tsui Hark n'est pas hyper régulier. Mais en fait c'est surtout l'industrie du cinéma de Hong-Kong qui est vraiment spéciale (les films réalisés aux USA comptent pour du beurre à mon avis, tous les mecs de HK ayant voulu réaliser là bas ont dû se coltiner Van Damme...). Cela dit, je pense qu'on doit à Tsui Hark plus de grands films qu'à John Woo, et il a surtout démarré très fortement. Mais j'aurais sincèrement aimé que Woo réussisse plus de films dans la veine de mes 4 préférés. J'aime beaucoup Princesse Chang-Ping, aussi. Toutefois, je demande à voir les films dernièrement sortis chez HK vidéo.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90481
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: John Woo

Post by Jeremy Fox »

k-chan wrote:
Jeremy Fox wrote:J'ai vu 5 ou 6 de ses films parmi les plus célèbres que ce soit dans sa période hongkongaise ou hollywoodienne ; ma conclusion est que son cinéma n'est pas fait pour moi mais j'aurais quand même essayé :(
Si tu as vu The Killer, A toute épreuve, Le syndicat du crime et Une balle dans la tête, et que tu n'as accroché à aucun de ces 4 films, tu peux en effet laisser tomber.
Bingo ! Ainsi que Volte face plus Windtalkers